Les étudiants veulent encore des cours à l’ancienne !

Voici une étude particulièrement intéressante réalisée par l’EM Strasbourg auprès de ses étudiants et des enseignants au sujet des nouveaux comportements. Une étude déclenchée après que les vacataires ont fait part de leur grande déception face à une attitude « déviante » de leurs étudiants qui ne viennent plus ou qui surfent durant le cours. Isabelle Barth, directrice générale, revient sur les faits et évoque les mesures prises par l’école. Une chose est sûre : le prof est bel et bien au cœur du dispositif.

L’assiduité aux cours a servi de base à votre réflexion sur les nouveaux comportements. Pourquoi ?

Il y a deux types d’assiduité. D’abord celle qui consister à « pointer », et là nous avons un taux de participation aux cours proche de 80% en moyenne. Ensuite, ce qui nous préoccupe, c’est la « présence absente », c’est-à-dire les étudiants physiquement assis mais qui font autre chose, particulièrement sur internet. Il s’agissait donc de comprendre comment leur donner envie de venir en cours de façon « active ». Les retours convergent vers une demande de « prime au présentiel » : récompenser la présence et sanctionner les absence en travaillant sur la cohérence entre évaluation et présence. Il s’agit aussi de rendre le cours attractif en mettant en place un projet portant sur la qualité et l’innovation pédagogique. Cela implique d’imaginer de nouvelles approches pédagogiques avec une coproduction entre étudiants et professeurs dans laquelle le jeune devient acteur de son apprentissage.

Vous avez développé un système original de contrat pédagogique entre élèves et enseignants. Comment cela fonctionne ?

Afin que tout le monde connaisse le système, nous avons demandé aux enseignants de fixer les règles du jeu, à savoir préciser en début d’année les cours pour lesquels la présence des étudiants est obligatoire et ceux pour lesquels un travail personnel est préférable. Dans le premier cas, les absents seront sanctionnés, dans le second les modalités d’évaluation ne devront pas pénaliser les absents. Pour cette seconde modalité, la pédagogie est plutôt basée sur les projets ou la réalisation d’un dossier.

Vous avez également décidé d’accompagner les enseignants en proposant une expertise pédagogique poussée pour ceux qui souhaitent se remettre en cause ?

Nous avons effectivement fait appel à un expert reconnu en pédagogie, chargé d’apporter de nouvelles approches. Sa mission est également de proposer aux enseignants des formations régulières à la pédagogie avec des séminaires aussi variés que « Rendre un amphi interactif » ou encore « Comment utiliser Internet en cours ». Sa mission consiste enfin à proposer des audits de cours aux enseignants qui en font la demande afin de debriefer sur leurs méthodes et imaginer de nouveaux scénarii. Nous allons bientôt lancer un recrutement autour d’une mission de « qualité et innovations pédagogiques ». Cette personne sera chargée de faire face aux nouveaux enjeux de la pédagogie, qu’ils soient liés à la technologie, aux comportements ou à la sociologie de nos étudiants. Accompagner les enseignants nous semble fondamental pour renforcer les approches collaboratives et s’appuyer éventuellement sur les nouvelles technologies.

Be Sociable, Share!

This entry was posted on lundi, avril 15th, 2013 at 9:00 and is filed under Interview. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “Les étudiants veulent encore des cours à l’ancienne !”

  1. Gueldry Says:

    Monsieur,

    Pour les formations professionnalisantes dans lesquelles j’interviens (licence professionnelle de biotechnologies et 5ème année de pharmacie filière industrie), j’ai supprimé tous mes cours magistraux classiques pour les remplacer par des cours interactifs utilisant une pédagogie active inversée. Ce présentiel est associé à une évaluation formative par e-learning. J’ai en projet d’augmenter la participation de mes étudiants durant le présentiel à l’aide d’un outil pédagogique permettant leur interaction à l’aide de leur micro-ordinateur portable, leur smartphone ou leur tablette.

    Cordialement.

Leave a Reply