De la créativité à l'innovation

Avec l’interro « 100% DIY », les étudiants se débrouillent seuls. Plus besoin du prof !

Peut-on imaginer une interrogation en début de cours, sans que le professeur n’intervienne, ni pour le choix ou la formulation des questions, ni pour la construction du barème, ni pour la surveillance de l’épreuve, ni pour la correction des copies ? Bref, seulement pour récupérer les notes ! L’expérimentation a eu lieu le jeudi 23 janvier 2014 à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) de l’Université Catholique de Lille lors du cours de Génétique moléculaire en « Do It Yourself » en licence 3.

point_interrogationLa démarche a été la suivante : les étudiants sont restés en groupes (connectés sur internet) de 6 à 7 personnes pendant l’épreuve (groupes constitués au début du semestre et devant produire chacun 2 chapitres de génétique moléculaire). Il a été demandé à chaque groupe de rédiger en seulement 3 minutes une question de DS valant 5 points et portant sur le chapitre en cours de production. Chaque groupe transmet ensuite sa question au groupe voisin qui dispose de 10 minutes pour y répondre et en utilisant tous les documents possibles (essentiellement à l’aide de connections sur internet). Au terme de ce temps, les réponses sont envoyées par chaque groupe à celui qui a rédigé la question (avec copie au professeur). La correction de chaque question est effectuée pendant la séance par le groupe rédacteur de la question et en respectant le barème de 5 points qu’il a lui-même choisi. Les notes sont ensuite envoyées par mail au professeur avec justification argumentée de l’attribution ou non des points.

Voici les réactions des étudiants « cobayes » en fin de séance :

POINTS POSITIFS : C’est intéressant de se mettre à la place du prof (x3) – prendre du recul par rapport au cours – le fait de faire soi-même les questions de l’examen va nous permettre de mieux pouvoir nous y préparer – on se met à la place du prof et on prend du recul par rapport au cours – permet de réfléchir à des points essentiels du chapitre que l’on construit – cela permet de se plonger dans les chapitres des autres (x3) – on rédige les questions, donc on connait les réponses – on structure la réponse en faisant la question – cela permet de se réunir en groupe pour trouver une seule réponse (x2) – poser la question permet en groupe de résumer notre chapitre ou un  aspect général important – passer les questions aux autres groupes et les corriger nous permet de savoir si la question (et donc indirectement le chapitre) est bien comprise – bonne idée, on se rend compte de la compréhension ou non de nos propos et de la façon dont ils sont perçus – pouvoir se donner une idée des questions qui peuvent tomber à l’examen (x7) – on peut apprendre des choses des chapitres que l’on ne fait pas, en nous obligeant à rechercher des informations – l’interrogation de ce matin nous a permis de mesurer notre compréhension du travail des autres groupes et notre capacité à rédiger une question à la fois simple et complète – l’interrogation a permis de vérifier nos connaissances et nos aptitudes à chercher des informations – rédiger une interrogation avec un barème en conséquence – efficace et dynamique – peu d’ennui – on se concentre sur les points importants du cours ; on synthétise et on réfléchit ensemble – rechercher des questions nous oblige à voir notre travail autrement – on peut réfléchir sur les chapitres des autres groupes – on apprend déjà un peu les autres chapitres – beaucoup de points positifs ! Cela permet de faire une synthèse rapide sur ce que l’on a compris du cours – apprendre à faire un barème – on a assez de temps pour répondre à la question – le fait d’établir nous-même la question et de la noter, tout en établissant le barème – cela permet de relever des points importants du cours et de savoir chercher efficacement des informations – bon exercice pour la question, mais difficile pour le barème – mise en situation pour inventer des questions et le barème – je pense que c’est très intéressant de s’interroger entre groupes, même si je trouve ça dommage de ne pas avoir pris connaissances des différents chapitres afin de nous guider pour nos réponses ; mais c’est quand même une super démarche car nous sommes au courant du travail des autres équipes – le fait de pose la question et de la corriger permet de voir si nous connaissons bien la réponse et donc de voir si le cours est bien acquis – bonne initiative ; c’est intéressant de pouvoir évaluer les autres par rapport à son propre chapitre – essayer, ensemble, de rédiger une question – on communique – cela permet de se préparer à l’examen – permet de cibler les points qui nous semblent importants – permet de réviser les questions – cela permet d’apprendre les chapitres des autres – cela permet de comprendre et de structurer son cours (même pendant la construction des questions et les corrections).

POINTS NEGATIFS : Certaines questions sont plus difficiles que d’autres (x4) – les notes peuvent ne pas être complètement objectives –  on ne connait pas le détail du barème quand on répond à la question (x2) – c’est dur de corriger et noter (x3) – c’est dur d’établir un barème fixe – on ne connait pas le contenu des autres chapitres – difficulté de comprendre ce qui est attendu ; il faudrait le barème pour savoir vers quoi s’orienter – on n’a pas eu le temps de faire la correction ensemble – le fait de demander un schéma a posé problème car les réponses ont été faites en utilisant un ordinateur – la vérification des informations – problème dans la formulation des questions et de la notation – on est interrogé sur un cours que l’on a pas encore vu, donc c’est difficile de donner une réponse complète – pas assez de temps pour répondre à la question (x5) – corriger pendant le temps de travail nous oblige à nous arrêter dans nos recherches – le niveau des questions peut être plus bas que celui de celles qui seront posées à l’examen – correction qui est un peu anarchique – certaines questions ne sont pas très bien faites au niveau du barème – on ne trouve pas forcément de réponse aux questions posées – au stade où l’on était de la production, c’était trop tôt pour produire une vraie question à 5 points (x2) ; il aurait été plus judicieux de faire cet exercice à la fin du cours ou au cours suivant – les questions n’ont pas été très bien comprises car chaque groupe sait de quoi il parle, alors que les interrogés ne sont pas sur la même « longueur d’onde » – la formulation des questions est difficile à faire – ne pas avoir d’idée sur ce que contient chaque chapitre – pas de corrections précises par le professeur (x2) – c’est pour l’instant davantage un travail de recherche d’informations sur internet qu’un véritable contrôle de connaissances – créer une question sans avoir fait le cours et la corriger ainsi est compliqué ; c’est plus facile de la faire quand on commence à faire le cours – les questions peuvent être très simples.

Be Sociable, Share!

Commentaires (4)

  1. Pingback: Avec l’interro « 100% DIY », les étudiants se débrouillent seuls. Plus besoin du prof ! | Le blog de JC2 | ICL@Coeur

  2. Pingback: Avec l’interro « 100% DIY&nbsp...

  3. Pingback: Avec l’interro « 100% DIY&nbsp...

  4. Pingback: Avec l’interro « 100% DIY&nbsp...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *