De la créativité à l'innovation

Comment être plus créatif ? Demandez à MOSAIC (HEC Montréal) et twittez sur #YULBCN !

Texte avec illustrations sur : ExcentriQ au coeur de YUL

ExcentriQ au cœur de YUL !

Comment être plus inventifs ? Comment stimuler la créativité dans nos activités de tous les jours ? Comment le faire jusqu’à atteindre parfois l’excentricité ? Comment traduire en acte les idées nouvelles qui jailliraient de nos cerveaux ? Comment inventer alors de nouveaux business models ? Comment rendre l’innovation durable au travers d’un modèle économique viable ? Comment créer (et pourquoi pas rejoindre) une communauté de l’innovation ?  Comment inviter ses collègues à une démarche collaborative ? Voici parmi tant d’autres, les questions qui se sont immiscées au centre de nos préoccupations lors de la Summer School on Management of Creativity… in an Innovation Society , organisée pour la cinquième année consécutive par MOSAIC (Hub de Créativité et d’Innovation à Montréal) sous la direction de Lucie STOJAK, Laurent SIMON et Patrick COHENDET, HEC Montréal… co-animée en 2.0 par le génie créatif de Francis GOSSELIN et Louis-Félix BINETTE, f&co à Montréal) dans la ville accueillante de Montréal (YUL) du 9 au 16 juillet 2013, puis dans la foulée par l’Université de Barcelone dans la cité catalane (BCN) du 18-24 juillet 2013.

1116002_10151523028237676_1683117988_o

Difficile de vous en faire une synthèse ou même un résumé, voire inutile puisqu’il s’agissait surtout d’un moment d’échange et de créativité à vivre ensemble au sein d’une communauté de l’innovation sans cesse en construction. De plus, n’ayant participé qu’à la première mi-temps au pays du sirop d’érable (me réservant celle de BCN pour l’année prochaine), j’ai néanmoins choisi de vous transcrire dans cette note certains moment de la semaine sous la forme d’une succession de petits regards… ceci afin de vous donner, je l’espère, l’envie de nous rejoindre et de venir à votre tour vivre l’aventure… perhaps next year ?

Bon matin à Montréal ! Un accent québécois chatouille mes tympans en guise de Good Morning YUL ! Un message de bienvenue qui nous attend pour ce premier jour dans les locaux de HEC Montréal (magnifique bâtiment !). Près de 80 participants venus des quatre coins de la planète pour une dizaine d’organisateurs… in English in the text and during the whole week. Pas de problème pour nos amis québécois qui jonglent aisément entre la langue de Shakespeare et celle de Jacques Cartier. Neuf équipes sont alors constituées par le soin de nos gentils organisateurs et de manière aléatoire (I suppose), prêtes à réagir, interagir, communiquer et à se lancer des défis. Bref, une ambiance dès le départ complètement décalée par rapport aux universités d’été plus académiques, mais tout à fait dans la logique de pensée de la MOSAIC team. C’est certain, vous allez capoter ! (you will love it !)

Who are you… in only six words ? Et si vous deviez vous présenter en une seule phrase de seulement six mots ? En guise de curriculum vitae, cela suffit à laisser un souvenir à vos interlocuteurs bien plus long que de grands discours. Vous pouvez aussi choisir six mots sans pour autant faire une phrase. Pour cela, on ne vous laisse que cinq minutes… Oups, se résumer aussi rapidement,… vraiment pas facile. Finalement, je me décide pour Biologist who always search and run. Pas génial, mais proche de la réalité. Certains de mes voisins ont plus d’inspiration, dont mes préférés : Acadien by birth… Montrealer by adoption, French Buddha in Thailand preaching creativity, Ukrainian optimist imagining Belgian colorful creativity, Passionate inquisitive bee exploring branding Territories, Active French guy needing another coffee, Hard to describe such a woman,… Chacun de nos CV en six words est alors transformé en un poster personnalisé grâce au talent de nos deux graphistes attitrés, Jérémy JONCHERAY et Thomas OUDIN, co-fondateurs de « Studio 923a » (Strasbourg) participant avec nous à la Summer School. La semaine sera riche en images !

Time to be ExcentriQ ! Une plateforme collaborative (https://yulbcn2013.excentriq.org) pour proposer nos idées novatrices tout au long de la session et pour réagir aux interventions et aux visites de la semaine. Voilà la bonne surprise de cette première journée. Here comes ExcentriQ, la plateforme des créatifs. Merci à Benoit BISSON de « Mouvement Desjardins », coopérative canadienne d’épargne et de crédit. Quoi de mieux pour pouvoir produire et échanger en groupe ? Qu’il s’agisse d’idées farfelues, de challenges à relever, d’événements à commenter ou de références à partager… tous nos articles inspirés par les conférences, les débats, les échanges, les visites (que l’on commente ensemble les lendemains par la méthode de feed-back des 3R’s : Review, Reflect, Recreate),… y trouvent une place. On peut ainsi réagir à un propos, ajouter ou compléter un commentaire, illustrer une thématique, voire même proposer un challenge ! On peut aussi tout simplement dire que l’on aime by a simple like. La seule condition pour participer est celle de se montrer le plus innovant possible, le plus créatif… jusqu’à l’excentricité ! Pari gagné puisqu’après la semaine de BCN, on y trouvera près de 500 sujets, publiés par l’ensemble des participants. A l’aide d’ExcentriQ, la vie du groupe se poursuit au-delà de la Summer School. Nous pouvons ainsi continuer à partager les expériences de créativité et d’innovation que nous vivons chacun dans nos villes et nos établissements. Cela intensifie les liens entre les différents nœuds du Hub international de MOSAIC et continue à le faire croître aux croisées de Montréal, Barcelone, Strasbourg, Liège, Helsinki, Lille, Paris, Rio, Sao Paulo, Ottawa, Trois-Rivières, Grenoble, Nice, Marseille,… rien que cela ! A very active community for an innovative hub !

En vol chez Bombardier. Notre première visite est celle des ateliers de montage de jets privés chez « Bombardier », fleuron de l’industrie aéronautique mondiale,… ça ne se refuse pas ! Dans une succession de hangars gigantesques, nous traversons les différentes étapes de la naissance d’un avion de luxe. On est comme chez « IKEA », sauf qu’il y a ici des pièces géantes venues des quatre continents et plus de 75000 pièces d’outillage pour assembler de 60 à 80 jets par an. Il faut environ 18 mois et 2500 personnes pour les transformer en Learjet, Challenge ou Global, dans une entreprise prônant l’innovation qui a choisi de dixit « célébrer le passé, consolider le présent et créer le futur ». Deux choses me marquent particulièrement pendant ce temps de vol. La première est qu’il existe une petite hélice de secours (je n’ai malheureusement pas le droit de la photographier) qui peut sortir de l’avant du jet en cas de panne électrique totale en vol… Un peu mécanique, cette éolienne de fortune, et surtout incroyablement simple pour un avion truffé des dernières avancées technologiques ! Sans doute une idée ingénieuse qui a survécu à l’évolution ! La deuxième est la dose de patience incommensurable que doivent avoir les richissimes clients du dernier modèle de Global. Les premiers exemplaires ne leur seront livrés qu’en 2018 pour le modèle 7000 et en 2020 pour le modèle 8000… et les réservations commencent déjà ! Auront-ils la petite hélice ?

Chez PHI pour une mosaïque d’espaces créatifs. Le « Centre PHI » est un complexe de création au cœur de Montréal qui veut rendre l’art accessible au plus grand nombre de gens possible. Pour cela, il organise des rencontres entre les artistes, leurs œuvres et le public. C’est aussi et surtout un lieu de rencontre d’une très grande polyvalence qui nous convie en ce début de formation pour nous immerger dans une mosaïque de lieux créatifs comme A Space for Life avec le Biodôme et l’Insectarium, le Living Lab de Montréal, le « CRE » de Montréal (organisme à but non lucratif en développement durable), la communauté de créateurs « Pied Carré », la plateforme coopérative Imagination for People, le futur « Quartier de l’Innovation » et enfin l’approche par les usages de Mandalab (communautique qui assiste les personnes exclues de la société de l’information) et du Living Lab « SAT-Sainte Justine » (art-thérapie au service des enfants malades),… Ces espaces innovants défilent devant nous à tour de rôle commentés par leurs porteurs de projets dans une dynamique qui nous fait comprendre que nous sommes, à n’en pas douter, dans une ville particulièrement créative. Voilà qui finit cette première journée par un panorama complet de ce qui se fait de plus innovant dans la capitale du Québec. Plutôt copieux si on considère qu’il ne s’agit que d’un apéritif… que l’on partage ensuite sous la forme d’un cocktail avec les membres de l’Association Française de Management International (AFMI) en fin de séminaire à Montréal.       

5, 4, 3, 2, 1, Pecha Kucha ! How much could you get across in only 400 seconds ? En d’autres termes, êtes-vous capable de faire une présentation complète sur un sujet bien défini en seulement 20 illustrations de 20 secondes, soit exactement 6 minutes et 40 secondes ? Le défi proposé par cette méthode sortie du cerveau de designers japonais (« Pecha Kucha », dont la traduction littérale est « le bruit de la conversation ») est relevé par certains d’entre nous (avertis, bien sûr car cela se prépare avec minutie…) sur des thèmes d’innovation aussi variés que : gamification, open innovation, réseaux de pratiques, innovation exploratoire, entrepreneuriat innovant, leadership créatif,… Le chrono est impitoyable, ainsi que les applaudissements de la salle une fois le temps écoulé qui ne permettent à personne de dépasser d’une seule seconde. Dynamique pour l’assemblée, mais plutôt stressant pour l’orateur : un autre cocktail de sensations !

Making the perfect omelet ! Peut-on faire une omelette sans casser les œufs ? A priori, non. Aussi, il nous faut beaucoup d’imagination et un zest de créativité pour arriver à résoudre la quadrature de l’œuf. Profitant de l’Omelet Contest, concours proposé par l’équipe de MOSAIC, celui de réaliser l’omelette parfaite, digne de la mère Poulard au Mont Saint-Michel, l’équipe dans laquelle je me trouve décide ni plus ni moins de réaliser une première mondiale : « L’omelette à la coque » » ! Au lieu de casser les œufs comme cela est de coutume, nous faisons juste une petite entaille au sommet de leur coquille pour en extraire délicatement le blanc et le jaune que nous allons ensuite battre séparément. Une fois l’omelette cuite dans une poêle, nous allons farcir les coquilles, reconstituant ainsi la forme de départ. Il fallait y penser ! Le jury aux papilles aiguisées et à l’œil impitoyable ayant apprécié le goût de notre met et la prise de risque prise dans le contexte d’un concours à la concurrence très relevée (les neuf équipes étant plus ingénieuses les unes que les autres) nous fait l’honneur de nous décerner le premier prix : une bouteille de champagne. Moralité de l’exercice : à condition de bien s’entendre, même les choses les plus simples peuvent être faites de la manière la plus inn(œuf)vante !        

En piste pour le Cirque du Soleil. Une demi-journée complète nous attend chez les artistes qui ont littéralement réinventé le cirque. Ce sera dans un premier temps, la visite des salles d’entrainement, des ateliers de confection des costumes, de la matériauthèque, des salles de sport pour l’entretien physique des acrobates et des scènes de répétition pour les nouveaux spectacles. Ici, on se sent plus proches des Jeux Olympiques que de ceux du cirque. Plus de la moitié des artistes vient du sport de compétition et a connu le niveau mondial. Un quart d’entre eux est issu du milieu artistique pour seulement moins de 10% qui vient du cirque classique,… j’allais presque dire « académique ». Une autre particularité du Cirque du Soleil est l’implication de chacun des salariés dans la vie de la « famille ». Chaque employé est invité régulièrement à donner son avis lors de réunions consacrées à l’organisation du travail et à la vie de l’entreprise. Cela concerne aussi bien le sujet des spectacles où il faut à chaque fois trouver de nouvelles idées (to try to diversify by different events… and not doing the same things the next days) que la vie de tous les jours avec par exemple l’aide et l’accompagnement des familles des artistes. Un cirque réinventé, créatif et solidaire…, mais aussi doté d’un grand cœur car reversant un pourcentage de ses revenus (et non de ses profits) en milliards de dollars à des œuvres caritatives. Notre visite de la piste aux étoiles se poursuit par une proposition originale : on nous demande de choisir entre trois ateliers : acrobatie, danse ou bouffonnerie ? A nous de jouer ! De manière spontanée, mais aussi parce que les deux autres pratiques me sont plutôt étrangères, j’opte pour la troisième. Bien m’en prend car cela me permet de croiser la route de Massimo… entraineur de clowns (mais aussi de « bouffon class » in management) et expert lui-même en la matière. Sa devise : « You need to go outside the box !”. Il faut donc le prendre au mot. Puisqu’il faut laisser parler son inspiration, chacun d’entre nous à tour de rôle, puis en petits groupes de quatre à cinq commence à faire des grimaces, à marcher et crier comme un singe hystérique, à hurler des mots grossiers en s’adressant de manière comique au public accroupi devant lui… Massimo ordonne et ses apprentis clowns exécutent dans la joie et la bonne humeur. Voilà qui pourrait en surprendre plus d’un, mais qui est finalement une manière incroyablement efficace de libérer l’inspiration et le naturel qui sommeille en soi. Tout le monde se prête au jeu et personne au final ne le regrette,… bien au contraire.

Faites vos jeux avec Ubisoft. Sans nul doute la présentation que j’ai préférée, non pas celle de l’entreprise que je connaissais mais celle de Stéphane CARDIN, producteur de jeux, qui nous raconte son histoire, celle de la naissance d’un jeu en ligne ayant commencé par un échec cuisant. Dans la saga des contes merveilleux à l’américaine, on a l’habitude du story-telling qui vous retrace l’histoire d’un self-made man ou d’une victoire remportée sur l’adversité. Mais cette fois-ci le propos est consacré à un constat d’échec et à l’analyse qui en sera faite pour mieux rebondir. Communiquer sur l’échec, voilà qui n’est pas banal. Après quatre succès consécutifs dans la vente de leurs jeux, l’équipe de Stéphane s’est retrouvée dans une impasse pour le suivant. La façon avec laquelle elle a réagi, en impliquant l’ensemble de ses collaborateurs, notamment en recréant une dynamique de groupe par gamification (tournois de jeux organisés en interne) tout en développant le concept du nouveau jeu, est un exemple à suivre. A good benchmark ! Les trois mots d’ordre appliqués ici ont été : let go (laisser faire ses collaborateurs, les laisser respirer, ne pas tout contrôler), federate (s’intéresser aux gens dans l’équipe, les découvrir, les écouter) et have fun (les personnes mises sous pression ne produisent pas de nouvelles idées, les gens veulent être fiers de leurs contributions). Finalement, on se rend compte que l’échec fait partie intégrante de la dynamique qui mène au succès. On devrait même l’enseigner en école de management car il est complètement recyclable. Le tout est de bien négocier cette période ultra-sensible, source de conflits pouvant mener jusqu’à la dislocation de l’équipe. Ubisoft nous rappelle que l’un des piliers de la créativité est le courage. Il ne suffit donc pas d’avoir de bonnes idées. Il faut être capable de les tester et pourquoi pas de les abandonner rapidement quand elles ne fonctionnent pas. Une règle fondamentale à suivre, cependant : celle de ne pas s’entêter dans l’échec et ne pas hésiter à faire à temps volte-face. En d’autres termes, les innovateurs ont d’abord le droit à l’erreur (the right to fail at the beginning of the project), mais à condition de s’en rendre compte rapidement (failure need to happen faster !) pour ne pas s’engluer. Dans l’histoire présentée par Stéphane, le retour au succès leur a demandé juste six mois. Rien de surprenant pour une société dynamique et innovante dont les critères de recrutement sont les 4C’s : curiosity, collaboration, competencies, casting.

Connected chez Bell. Accueillis dans les locaux de la très célèbre Phone Company, transformée depuis quelques années avec l’arrivée d’internet en Screen Company, nous découvrons comment sont créées ici les conditions qui favorisent la créativité, celles qui stimulent la confiance entre collaborateurs au détriment de la hiérarchie, cette dernière que l’on n’hésite pas à écraser chaque fois que cela est possible. Nous apprenons par exemple comment il est possible de décliner sa marque en fonction des événements. Bref, comment on peut conjuguer son logo, tel un verbe, aux différents temps. Bien sûr, cela est plus facile quand on a déjà une certaine notoriété, mais pourquoi ne pas anticiper ? Toutes les idées sont bonnes à prendre. Pour Bell, une marque doit posséder les caractéristiques fondamentales qui sont consistent, optimistic, innovative, clear-simple. Elle doit être médiatique pour les gens et non pour elle-même tout en restant centrée sur les valeurs de l’entreprise. Le constat est que nous vivons aujourd’hui dans une société envahie par les écrans et ceci à toute heure du jour et de la nuit. C’est un monde de consommation d’images, bien plus que de produits. L’entreprise doit apprendre à manier ce langage visuel au risque de disparaitre. Pour cela, elle doit favoriser dans ses équipes le développement de creative people bien plus que celui d’une organisation bureaucratique et le traduire en images pour communiquer de manière innovante avec ses clients. Voilà qui est « Bell » et bien dit !

En mouvement chez Desjardins. Une demi-journée des plus créatives chez le groupe de coopératives d’épargne et de crédit « Mouvement Desjardins », premier employeur privé canadien avec 50.000 salariés, nous tend les bras. C’est un véritable challenge de la créativité qui nous est proposé. Nous avons moins d’une heure pour créer une entreprise ! Une nuée de post-its se met à coloniser les murs et les fenêtres. Ils sont tous plus colorés les uns que les autres et portent chacun un mot, un verbe, un adjectif, une idée… en rapport avec le projet en création. Comme dans le cas des autres challenges, concours de l’omelette compris, on apprend à écouter les idées des autres, les enrichir, les compléter avec les siennes… de manière à en créer de nouvelles encore plus inattendues et intéressantes. Bienvenue dans le monde de la co-élaboration ! Devant un jury constitué par la direction de la banque, trois projets se retrouvent en finale parmi les 8 présentés en premier tour avec les grandes lignes de leur modèle économique : une ligne d’autobus urbain gratuits pour chaque quartier de la ville à tour de rôle, une école d’enseignement à distance… et un site web consacré à l’entraide domestique. C’est ce dernier qui l’emporte !

Efficaces et créatifs à l’ETS. Une école d’ingénieurs en sciences et technologies qui accompagne dans leurs études plus de 10.000 étudiants par an et dont 100% d’entre eux trouve un emploi à la sortie ! Voilà la performance de l’Ecole de Technologie Supérieure (ETS), celle d’être le premier fournisseur d’ingénieurs aux entreprises du pays. Dans un cadre assez exceptionnel (dont le hall d’entrée est rempli de prototypes réalisés par les élèves eux-mêmes… automobiles, avions, bateaux et même sous-marins !), où les laboratoires de recherche côtoient les amphis, les bibliothèques et les salles de sport hyper-équipées, nous passons une demi-journée à comprendre les méthodes de stimulation de la créativité et de résolution de problème comme le TRIZ et le CK… et nous finissons par déjeuner, ce qui n’est pas banal, sous les balancements d’un gigantesque et magnifique pendule de Foucault ! Histoire de nous rappeler que pendant notre périple, la Terre sous nos pieds continue de tourner. Ce passage à l’ETS nous permet aussi et surtout de découvrir le BMC ou « business model en canevas » ! Neuf cases sur une seule page qui représentent la proposition de valeurs (nouveauté, prix, accessibilité, design, utilité,…), les clients (marché de masse, niche, segmentation,…), la relation avec les clients (assistance, self-service, communautés,…), les canaux de distribution (sensibilisation, évaluation, achat, livraison, SAV), les activités clés de l’entreprise (production, résolution des problèmes, plateformes, réseaux), les ressources clés (physiques, intellectuelles, humaines, financières), les partenaires (associés, fournisseurs,…), les coûts de structure et les revenus. Mais la grande originalité du BMC est qu’il permet de visualiser toutes les transformations que va subir le modèle économique au cours de la vie de l’entreprise. Il rend le business model adaptable et permet l’anticipation aux évolutions du marché. Grâce à lui, un dirigeant peut transformer progressivement son modèle économique pendant qu’il est encore performant et ne pas attendre qu’il soit trop tard. Un exercice nous est ensuite proposé en guise de « devoir à la maison » afin de tester l’outil. Celui de créer une entreprise et son modèle économique en ne disposant au départ que d’une bicyclette et de 1.000 dollars. Une trentaine de projets seront ainsi traduits en BMC dès le lendemain et publiés sur ExcentriQ ! Pas mal, non ?

La tête dans les étoiles. Deux planétariums nous attendent à Montréal pour une visite très différente l’une de l’autre. La première au Dow Planetarium, bâtiment d’origine inauguré en 1966 pour l’Exposition Universelle de 1967 et qui a fermé cette année 2013 pour rejoindre le biodôme et le jardin botanique au cœur du site olympique de 1976, se transformant en Rio Tinto Alcan Planetarium. C’est donc un planétarium désaffecté qui nous accueille dans un premier temps et dont l’intérêt principal est qu’il sera prochainement donné par la ville à son futur « Quartier de l’Innovation » au service des projets de MOSAIC et ses partenaires. Bizarre donc, la visite de cette immense salle hémisphérique vide de toute activité et pour laquelle on essaie d’imaginer une nouvelle utilisation (ce qui fera l’objet d’une séance de codesign organisée les jours suivants). Un espace de travail collaboratif dans lequel les idées ou les projets en construction s’agencent dans l’espace à la manière d’étoiles ou de planète. Idéal pour de futurs big-bangs créatifs ! La seconde visite se passe de manière beaucoup plus académique dans le nouveau planétarium, celui du Rio Tinto Alcan qui nous propose pour l’occasion de nous allonger sur des coussins moelleux et de regarder le ciel nous emmener dans l’univers. Nous passons ainsi d’une planète, voire d’une constellation, à l’autre comme si nous étions métamorphosés en météorites. Superbe voyage qui relativise, face à l’immensité de l’univers, notre supériorité d’être humain avant de nous ramener les pieds sur terre ! Une sensation d’apesanteur dont on peut croire qu’elle ressemble un peu à celle qui nous envahit quand on s’aventure out of the box pour devenir plus créatifs ! 

Codesign made in Lille. Que faire d’un planétarium désaffecté dans un « Quartier de l’Innovation » en cours de construction ? Et si on se creusait la tête en « codesignant » le projet ? A nouveau, les cerveaux de nos équipes se mettent en ébullition, mais cette fois-ci sous la baguette d’Alain FRULEUX, Elodie COLLET et France LEFEBVRE DU PREY, en méthode de codesign made in Lille. Dans un premier temps, on imagine des articles de presse qui racontent ce qu’est devenu en 2016 l’ancien Dow Planetarium, puis ce sont huit safe projects et le même nombre de crazy projects qui émergent de nos post-its et mind-mappings, le tout en moins de deux heures… :  conférences organisées en multi-sites avec d’autres planétariums dans d’autres villes qui sont transformés de la même manière, concours culinaires de type « chaises musicales » entre villes différentes, plateformes collaboratives entre plusieurs hubs de créativité portés par des villes différentes, lieu de vidéo-gaming internationaux sur des thématiques de société, partage de découverte d’un voisinage d’une ville à l’autre par les usagers et échange de bonnes idées pour améliorer cet environnement,… Encore un pari réussi pour ce nouveau challenge !

Traversez les mondes du Biodôme ! Quoi de mieux qu’une petite immersion dans la jungle et sur la banquise pour se remettre les neurones en place ? C’est une visite du « Biodôme » de Montréal qui nous permet cela. L’ancien vélodrome des Jeux Olympiques de 1976 a été transformé en « musée vivant » dès 1992 est présente aujourd’hui cinq univers reconstitués que l’on peut traverser les uns à la suite des autres : forêt tropicale, forêt québécoise, golfe du Saint-Laurent, pôle nord et pôle sud. Attention au chaud et froid ! Est-ce un zoo, un aquarium géant ou un jardin botanique ? Difficile de répondre en cet endroit incroyable et si restreint où des animaux normalement sauvages sont laissés en semi-liberté. Une chose est sûre. On a beaucoup de difficultés à imaginer que des cyclistes aient pu tourner ici sur une piste olympique ! Une métamorphose complète à laquelle seul un esprit créatif a pu penser !

En direct-live de Radio-Canada. C’est une tour impressionnante qui nous accueille pour cette matinée dans les locaux de la Radio-Télévision du Canada, non pas par sa hauteur plutôt normale pour une ville américaine, mais par le fait que sa partie immergée, comme celle d’un iceberg, représente les trois-quarts de son volume ! Une ville souterraine au service de l’information et du divertissement… Mystérieux, non ? On y découvre les studios d’enregistrement des émissions de radio, mais aussi les plateaux de grands évènements télévisés, artistiques et musicaux plus particulièrement. Entre deux changements de décors, on a même le droit à une petite répétition musicale. Chouette ! On traverse ensuite les couloirs souterrains entre les salles immenses qui regorgent de costumes et de décors. On visite les studios d’enregistrement des séries prime-time, en l’occurrence ceux d’une prison pour femmes reconstituées en trompe l’œil. On termine par les plateaux du journal télévisé et de la météo… en direct non-stop s’il vous plait, lorsque nous passons au-dessus d’eux sur une petite plateforme permettant de les observer en silence. Sensation étrange que celle de se sentir l’espace d’un instant de l’autre côté de la lucarne !        

Le monde des Living Lab à la SAT. La « Société des Arts Technologiques » (SAT) est notre dernier hôte de la semaine. Que le temps passe vite ! On s’y arrête en fin d’après-midi pour y découvrir leurs programmes d’open innovation et plus particulièrement ceux impliquant des Living Labs. Celui mené avec Sainte-Justine, premier Centre « Mère-Enfant » d’Amérique du Nord est remarquable dans le domaine de l’Art-thérapie. Il propose une manière originale de détourner les arts numériques au service des enfants malades qui sont ainsi mis au cœur du processus d’innovation par les usages. On utilise par exemple des médecins « avatars 3D » qui redonnent le pouvoir aux enfants par télé-présence : une nouvelle médiation entre le patient et le thérapeute ! A méditer. D’autres expériences sont en cours à la SAT dont l’une est consacrée à des enfants victimes d’anxiété et l’autre à des enfants souffrant de bégayement et qui devraient être stressés en thérapie conventionnelle. Enfin, un projet de « Maison de Justin et Justine » pour prévenir les accidents domestiques en mettant virtuellement les parents dans l’environnement de leurs enfants de manière à ce qu’ils appréhendent les différentes dimensions de l’espace avec les yeux de ces derniers. Une manière très innovante de faire de la prévention ! Le tout était d’y penser.

From YUL2013 to BCN2014. Les meilleures choses ayant une fin, ma semaine à YUL touche à sa fin en ce 16 juillet. J’en ai terminé alors que la majorité de mes comparses s’est envolée pour la continuer à Barcelone. Pour moi, ce sera l’année prochaine. YUL2013, « Je me souviens »… BCN2014, « Vaig a ser-hi* ! » (*I’ll be there en catalan). Bien sûr, l’attente sera longue,… mais d’ici-là en passant par l’Ecole d’Automne de Strasbourg en novembre prochain et en développant des collaborations avec mes nouveaux et nombreux partenaires de MOSAIC… le temps passera très vite. Bref, j’aurai toujours de bonnes raisons to remain excentriQ !

*Jean-Charles Cailliez (Université Catholique de Lille, France), le 9 août 2013

Be Sociable, Share!

Commentaires (3)

  1. Julie Labelle

    « Voilà qui finit cette première journée par un panorama complet de ce qui se fait de plus innovant dans la capitale du Québec. »
    Montréal n’est pas la capitale du Québec. La ville de Québec est la capitale du Québec ! Et oui, original ! 😉

    Répondre
  2. Elodie COLLET

    Merci Jean-Charles pour ce beau travail!
    A bientôt!

    Répondre
  3. christina

    Super, merci!

    Répondre

Répondre à christina Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *