De la créativité à l'innovation

S’il te plait,… dessine-moi un hangar !

Télécharger l’article en version PDF avec les illustrations en cliquant sur : STP Dessine-moi un hangar

Peut-on être créatif de manière collective ? Peut-on être créatif sans forcément suivre immédiatement l’avis des experts ou des plus expérimentés d’entre nous en la matière ? La réponse est oui, mais à condition bien sûr d’utiliser une méthode de travail qui le permette. Celles de codesign ou de coworking répondent à cela. Une illustration est donné avec cette expérience menée à l’Université Catholique de Lille. Le 21 octobre 2017, a été organisé à la Maison des Chercheurs de l’Institut Catholique de Lille un atelier co-élaboratif dont le but était de co-dessiner le projet d’un nouveau lieu, dans un bâtiment récemment acheté, qui doit voir se mixer des activités artistiques proposées à des étudiants et d’autres menées par une Design School autour de la création d’entreprises, de l’innovation pédagogique et de la prospective sur les écosystèmes innovants. L’atelier a réuni 54 participants aux profils très variés (enseignants-chercheurs, étudiants, créateurs d’entreprises, artistes, designers, journalistes, responsables de la communauté municipale,…) et aux origines géographiques dépassant le cadre lillois, notamment par la présence de collègues universitaires de Liverpool Hope University (UK) et du Campus Collaboratif Numérique du Saguenay/Lac-Saint-Jean (Québec). Le protocole d’animation de cet atelier de codesign a été réalisé par Jean-Charles CAILLIEZ et Delphine CARISSIMO d’HEMiSF4iRE, Design School et préparé en collaboration avec Guillaume TIMMERMAN et Didier VAN PETEGHEM en charge du projet de création de ce lieu innovant pour l’instant nommé «Hangar créatif ».

créatif

La matinée de l’atelier a proposé aux participants, répartis en 8 équipes de 6 à 7 personnes, 3 exercices alternant des phases de divergence et de convergence, tandis que l’après-midi a consisté à leur demander de construire des propositions (protocepts) de projets et à les présenter sous forme de maquettes 3D. Le but de l’atelier était de pouvoir imaginer les caractéristiques et les premiers éléments d’organisation dans l’espace d’un lieu créatif et collaboratif où les activités artistiques proposées aux étudiants pouvaient inspirer (et inversement être inspirées par) HEMiSF4iRE, Design School dans sa mission de transformer la créativité en innovation et dans des domaines différents qui sont l’entrepreneuriat, l’intrapreneuriat, l’innovation pédagogique et la prospective régionale et internationale.

Les exercices du matin entre divergence et convergence.

Projection dans le futur avec la remise d’un prix : Ce premier exercice a consisté à demander à chacune des 8 équipes de dessiner pour 4 d’entre elles la une d’un journal ou d’un site web et pour les 4 autres d’écrire le discours de remise d’un prix d’excellence et ceci dans 4 situations différentes : une place mondiale d’investissement, un lieu hyper-attractif pour étudiants (« the place to be »), un réseau d’incubateurs de start-ups hyper performants et le meilleur établissement d’enseignement (école, faculté ou université) en matière d’innovation pédagogique. L’exercice a permis de produire une liste de critères d’attractivité d’un lieu pouvant regrouper ces activités et qui ont été (sans ordre d’importance) : le temps suspendu, le râteau d’or (récompenses pour de nouvelles pratiques), le temps réinvesti pour autre chose, la gamification (ludification), la créativité, l’inspiration, l’humour, « out of the box », digital/végétal/cérébral = mélange d’ingrédients, « confort cosy », pendre soin/temps, dimension physique du discours, incarnation, faire croître/cultiver les potentiels et les connaissances.

Le plan détourné : Ce deuxième exercice a consisté à demander à chacune des 8 équipes de dessiner le plan en deux dimensions d’un lieu bien défini : un aéroport, un zoo, un supermarché, le salon de l’agriculture, une caserne militaire, un lycée, un parc d’attraction, un paquebot. Une fois les 8 plans dessinés collectivement sur des tableaux en Velléda, il a été demandé à chaque équipe de passer par rotation devant le plan d’une autre équipe et de le transformer en un plan de « navette spatiale partant en mission dans l’espace avec une centaine de personnes pour une durée de 10 à 20 ans ». Comment imaginer alors les activités et l’organisation de la vie dans cette navette en tenant compte des contraintes physiques provenant des plans dessinés pour d’autres activités ? L’exercice a produit une liste d’activités pouvant être intéressantes à organiser dans un lieu avec une très grande mixité de populations : salle des étoiles, retrouver la passion et l’oisiveté, salle d’évacuation, salle des capsules (voyages), ensemble/séparés, flexibilité, être dans sa tête, ouverture vers l’extérieur, l’art, cuisine du monde, salle de communication avec la Terre (nostalgie du passé), plage pour le surf (no limit), love hôtel avec 5 étoiles, transhumanisme et place de l’Homme dans la société, Céline Dion, s’adapter pour survivre, méditation/lévitation pour penser les choses autrement, pilotage (organisation).    

Les bissociations symbiotiques : Ce troisième et dernier exercice a consisté à demander à chaque équipe d’imaginer une innovation à destination de clients dans 8 activités commerciales différentes, en l’occurrence : une boucherie charcuterie, un atelier de couture, une boulangerie pâtisserie, un cabinet de dentiste, un garagiste, un libraire, un salon de coiffure, un ophtalmologiste. Une fois ces idées d’innovation trouvées, mais avant qu’elles ne soient présentées aux autres équipes, il est ajouté une contrainte, celle d’imbriquer obligatoirement une activité artistique dans l’offre innovante. Chaque équipe se voit ainsi proposer une activité artistique différente des autres, soit dans l’ordre : la musique, la peinture, la sculpture, le chant, le théâtre, la danse, la photographie et la poésie.

Une fois terminé avec la présentation des idées d’innovations de chaque équipe, l’exercice est débriefé par l’ensemble des participants à qui on demande de réfléchir, puis d’échanger à voix haute, aux différences qu’ils identifient entre une simple juxtaposition d’activités et leur fusion, voire leur symbiose. On leur demande aussi si cette fusion improbable d’activités a été vécue contre une contrainte ou comme une opportunité dans leur souci de trouver une innovation à proposer aux clients de leur commerce ? Les débats ont donné les idées suivantes : ouverture du champ des possibles par la collision, rencontre improbable limitante, contrainte de la phase de créativité, l’art pour résoudre de vraies problématiques, apport de l’art pour nourrir nos sens, augmentation de la prise en compte de l’Humain dans sa globalité, connections multiples entre l’Art et les métiers, définir la finalité, art = notion de plaisir, mais aussi d’utilité, la symbiose amène le questionnement, l’art peut révéler la part sombre.

Consignes et cahier des charges pour l’après-midi : Une fois la pause du déjeuner terminée, les participants à l’atelier ont été réunis en 7 équipes pour combler quelques départs. Il leur a été demandé dans un premier temps de choisir par équipe et à l’unanimité de leurs membres 2 items parmi les critères d’activités obtenu dans le premier exercice et deux items parmi les activités obtenues dans le deuxième exercice. Le veto d’un seul membre de l’équipe pouvait ainsi empêcher l’ensemble du groupe de retenir l’un de ces items. Dans un second temps, les consignes ont été données pour l’après-midi. Le challenge a été le suivant pour chacune des 7 équipes, celui de faire une proposition de projet sous la forme d’une maquette à construire en 3D avec une fiche technique explicative, le tout en 1h30 maximum. Cette construction de maquette devait se terminer par un pitch de 3 à 5 minutes pour décrire le projet imaginé en équipe. La problématique était celle d’imaginer un bâtiment, sorte de « Hangar créatif », dans lequel les activités d’une Design School puissent inspirer celles d’un campus créatif avec des activités artistiques pratiquées par des étudiants. Dans leur proposition dont les grandes lignes sont décrites ci-dessous, les équipes ont été tenues d’utiliser les 4 items choisis à l’unanimité suite aux 3 exercices du matin. De quoi solliciter encore davantage leur potentiel créatif !

L’Alambic. L’Alambic héberge 3 types d’activités : la création artistique, la création d’entreprise et l’innovation pédagogique. L’organisation de l’Alambic se fera non pas en silos, mais par projets. Tous les projets seront matérialisés et représentés par un secteur artistique : une maquette, une peinture, une vidéo de danse ou de théâtre, un chant enregistré, etc. Les représentations actuelles seront exposées à l’entrée de l’Alambic, montrant ainsi l’univers, l’ambiance qui règne dans l’Alambic. Les représentations plus anciennes seront visibles depuis l’intérieur comme depuis l’extérieur, un peu comme « les fenêtres qui parlent ». Les meubles seront fabriqués par des artistes, des designers et les espaces seront entièrement modulables, permettant l’exercice de plusieurs activités : aires de détente un peu partout (fauteuil, jeux, cuisine,…) ; une salle de spectacle avec gradins permettant des représentations artistiques ou encore de pitcher les projets des entrepreneurs. Cette salle pourrait être privatisée ou louée par des entreprises, des associations étudiantes,… ; une salle de stockage du matériel, le « Flagasin » est prévue où chacun vient chercher ce dont il a besoin ; un espace de travail ouvert avec possibilité de s’isoler ; un deuxième étage identique au rez-de-chaussée, mais avec une salle polyvalente et des salles de coworking.

L’Aquarium de Lavoisier. Espace ouvert (vitrages prédominants) pour que l’extérieur puisse voir ce qui se fait dans le bâtiment ; espaces modulables (Tétris) facilitant la circulation des personnes ; deux espaces ouverts au public (et bien sûr à ceux qui travaillent dans l’Aquarium) qui sont une cafétéria et une médiathèque ; plusieurs niveaux (avec un escalier central) ; capacité de réunir deux « salles » pour un travail en commun ; deux étages, une toiture solaire, de grands espaces ouverts et des capsules de travail (individuel).

Le Pleasure Dôme. Le concept est de « ne rien faire pour mieux faire ». L’objectif est de proposer un bâtiment ouvert sur l’extérieur pour se reconnecter à la nature et revoir notre rapport au temps. Parfois passer du temps pour soi, à s’amuser, ouvre le champ des possibles. Cet espace propose différents endroits pour se détendre et s’amuser : une piscine en roof en top, un filet de catamaran entre deux étages pour s’allonger et penser, un espace pour faire la sieste, une piscine à boule, un « Aquasivité » pour faire du surf, un toboggan et des balançoires. Toutes ces infrastructures permettent de libérer l’esprit, de rire et de se détacher des barrières (économiques, mentales, légales,…) pour créer et avancer sur les projets. Des espaces de coworking ouverts et fermés sont prévus en fonction des besoins grâce à des parois amovibles.

Le Cocon Elévation. Le rez-de-chaussée du bâtiment est « un lieu d’inspiration », de temps suspendu où l’on trouve : des expositions (photos, tableaux, sculpture, prototypes, vidéos et témoignages de ceux qui ont été inspirés par ce lieu ; des douches musicales pourront accueillir et accompagner les visiteurs quels qu’ils soient. Le premier étage est un « lieu de conception » ; le deuxième étage est un « lieu de réalisation ». Une Design School vient irriguer l’ensemble du bâtiment avec ses méthodologies de travail sur la base de l’inspiration, de la créativité, de l’expérimentation et de l’innovation. Cette irrigation se fait dans tous les domaines et toutes les situations : lorsqu’un jeune souhaite créer une entreprise ; lorsqu’un enseignant veut enseigner différemment ; lorsque les étudiants veulent s’adonner à des pratiques artistiques. Toute personne entrant dans le futur lieu est obligatoire amenée à passer par tous les niveaux. Au plus on monte, au plus on va vers la lumière et la magie du lieu. Il y a nécessité de prévoir des plateformes isolées telles que de laboratoires de conceptions, des « workbox » (salles de travail pour la créativité), des salles isolées phonétiquement pour la musique,… des lieux techniques, une bibliothèque avec des équipements High Tech, des alcôves pour inciter les échanges et les travaux en codesign. L’architecture du bâtiment est basée sur un colimaçon donnant la possibilité d’accéder aux différents plateaux proposant des ateliers associés aux activités de la Design School. En entrant dans ce lieu, tout étudiant peut valoriser ses activités par des ECTS sur la base d’activités artistiques évaluées par des professionnels. Les enseignants pourront contribuer aussi bien à imaginer des cours différents qu’à ajouter leur pierre à l’édifice de start-up en création. Les entreprises contribueront au développement des start-ups. Elles seraient aussi les clients de ces start-ups pour pouvoir innover elles-mêmes. Les artistes seraient invités à challenger de nouvelles activités qui pourront être valorisées pédagogiquement pour les étudiants de l’université.

La Foucoupe. On entre dans ce lieu par 3 côtés à la jonction entre 2 domaines. On arrive ensuite dans l’espace central, le cœur du concept, un lieu où les 3 domaines (l’entrepreneuriat, l’innovation pédagogique et l’art) se regroupent pour partager et enrichir les compétences des uns et des autres. On a donc dans ce cercle tout un tas de compétences qui s’expriment comme par exemple l’expression orale que l’on peut développer à travers le théâtre, l’art qui sert à la représentation d’un discours pour l’entrepreneuriat ou bien à performer lors des oraux évalués (innovation pédagogique). On peut, après s’être enrichi de ce partage de connaissances/compétences, retrouver son domaine pour construire et aboutir à quelque chose. Qu’il s’agisse d’entrepreneuriat, d’innovation pédagogie ou d’art, on partage à petite échelle. Aussi, on a besoin parfois pour prendre du recul de se recentrer sur soi-même, sur ses aspirations, ses motivations, pour pouvoir innover. Pour conclure, tout autour de cet espace, on a cherché à de nouveau optimiser l’ouverture d’esprit en installant un « mur végétal » (pour une ouverture vers le monde extérieur), un « mur digital » (pour un très large accès à l’information) et un « mur artistique » (pour laisser libre cours à son imagination).

La Spirale, l’Ascenseur, La Capsule innovante. Ce projet propose une Design School ouverte au monde entier (entreprises, étudiants, professeurs,…). C’est une école qui propose des formations à travers l’innovation artistique, pédagogique et créative. Nous avons installé un espace central (open space) lié aux autres espaces (artistiques, incubateur, innovation pédagogique). Le plateau au rez-de-chaussée, permet les échanges en groupes, la détente et le partage, mais aussi des espaces plus confidentiels pour travailler seuls ou en petits groupes. L’école est un lieu de rencontres, partage, innovation. Les arbres représentent l’ouverture vers l’extérieur. La boule centrale représente une connexion avec le monde.

B Art. Flexibilité/Cuisine du monde/Out of the box/Confort cosy. Une Box inspirante au service des entrepreneurs et des étudiants. Ouverture sur un espace flexible où l’art s’exprime sous toutes ses formes. Exemple : s’inspirer de la cuisine ou l’expérimentation par itération permet d’aboutir à la réalisation d’un met succulent. « Escalier de Babel », « Bibliothèque d’Alexandrie », base de lancement pour s’envoler !

Les points communs entre les 7 protocepts.

  • Modularité des lieux
  • Liberté, ouverture sur l’extérieur (sur la Cité)
  • Innovation = point commun de toutes les activités
  • Porosité et croisements
  • Ascension
  • Diversité des projets
  • Bien être et relaxation
  • Lumière et transparence
  • Partage
  • Possibilité d’isolement
  • Ludique
  • Transmission
  • Travailler autrement

 Les différences ou spécificités de certains protocepts/aux autres

  • Architecture originale
  • Architecture évolutive
  • Murs transparents et vitrines
  • Murs d’idées
  • Mur digital (connexion avec les réseaux sociaux)
  • Mutualisation du matériel
  • Toboggans et balançoires
  • Recyclage et transformation
  • Se « chatouiller » pour trouver de nouvelles idées
  • No limit
  • Différents chemins et parcours
  • Dimension business
  • Panneaux solaires transparents sur le toit
  • Aller chercher l’inspiration à l’extérieur (international et interculturel)

Eléments de l’atelier perçus comme plutôt positifs par les participants. J’ai aimé les phases de divergence, la profusion des idées – construire la maquette dans un environnement bienveillant sans être jugé – discussions et confrontations d’idées ; méthodes à la fois cadrées et ouvertes – les échanges bienveillants – l’exercice avec la création du vaisseau spatial en écosystème autonome – la découverte de nouvelles personnes à ma table – les facilités de rencontres ; rythmiques intéressantes sur la journée ; chaque action a été menée jusqu’au bout ; l’émergence des idées lors de chaque synthèse = de vrais points de développement = intéressants – la transformation du dessin en vaisseau spatial qui permet l’imagination et la fusion d’idée a été intéressante ; l’enchaînement des activités est top et mène bien à l’objectif final – les maquettes ont permis de parler avec le groupe, d’avoir des idées bien qu’un simple brainstorming aurait suffit ? – les échanges, les interactions et la bonne humeur des participants ; la courtoisie, même en cas de désaccord – la construction des maquettes ; la réflexion sur le concept qui doit réunir les 3 univers tout en leur laissant une part d’indépendance = résolution d’un problème ; les débriefings et les échanges entre les différents exercices – apporter son complément au plan d’une autre équipe – la fabrication des maquettes sur la Design School – les échanges ; la réalisation de la maquette = moment préféré car chacun était impliqué et échangeait spontanément avec les autres ; alliance de paroles et de réalisations – mixer les activités commerciales avec l’art : penser autrement, innovation, sortir des habitudes de pensée ; Bravo JC2 et DC – alliance/symbiose métier et art – la transformation de l’espace (zoo, base militaire, école,…) en navette spatiale qui devait durer dans le temps de manière autonome : transformer et améliorer un endroit existant – le moment quand nous nous sommes tous mis d’accord sur la construction et les idées de la maquette, ainsi que sur la mise en forme de nos idées – très ludique ; interactif dans la répartition des consignes – j’ai bien aimé le premier exercice quand on a réalisé le discours d’une personne – la partie de construction de la maquette (des idées avec du manuel) : en 3D… plutôt que du cérébral/au tableau (ce qui est plutôt standard dans l’éducation) – l’exercice pour imaginer le plan d’un bâtiment m’a paru la plus propice pour un moment d’échange – penser un vaisseau pour un monde nouveau où l’on se questionne sur notre condition d’humain, nos besoins et les changements nécessaires pour subsister – entrechoquage des idées – la transformation du plan en vaisseau spatial pour l’inspiration de reconstruire la réalité – j’ai bien aimé l’exercice avec le plan à faire : le fait de travailler en équipe – j’ai vraiment adoré le côté « fun » et décalé des exercices du matin qui proposaient une diversité de lieux, d’activités, de personnes… – l’atelier de l’après-midi qui a permis à tout le monde de s’exprimer d’une manière différente et originale (à sa façon), chacun avec ses idées pour un travail et une construction finale commune

Eléments de l’atelier perçus comme plutôt négatifs par les participants. Manque de bienveillance en début de matinée au sein du groupe (censure) – à un certain moment, la pression du temps devient un peu stressante – temps pour le déjeuner – une maquette… de plus ! – le premier exercice (la « une » et le « discours ») assez vague, sans savoir où on allait – devoir prendre la parole – la densité de la journée = on aimerait développer certains points plus en profondeur (donc, c’est positif) – le moins bien pour moi a été la première activité (construire le « discours ») = partie où on est le moins à l’aise, mais qui permet néanmoins de structurer l’objectif à atteindre – les ateliers du matin était-ils nécessaires ? – rien de négatif (pas eu le temps) – ne pas avoir la contrainte, dès le début lors de l’exercice avec les « professions » car on construit un concept et on aboutit sur une idée qu’on doit ensuite « détruire » sans avoir pu la présenter = frustration ; le discours (dans le premier atelier) = pas trop compris l’intérêt de cet exercice, pas assez motivant pour un premier atelier – l’exercice avec le « coiffeur » et la « photographie » = complexe car la contrainte est donnée trop tard – les commentaires sur les points communs des maquettes – pas suffisamment de temps pour certains ateliers ; le moins aimé = atelier numéro 1 (les affiches et les discours) – les pitchs = très répétitifs sur les maquettes (la fatigue, très certainement en fin de journée) – il manque une question en final : « qu’a-t-il manqué dans les maquettes ? » ou alors « qu’a-t-on oublié dans toutes les questions évoquées ? – ajouter un élément artistique à un cœur de métier : j’ai trouvé ça trop éloigné du chant du possible, irréalisable quand on part d’un métier réel : projet trop farfelu pour être ramené à la réalité – le moment où les feutres ne marchaient pas ou quand il n’y avait pas de feutres pour écrire sur le tableau (alors que l’on est pressés) – les « chuts » répétitifs – je ne suis pas un « fan » pour dessiner un plan : le temps a été trop court pour nous – j’ai moins aimé l’exercice avec le parc d’attraction dans la première partie (tout le monde faisaient la même chose)… moins de potentiel pour du « out of the box thinking » – incarner une boutique a été compliqué pour moi, notamment avec les contraintes imposées par l’exercice (exercice un peu long) – créer le discours pour le prix à décerner : la présentation était agréable, mais le cheminement pour y arriver l’était moins – pas assez de café – la création de la maquette car j’aurais aimé avoir plus d’éléments et d’outils pour ne pas être limité dans la création – la maquette très dure à construire ; manque de temps pour certains exercices – j’ai moins apprécié l’intensité/le bruit de l’activité dans la salle – rien à signaler de négatif

Notes de Jean-Charles Cailliez du 15 octobre 2017 

Commentaires (3)

  1. Keyven Ferland

    Vraiment un grand merci pour la super animation et expérience! Hâte de voir la finalité du projet, mais avec toutes les idées amassées durant cette journée, ce sera assurément un projet à suivre! Bon succès!

    Répondre
  2. Aymeric Bondelu

    Super atelier inspirant, je n’ai pas vu passer la journée.
    J’ai hâte de découvrir le résultat final lors de l’ouverture !

    Répondre
  3. JC2

    Merci Keyven pour ta participation. L’apport des Québécois et des collègues de Liverpool a été d’une très grande richesse. A très bientôt à Lille ou bord du Lac Saint Jean. Cdt, JC2

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>