Ecoles et universités, la complexe double référence des IAE

J’ai bénéficié d’une chance unique mercredi dernier, celle de participer, en tant que dircom de l’Université de Poitiers, à l’atelier communication du colloque du réseau IAE. Les IAE, dont nous éviterons de rappeler le sens des lettres tant il est aujourd’hui dépassé, se définissent comme des « écoles universitaires de management« . En terme d’identité, comment et pourquoi marier « école » et « université » ?

Où est la concurrence ? Quelle est la singularité ?

La concurrence, à part les facultés éco-gestion, c’est avant-tout les écoles de commerce (ou de management ou business school, rayer la mention inutile). Si le public visé est celui des écoles, alors le mot universitaire peut être un handicap.

« Non ! », vous répondent en coeur les responsables de com des IAE quand on les chatouille. Et les beaux arguments pleuvent « ce qui nous distingue des écoles de commerce, c’est justement notre qualité universitaire, la recherche, l’aura »… Mais c’est justement cette aura qui est souvent décriée par de nombreux parents. Pour appuyer ce propos, avec beaucoup de justesse, Campus Communication, présent pour parler marque montre une belle photo d’université en grève et si on ajoute les autres clichés de « l’usine à chômeurs« , de « l’abandon à une trop grande autonomie« , des « savoirs trop théoriques« … nous atteignons un imaginaire collectif négatif aussi tenace que complètement dépassé… et c’est sans doute ici que la signature « école universitaire de management » prend son sens : nous sommes le mariage du savoir-faire universitaire et de la qualité professionnelle et des capacités d’insertions des écoles.

Relations Université/IAE : entre compréhension et guerre culturelle

De l’autre côté, les IAE connaissent chacune des relations avec la maison mère université différentes. Ici, on soutient, on aide car nous avons conscience de l’apport d’un IAE à l’établissement. Ailleurs, le conflit culturel voire idéologique confine les IAE à des satanistes qui vendent des produits plutôt que de transmettre avec noblesse les savoirs… et dans ces cas là, les IAE vivent dans le mépris… et la sensation d’être utilisés comme vaches à lait.

Comme j’ai quelques réflexes gauchistes, je me suis même laissé surprendre à ne pas apprécier cette phrase : « Un étudiant n’est pas un client, c’est un produit en cours« , mais la vérité, c’est que j’ai finalement senti une fierté d’être membre d’une université.

Quelles valeurs… communes ?

Quand la question de l’identité est abordée, ce qui rassemble les IAE sont ces trois valeurs :

– Sciences de gestion
– Appartenance à l’Université
– Sélection

Mais disons le vraiment, la sélection n’est pas une valeur de l’université. Non qu’elle ne la pratique pas, mais qu’elle ne l’affiche pas comme valeur fondatrice, au contraire, la démocratisation ou à défaut la massification doit justement garantir l’accès des études supérieures aux plus nombreux.

Bref, j’ai passé un moment délicieux ou j’ai beaucoup appris sur les IAE mais y compris sur la communication, je leur ai trouvé une belle avance sur le marketing digital (en tout cas par rapport à ce que je fais) et fait de belles rencontres.

Le mot de la fin est revenu à mon voisin qui au milieu d’un soudain brouhaha me glisse à l’oreille : « Là, on devient vraiment universitaire, c’est la cacophonie« 

Be Sociable, Share!

3 thoughts on “Ecoles et universités, la complexe double référence des IAE

  1. Ping : Sup, recherche et Com » Blog Archive » Le réseau des IAE revoit sa com, c’est du costaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *