Il n’y a pas d’argent pour l’enseignement supérieur et la recherche, MAIS … 1- Quand des spécialistes de l’évitement de l’impôt manifestent.

 Il n’y a, paraît-il, pas un sou pour préparer l’avenir, pas un sou pour créer des emplois pour nos jeunes docteurs, la France prend toujours plus de retard sur les pays de tête pour le financement de la recherche. En catimini et sans crier gare, l’Assemblée nationale a voté mesquinement la suppression de 136 millions sur un budget 2015 de l’ES-R pourtant déjà en baisse en € constants (50 seulement ont été rétablis à ce jour). Alors à qui profite le crime ? Et au fait, pourquoi les caisses de l’Etat sont-elles vides ?

          MAIS on a les truands de la République …

 « Trop d’impôts, tue l’impôt », « une fiscalité confiscatoire », « l’insupportable pression fiscale », « l’impôt, extorsion de fonds ». Une puissante campagne idéologique vise à montrer que ce sont les possédants, les très hauts revenus, voire les patrons, qui sont victimes d’un Etat budgétivore et « spoliateur ».

Dans une série à venir de courts articles, nous montrerons que cette ambiance anti-impôts est créée par ceux qui protestent préventivement, avant même qu’on n’augmente leurs impôts. Il s’agit souvent de gens dont les revenus sont souvent deux, cinq, voire dix fois ce qu’ils seraient si leurs revenus avaient à voir quoi que ce soit avec leur qualification, leur travail ou leur importance pour le pays…

 Au moment où M. Gattaz appelle les patrons à des jacqueries anti-impôts, au moment où il veut supprimer l’impôt sur la fortune, il est bon de rappeler que la fraude fiscale approche les 80 milliards par an. Ce n’est pas loin de deux fois le coût annuel de la dette. C’est, soustrait à l’Etat, donc aux citoyens, en une seule année, bien plus que ce qu’il faudrait, sur 10 ans, pour remettre l’ESR français à flot.

 Comme l’a souligné France-Inter (mardi 2 septembre 2014) : « Une note de l’AGEFI, le quotidien des affaires et de la finance révèle que les premiers adeptes de la fraude fiscale sont… les dirigeants d’entreprise ! Les plus gros escrocs ne sont pas forcément des repris de justice désœuvrés qui préparent le casse suivant comme certains personnages d’Ocean’s Eleven. Non, les plus gros fraudeurs au FISC sont les chefs d’entreprise, et c’est de pire en pire depuis deux ans. C’est la commission des infractions fiscales qui le déplore dans son rapport annuel. »

 Oui, la bonne santé des entreprises est indispensable pour le pays ! Oui, beaucoup de chefs d’entreprise essaient d’innover ! Non, tous les patrons ne sont pas des dissimuleurs ! Mais ceux qui truandent, plongent l’ensemble du pays, y compris les entreprises, dans la difficulté. De ceux-là, Monsieur Gattaz n’a à notre connaissance jamais parlé.

 Soyons très clairs, nous n’obtiendrons rien pour l’ES-R, rien pour débloquer le pays, sans gagner la bataille contre les (vrais) truands de la République.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply