De la créativité à l'innovation

Comment passer d’une bonne idée à une véritable innovation ? Un seul chemin,… celui de l’expérimentation !

Comment passer d’une bonne idée à une véritable innovation ? Très certainement en passant par le prototypage, c’est à dire l’expérimentation. Un exemple est donné avec la classe renversée, une expérimentation menée avec un enseignant et ses étudiants à l’Université Catholique de Lille. A découvrir en cliquant sur ce petit film explicatif, tournée à l’occasion d’un atelier créatif avec l’entreprise KIABI à l’occasion de son événement « Innovation Play » qui a été organisé du 24 au 26 novembre 2015.

L’innovation pédagogique comme une illustration

L’innovation pédagogique est une dynamique vitale en éducation, mais aussi un processus continu. Pour la faire vivre, il faut nécessairement trouver de nouvelles idées pour transformer ses cours, à la fois dans leur contenu mais aussi dans la manière de les dispenser. La créativité, qu’elle soit individuelle (la bonne idée) ou collective (l’idée nouvelle produite par méthode de coworking) est la première étape qui mène à l’innovation pédagogique. Elle doit logiquement être suivie par une expérimentation avec ses étudiants qui conduira à une véritable innovation pédagogique. Celle-ci correspond à la mise en place et au déploiement de l’idée créative. Elle répond à un véritable besoin des étudiants, mais aussi des enseignants et elle s’articule logiquement avec les phases d’enseignement académique. En ce sens, il est vraiment important d’avoir à l’esprit que l’innovation pédagogique permet de réveiller (et même de révéler) les acteurs de la classe, qu’ils soient apprenants ou sachants, en leur donnant la possibilité de changer de posture pour devenir un peu plus actifs et collaboratifs dans la production et l’échange de leurs savoirs.  Un exemple est donné ici avec la « classe renversée », méthode pédagogique en « do it yourself », qui a été imaginée pour un cours de génétique moléculaire destiné à des étudiants de licence. L’enseignement magistral y est abandonné au profit d’une méthodologie innovante et collaborative dont le but est de sortir les apprenants d’une certaine passivité et de les mettre en situation active d’apprentissage. Le changement de posture est ici bilatéral. D’une part, les étudiants passent de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir. Ils vont bâtir le cours sans qu’aucun document ne leur soit fourni. D’autre part, l’enseignant passe de la production et de la transmission du cours à l’accompagnement des étudiants dans la construction de ce savoir. Bonne lecture à tous et merci pour vos questions et commentaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>