De la créativité à l'innovation

Un CV unique pour 12 doctorants !

Imaginez des doctorants qui écrivent de manière collective un seul CV et une seule lettre de motivation, tout cela pour une seule candidature spontanée. Quel intérêt ? Imaginez des doctorants qui profitent d’un atelier collaboratif pour échanger leurs points de vue sur la façon d’obtenir un rendez-vous pour un poste en entreprise, une première offre d’emploi, et qui confrontent leurs idées à l’expérience de cadres universitaires. Cela devient déjà plus intéressant.

Revenons quelques mois en arrière, lors d’une journée Doc ’Emploi 2016, événement organisé à Villeneuve d’Ascq par le Collège Doctoral « Lille Nord de France », sous la responsabilité de Laurence DUCHIEN (direction du département « Carrières et Emplois »), Nathalie BERTEAUX (direction administrative) et Aïcha AARAB (chargée de la formation doctorale), un atelier interactif et collaboratif qui a eu lieu le 24 novembre 2016. Un événement qui a permis à une douzaine de doctorants de disciplines différentes de s’intéresser à la manière dont les entreprises pouvaient les recruter, notamment en leur donnant dans un premier temps un rendez-vous sur la base de leur CV et de leur lettre de motivation. L’atelier a été animé par Jean-Charles CAILLIEZ (Ecole des Doctorants, Université Catholique de Lille) et Delphine CARISSIMO (Institut de l’Entrepreneuriat, Université Catholique de Lille). Les doctorants ont été répartis en deux équipes aux profils variés : Bingyu (chimiste), Cindy (entomologiste), Freddy-Stéphane (philosophie), Marie-Emmanuelle (biologiste), Amandine (parasitologie), Anne-Laure (psychologie), Samimi (génie électrique), Sophie (biologiste), Chloé (géologue),…

DocEmploi 1

DocEmploi 2

DocEmploi 3

L’exercice original qui leur été proposé était de leur faire écrire de manière collective, sur un grand tableau et à l’aide de marqueurs, un CV et une lettre de motivation de jeune docteur recherchant un emploi dans une entreprise et pour lequel il pourrait exercer ses compétences en recherche. Un moment de réflexion collective pour se plonger dans la tête d’un docteur en recherche d’emploi et un temps d’échanges avec des cadres de l’université impliqués dans l’insertion professionnelle des doctorants, assurément un mode plus dynamique que la simple conférence ou la table ronde conventionnée.

Des doctorants ayant des envies professionnelles au-delà de la recherche.

En guise de brise-glace, voire d’échauffement, il a été demandé aux jeunes chercheurs de définir, en une seule phrase, quelles pourraient être leur projet professionnel en entreprise qui ne se limite pas à l’unique activité de recherche, celle qu’ils vivent actuellement dans leur laboratoire ou leur équipe et qui les conduira à la soutenance de la thèse.

Leurs propositions ont été les suivantes : « Entreprise qui met au point de nouveaux médicaments (GENEFIT, CFB, SANOFI,…) : m’occuper de l’animalerie, gérer les entrées et sorties des animaux, les normes éthiques,… – une entreprise de santé (pharmaceutique) : la relation clients, la valorisation de l’entreprise – entreprise en cosmétique, alimentaire, peinture,… : activités complémentaires comme marketing, relation clientèle – Conseil, social, entreprise privée : développer des outils pour l’évaluation de la qualité de vie au travail – Air-France ou entreprise ayant beaucoup d’employés ; conseil en ressources humaines, politique managériale – mon entreprise, innovation ; autres activités comme représentant du personnel – Musée de sciences naturelles ; s’occuper des collections, organiser des expositions, vulgarisation de la science au grand public – pas de domaine particulier : participer au développement de la société – RTE (Réseaux Transport Electricité) ; ingénieur d’études des lignes existant pour le développement des réseaux électriques en Métropole ; ingénieur d’étude et de développement – entreprise d’élaboration et de fabrication de matériaux ; je peux en plus faire de la R&D monter et conduire à bon terme des projets

Quand on leur demande en fin d’atelier ce qu’ils ont pensé de l’exercice et de ce qu’il leur a apporté en terme de réflexion, qui plus est en les obligeant à donner chacun une impression positive et l’autre négative, voilà ce l’on on obtient :

Le meilleur moment de l’atelier. Les explications du modèle type de la lettre de motivation – la méthode de travail et comment écrire une lettre de motivation – les échanges et les avis sur « comment accrocher le recruteur » – le côté « pratico-pratique » de l’atelier, travail en groupe qui permet d’échanger sur « comment faire la lettre de motivation, le CV », dynamique, conseil, échange qualitatif – construire un CV à plusieurs ; j’ai « pêché » beaucoup d’idées venant des autres – les commentaires sur le CV et la lettre de motivation – l’analyse de la lettre et du CV ; très intéressant à mettre en application directement – revenir sur les lettres de motivation et les CV avec des exemples – le débriefing du CV et de la lettre de motivation avec la discussion entre les deux groupes

Le pire moment de l’atelier. Pendant la rédaction de notre lettre de motivation, on ne parvenait pas à s’accorder – RAS – manque de temps – pas assez de temps – je pensais que nos lettres personnelles/CV seraient évaluées – construire un CV d’un mathématicien dont on ne connait rien du domaine – écrire sur la feuille jaune ce que l’on veut faire en entreprise qui ne soit pas de la recherche, car je constate que je ne sais pas quoi mettre – l’intérêt moins flagrant de l’exercice avec les feuilles jaunes – la première question (carte jaune) , son but ?

La meilleure idée produite par l’atelier pour mon CV ou ma lettre. Je vais à l’avenir changer la structure de ma lettre de motivation et l’approche de rédaction ; pour mon CV, j’ai compris que je dois insister davantage sur les compétences par rapport aux connaissances – la simplification de mon CV – mon CV est trop axé « recherche académique », donc à revoir complétement si je veux démarcher des entreprises – être plus direct dans ma lettre de motivation ; axer plus sur mes compétences (me valoriser) que sur mes connaissances – sur mon CV, j’ai des compétences qui n’apparaissent pas car elles me semblaient inappropriées ; mais en fait, elles rentrent dans une catégorie plus générale – mettre davantage de compétences dans mon CV/connaissances – je vais réduire le côté trop scolaire, surtout la liste des publications qui prend une page – faire une lettre de motivation plus courte et mettre plus de compétences (importantes) dans le CV – valoriser le « savoir-être » sur le CV en plus du « savoir » et du « savoir-faire ».

Une expérience à renouveler, sans aucun doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>