Comment comptabiliser les professeurs internationaux qui officient dans les écoles d’ingénieurs ? La question restera encore sans réponse cette année. Et ce n’est pas faute d’essayer à chaque édition de trouver un critère pertinent sur l’internationalisation du corps professoral des écoles d’ingénieurs. Un indicateur qui existe pourtant depuis longtemps dans le classement des écoles de commerce.

Les premières années, nous nous sommes heurtés aux réticences des écoles d’ingénieurs à nous transmettre une liste nominative de leurs enseignants-chercheurs permanents. Trop indiscret, selon elles. Une liste que l’on trouve pourtant sur de nombreux sites web d’écoles de commerce françaises ou d’universités anglo-saxonnes.

Cette année, nous avons décidé d’y aller plus sobrement et de nous intéresser uniquement aux profs visitants, à savoir les profs d’université étrangère qui viennent dispenser leurs savoirs pour quelques semaines ou mois dans une école d’ingénieurs. Avec une idée en tête : compter leurs jours de présence. Mais, au final, la définition d’un prof visitant n’est pas chose aisée. Un prof visitant qui reste une année est-il toujours visitant ? Comment compter ses jours de présence ? 365 jours semblerait bien excessif, 128 heures de cours  (comme un enseignant-chercheur d’une école publique) plus vraisemblable mais comment les convertir en jours ? Des réflexions compliquées par les différences de statut des écoles d’ingénieurs. Des réflexions qui nous ont déjà amenés à renoncer à tout critère sur le corps professoral tout court.

Voilà pourquoi cette année encore, le critère « internationalisation du corps professoral » ne sera pas dans le palmarès. Heureusement, nous avons eu plus de chance avec le nombre d’accords de double diplôme avec une université étrangère…

Nous essaierons de faire mieux l’année prochaine. Je suis d’ailleurs toujours preneuse de vos idées sur le sujet.

Be Sociable, Share!

This entry was posted on vendredi, novembre 26th, 2010 at 17:32 and is filed under Palmarès. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

10 Responses to “Profs internationaux : un critère qui ne prend pas”

  1. Dubois on décembre 4th, 2010 at 11:00

    Bonjour. Intéressant. Mais pourquoi donc vouloir calculer le nombre de jours de présence, ce d’autant plus qu’un visitant ne vient pas forcément faire des cours ?

    Suggestion de deux indicateurs : budget annuel consacré aux enseignants et chercheurs invités et budget par invité

  2. Sylvie Lecherbonnier on décembre 6th, 2010 at 12:21

    merci pour cette piste. A bientôt.

  3. Dan on décembre 8th, 2010 at 1:07

    A quand la parution du palmarès ?

  4. Sylvie Lecherbonnier on décembre 8th, 2010 at 12:28

    vendredi 10 sur La Lettre de l’Etudiant
    samedi 11 sur letudiant.fr et au salon des grandes écoles
    le 14 dans le magazine l’Etudiant
    et le 5 janvier a priori dans l’Express.

    A bientôt

  5. Dan on décembre 8th, 2010 at 19:04

    Merci pour la réponse.
    Si j’ai bien compris, pas de réel changement au niveau des barèmes comparé à l’année précédente ou methode de classement (mapping … ?)

  6. Sylvie Lecherbonnier on décembre 9th, 2010 at 11:42

    Je vous laisse la surprise…

  7. Jerome on décembre 12th, 2010 at 22:40

    Pourquoi ne prenez-vous pas en compte les universités/écoles étrangères mais francophones formant des ingénieurs reconnus par la CTI(je pense notamment à Polytechnique Montréal ou Polytechnique Lausanne) ?

  8. Sylvie Lecherbonnier on décembre 13th, 2010 at 12:40

    Vous savez, nous classons déjà beaucoup d’écoles… Et je ne suis pas sûre que ces écoles puissent répondre à toutes nos questions, la ventilation de leurs mentions au bac, par exemple.

  9. Jerome on décembre 13th, 2010 at 23:02

    Je vous remercie pour la rapidité de votre réponse bien que je pense que l’expérience peut-être tenté (leur envoyer un formulaire ne coute (presque) rien). Pour les notes du bac, Polytechnique Lausanne demande déjà un minimum de 14/20 au bac pour rentrer en première année et un 12/20 pour Polytechnique Montréal.

  10. Patrick on mars 5th, 2011 at 15:39

    Le caractère international du corps professoral, peut aussi s’estimer en mesurant le nombre d’enseignant partant à l’étranger pour des durées supérieures à 1 mois (ce faisant, on élimine toutes les participations à des congrès, et donc on ne prends en compte que les vrais collaboration – séjours sabatiques et détachements/délégations). On peut aussi compter en enseignants-mois passés à l’étranger, rapporté au nombre total d’enseignants de l’étabblissement…
    Un autre indicateur d’internationalisation, c’est le % d’enseignements délivrés en Anglais, hors les cours de langues eux-mêmes. De grosses différences entre écoles… et un vrai critère d’internationalisation à mes yeux.

Leave a Reply