Editorial : enfin les universités nous parlent !

cogito-capcom

Le rôle premier d’une université n’est-il pas de créer et transmettre des savoirs. Une évidence ? Oui dans le principe, oui encore dans la réalité, mais pourquoi ce sujet est-il donc si rare dans la communication des universités ? Toujours à la recherche de nos singularités qu’elles soient collectives pour les universités face aux écoles, aux médias et aux citoyens, ou individuelles pour chacune d’entre elles… pourquoi sommes nous si peu à faire de cet évidence un atout majeur pour bonifier notre communication corporate ? Doucement mais surement, certaines universités ont franchi le cap.

De l’éditorial institutionnel…

La communication à l’ancienne repose sur les ancestrales plaquettes de communication ou vidéos trop institutionnelles (dont vous trouverez ici une belle parodie assumée par l’Université d’Avignon). Ne jetons pas tout à la poubelle, ces outils sont toujours utiles aujourd’hui… mais seuls, ils sont devenus obsolètes et dépassés. Tous les publics n’attendent plus un discours calibré sur mesure vantant toujours les mêmes aspects : innovation, modernité, international et recherche. Surtout, nous sommes aujourd’hui à la recherche de nouveaux publics prescripteurs, lycéens ou entreprises qui ne sont pas ou plus sensibles à ces angles et qui, souvent, perçoivent et véhiculent une image erronée et dépassée de l’université.

Pour eux, il faut mettre en place deux contenus complémentaires : un contenu technique dont le plus important pour les futurs étudiants est le catalogue de formations et un contenu éditorial mettant en valeur les ressources de l’université via des sujets qui interpellent la ou les cibles…

… à l’éditorial corporate

Un certain nombre d’universités publient un magazine au caractère à la fois institutionnel et recherche. Je ne vais pas développer dans cet article une erreur souvent commise : éditer un magazine destiné à l’interne et à l’externe simultanément. Erreur qui traduit souvent une absence de ciblage du public.
Je vous invite à découvrir les bons Savoirs d’Unistra, l’impressionnant Tbscope de Toulouse Business School, connecté à Facebook, le magazine de Maastricht University ou encore Futur(e)s de l’UPMC.

Cependant, c’est vers d’autres expériences que je souhaite attirer votre attention. Des directions de la communication ont fait des choix éditoriaux tournés vers le lecteur, en s’appuyant sur l’expertise des enseignants-chercheurs, avec une volonté affichée de viser le grand public. Bref, le sujet principal n’est pas l’université. En bon exemple, nous pouvons lire le magazine de la culture scientifique et technique des universités de Lorraine ou le très bien ciblé in business de la Cass Business School. Je suis particulièrement impressionné par la nouvelle version française du HBR (Harvard Business Review), exemplaire à bien des titres.

Ce véritable regard ouvert sur le monde ne doit pas faire oublier un autre rôle très important de ce genre de publication qualitative : il contribue à la fierté des collègues et joue ainsi un rôle crucial de prise de conscience de soi.

A Poitiers, Cogito* est transmédia

 

Le sujet que je maîtrise encore le mieux est ce que j’ai mis moi-même en place.

A l’origine, notre difficulté est évidemment cet imaginaire collectif négatif qui s’attache à l’Université de Poitiers comme à toute autre université. Il s’agit pour l’université d’investir et de se développer plutôt que de se replier sur soi, autrement dit, de passer de l’image d’une institution hautaine, sclérosée et inadaptée, à l’image d’un acteur innovant, accessible et citoyen au bénéfice de tout le territoire.

En considérant que nos forces sont la création et la transmission des savoirs et des talents engagés dans leur compréhension et diffusion, l’enjeu est de les rendre disponibles et nécessaires pour l’ensemble du territoire et de sa population.
A notre échelle, notre ambition est de participer, dans un monde de bruit médiatique et de zapping permanent, à la transmission de tous les outils intellectuels nécessaires à mieux comprendre et décoder le monde, nourrir les débats, permettre la construction d’idées nouvelles, bref, se libérer des préjugés et des dogmes autoritaires. Il s’agit ici, d’un des éléments clefs de la mise en place de l’Université de Poitiers comme université citoyenne.

En tant que formateur, l’objectif est de promouvoir l’institution auprès des parents et enseignants, identifiés comme étant les principaux prescripteurs auprès des lycéens.
En tant qu’acteur du territoire, l’objectif est de convaincre les partenaires publics et privés que l’université est une ressource de qualité pour mener à bien des projets et des missions.
En tant qu’institution participant à l’identité du territoire, l’objectif est d’incarner un vecteur de fierté pour les habitants picto-charentais.

Notre choix éditorial est de concevoir des contenus adressés et accessibles au grand public, dans une démarche associant la qualité éditoriale et graphique, comme s’il s’agissait d’un magazine vendu en kiosque, d’une émission de radio indépendante, ou d’outils de communication digitale de référence.

Le concept Cogito* : l’université n’est plus le sujet

(vidéo) Université de Poitiers : le choix d’un mag’ haut de gamme

Le concept Cogito* comprend un magazine papier, une version iPad, une émission de radio, des blogs d’experts et un site Internet dédié. Ces outils sont au service d’un projet éditorial global et cohérent adressé au grand public. La ligne éditoriale de l’opération impose un cadre rédactionnel à chacun des supports. Le magazine est le support structurant l’ensemble des outils Cogito*.

Notre étude benchmarking des magazines universitaires français et étrangers a révélé des lignes éditoriales égocentrées loin des préoccupations du grand public. Or, ne pas intéresser les publics qui justement se détournent de l’université, ne peut contribuer à changer la perception d’une université, combien même la qualité éditoriale puisse être au rendez-vous.
Le point d’ancrage, point déclenchant la lecture et l’appropriation du public est l’accès aux savoirs. Mais des savoirs qui leur permettent de mieux appréhender le monde et les questions de société. Nous gardons à chaque instant à notre esprit le besoin d’être informatif, utile et distrayant, bref, de ne jamais perdre de vue l’intérêt du lecteur.
Le titre Cogito*, « je pense » en latin, renvoie autant à la quête de sens, fil rouge de l’opération qu’à Cogito Ergo Sum, la célèbre citation « Je pense donc je suis » de Descartes, étudiant le plus connu de l’Université de Poitiers.

Aussi, le choix des thèmes impose de s’intéresser au public plutôt que de s’intéresser à soi et d’élargir ainsi notre public traditionnel (intéressé par l’université) à un public aujourd’hui non captif, voire réfractaire. Ainsi, le magazine comporte deux parties strictement distinctes : la première s’intéresse aux sujets de société, la seconde propose des articles mettant l’université en situation. Le traitement éditorial est équivalent afin d’assurer l’unité et l’intérêt.

Cogito*, des objectifs aux outils

 

cogitos

Cogito* le magazine est l’élément structurant de l’ensemble. Il est le rendez-vous riche et qualitatif qui fixe la ligne éditoriale. En version imprimée, il a l’avantage de pouvoir être remis aux publics non captifs. Il est également un outil de représentation de l’université (démarches vers les entreprises, les partenaires, l’international, les événementiels…). En version ebook pour iPad, il offre une expérience enrichie et innovante des contenus, comprenant des animations, des vidéos et des diaporamas…
Cogito* Blogs, Paroles d’experts est l’outil personnel d’expression des universitaires. Il permet une expression directe et un échange entre le chercheur et le grand public.
Cogito* L’émission est le développement de la partie consacrée à la culture scientifique sur la radio (Radio Pulsar)

Nouveau magazine Panthéon Sorbonne

 

couverture_hd

L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne vient de sortir son nouveau magazine en janvier dernier. L’ambition est grande : un magazine bimestriel « rythmé et dynamique avec une mise en page aérée« , s’adressant « à un public large de lecteurs« . Au menu un dossier sur la situation sociétale actuelle qui n’est pas sans rappeler 1788, un vrai sujet ouvert au grand public !

Il est structuré autour de 3 rubriques :

L’Université : livre des informations de nature institutionnelle concernant l’université mais embrassant également des informations venant des 15 établissements du PRES héSam ainsi que de nos partenaires du Campus Condorcet ;

Recherche : les principaux résultats de la recherche menée par les laboratoires de l’université sont présentés à un public de novices comme d’experts ;

Formation : il met en valeur les formations de l’université de Licence comme de Master avec un focus tout particulier pour les prochains mois sur les programmes de double licence qui sont de réelles alternatives universitaires aux classes préparatoires aux grandes écoles.

Vous pouvez le feuilleter ici ou sur votre iPad.

 

Be Sociable, Share!

6 réflexions au sujet de « Editorial : enfin les universités nous parlent ! »

  1. Ping : Université et Communication » Blog Archive » Communication : donner sens à sa signature

  2. Ping : Sup, recherche et Communication » Blog Archive » Communication : on fait une pause « inspiration » et on s’y remet

  3. Ping : Sup, recherche et Com » Blog Archive » Les 6 facettes de la marque appliquées à l’enseignement supérieur

  4. Ping : Sup, recherche et Com » Blog Archive » Miser sur les énergies renouvelables : les enseignants-chercheurs

  5. Ping : Sup, recherche et Com » Blog Archive » Proposer des plateformes éditoriales pour fidéliser votre public

  6. Ping : Projet éditorial : les 10 erreurs à ne plus commettre | Sup, recherche et Com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *