Comment faire une omelette sans casser les œufs ? Une recette incroyable pour passer de la créativité à l’innovation !

Cliquez sur ce lien ou sur la photo pour accéder à la vidéo !

omelette

Peut-on faire une omelette sans casser les œufs ? A priori non… et pourtant ! Quel lien avec la créativité et l’innovation ? Quel rapport avec le dépassement de ses limites et les changements de posture ? Tout cela est à découvrir dans cette présentation de Jean-Charles CAILLIEZ lors du TEDx Alsace du 21 janvier 2017. Il s’agit de lutter contre le « Yes, but… », premier obstacle entre l’émergence d’une idée créative et sa transformation en innovation.

Leave a Comment

Filed under Expérience, Témoignage

Des méthodes entrainantes et des lieux inspirants pour stimuler l’innovation pédagogique à l’université !

Voir la vidéo de l’interview en cliquant sur : L’innovation pédagogique, un investissement !

Est-il facile d’innover en pédagogie universitaire ? Faut-il pour cela des méthodes et des moyens particuliers ?  Pour innover en pédagogie, il faut nécessairement des méthodes qui donnent envie aux enseignants de se lancer dans l’aventure et des lieux inspirants pour les y inciter. Il y a deux façons de voir les choses. On peut innover juste en changeant sa façon de faire cours (innovation de transformation), c’est à dire enseigner la même matière mais de façon différente, ou innover en changeant la nature même de son cours (innovation de rupture), c’est à dire imaginer d’enseigner autre chose, un contenu plus transdisciplinaire, en le concevant avec d’autres enseignants de matières différentes. Ces deux approches sont complémentaires. Elles prennent leur place dans l’enseignement supérieur, notamment grâce à des cellules pédagogiques ou des laboratoires d’innovation pédagogique. Un exemple est donné ici à l’Université Catholique de Lille (cf. vidéo interview de Jean-Charles Cailliez, Vice-Président Innovation, au début de ce post).

Learning lab

Des lieux accélérateurs d’innovation. Les espaces physiques (salles et laboratoires de pédagogie expérimentale) dans lesquels ces ateliers et formations sont organisés sont des  sortes de « tiers-lieux » jouant le rôle d’accélérateurs ou d’inspirateurs de l’innovation. Il s’agit par exemple de salles de pédagogie expérimentale (Learning lab.), de salles d’expérimentation de nouveaux modes de réunion (Meeting lab.), de salles d’ateliers de l’innovation et du codesign (RIZOMM), des salles de conception et de prototypage (FabLab.), un laboratoire d’anthropologie expérimentale (Maison des Chercheurs), de studio de radio et de télévision (MediaLab.) ou de salle d’ateliers dédiés aux utilisateurs et usagers d’un écosystème localisé géographiquement (Living Lab.). Ces espaces sont aménagés en mobiliers amovibles permettant de nombreux types de dispositions pour le travail en équipes, la possibilité d’écrire sur les murs ou sur des plaques Velléda aimantées et/ou des tableaux montés sur roulettes. Elles sont super-équipées sur le plan numérique (wifi, webcams, caméras, vidéo-projections intégrées, partage d’écrans, tableaux interactifs, etc… En d’autres termes, elles permettent à la fois d’accélérer les expériences d’innovation lancées par les enseignants, mais aussi de les inspirer avant qu’ils ne se décident à innover.

1 Comment

Filed under Interview

Le QCM intelligent au service de la classe renversée. Qu’en pensent les étudiants ?

Dès la deuxième séance de classe renversée en génétique moléculaire,  il a été proposé aux étudiants de construire un QCM intelligent, soit un questionnaire à choix multiple de réponses, mais pour lequel on ne peut répondre en cochant les cases au hasard. En effet, la règle du jeu est différente de celle des QCM habituels ou même des QCM inversés : elle précise que pour obtenir les points, il faut non seulement trouver (et cocher) les bonnes réponses, mais aussi justifier pourquoi les autres sont fausses ! Ce qui rend le QCM bien plus intelligent… L’idée est aussi de proposer aux étudiants une méthode ludique pour préparer des questions d’examen ou de contrôle continu en rapport avec chapitres qu’ils construisent ensemble. Voici leurs impressions, positives et négatives, suite à l’expérimentation.

3d man choice

Impressions positives : Voir les fondamentaux de tous les chapitres ; piéger les autres – cela permet d’apprendre au fur et à mesure – jouer sur les mots dans la question ; pouvoir piéger les autres – les questions permettent de mieux appréhender le cours ; un exercice qui permet de situer à quel niveau de précision, nous nous situons dans le cours – exercice utile car il stimule notre curiosité et nous donne envie de connaître le contenu des autres chapitres Continue reading

Leave a Comment

Filed under Enquête, Expérience

En route pour la classe renversée (saison 4). J’y vais ou j’y vais pas ?

Pour sa quatrième édition en format de « classe renversée » , le cours de génétique moléculaire en DIY a été présenté à une promotion d’étudiants en  troisième année de licence de sciences de la vie à la FGES de l’Université Catholique de Lille.. Le principe de ce cours est présenté dans cette petite vidéo explicative. Voici leurs impressions à la fin de la présentation, sachant qu’il leur a été demandé de donner obligatoirement autant de points de satisfaction que d’insatisfaction, puis de voter en % sur leur niveau d’envie d’y participer.

vote

Impressions positives : La notation avec le système de points évolutifs – innovation ; système de paiement (notation) ; autonomie ; on apprend généralement beaucoup plus facilement quand on s’intéresse et le faire soi-même (le cours) permet de s’y intéresser : envie de bien faire les choses – originalité du cours par rapport à la méthode d’apprentissage ; le système de paiement pour la notation (où il n’y a pas de « par cœur » uniquement) – souplesse dans l’organisation du cours ; moins scolaire, moins monotone – le fait que l’on fasse notre cours nous-même = on apprend en cours ; c’est plus agréable que de « subir » un cours ; on le construit nous-même – le fait de construire soi-même son cours, ce qui permet d’apprendre plus vite, mais aussi d’avoir une ambiance sympa et qui nous change de l’ordinaire – la liberté d’apprentissage et le fait de faire son propre cours ; souvent le prof va faire le cours magistral d’une certaine manière, mais sans comprendre où il veut en venir ; là, on va pouvoir prendre le chemin que l’on veut pour comprendre la même chose ; je trouve que cette innovation pédagogique permet la compréhension d’un plus grand nombre d’étudiants – pouvoir travailler le cours de façon plus ludique que d’habitude ; avoir des interactions entre étudiants de différentes équipes Continue reading

Leave a Comment

Filed under Enquête

Innover en pédagogie,… par les rencontres improbables, le codesign et les communautés apprenantes !

Etre créatif pour être innovant en pédagogie, cela est nécessaire, mais pas suffisant, notamment si on espère que ce changement puisse être durable. Il faut créer des rencontres improbables, « contaminer » son entourage et créer une dynamique collective qui participe à la construction d’une communauté d’une communauté de pratiques, d’une communauté apprenante. C’est ce que les universités américaines désignent parfois sous le terme de Faculty Learning Communities (FLCs), c’est à dire des groupes d’enseignants, administratifs et d’étudiants provenant de toutes les disciplines et qui s’engagent dans des collaborations actives tout au long de l’année de manière à se former, expérimenter ensemble en innovation pédagogique, puis à échanger sur leurs pratiques. Les objectifs de ces communautés universitaires d’apprentissage sont d’échanger et de réfléchir sur les pratiques d’enseignement et d’apprentissage. Il s’agit par exemple d’expérimenter de nouvelles pédagogies, de créer des collaborations entre les disciplines, d’imaginer la création de modules inter- et trans-disciplinaires, de participer à la recherche de profils d’excellence et au financement des activités pédagogiques,… enfin, d’avoir ensemble conscience de la complexité des modes d’enseignement et d’apprentissage.

cod2

La quatrième des 5 disciplines de Peter SENGE, qu’il définit comme l’une des pratiques nécessaires à la construction d’organisations intelligentes, est « l’apprentissage en équipe ». Elle encourage à l’écoute active et au dialogue constructif. Elle stimule les interactions dans un groupe en générant une réelle capacité à apprendre de chacun. Elle peut aussi transformer un groupe d’individus, c’est à dire une somme de talents, en une véritable équipe composée de personnes ayant envie d’apprendre ensemble. Cela nécessite forcément un esprit d’équipe et de la cohésion. Alors comment faire pour que l’intelligence d’une équipe se développe ? Comment transformer cette équipe en organisation intelligente, un système qui permette à chacun de ses membres de se développer ? Selon Peter SENGE, « apprendre en équipe signifie apprendre à… apprendre ensemble ! ». C’est une discipline basée sur la pratique et en des lieux d’expérimentation bien déterminés. L’apprentissage en équipe est la discipline qui produit l’unité d’action. Elle permet au potentiel d’intelligence de chacun de ses membres de diffuser à travers le groupe et plus largement dans son environnement de travail. Le talent de l’équipe devient alors supérieur à la somme des talents individuels. Il transforme les additions en multiplications. Pour ce faire, il convient alors de pratiquer de manière équilibrée le dialogue, c’est-à-dire des échanges libres et ouverts avec une grande capacité d’écoute, puis la discussion, c’est-à-dire la présentation et la défense d’une série d’opinions. Pour un dialogue de qualité, il faudra freiner ses aprioris, lutter contre ses postulats guidés par ses modèles mentaux, voire les remettre en cause le cas échéant et considérer les autres comme des alliés dans la quête d’une solution. Pour travailler à cela de manière efficace, l’idéal est d’avoir une méthode d’animation qui fasse respecter des règles de bonne conduite et qui permette que ce dialogue perdure et progresse. C’est uniquement lors de la discussion, dernière phase du processus, que l’on pourra déboucher sur des décisions raisonnées et donc efficaces. Ces méthodes d’apprentissage sont applicables bien sûr dans l’éducation, pourvu qu’elle s’en donne les moyens.

NB : Les cinq disciplines de Peter SENGE qui se combinent pour construire les organisations « intelligentes » sont la maîtrise personnelle, la remise en question des modèles mentaux, la vision partagée, l’apprentissage en équipe et la pensée systémique ou cinquième discipline. Dans son ouvrage intitulé « La Cinquième Discipline » (The Fifth Discipline, the Art & Practices of the Learning Organization, Editions FIRST, 1991, réédité en 2012 (version française cosignée avec Alain GAUTHIER, collègue de l’auteur et consultant en développement d’équipes dirigeantes), Peter SENGE, professeur au Massachussetts Institute of Technology (MIT), directeur du Learning Center de la Sloan School of Management du MIT, associé fondateur du cabinet de conseil Innovation Associates et fondateur de la Society for Organizational Learning (SOL), décrit ce que sont les organisations « intelligentes », celles qui luttent contre le cloisonnement et la dilution de leurs forces pour penser et travailler de manière globale. Son ouvrage s’adresse aux manageurs désireux d’élever le niveau de performance de leur entreprise en y associant leurs collègues dans un véritable esprit d’équipe (Source Wikipédia).

Des communautés de « hackers pédagogiques. Peut-on construire à l’université des communautés de « hackers pédagogiques » prêtes à échanger sur leurs pratiques innovantes ? C’est l’objectif que peut se donner une équipe de pédagogue concernés par l’innovation pédagogique en construisant des cycles de formation aux communautés apprenantes. Cela contribue à dynamiser l’innovation pédagogique. Dans ces formations qui sont de véritables programmes participatifs, on peut inviter les enseignants à partager leurs expériences, à explorer les outils collaboratifs et pratiques innovantes et à expérimenter sous forme d’ateliers créatifs. Cela peut se faire en tout moment de l’année ou lors d’événement particulier comme en séminaire ou en université d’été. Des cercles de dialogue peuvent aussi être constitués pour confronter les expériences : « Que sait-on de nos étudiants ? Que font-ils pendant les cours ? Pouvons-nous décrire ce qui a changé ? ». Dans ces approches, les participants répartis en groupes passent de l’un à l’autre. C’est le temps de l’émulsion. Les idées principales sont reportées méticuleusement pour être débattues en plénière. C’est le temps de la décantation. On demande ensuite à chacun de se concentrer sur un type de cours. Des cartes illustrées symbolisant les caractéristiques de ce cours leur sont distribuées. Elles permettent de constituer leur propre jeu. Ce sera par exemple : amphithéâtre, cours magistral, transmission de savoir, tableau et écran pour projeter des PowerPoint, interrogations par DS ou QCM. Il est même possible de dessiner sa propre carte,… son joker ! Le jeu permet d’expliquer comment on travaille en cours, ce que l’on attend de ses étudiants et comment on les évalue ? Une réflexion collective s’enclenche par binôme. Si on changeait une carte ? Si on la remplaçait par une autre ? Il est demandé à chacun de dire comment il s’organise en fonction de la contrainte. Le dialogue s’engage, table par table. Tout le monde reporte sur une fiche les avantages et les inconvénients qu’il rencontre, mais aussi les questionnements que cela soulève quant aux objectifs de son cours. Les débats se déroulent aussi bien dans le champ de la pédagogie que celui de la technologie.

Innover par le codesign. Un challenge peut ensuite être proposé à tous, celui de créer de manière collective un cours vraiment innovant ! Pour cela, la méthodologie choisie est celle du codesign. Il s’agit de « dessiner ensemble » en alternant des phases de divergence avec celles de convergence. Les premières permettent d’explorer de nouveaux territoires et de s’ouvrir à de nouvelles idées. Les autres conduisent à approfondir les idées fortes et à construire le projet. En d’autres termes, la pensée divergente correspond à une étape génératrice d’idées, alors que la pensée convergente désigne un processus exploratoire amenant à se focaliser sur une ou plusieurs d’entre elles pouvant aider à traiter un problème ou à construire une solution. Cette approche créative par succession de pensées et d’actions qui vont déboucher sur des idées originales commence à être acceptée par le monde de l’éducation. Ce qui est demandé est de scénariser le déroulé d’un cours qui soit vraiment innovant d’un point de vue pédagogique. On peut choisir un enseignement existant et le transformer radicalement ou en monter un de novo dans un domaine qui ne soit pas forcément académique. Les seules contraintes sont de favoriser l’interdisciplinarité, la mobilité des étudiants, la réduction des espaces, l’utilisation d’outils technologiques et collaboratifs et la pertinence des méthodes d’évaluation. Pour cela, on utilise une méthode qui consiste à faire tourner les équipes d’une table à l’autre, animée par un « hôte de table ». Celui-ci va organiser la réflexion en leur faisant intégrer les contraintes et en les aidant à trouver de nouvelles propositions de solution. Chaque groupe franchit ainsi ces items par rotations successives. Chaque proposition, travaillée par un groupe, est poursuivie par le groupe suivant qui va faire de nouvelles propositions en intégrant les critères retenus par le précédent. On termine par un retour à la configuration initiale pour que chaque groupe puisse faire un réajustement et préparer le pitch de présentation de son « nouveau cours ». La formation se termine par un échange au cours duquel on interroge les participants sur les suites qu’ils comptent donner à ces journées : participer à une autre pour approfondir un nouveau point en lien avec la pédagogie ou bien être accompagné individuellement sur une expérience « in vivo » de transformation de son enseignement, que ce soit pour une simple séance ou pour un cours complet. Tout ce qui contribue finalement à innover ensemble et de manière durable !

Commentaires fermés

Filed under Réflexion

Les 10 innovations pédagogiques qui pourraient faire 2017 !

L’université britannique online The Open University[1] publie chaque fin d’année depuis 5 ans un rapport sur les pédagogies innovantes, recoupant les pratiques, les technologies et les recherches les plus en pointe dans le milieu de l’éducation.Open University

Dans son rapport de décembre 2016[1], ces 10 innovations sont : l’apprentissage par les réseaux sociaux qui permet d’échanger des idées et d’engager des conversations via Twitter ou Facebook offrant ainsi des opportunités d’apprentissage comme par exemple l’accès à des experts, l’apprentissage par les échecs qui permet aux étudiants d’analyser leurs « échecs productifs » lors des approches par projets ou par résolution de problèmes ; les échanges de connaissances par « Teachback » qui permettent à chaque personne (enseignant, expert étudiant,…) de partager avec d’autres des connaissances acquises ; le design thinking qui permet de résoudre des problèmes en utilisant les méthodes des designers, en particulier des processus de créativité et de prototypage qui tiennent compte de l’approche par les usages ; Continue reading

Leave a Comment

Filed under Enquête, Etude

MOSAIC Lille 2017, une troisième édition pour l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité

Les pré-inscriptions à l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité MOSAIC Lille 2017 sont lancées depuis ce matin.

Que vous soyez dirigeants, managers, chefs de projet, chefs de produit, manager recherche et développement, enseignants-chercheurs, designers, responsables RH du secteur public ou privé et plus généralement quelqu’un ayant à mobiliser l’intelligence collective et la créativité d’équipes, cette école est faite pour vous. Elle vous permet de vivre un parcours créatif au service de l’innovation, transposable dans vos propres problématiques, d’expérimenter l’intelligence collective et le co-design grâce à des méthodes et une animation éprouvées, d’amorcer partenariats et réseaux et de se confronter à des profils et des compétences diversifiés.

L’évènement aura lieu à Lille les 16 (après-midi), 17, 18 et 19 mai 2017 dans les locaux de l’Université Catholique de Lille, plus exactement aux ADICODE Vauban du Groupe YNCREA (HEI ISA ISEN) et dans les Ecosystèmes Innovants des Facultés (Boulevard Vauban).

MOSAIC 2017

Le programme détaillé de ces 3,5 jours sera publié en février 2017. Il sera construit sur la base de MOSAIC Lille 2015 et de MOSAIC Lille 2016 avec des demi-journées consacrées à des ateliers de créativité et de prototypage.

 Le nombre de participants est strictement limité à 60 pour des raisons d’organisation et parce que les activités seront menées en équipes. A noter qu’il sera possible cette année (10 à 15 places seulement) de s’inscrire à la journée les 17 et 18 mai 2017.

Les deux liens soulignés, ci-dessus, dans ce mail vous donnent accès aux films des événements 2015 et 2016.

Pour tout renseignement, prière de contacter Emilie MORVILLERS (emilie.morvillers@univ-catholille.fr)

Leave a Comment

Filed under Annonce, Colloque, Expérience

Que pensent les profs de la classe renversée ? Je t’aime,… moi non plus !

Que pensent les profs de la classe renversée ? Ont-ils envie de se lancer dans l’aventure des pédagogies innovantes ou bien ont-ils peur de s’y risquer ?  Telles sont les questions qui ont été posées à une quarantaine d’universitaires de l’Università di Corsica Pasquale Paoli lors d’un séminaire d’innovation pédagogique organisé par Thierry Antoine SANTONI , Vice-Président en  charge de l’innovation et du numérique, les 1 et 2 décembre 2016 à Corté.

je-taime

Leurs impressions positives et négatives ont été recueillies suite à une conférence de Jean-Charles Cailliez sur son expérience de classe renversée en « Do it Yourself«  et précédant deux jours d’ateliers collaboratifs (co-animés par Delphine CARISSIMO, chargée de mission à l’Institut de l’Entrepreneuriat de l’Université catholique de Lille) consacrés aux méthodes pédagogiques innovantes et aux communautés apprenantes. D’un point de vue méthodologique, il a été demandé à chacun de donner obligatoirement un point positif (ce qui lui donne envie de se lancer dans une pédagogie innovante, classe inversée ou autre méthode) et un point négatif (ce qui le freine, voire ce qui lui fait peur). Ci-dessous leurs réactions :

Impressions positives et inspirations. La méthode des tableaux tournants me semble très didactique et intéressante à mettre en place – Continue reading

Leave a Comment

Filed under Atelier de créativité, Colloque, Réflexion

Du marathon à la classe renversée !

Quels liens entre le dépassement de soi en course à pied et le fait de sortir de sa zone de confort en pédagogie ? A priori aucun. A l’occasion du TEDx de Belfort le 14 octobre 2016, dont la thématique était « Envie de vie », Jean-Charles Cailliez a focalisé son talk (« Du marathon à la classe renversée« ) sur la plaisir que l’on pouvait avoir à dépasser ses limites dans sa passion comme dans son projet professionnel.

marathon-header-fr

A l’aide d’exemples illustrés, il a invité les 500 spectateurs de la Salle Granit à le suivre le long de ses multiples marathons et autres courses d’endurance et dans sa salle de classe où les étudiants construisent le cours par eux-mêmes et donnent des devoirs au professeur. A suivre sur http://www.tedxbelfort.com.

Leave a Comment

Filed under Témoignage

Tout à déclarer ! Des universitaires français et belges qui échangent sur leurs innovations pédagogiques…

Film de l’événement téléchargeable sur : https://www.youtube.com/watch?v=gwpRnEWeZOA

Article en format PDF : Hack’Apprendre Lille 2016

Impression

Une frontière invisible qui sépare deux régions particulièrement riches en établissements d’enseignement supérieur et de recherche : les Hauts de France et la Wallonie. Des communautés de pédagogues, enseignants et formateurs, qui se posent souvent les mêmes questions : Comment innover en pédagogie ? Comment enseigner différemment ? Comment partager sur nos pratiques pédagogiques et progresser de manière collective ? Comment bénéficier de l’apport des uns et des autres qui expérimentent avec leurs étudiants ? Peut-on imaginer, de part et d’autre de la frontière, une communauté apprenante impliquée dans une dynamique collective d’innovation pédagogique ? Continue reading

2 Comments

Filed under Atelier de créativité, Expérience