Après un long, très long silence sur ce blog (mea culpa !), me revoici… pour vous parler de l’édition 2012 du palmarès des écoles d’ingénieurs.

Les questionnaires ont été envoyés aux écoles fin juin, avec un retour prévu le 13 septembre 2011. Parmi les nouveautés cette année, une attention particulière apportée aux partenariats avec les autres établissements français, à la force des réseaux d’écoles et aux résultats du Grand emprunt.

Une édition 2012 sûrement riche en rebondissements…

Et pour tous les curieux ou les retardataires, vous trouverez en lien les fameux questionnaires :

– Ecoles d’ingénieurs après bac

– Ecoles d’ingénieurs après bac+2

To be continued…

Be Sociable, Share!

This entry was posted on mercredi, août 31st, 2011 at 11:01 and is filed under Palmarès. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

20 Responses to “Palmarès 2012 des écoles d’ingénieurs : dans les startings blocks”

  1. twio on septembre 13th, 2011 at 0:05

    Interessant ! Il sera publié fin novembre ?

  2. YouLab on septembre 18th, 2011 at 11:31

    Combien de temps pour les résultats ensuite?

  3. Dave Neve on septembre 21st, 2011 at 14:47

    Bonjour

    Je vois mal comment on peut établir un palmares basé sur les réponses des écoles avec un intérêt personnel

    Où sont VOS contrôles indépendantes et poussées?

    Cordialement

    Dave Neve (un délégué CGT dans une école d’ingénieurs)

  4. Antoine on octobre 31st, 2011 at 2:06

    Euh

    Comment se fait il que le rang du dernier admis n’y figure pas pour les post-prépa?

    Sachant que ce sont à quasi 99% les memes eleves qui passent Mines et qui sont inscrits à Centrale Paris/Supelec, c’est une donnée intéressante pour ces écoles. On peut de meme comparer entre elles les ccp.

  5. Dotcom on décembre 6th, 2011 at 13:18

    Bonjour,

    On peut se faire décoder le critère performance de la recherche ? quand l’AERES note tous les labos A et que la note l’étudiant est D ?

    Merci

  6. Sylvie Lecherbonnier on décembre 6th, 2011 at 15:30

    Dotcom,

    Nos groupes de performances vont de A+ à G et prennent en compte outre la note des labos (qui peut aller jusqu’à A+), le volume de publications et l’implication dans les investissements d’avenir. Nous n’avons donc pas la même échelle que l’AERES. Mais j’aurais l’occasion d’y revenir dans un billet débriefing du palmarès prochainement.

    Antoine,

    le rang du dernier admis ne vaut que pour un concours. Les rangs ne sont pas forcément comparables entre eux. De plus, cela exclut les écoles qui recrutent uniquement des bac+2 hors prépa (il y en a peu mais il y en a )

  7. Prof. on décembre 6th, 2011 at 23:06

    bonjour,

    vous indiquez sur le classement qui vient de paraître que les écoles du réseau polytech n’ont pas répondu à l’enquête. Est-ce vraiment toute l’histoire ? Cela laisse penser que les écoles de ce réseau sont simplement désinvoltes. Je crois savoir qu’un dialogue a été établi, il y a déjà longtemps, avec une discussion sur la méthode de classement, le caractère déclaratif des informations etc… et des conclusions en ont été tirées.

  8. fitch on décembre 7th, 2011 at 1:17

    Que de rebondissements.. chaque année des écoles font des bonds de 10 places, alors que la méthodo en soit n’a pas changé.

  9. Prof on décembre 7th, 2011 at 7:36

    En novembre 2011, le réseau polytech a publié un communiqué indiquant certaines raisons de cette non publication. Je pense que ce communiqué fait suite à des discussions avec l’Etudiant, qui n’ont pas vraiment abouti. Au delà de ce communiqué, peut-être les discussions ont-elle aussi porté sur le des difficultés dues au caractère déclaratif de certains indicateurs.

    Le réseau Polytech ne figurera pas dans les Palmarès 2012 des écoles publiés par la presse
    Le réseau Polytech n’a pas donné suite, cette année au moins, aux enquêtes annuelles de la presse sur les écoles d’ingénieurs, enquêtes qui donnent lieu à un classement. Et ce, pour les raisons suivantes :

    Compte-tenu de son fonctionnement (recrutement, commission pédagogique et règle- ment des études communs aux treize écoles qui le composent), le réseau Polytech a sou- haité répondre aux enquêtes en tant que réseau Polytech et ne pas faire une réponse divisée par école Polytech. Les organes de presse n’ayant pas accédé à cette requête, le réseau Polytech n’a pas souhaité répondre aux questionnaires.

    Une part des enquêtes, en particulier celle concernant la recherche, point fort des écoles internes à une université, ne peut être renseignée de manière objective et réa- liste par les écoles Polytech tant la gestion et l’organisation de la recherche au sein des universités sont complexes et les renseignements demandés non compatibles avec un tel fonctionnement. Il en est de même pour de nombreux services (vie étudiante, relations internationales, partenariats…) partagés avec l’université de rattachement.

    En ce qui concerne les indicateurs destinés à informer les futurs élèves ingénieurs, la Commission des Titres d’Ingénieur entend créer une base de données d’indicateurs, commune à toutes les écoles. Le réseau Polytech compte bien participer activement à la création de cette base, de telle manière que les indicateurs choisis prennent en compte le mieux possible la variété des structures des écoles d’ingénieurs en France et notamment un éventuel fonctionnement en réseau.

  10. Sylvie Lecherbonnier on décembre 7th, 2011 at 10:43

    A prof, je suis désolée si les Polytech vous semblent apparaître désinvoltes… Je ne le pense pas. L’encadré explique simplement les divergences de vue entre les Polytech et l’Etudiant (preuve qu’il y a eu dialogue) et pourquoi nos lecteurs ne retrouveront pas les Polytech dans le classement.

  11. Sylvie Lecherbonnier on décembre 7th, 2011 at 10:44

    A fitch, le but d’un classement est de montrer les progressions et les baisses, non ? Et avec une méthodo claire et stable, elles apparaissent d’autant plus.

  12. fitch on décembre 9th, 2011 at 1:50

    Enfin cela tourne en bourrique..
    Si on prend simplement l’exemple de l’EPF, cette ecole descend puis grime et ainsi de suite..
    Je ne crois pas que la politique y change chaque année.
    Des écarts si importants sont parfois « étonnant », surtout que certaines données primordiales reste inchangées (salaires…)

  13. Prof on décembre 9th, 2011 at 11:12

    Bonjour,

    Ce type d’enquête est toujours étonnant, surtout quand on voit certaines écoles qui ont un très bon classement et qui comme par hasard ont des pages de pubs payantes dans votre groupe de presse.

    Le fait aussi que certains directeurs d’écoles fassent partie intégrante de votre groupe n’influent pas sur vos décisions.

    Et se baser sur ce que les écoles vous renvoient sans véritables vérifications (salaire moyen d’embauche expliquez nous comment vous vérifier ? Je suis très intéressé 🙂 ) … être juge et partie n’est jamais bon …

    Cordialement,

  14. QS Consultant on décembre 10th, 2011 at 0:34

    Correction par rapport aux classements internationaux, il faut indiquer que dans le classement QS World University Ranking 2011 (Engineering & Technology) l’INSA de Lyon se trouve à la 132e place entre l’école centrale et ponts paristech.
    http://www.topuniversities.com/university-rankings/world-university-rankings/2011/faculty-area-rankings/technology?page=2

  15. Un parent on décembre 15th, 2011 at 12:29

    Je serais très intéressé par une réponse à la question de Dave Neve. Est-il sérieux de proposer aux jeunes et à leurs parents un outil d’orientation fondé sur les déclarations des communicants ? Ils serait donc intéressant de savoir comment vos journalistes vérifient les déclarations de taxe d’apprentissage, le nombre de publications scientifiques, le nombre de véritables enseignants-chercheurs (prof, Maitre de conf affectés à un laboratoire reconnu), etc. Sans ces vérifications, votre classement serait sujet à caution.

  16. Sylvie Lecherbonnier on décembre 15th, 2011 at 19:41

    A Prof, vous pouvez toujours chercher une corrélation entre pub et classement dans le palmarès, vous ne la trouverez pas. Ce classement est effectué en totale indépendance.

    Je ne comprends pas ce que vous insinuez quand vous parlez des « directeurs d’écoles qui font partie intégrante de votre groupe ». Aucun n’en fait partie.

    A Un parents, une équipe de 5 personnes travaille pendant deux mois à vérifier les informations envoyées par les écoles. A chaque critère, sa méthode de vérification. Pour les salaires, nous prenons en compte les enquêtes des DRH. Pour le nombre d’anciens, nous demandons les annuaires et nous comparons avec les données du CNISF. Pour les accords de doubles diplômes, nous demandons une copie de chaque accord aux écoles. Etc.
    Vous voyez, le classement est élaboré avec autant de sérieux que nécessaire.

  17. ThePontiac on décembre 17th, 2011 at 20:25

    Vous dites « Pour le nombre d’anciens, nous demandons les annuaires et nous comparons avec les données du CNISF. »
    Parfois, certains chiffres sont faux quand même.
    Par exemple, je me demande comment vous arrivez à trouver 12000 anciens (ingénieurs en activité) pour l’Ecole des Ponts ParisTech…
    Je suis bien placé pour dire que ce chiffre de 12000 est faux étant donné que je suis ingénieur diplômé des Ponts.
    Ce chiffre de 12000 prend en compte aussi les diplômés autres que des ingénieurs (Mastères spécialisées, docteurs, master recherche, docteurs, MBA des Ponts, formation continue)
    Sinon, le classement des 4 « premières » écoles ingénieurs (X, Centrale, Mines et Ponts) correspond au choix effectif des admis aux concours des écoles ingénieurs.

  18. Ingénieur diplômé on décembre 17th, 2011 at 20:42

    Bonjour,
    Tout d’abord je tiens à féliciter ce travail et le temps que vous avez pris pour répondre aux critiques car ce n’est pas évident d’établir une telle étude. Cependant, il me semble que certains critères de votre classement sont très largement critiquables : certains paramètres se focalisent trop sur l’aspect quantitatif au détriment de l’aspect qualitatif. Je parle par exemple de la valeur des contrats de recherche des écoles, le nombre de doctorant par école, la taxe d’apprentissage ainsi que la participation des entreprises. Ces critères devraient être ramenés au nombre de diplômés. D’ailleurs les Polytechs l’ont bien compris et c’est pour cela qu’ils souhaitent être représenté comme une seule école, donc avec forcément plus de doctorant, plus de publications, beaucoup plus de taxe d’apprentissage ce qui leur permettrait de monter haut dans le classement. De la même manière que vous l’avez légitimement refusé, il serait plus juste d’en faire autant pour toutes les écoles. Cela donnerait une chance de récompenser les efforts de certaines écoles qui ne peuvent rivaliser avec des écoles à très gros effectif. Surtout que ce classement se doit de juger la qualité plus que la quantité. Un exemple tout simple : Le nombre de doctorants de Supelec (245) est très proche de celui des Arts et Métiers (246) sachant que Supelec a une bien moins grosse structure d’accueil (363 diplômés/an) que les Arts (1191 diplômés/an répartis sur 9 sites en France), on aurait tendance à penser que Supélec fait plus d’effort dans la recherche (en intégrant beaucoup plus de doctorant par élève) que les Arts, mais ceci n’apparaît pas comme cela. Je ne vais pas faire des comparaisons pour tous les critères mais ceci s’applique à de nombreux autres critères cités ci dessus dans mon message.
    Bien cordialement.

  19. Ingénieur diplômé on janvier 15th, 2012 at 16:16

    Bonjour, Juste pour signaler que mon message a apparemment été censuré étant donné qu’il n’apparaît pas !! Je trouve cela dommage car mon message n’était en rien insultant comme certains peuvent l’être, je faisais juste quelques critiques positives et négatives ! En attendant une explication de votre part, cordialement. Un ingénieur

  20. X on janvier 18th, 2012 at 12:13

    Il y a une erreur concernant l’ouverture internationale de l’X dans votre classement : nous sommes beaucoup plus nombreux que les 3% que vous annoncez à avoir également le diplome d’une université étrangère. Simplement, l’Ecole n’a pas forcément d’accord explicite de ‘double diplome'(au sens de Centrale & co). Nous faisons nous-même les démarches si nous désirons faire notre dernière année dans une université étrangère, et passons par les circuits classiques de recrutement(hors du cadre d’un double diplome donc). A vue de nez 25 à 30% des X ont un diplome de master d’université étrangère en plus du diplome de l’X (Stanford, Berkeley, Columbia, Cambridge, Imperial College, LSE et EPFL majoritairement)
    Bref, à corriger!

Leave a Reply