Un élève de Polytechnique sur deux est enfant d’enseignant. Depuis la chronique d’Eric Le Boucher sur le sujet et les billets d’Emmanuel Davidenkoff ou celui de Véronique Soulé sur leurs blogs, le débat fait rage et tourne à la polémique pro ou anti profs. Pourtant, une question n’est pas posée et elle n’est pas sans conséquence: que fait l’autre parent ?

Christian Baudelot l’avait démontré en 2003 lors du colloque « Démocratie, classes préparatoires et grandes écoles » et les statistiques n’ont guère évolué depuis. A l’entrée en classe préparatoire aux grandes écoles, 42% des élèves sont issus d’un milieu social supérieur, 18% d’un milieu enseignant. Globalement, 57% des garçons et 59% des filles élèves de classes préparatoires sont issus de milieux sociaux supérieurs ou de familles d’enseignants.  Autrement dit, le « ticket gagnant » pour entrer à Polytechnique et dans les autres grandes écoles, c’est d’avoir un père cadre sup’ et une mère enseignante. Ou l’inverse… mais c’est plus rare !

A trop taper sur les profs, il ne faudrait pas en oublier l’immense défi d’ouverture sociale des grandes écoles.

Be Sociable, Share!

This entry was posted on lundi, mai 31st, 2010 at 18:46 and is filed under Analyse. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “Un élève de l’X sur deux est enfant de prof. Que fait l’autre parent ?”

  1. Bazan on juin 12th, 2010 at 21:36

    Vous ne croyez pas qu’il faudrait commencer par vérifier l’affirmation d’Eric le Boucher, qui ne donne aucune source à son chiffre, plutôt que de mélanger « familles d’enseignants » et « milieux sociaux supérieurs » comme vous le faites ?

Leave a Reply