De la créativité à l'innovation

Docteurs en histoire de l’art,… de nouvelles têtes chercheuses pour l’entreprise !

Texte complet en format PDF, avec illustrations, à télécharger en cliquant sur : De la Sorbonne à l’entreprise

A l’occasion d’un cycle de séminaires organisé par l’association Hist’Art et intitulé « Le Docteur en Histoire de l’Art, acteur de son projet professionnel vers l’entreprise », l’Ecole des Doctorants (ED2) de l’Université Catholique de Lille a été invitée à animer un atelier sur la thématique « Se positionner comme candidat ».

hda

L’événement a eu lieu dans les locaux de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, Paris) le 10 mai 2014 devant une assemblée d’une cinquantaine de docteurs et jeunes chercheurs issus de plusieurs universités et écoles franciliennes (Paris I Panthéon-Sorbonne, Sorbonne nouvelle-Paris III – Paris-Sorbonne Paris IV – Paris Ouest Nanterre, La Défense Paris X, l’EHESS, l’EPHE,…), en grande majorité des doctorantes…

Une première intervention « Etre historien de l’Art de nos jours, un bilan des compétences » a été faite par Sabine PASDELOU (Historienne de l’Art, Présidente de Hist’Art) et Stéphanie DANAUX (Docteur en Histoire de l’Art contemporain, Responsable du projet « Insertion professionnelle à Hist’Art). Les deux hôtes et organisatrices ont ensuite présenté le programme du cycle ainsi que les différentes activités de l’association. Hist’Art, Communauté d’Histoire de l’Art, est une association loi 1901 qui vise à promouvoir la formation en histoire de l’art à l’université en fédérant les étudiants (anciens et nouveaux), les doctorants et les docteurs. Elle œuvre aussi en faveur de l’insertion professionnelle des historiens de l’art par le biais de divers projets. Son site web est : http://www.histart.fr. A noter aussi que ce projet est soutenu par la Région Ile-de-France en partenariat avec la société UMALIS. Les informations et inscriptions, gratuites mais obligatoires, pour les séminaires à venir sont à faire sur : info@histart.fr, en précisant à quel atelier on souhaite participer.

S’en est suivi l’atelier proprement-dit, animé par Jean-Charles CAILLIEZ (Directeur de l’ED2, Université Catholique de Lille) : « Innover aujourd’hui, quelle place pour les docteurs en SHS ? ». En guise d’introduction, quelques questions ont été posées dans le fascicule du programme à l’attention des participants. L’entreprise est-elle un monde étrange, voire étranger aux docteurs en sciences humaines et sociales, qui plus est aux docteurs en histoire de l’art ? Les jeunes chercheurs en ce domaine sont-ils « condamnés » à devenir maîtres de conférences, professeurs d’université, chargés ou directeurs de recherche ? Peut-on imaginer que l’expérience acquise pendant la thèse puisse être valorisée dans un cadre différent de celui des universités ou des grands centres de recherche ?

C’est ce à quoi l’atelier a tenté de répondre, sous la forme d’une « conférence » qui s’est voulue plutôt interactive. L’entreprise dont il a été question dans cette réflexion a été prise au sens le plus large possible, incluant les institutions et associations (publiques ou privées) pouvant être intéressées par le recrutement de jeunes docteurs. Qu’il s’agisse d’une PMI, d’une PME, d’une institution, d’une association, d’une communauté publique ou de tout autre organisme, la question de la recherche et du développement se pose toujours, que ce soit pour développer une activité économique ou pour répondre à une attente sociétale. La créativité et l’esprit de curiosité des chercheurs en histoire de l’art seront donc très vraisemblablement sollicités. Charge à eux d’accepter de franchir les frontières de leurs spécialités pour se livrer notamment à la transdisciplinarité. La conscience de cela leur permettra de devenir vraiment attractifs, bien au-delà de leur sujet de thèse.

Ecrire son Curriculum vitae en une seule phrase d’exactement six mots ! Voici le challenge proposé aux participantes qu’il convient de relever en seulement 5 minutes. Le résultat pour celles qui acceptent de rendre leur « copie » est : Aux croisements entre arts, médiation, langage – Architecte qui pense et qui crée – Une historienne curieuse et inspirée – Attentive à toute la créativité humaine – Historien, alerte et actif, aime la culture – Artistiquement curieuse et coopérative ouverte au monde – Enseignante médiéviste curieuse de son époque – Experte en art, ouverte aux challenges – Passionnée d’art, ouverte au monde – Renaissansiste du XXIème siècle, chercheuse d’idées – Médiéviste ouverte qui crée et valorise – Bibliothécaire, professeur à l’écoute des étudiants – Historienne d’art qui décrit la société – Historienne polyvalente, rigoureuse, enthousiaste et déterminée – Jeune femme dynamique, curieuse, force de proposition – Historienne de l’art, je regarde et m’interroge – Regarde le monde contemporain, le réfléchit – Anthropologue aventurière recherche nouvelle tribu – Anthropologue et historienne de l’art créative – Chercheur en art atypique, multiculturel ouvert, aventurier – Bien regarder le passé pour avancer – Hispanophile souhaitant parcourir le monde en images – Esthète créative attentive aux changements – Ecrivaine liseuse d’images, traductrice de rêves – Historienne aimant créer, communiquer et transmettre – Créative curieuse pratiquant le Taiji Quan.

LES COMPETENCES DES DOCTEURS EN HISTOIRE DE L’ART : Les participantes à l’atelier sont ensuite réparties en 5 équipes à qui il est demandé de construire une carte mentale (« arbre magique ») sur une grande feuille de papier de manière à recenser toutes les compétences des docteurs et doctorants en la matière (histoire de l’art) et qui pourraient être mise e valeurs auprès des entreprises. Voici le résultat de ce travail, groupe par groupe :

Passion (transmission, partage, histoire de l’art, communication interne et externe, enseignement, université et entreprise, médiation culturelle) – Analyse (expert, privé, consultant) – Prise de décisions (en équipe, solitaire) – Persévérance (mise en place de projets, rigueur)

Créativité (ouverture d’esprit, propositions) – PolyglotteRigueur scientifique (esprit de synthèse, qualités rédactionnelles, raisonnement logique) – Autonomie (sens de l’organisation, initiative) – Mémoire visuelle (sens de l’esthétique, analyse de l’image, attention aux détails, archives) – Souplesse (travail d’équipe, transdisciplinarité, curiosité, auto-évaluation) – Persuasif

Persévérance (volonté) – MuséePassion (plaisir) – Rigueur (rétro-planning, organisation) – Concepts (capacité d’abstraction, formalisation) – Originalité (inédit) – Médiation (capacité à prendre des décisions) – Compétences rédactionnelles (orthographe, communication) – EthiqueAnalyse d’imagesOuverture d’esprit (écoute, dialogue)

Culture (autonomie, savoir se créer soi-même ses propres outils) – Traduire et comprendre la langue d’autrui (les rites d’autrui, la construction de la sociabilité) – Organisation (planification, travailler en équipe, interdisciplinarité, complémentarité) – Interaction de savoirs (esprit de synthèse, faire partager ses connaissances) – Observation (attentifs au monde, curiosité) – Transmettre une passion (partager, créativité dans une présentation, capacité à expliquer, parler, écrire, rédiger) – Analyse d’images (comprendre le monde, ouverture d’esprit) – Comprendre l’autre en cherchant à interpréter ses créations – Se faire plaisir par le travail (faire plaisir aux autres, amuser et divertir par la culture)

Communication (médiation, public, échanges, transmission) – Esprit de synthèse (rigueur) – TransdisciplinaritéOrganisation (communication avec des collaborateurs divers, rigueur, leadership, capacité à fédérer) – Erudition (vulgarisation, recherche des idées inédites, recherche et travail de textes inédits) – Expertise (restauration, conservation, compréhension du marketing publicitaire, image, culture visuelle, analyse d’images) – Intégration (structures différentes) – Bonne rédaction (esprit de synthèse, gestion d’équipe éditoriale) – Persévérance (ténacité, motivation) – Articulation des idéesRigueurArchivesAutonomieGestion de projets à courts et longs termes – Passion (plaisir)

Nul doute que ce premier séminaire sera suivi d’une série d’autres qui permettront d’avancer dans la réflexion et de continuer à promouvoir l’image des docteurs en histoire de l’art.

Note de Jean-Charles Cailliez, 20 mai 2014

Be Sociable, Share!

Commentaires (3)

  1. Elizabeth Antébi

    Licenciée ès Lettres classiques et en Histoire de l’art, docteur en histoire des religions (EPHE), je dirige le Festival Européen Latin Grec, que j’ai fondé, et dont la 9ème édition aura lieu à Lyon du 19 au 22 mars 2015. Cette volonté de décloisonner entre Lettres et Sciences, entre université et entreprise – j’ai appartenu aux deux – est celle qui a donné naissance au Festival. Nous sommes à l’écoute de toute suggestion, information, participation éventuelle. Le thème de cette année : « Savants, Magiciennes et Devins ». Unissons les énergies …

    Répondre
  2. Pingback: Docteurs en histoire de l'art,… de nouve...

  3. SFEZ VICTOR

    Madame,
    Monsieur,
    Je voudrai recruter un ( e ) specialiste en Avant- Gardes Européennes:
    1910-1930
    Avant- Garde russe
    Futurisme Italien
    Constructivisme
    de styl
    Bahauss
    Cubisme
    DADA
    AVANTS- GARDES POLONAISES ( Unisme ) etc…
    Projet d’ouverture d’un espace dédié à ces années riches en créativité !
    Merci de bien vouloir me contacter
    Victor Sfez , Marchand d’Art

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *