Le blog de Jean-François Fiorina

Archives de mots clés: mondialisation

J31 – D’abord se poser les bonnes questions / Changement d’ère (1)

l'après covid 19

L’horizon du déconfinement se rapprochant, j’ai décidé dans les prochains jours de poser la (les) question(s) de l’après. Au fil de ces posts, et à l’aune de ce que je crois, j’aborderai ce qui a fait débat depuis cette quarantaine de jours : le rôle de l’État et celui des entreprises ; le leader de demain dans les organisations et le nouveau pacte social ; la place de la mondialisation et de la souveraineté dans nos vies et le rôle de ses acteurs, de la France à l’Europe en passant par la Chine. Des questions mais aussi une méthode et une vision sans… Savoir plus >

Ma revue de tweets Mondialisation de l’Enseignement supérieur

mondailsation, enseignement supérieur, chine

À qui « profite » cette mondialisation ? Aux Chinois encore et toujours ! Alors que les deux leaders du monde anglo-saxon (États-Unis et Grande-Bretagne) poursuivent leur cavalier seul fustigeant le multilatéralisme, la bascule géopolitique s’accélère en direction de l’Asie et de la Chine. Et le reste du monde, des plus « petits » (Grèce, Rwanda…) aux plus grands (Inde, Iran, Afrique…) suivent ce mouvement d’ouverture au monde et à ses jeunes élites internationales devenues totalement mobiles dans un monde globalisé. 

Ma revue de tweets : École du futur et mondialisation

mondialisation de l'enseignement supérieur

Évidemment ces dernières semaines, toujours une multitude d’articles et de tweets passionnants qui remettent en cause un grand nombre de nos croyances et pratiques. De la pédagogie et ses innovations vers une école du futur bien… actuelle ! Et des projets ou mouvements stratégiques qui structurent / déstructurent la mondialisation de l’Enseignement supérieur, de la Chine au Brexit en passant par les États-Unis ou le Brésil, que de bouleversements ! Mais aussi — et surtout — des sujets matière à réflexion. C’est plutôt sous cet angle que s’inscrit ce post « École du futur et mondialisation ».   

Vivatech, retours d’expérience rafraichissants

500 étudiants, plus de 200 Alumni, 9 start-up valorisées, des dizaines de parties de serious games jouées, de multiples contacts entreprises noués, sans compter la visite de Cédric O (secrétaire d’État chargé du Numérique), notre premier stand à Vivatech a été incontestablement une vraie réussite. Certains ont été surpris que nous ayons un stand mais cela s’inscrit pour nous dans notre ADN et est tout à fait logique pour l’école du management technologique ! Comme de coutume pour tout salon que je visite, mon retour d’expérience de ce séjour rafraîchissant.

Classements internationaux : basculement géopolitique avéré

  Trois signaux importants démontrent ce basculement et rappellent l’influence des classements internationaux — plus particulièrement celui de Shanghai — sur le secteur de l’Enseignement supérieur en pleine mondialisation : le Times Higher Education qui annonce le lancement de son classement mondial ; la bascule géopolitique vers l’Asie et la Chine qui se place à la 2e position mondiale en nombre de business schools accréditées (interview d’Erc Cornuel, directeur de l’EFMD sur le blog d’Olivier Rollot) ; les récents rachats d’écoles et groupes français (DEMOS, ESC Brest) par des fonds chinois. Quelle lecture, quelles conséquences et stratégies pour nos établissements ?

Arabie saoudite : du soft au hard power ?

Suite de ma trilogie sur la mondialisation de l’Enseignement supérieur, après la Chine, j’aborde le modèle saoudien. Contrairement à son grand rival iranien, le leader du monde arabe ne possède aucune tradition universitaire ni stratégie d’ouverture comme celle du Qatar, de Dubaï ou d’Abu Dhabi. Il a cependant parfaitement intégré l’importance de développer un tel secteur, à la fois en interne pour préparer « l’après-pétrole » et en externe comme facteur d’influence religieuse et maintenant d’attractivité et de rayonnement. Au vu de l’actualité et des États en conflit dans la région, ce pays interpelle. Son jeune prince héritier Mohammed Ben Salman manie… Savoir plus >

Mondialisation, plus de tabou !

Cela se confirme, le mondialisation de l’Enseignement supérieur n’est plus un tabou ! Surtout pas pour les « anciens » et les nouveaux pays émergents. La vague de repli identitaire actuelle n’impacte pas leur volonté profonde d’ouverture, de coopération, d’influence voire de conquête ! Ce post – clin d’œil – en pleine montée du protectionnisme revendiquée par les tenants du Trumpisme et autres Brexit, balaie, en une trentaine de tweets et références, les grands enjeux de la mondialisation pour l’Enseignement supérieur. 

Nos élites ont-elles compris le rapport « Enseignement supérieur par-delà les frontières » ?

On l’attendait ce rapport stratégique pour un Enseignement supérieur international au-delà des frontières ! C’est à la fois un « ouf » de soulagement et une grande inspiration avant… l’effort : rien n’est irréversible mais il y a urgence ! Depuis plus de 10 ans la question d’une stratégie claire et ambitieuse à l’international se pose. Beaucoup de pays ont pris de l’avance… Ce rapport très complet (presque trop) éclaire parfaitement les enjeux et propose plusieurs scénarios. Coup de chapeau à Bernard Ramanantsoa et à son équipe pour ce document. Mon analyse et mes propositions.

Entreprendre au rythme de la mondialisation dans un pays pauvre. Acte 2 : de la réalité du terrain à l’international

Deuxième chapitre de mon voyage à Madagascar dans lequel le groupe familial SOCOTA s’adapte à un environnement instable, saisit les opportunités et crée de la valeur. L’ensemble du groupe compte 8000 salariés dont 7.000 dans son pôle textile et habillement, un exemple de réussite internationale spectaculaire dans un des pays les plus pauvres et les plus corrompus au monde. Étude stratégique.

Entreprendre au rythme de la mondialisation dans un pays pauvre. Acte 1 : adversité, résilience et vision

Il en est des rencontres qui vous marquent. Celle du président du groupe SOCOTA basé à Madagascar est peut-être, pour ma part, la plus forte. L’homme, sa famille et son groupe se sont fixés d’aligner leurs objectifs d’industriels privés avec l’intérêt public jusqu’à maîtriser l’impact carbone de leurs activités. L’itinéraire de Salim Ismaïl, est un exemple à méditer. Le modèle de l’entreprise de demain, mondialisée et responsable, serait-il malgache ?