Cracking the management code

La fin des concours ? Et pourtant …

« S’il n’y avait pas eu le concours, je ne serais jamais entré à Sciences Po ! », c’est le cri du cœur d’une personne à qui j’apprenais la disparition du concours d’entrée dans son ancien établissement.

C’est une phrase qui mérite qu’on y prête attention. C’est une alerte qui nous incite à questionner ce que nous voyons se mettre en place : la disparition des concours dans l’accès aux formations d’enseignement supérieur.

Cette évolution semble inexorable, mais elle me semble questionnable.

Chronique annoncée de la disparition des concours

 

Je n’ai pas trouvé d’études traitant précisément le sujet mais des signaux forts sont là. Je peux citer :

– la réforme du lycée et du bac évoluant vers le contrôle continu,

– la mise en place de Parcoursup qui a posé les jalons d’une sélectivité pour l’entrée dans l’enseignement supérieur,

– la suppression de la PACES,

l’abandon par des établissements phare comme l’IEP de Paris du concours à l’entrée …

Je peux aussi évoquer (sans en tirer de conclusions trop hâtives) le cas d’un Bachelor ayant troqué le concours pour une sélection sur dossier et oral et qui a vu augmenter significativement ses candidatures.

Bref, le concours n’a plus la cote dans l’enseignement supérieur et les raisons en sont certainement multiples. La principale est certainement celle de son affinité avec la notion d’ «élite». Ce sont en effet les « Grandes Ecoles » qui présentaient cette modalité très spécifique de recrutement.  Il faut bien admettre que si le concours reste la voie principale (je ne dirais pas royale), les pratiques de recrutement sur dossier (souvent assorties de tests et d’un oral) se sont multipliées. Mais il n’empêche que dans l’esprit du grand public, le concours renvoie à Grandes Ecoles, corps, élites … tous termes peu portés dans le cœur de la majorité des Français. Les gilets jaunes sont aussi passés par là.

Le travail de sape avait commencé il y a déjà des décennies avec les travaux de Bourdieu qui montraient les biais de la sélection par les concours. Dans un ouvrage fameux coécrit avec Passeron les auteurs dénonçaient les biais des concours. (Héritiers. Les étudiants et la culture, 1964)

L’abandon du concours viserait donc à s’éloigner d’un monde inégalitaire avec en tête de pont les élites sélectionnées pour un diplôme de grande école.

Une autre bonne raison qu’il ne faut pas négliger non plus est le coût d’organisation d’un concours : dans un format classique, on peut additionner la location de salles, la conception de sujets, les corrections, la surveillance des épreuves  … avec parfois des milliers de personnes au même moment et dans des lieux fort différents, Lui substituer des modalités allégées comme la première étape sur dossier, allège considérablement ces coûts.

La tendance semble inexorable, faire partie d’un de ces phénomènes de fond, qui sont la résultante de multiples faits, de raisons variées, de visions différentes, mais où, au final, tout converge.

Pourtant … un abandon paradoxal

J’observe 4 paradoxes :

  • Le premier est l’amour du grand public pour les concours, en témoigne le succès d’émissions comme Top Chef, Le meilleur Pâtissier, The Voice qui mettent en scène pendant des semaines une compétition qui élimine petit à petit ses candidats pour n’en garder qu’un (une). Dans le même temps, les prix littéraires, les prix d’entreprises, les prix de la mode … fleurissent et connaissent une adhésion massive.
  • Le deuxième paradoxe est que la sélectivité dans l’enseignement supérieur reste un gage de qualité tant pour les familles que pour les recruteurs comme le rapporte une étude conduite par IPSOS pour la CGE avec 70 % d’avis positif pour le grand public et 81 % pour les recruteurs (Septembre 2019). On constate déjà que, grâce à la relative sélectivité de Parcoursup, le taux d’échec en  L1 a diminué.
  • Le troisième paradoxe est que dans un monde où l’Intelligence Artificielle s’empare de plus en plus de tâches liées à la gestion des données, les entreprises réclament des intelligences plus créatives ! Or, le système éducatif actuel ne semble pas encore bien à même d’évaluer ces compétences ou ces capacités si différentes, et reste centré sur l’acquisition des connaissances.
  • Le quatrième paradoxe est de supprimer le concours dans un contexte d’attentes de plus en plus fortes vis-à-vis de la diversité des profils, où l’enjeu est de se centrer sur la compétence sans tenir compte des autres « caractéristiques »  du candidat que sont l’âge, le sexe, la santé, l’apparence physique …

Si je résume le paysage actuel :  c’est donc  : OUI aux concours dans des espaces et sur des thèmes qui ne sont pas ceux de la formation comme la chanson, la cuisine … ; OUI à la sélection dans l’enseignement supérieur ;  mais NON au concours !

Tout cela est vertueux, très vertueux … et pourtant  : « Je ne serais jamais entré à Sciences Po s’il n’y avait pas eu le concours ! ».

Il me semble que cela vaut le coup de se poser quelques questions avant de reléguer le concours dans le cabinet de curiosité de la pédagogie.

Les apports du concours

Qu’apporte le concours que ne permettent pas d’autres modalités de sélection ?

Je retiendrai 4 apports du concours au regard de la sélection sur dossier ou contrôle continu : 

1/ Un concours, c’est par définition l’égalité des chances avec la condition d’anonymat (pas systématique bien évidemment). Tout le monde est sur la ligne de départ, c’est pour cela que la fonction publique recrute majoritairement par concours. Dans un concours, tous les candidats se valent, quels que soient leur statut, leur patronyme, leur sexe, leur santé … le risque de discrimination est moindre. Non seulement le concours est « aveugle » mais il est aussi sans mémoire. C’est à dire qu’on peut avoir une deuxième chance. Ce qui est peu envisageable avec un dossier sur la durée.

2/ Un concours, c’est l’opportunité de « tenter sa chance », en reprenant le fameux slogan du loto : « 100 % des gagnants ont tenté leur chance ! ». Ce n’était pas prévu, c’est l’occasion de faire tout autre chose, un pas de côté ! C’est ce que nous dit Kevin : « J’étais dans un lycée de banlieue et je suis tombé un jour sur une affichette qui présentait le concours de Sciences Po : je me suis dit pourquoi pas ? une journée, on verra bien … on a vu, j’ai réussi ! »

3/ Il y a dans le concours cette formidable possibilité de repêchage, de réussite non programmée. Marieta a été une élève médiocre pendant sa prépa, et ce jour-là, elle excelle ! Hasard ? Chance ? Révélation de talents cachés ? Nul ne le saura, mais nous connaissons tous ce type de « surprise ».

Et j’ajoute les apports à titre individuel :

4/ Un concours c’est aussi, et peut être surtout un défi personnel : celui de la réussite en un temps très court, qui est souvent précédé d’une période de préparation toute aussi intense. Cette pression à la réussite développe chez les préparationnaires et les candidats des compétences hors normes comme : le sens de l’organisation, celui des priorités, la puissance de travail, la résilience …. Un concours laisse ainsi des souvenirs intenses, même en cas d’échec.

Vers un principe de précaution dans l’enseignement supérieur  ?

Pour avoir sélectionné des étudiants pendant des années à l’Université sans concours, en général selon le processus ; « analyse du dossier scolaire, lettre de motivation puis entretien ». Je sais que cette modalité sécurise davantage le recrutement. A priori, pas d’étudiants trop atypiques, dans leurs performances, dans leur parcours, dans leurs personnalités. Qui prendrait le risque de recruter un étudiant brillant scolairement mais apprécié comme « difficile »  ou «avec un relationnel compliqué » ?

Avec l’abandon du concours, c’est l’adieu aux « non conformes », aux «marginaux sécants », et je trouve cela dommage, car, c’est de là que viennent souvent les disruptions, les éclairages singuliers, les étincelles !

Abandonner les concours procède du principe de précaution et de la réduction du risque. Cela dessine un monde sage, trop sage ? Un monde où le futur se limiterait à l’analyse des risques, et qui annoncerait donc un horizon bien réducteur.

A travers l’abandon des concours, qui visons-nous comme étudiants ? Des étudiants réguliers, adaptés, des étudiants « sans mauvaise surprise », conformes …

Je trouve cela dommage à l’heure ou nous attendons des professionnels créatifs, décalés, capable d’affronter l’impossible, avec d’autres façons de voir les choses.

On a beaucoup dit que les concours sont inégalitaires, j’ai lu Bourdieu, j’ai entendu Descoing … ils ont des biais il est vrai, mais toutes les modalités de recrutement en ont. Je plaide pour qu’ils restent une voie possible, parmi d’autres !

On observe d’ailleurs dans les entreprises, le développement de recrutements centrés sur la mise en situation, plus que sur le CV et le diplôme.

La gestion des données massives, l’Intelligence Artificielle apportent cette analyse rationnelle des situations, ce sont les soft skills comme l’intuition, la créativité, la capacité à faire un pas de côté qui sont de plus en plus recherchées. Je ne suis pas certaine (et c’est un euphémisme) que notre système éducatif nous permette de repérer, de valoriser ces talents.

Pour travailler depuis longtemps sur les questions de discrimination, d’égalité des chances, de diversité…. J’alerte sur le fait que la disparition complète du concours uniformiserait et banaliserait encore plus notre enseignement supérieur. On peut mettre des quotas pour l’origine sociale, l’origine éthique vraie ou supposée, le sexe, la situation de handicap … mais pas pour ces compétences si insaisissables et encore tellement mal définies et évaluées pour lesquels nous manquons cruellement de recul.

On prête à Michel Serres l’idée que « le concours serait la pire des modalités de sélection à l’exception de toutes les autres », je n’ai pas retrouvé la citation originelle, mais cela lui ressemble bien ! Et une fois de plus j’adhère à cette analyse iconoclaste et visionnaire !

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Fabien Feschet

    Le Troisième paradoxe n’est valable que si les sujets de concours sont fait pour cela. On pense immédiatement aux ENS ou à Polytechnique pour ne citer que ces deux là, beaucoup plus difficilement aux QCM de la PACES par exemple. Ce paradoxe n’est donc pas intrinsèque à la notion de concours.

    Quant aux vertus, des concours il me semble que vous en oubliez une essentielle : la perception de l’effort par l’apprenant. En effet quand vous préparer un concours, ce n’est pas le niveau obtenu qui compte le plus mais votre capacité à être efficace et juste dans un environnement fait pour vous déstabiliser. Peut être que dès lors, réussir un concours demande plus de motivation qu’un examen et surtout plus de « robustesse » pour faire référence à l’IA au sujet du concours. Il ne faut pas oublier que certains sujets laissent perplexes certaines années des kyrielles d’étudiants et d’étudiantes dans le doute car le sujet n’était pas comme d’habitude… Cela n’arrive pas vraiment à l’Université et c’est d’ailleurs exclu par l’arrêté Licence, c’est pour dire !

    Alors oui supprimer les concours n’est pas une riche idée et très probablement une normalisation des profils « réussissant » dans lequel chaque famille reconnaître (à tord) ses enfants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.