Cracking the management code

Ne dites pas à mes parents que je suis doctorant en management, ils croient que je cherche un emploi

513CJEJYAZL._ Au-delà du clin d’oeil rhétorique à un ouvrage bien connu faisons un constat: en 2013, la perspective de se lancer dans un programme doctoral en sciences de gestion ne fait pas rêver beaucoup d’étudiant et d’étudiantes. Ils sont en effet de moins en moins nombreux à avoir le projet de continuer leurs études après le master 2. Pourquoi se lancer dans une telle aventure ? C’est la question que posent de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur, comme prochainement l’ABG et l’AEF.

Faire une recherche doctorale en sciences de gestion c’est bien sûr aller vers un diplôme à bac + 8. Mais c’est avant tout construire un projet de connaissance. La thèse consiste, suivant les cas et les ambitions, à proposer de nouvelles théories, à en enrichir ou à revalider des cadres théoriques dans des contextes nouveaux. Elle offre également  un apport managérial, respectant en ceci le projet des sciences de gestion se définissant comme des sciences de l’action. Il s’agit de produire une connaissance praticable, actionnable, au service des organisations et de leurs dirigeants.

Je dirige et j’accompagne de nombreux thésards depuis plus d’une décennie. L’EM Strasbourg que je dirige actuellement est l’une des rares Business School en mesure de délivrer le doctorat, grâce à  son appartenance à l’université de Strasbourg. Voilà qui m’a permis d’identifier aussi bien les arguments en faveur qu’en défaveur de l’aventure que représente un programme doctoral.

Les raisons de ne pas faire une thèse de doctorat

Commençons par les six grands arguments récurrents à l’appui des préventions et des refus de se lancer dans un doctorat.

  1. La longueur du projet. Il faut, après 5 années d’études (si tout s’est bien passé) repartir sur un projet qui s’annonce sur 3 ans mais s’organise plutôt sur 4 voire 5 années. Une véritable prise de risque alors que le marché du travail reste très favorable aux diplômés bac +5 en management (ressources humaines, marketing/vente, contrôle de gestion, audit …). Dans cette discipline, l’alternative est donc de refuser des offres d’emploi pour s’inscrire dans une poursuite d’études longues.
  2.  La précaritéMême si l’âge d’insertion sur le marché du travail recule d’année en année, il peut sembler peu raisonnable de s’installer encore, à 23 ou 24 ans, dans une perspective de poursuite d’études rejoignant le stéréotype du « Tanguy », vivant au domicile de ses parents, dans une semi-précarité. Même si les écoles doctorales sont de plus en plus exigeantes sur le financement des programmes doctoraux (écartant les financements précaires type petits jobs), ce n’est pas systématique, et le niveau des « bourses doctorales » reste faible (aux environ de 1700 euros par mois). Il faut donc assumer un statut d’étudiant prolongé, avec des revenus qui ne permettent pas facilement d’envisager l’installation dans une vie avec ce que cela implique en termes d’investissements matériels, de stabilité affective voire familiale.
  3. L’implication H24. Tous ceux et celles qui ont tenté l’aventure en témoignent : une thèse, c’est du temps, qui mord sur les soirées, les week-ends et les vacances. Il n’est en effet guère envisageable de travailler à sa recherche à des horaires « de bureau », tant le temps de la recherche souffre des interruptions. Il ne s’agit pas d’un simple projet professionnel mais d’un projet de vie et, dans les cas où le doctorant a déjà une vie familiale, il est extrêmement important que compagnon, compagne et enfants soient bien informés et acceptent ce pacte qui, quoiqu’il arrive, pèsera sur leur vie. Il n’est pas rare de voir aux soutenances des parents ou des conjoints épuisés de ces années qui ont remis en cause leur propre organisation de vie et les ont amenés à épauler le nouveau docteur dans des moments de doutes et de stress, plus nombreux qu’à leur tour.
  4. Le stress et le doute. On ne mène pas un tel projet, sur une période aussi longue, sans stress ni doute. Malgré la présence du directeur de thèse comme des collègues de l’équipe de recherche, le thésard est souvent seul face à ses angoisses. De quelle nature ? Ne pas avoir su mobiliser de façon pertinente la littérature existante sur le sujet, ne pas arriver à stabiliser sa question de recherche, avoir des questions sur la robustesse de son modèle, sur la méthode choisie, ne pas obtenir les résultats attendus, l’angoisse de la page blanche en phase de rédaction… Le travail de recherche est par définition une conduite de projet, avec toute l’incertitude associée quant au résultat attendu.
  5. Le manque de valorisation des métiers d’enseignant-chercheur. Franchement : qui rêve en 2013 de démarrer après 8 années d’études et le grade de docteur, à 2 000 euros bruts par mois (salaire du maître de conférences débutant), alors que le salaire moyen d’un master 2 en gestion oscille autour de 36 000 euros annuels? Bien sûr, les écoles de commerce n’hésitent pas à renchérir sur les salaires des (bons) enseignants-chercheurs. Mais admettons qu’il y a un problème de fond de valorisation du statut, qui n’aide pas à convaincre des étudiants brillants de choisir le programme doctoral.
  6. Le moyen le plus sûr de perdre tout contact avec la réalité. Dernier argument, en lien avec des représentations qui ont la peau dure (mais nous devons travailler avec les ressentis et les représentations), la perspective de devenir un « professeur Tournesol », un savant certes, mais complètement déconnecté de la « vraie vie ». Il faut bien admettre que les mois passant, le doctorant acquiert un langage de plus en plus codé, abscons, il ou elle s’identifie de plus en plus à une communauté avec ses rites et ses codes, qui peut sembler être repliée sur elle-même. Les quelques managers qui fréquentent des congrès de recherche en management sont souvent tiraillés entre la non-compréhension des apports possibles à leur pratique et l’effroi de voir leur propre activité disséquée, évaluée, recodifiée… à tel point qu’ils ne la reconnaissent plus.

Les raisons de faire une thèse de doctorat en sciences de gestion

Après ce tour d’horizon, qui peut paraître sombre, il est important d’aborder la face claire du travail doctoral et les bonnes raisons de se lancer!

  1. Les enjeux pour la société. L’objectif de la recherche en gestion reste de produire de la connaissance en management pour accompagner les entreprises et leurs dirigeants dans une meilleure compréhension de leurs pratiques pour inventer leur avenir. Le doctorant en sciences de gestion a pour mandat, s’il l’accepte, d’aider les entreprises à agir sur leur environnement et à ne pas à le subir. C’est un enjeu important et positif et il est réjouissant de contribuer, même modestement, à un projet de société.
  2. Les enjeux pour une discipline. Si les sciences de la vie, la philosophie ou encore la sociologie ou l’économie, n’ont plus à prouver leur légitimité, c’est encore un défi pour cette science neuve qu’est la gestion. Faire une recherche doctorale en sciences de gestion, c’est intégrer une communauté qui se construit depuis un peu plus de 50 ans. C’est là un projet tout à fait stimulant, qui laisse aussi de la place aux initiatives de jeunes chercheurs, car le bouillonnement est encore suffisamment important pour que la normalisation ne soit pas trop contraignante.
  3. La formidable stimulation intellectuelle de tout projet doctoral. « Apprendre à apprendre » et « apprendre à travailler »  ne sont pas des vains mots.  Tous les témoignages concordent sur ces mois de jubilation intellectuelle. On observe souvent une addiction à cette stimulation que le jeune chercheur voudra ensuite retrouver tout au long de sa carrière. C’est ce qui peut le conduire à rejoindre la communauté des enseignants-chercheurs, malgré les faibles revenus. Vus sous cet angle, la durée, le stress, le doute apparaissent comme des conditions qui favorisent de nouveaux apprentissages.
  4. Un portefeuille de compétences inédites et rares. Le doctorant acquiert trois compétences auxquelles aspirent de nombreux managers de haut niveau. D’abord, la capacité de déchiffrage, grâce au capital de connaissances acquis par les innombrables lectures et partages d’expériences de la recherche. Ce que ne peut jamais faire un manager en action, faute de temps et de maîtrise des codes de cette littérature. Or les concepts sont de puissants accélérateurs de la compréhension et de l’interprétation du monde qui nous entoure, ils servent à identifier ce qui peut « marcher », en capitalisant sur les expériences engrangées par d’autres dans d’autres contextes. Ensuite, il obtient une compétence de réflexivité, c’est-à-dire cette capacité à se regarder faire, à relire ses propres actions et leur inscription dans un environnement qu’il a appris à déchiffrer. Cette capacité d’interprétation de l’action intègre la compétence à identifier les signaux faibles, souvent invisibles aux yeux des opérationnels. La capacité à gérer le doute sans le nier est également une compétence rarement identifiée dans les organisations. Enfin, le doctorant acquiert une compétence d’apprentissage « continué » (qui implique la capacité à désapprendre et à engranger de nouvelles connaissances en continu). 
  5. Le bac + 8 : la nouvelle frontière des cadres à haut potentiel. Avec la réforme LMD, tous les étudiants cherchent désormais le bac + 5. Les taux de poursuites d’études en attestent, même après des diplômes dits « professionnalisants ». Il est donc une nouvelle donne : la montée en puissance des niveaux de diplomation pour accéder à des postes ou fonctions. Cette inflation rend la concurrence de plus en plus difficile et met la barre toujours plus haut pour  les cadres à haut potentiel.  Avec le doctorat, les métiers du management rejoignent ceux des sciences dites « dures », où les entreprises recrutent depuis longtemps des docteurs pour leurs centres de recherche et développement ou leurs laboratoires. Déjà les docteurs en finance sont largement recrutés dans des institutions bancaires.
  6. Un projet excitant et distinctif. Je n’ai jamais rencontré un docteur regrettant son choix. Sur la durée, il est évident pour tous que le bilan des acquisitions des connaissances et des compétences compense largement les mauvais moments, qui, à leur façon, ont aussi contribué au développement personnel et professionnel du doctorant. Terminer son parcours avec sa soutenance et obtenir le titre de docteur est une joie à nulle autre pareille. C’est rejoindre une communauté de personnes qui ont connu le même cheminement et qui se distinguent par leur soif d’apprendre et de comprendre, avec des outils et des méthodes pour cela. Avoir un doctorat n’est pas un aboutissement comme on pourrait le penser, mais c’est bien l’adoption d’une nouvelle posture face à la vie, une vision de l’existence où tout semble possible, une fois le cap établi et la volonté affirmée.

Finalement, y aller ou pas ?

Oui, trois fois oui ! Commencer une thèse de doctorat c’est identifier avec passion une énigme à résoudre. C’est vouloir mieux comprendre et interpréter le monde qui nous entoure. C’est le « pourquoi » de l’enfant que nous avons été et qui cherchait des réponses à tout ce qui l’étonnait, mais avec des outils et des méthodes que l’on maîtrise. Faire une recherche doctorale, c’est aussi sortir des croyances et des idées toutes faites, conquérir l’objectivité qui permet de sortir des conflits construits sur les « on dit ».

Soyons clair, une recherche doctorale en sciences de gestion a peu de probabilité de modifier le cours de l’histoire du management et des organisations, mais elle peut y contribuer, modestement, et c’est déjà très bien, comme elle contribue à la connaissance sur les pratiques managériales.

Si une recherche doctorale ne change pas le monde, elle change, à coup sûr le doctorant qui la conduit. Et ce processus est sans prix.

Be Sociable, Share!

Commentaires (13)

  1. Sebastien Poulain

    Bonjour,
    Vous avez raison de défendre ce diplôme qui le mérite amplement, et dans toutes les disciplines d’ailleurs !
    C’est que nous faisons à Doctrix où vous êtes les bienvenus.
    Bien à vous,
    Sebastien Poulain

    Répondre
  2. Frachette

    La these est effectivement un projet qui va au dela du diplome et du bonheur d explorer de nouveaux territoires…a tout age!
    Un doctorat en gestion permet une apprehenssion en profondeur du management que les entreprises finiront par reconnaitre quand elles auront compris qu elles en ont besoin…
    Vivement le jour si fameux de la soutenance. Sincerement.

    Répondre
  3. Poulain

    Bonjour, Conseil en communication, j’ai fait, dans le cadre de la formation continue, parallèlement à la direction de mon Agence et d’un centre d’Affaires, un DESS de Marketing. Président des diplômés de l’Institut de Gestion de Rennes, l’envie m’avait prise de soutenir une thèse sur la communication de crise dans les industries agro-alimentaires mais, j’ai rencontré quelques difficultés avec les stats ! Aujourd’hui, retraité je retente ma chance sur un autre sujet et cette fois en sociologie. Rien n’est joué mais cette fois j’ai un directeur de Thése plus à l’écoute et prêt à m’aider. Advienne que pourra. Je ne suis toujours pas à la recherche d’un emploi. C’est un challenge perso. Ne tirez-pas sur le pianiste…

    Répondre
  4. Bernard Radon

    Je me demande si vous ne mettez pas la barre trop haut. Certaines universités suisses proposent deux types de doctorat. L’un pour ceux qui veulent consacrer leur vie à la recherche et à l’enseignement et l’autre une sorte de post mémoire de Master. Bernard Radon.

    Répondre
  5. MERISE

    Bravo…….C’est un challenge perso
    je suis de votre avis et je vous félicite .

    Répondre
  6. vm

    Bonjour,

    J’ai 26 ans et j’hésite à me lancer. Je suis diplômée d’une école de commerce (master 2 professionnel) et après plusieurs mois de recherche d’emploi, j’ai pensé à la possibilité de me tourner vers un doctorat, car j’ai été passionnée par le mémoire de recherche réalisé en master. L’IAE que j’ai rencontré me demande de réaliser un master 2 recherche au préalable. Je suis un peu perdue, j’hésite à me lancer. merci pour votre retour.

    Répondre
  7. geni

    54 ans, je commence cette année un doctorat d’histoire. Demandeur emploi avec deux années d’expériences professionnelles, puis une longue expatriation familiale, je n’ai réussi à occuper que des postes de vacataires et un cdd. J’avais du temps pour étudier : licence, master2 de recherche, master2 pro ont consolidé peu à peu ma réflexion. Mes recherches sur l’histoire de la photographie ont pris de plus en plus de place et un sujet s’est imposé. Quelques mois ont passé et je ne regrette pas mon choix même si parfois je doute. Toujours à la recherche d’un emploi, je demeure obstinée et suis candidate au concours d’attaché territorial en mai. Comme le roseau, je plie, mais ne romps pas.
    Je ne sais pas si VM (message de 2015) me lira. Un master2 de recherche vous permettra de bien préparer votre sujet de doctorat, il est la base de votre réussite, ce ne sera vraiment pas une année de perdue.Syl

    Répondre
  8. Pingback: Ne dites pas à mes collègues que je dirige des thèses, ils croient que je corrige des copies ! | Cracking the management code

  9. audrepone

    merci pour tout je doutais beaucoup de mon orientation vous m’avez inspiré je vais me lancer dans la recherche toute façon j’ai 22 ans j’aurai fini à 26 ans

    Répondre
  10. MAXIMILIEN-FRANCOIS Madly

    Bonsoir,
    J’ai terminé il y a deux ans, un master à finalité professionnelle et recherche.
    Je suis encore salariée, pas loin de la retraite et je serai tentée par un post mémoire de master pour faire avancer la réflexion sur le management des organisations scolaires, notamment les écoles primaires. Mais je ne sais pas où m’adresser pour faire ce post mémoire de master. Toute information serait la bienvenue.

    Répondre
    1. isabelle-barth (Auteur de l'article)

      bonjour
      excusez le délai de réponse, les suites peuvent être un doctorat peut être plutôt en science de l’éducation, ou bien un DBA … il faut contacter des professeurs ou HDR qui mènent des recherches dans le domaine qui vous intéresse et leur présenter votre projet et votre CV. bien cordialement

      Répondre
  11. Julie

    Certaines écoles de commerce proposent ce qu’ils appellent une thèse de doctorat, en une année pour un écrit de cinquante pages.
    Qu’elle valeur à ce diplôme ? Pour moi ce n’est pas un doctorat.
    Certains mémoires profefessionnels font largement autant de pages.

    Répondre
  12. Karinne

    « Je n’ai jamais rencontré un docteur regrettant son choix ». Vous avez des remarques qui se fondent sur votre propre expérience et qui ne font loi en aucun cas.
    Moi je regrette mon choix.
    Les conditions de thèse ont changé avec le décret, pour apparemment éviter aux doctorants de « subir » la personnalité et/ou la dominance d’un directeur de recherche.
    Le doctorat est devenu non plus un diplôme, mais une formation professionnalisante où le futur docteur semble avoir de nombreux droits que personne n’aurait imaginé ne serait-ce qu’il y a 10 ans. Congés, années de césure, formations.
    Joie à nulle autre pareille ? Ah bon.
    Certainement pour les doctorants ayant passé leurs années à chercher et rédiger. Pour les ATER, ça devient une étape dans une carrière, compte tenu des charges de travail connexes importantes.
    Quant à votre article, thèse/copie en dehors du fait que je trouve le titre déplacé et incompréhensible, je reconnais l’apport du doctorant au DR (extrêmement élevé de mon point de vue), mais le couplet du rôle affectif (mère, père, coach, je rigole), vos doctorants qui ré écrivent leur document (je n’ai jamais vu ça), RDV longs je n’en ai jamais eus.
    En revanche, le travail de thèse est très gratifiant d’un point de vue intellectuel, je crois que c’est le plus gros challenge de diplôme et aussi très épuisant.

    C’est une période de bouillonnement cérébral très exaltant, construire, déconstruire, rédiger, réfléchir et recommencer, travail où le directeur de thèse ne joue aucun rôle et n’a aucune participation parce que chaque expérience de thèse est unique et propre à son auteur.

    Au final, oui je regrette parce que les sujets sont en SG n’ont aucune spécifité, les méthodologies sont volées à l’infini et idem pour les idées, donc à part faire de la littérature journalistique, la recherche n’existe pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *