De la créativité à l'innovation

Pour des entreprises apprenantes,… besoin d’une école entreprenante !

Pour des entreprises apprenantes, nous avons besoin d’une école entreprenante. Au cœur des débats et annonces récentes au sujet de notre système éducatif, deux grands reproches émergent : il ne permet pas l’acquisition de savoir jugés « fondamentaux » et il n’assure pas efficacement l’intégration dans le marché de l’emploi. Mais nous posons-nous les bonnes questions pour répondre à ces problématiques déjà anciennes ?

L’école française n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Dans les études PISA, la France occupe une position relativement stable depuis 2006 : un pays aux performances dans la moyenne de l’OCDE avec un niveau relativement homogène entre les élèves. Ce qui ne masque pas de profondes inégalités, nous sommes le pays dans lequel l’impact de l’origine sociale sur les résultats scolaires est le plus fort. Notre système scolaire est élitiste et compétitif sans pour autant favoriser l’excellence.

coworking-illustration

Dans un contexte de transformations profondes, l’école de la République souffre de ses archaïsmes. Axée sur l’accumulation de savoirs théoriques, elle dévalorise les savoirs et formations pratiques. Avec des conséquences dommageables car la pénurie de techniciens spécialisés est aujourd’hui un frein majeur au retour de la croissance. Rigide et vertical, il limite également le développement des compétences à « valeur humaine ajoutée » (créativité, collaboration, autonomie, curiosité…) qui sont les clés d’une société innovante et inclusive.

C’est pourquoi il est nécessaire de repenser l’établissement scolaire tel que nous le connaissons pour former managers et collaborateurs de demain. L’école doit devenir un lieu d’apprentissage plus flexible et plus connecté qui laisse plus de place aux innovations pédagogiques. Cette révolution est indispensable à double titre : pour accompagner la transformation du cours pour les élèves comme pour un salarié en formation et pour sortir du mythe qu’une méthode unique est bénéfique à tous et garante d’égalité.

Nous devons créer des environnements d’apprentissage qui placent le bien-être des apprenants au centre. Quand l’Observatoire de la Vie Etudiante rapporte que 59,4% des étudiants souffrent du stress, 31,9% de déprime et 28,4% de solitude ou d’isolement, force est de constater que jouvence ne rime pas avec insouciance. Nos jeunes font face à certaines difficultés psychologiques. De nouveaux espaces d’enseignement et d’apprentissage facilitant la créativité et le partage ainsi que des espaces d’échanges favorisant le lien social, permettant aux nouvelles générations de se construire.

Enfin, notre système éducatif doit devenir plus collaboratif – entre élèves, avec les professeurs et pourquoi pas, avec les entreprises. Face au constat que nos jeunes sont majoritairement mal préparés à la vie universitaire à leur entrée dans le supérieur et peu formés aux exigences du monde professionnel lorsqu’ils le quittent, il s’agit d’une piste de réflexion plus que légitime. C’est le moyen de garantir à chacun le droit de se développer personnellement selon ses capacités et de s’orienter en conséquence, sans peur d’être jugé.

Il ne s’agit pas d’utopies, les expériences menées autour de la « classe renversée » sont des signes montrant qu’une autre approche de la transmission de l’enseignement et de l’apprentissage est possible. Et la réflexion initiée par les dirigeants d’établissements du supérieur privés tel que l’EFREI, que CD&B accompagne dans sa conduite du changement, démontrent la prise de conscience du rôle que joue l’environnement d’apprentissage. En espérant que nos établissements publics acceptent cette nouvelle donne et se mettent, eux aussi, en action pour construire l’école de demain.

Clarté Milan, directrice du pôle éducation de CD&B, et Jean-Charles Cailliez, vice-président en charge de l’innovation à l’Université Catholique de Lille et chercheur en biologie cellulaire

Référence :  « La Classe Renversée, l’innovation par le changement de posture » (Editions Ellipses, Paris) 

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Vanhove

    Bonjour à tous ,
    Suite à la lecture du blog , des liens partagées, je me permets de laisser ce commentaire qui j espéré portera ces fruits.
    Dans le cadre un travail de recherche d investigations sur réalité Augmentée et ses bénéfices dans les formations professionnlles, je recherche des professionnels pour échanger sur ces points.Je réalise en parallèle une étude comparative sur le marché québécois.
    Je vous souhaite de belles ,merveilleuses fêtes de fin d’année 2017
    Bien à vous
    Caroline

    Répondre
  2. Pascal Bastien

    Je partage totalement ce point de vue très inspirant à mettre en relation avec un post d’Isaac Getz : École libérée : Leçons à tirer de la libération des entreprises pour la transformation du système éducatif.

    http://liberteetcie.com/2017/09/ecole-liberee-lecons-a-tirer-de-liberation-entreprises-transformation-systeme-educatif/

    D’autre part, certains leaders en entreprise expriment clairement le besoin de rencontrer de futurs collaborateurs capables de questionner le statut quo, de collaborer et d’apprendre du terrain pour transformer plus vite l’offre et le « travailler ensemble ».

    Pascal Bastien
    Team Learning Sherpa dans les organisations & coach Bachelor Jeune Entrepreneur à l’E.M. Strasbourg

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *