De la créativité à l'innovation

Saison 7 pour la classe renversée… J’y vais ou j’y vais pas ?

Septième édition en ce début des années 20 de la classe renversée à l’Université Catholique de Lille. Comme lors des années précédentes, les étudiants de la Licence 3 de Sciences de la Vie ont été réunis pour une présentation des objectifs et de la méthode pédagogique à laquelle ils vont être « mangées » !  Quand on veut innover en pédagogie, il ne suffit pas d’avoir une idée créative et de décider de la mettre en œuvre, On n’innove pas juste pour innover ! Il faut au contraire expliquer aux apprenants les objectifs de cette innovation pédagogique. il faut aussi leur dire qu’ils pourront participer avec vous à l’évolution de la méthode, car « innover, c’est faire avec » !

En fin de présentation, une fois répondu à toutes leurs questions, une évaluation de leurs impressions est faite par la méthode du 10/20. On leur demande quelles sont leurs meilleures impressions (20/20) et leurs pires, c’est à dire leur crainte vis-à-vis de cette méthode (0/20°. Quel que soit leur sensation générale, ils sont obligés de donner au moins un point positif et un point négatif.  En fin de questionnaire, on leur demande d’évaluer à l’aide d’un pourcentage leur envie de suivre ou pas cette nouvelle pédagogie. Découvrez dans ce post leurs réactions en équilibre parfait « j’y vais ou j’y vais pas ? »,.

Impressions positives vis-à-vis de la méthode. Travail en équipe avec des étudiants que l’on connait moins bien ; faire les cours soi-même = + d’intérêt car recherche et écoute actives : on décroche moins vite qu’en cours normal – le fait de rechercher les choses soi-même permettra de retenir mieux et plus longtemps ; cette nouvelle méthode est intéressante à tester car jamais expérimentée ; travailler avec des personnes différentes et complémentaires – intéressant de pouvoir faire le cours en équipes pour pouvoir échanger ; c’est bien de savoir les questions… pour l’examen car on est préparés – la méthode intéressante, proche de la vie d’entreprise – travail collaboratif = entraide ; le cours fabriqué par nous-mêmes = adapté – volonté de construire un cours correct et cohérent pour progresser et donner des informations importantes – cette méthode est originale et elle peut s’adapter aux élèves ; on peut être sereins pour l’examen et moins stressés ; on peut mieux apprendre le cours quand c’est nous qui le faisons – le fait de chercher les informations soi-même, de construire le cours soi-même ; cette méthode permet de mieux travailler et de mieux assimiler les éléments – innovant – ça me plait parce que c’est interactif, ça change de d’habitude ; le fait de pouvoir apprendre différemment, moins bêtement – le fait de travailler en groupe le cours permet de mieux apprendre le cours, de prendre plus de temps sur les parties les plus complexes et d’avoir des explications différentes – équipes non choisies = travailler avec d’autres personnes, voir d’autres façons de penser que celles des gens avec qui on travaille d’habitude ; construire notre propre cours = apprendre des choses que l’on comprend vraiment et pas des choses que l’on nous a fait « ingurgitées » – diversité dans les groupes de travail, ça change, ça bouge, notation innovante – ça me plait car c’est une méthode qui change des autres et qui permet de mieux nous connaître sur notre manière d’apprendre ; ça me plait car on cible mieux les questions relatives au cours – innovant, travail en groupe, une autre façon de travailler – des groupes de travail créés par vous = cela permet de créer une nouvelle dynamique de travail ; créer nous-même le cours permet de bien se concentrer et de s’y intéresser – la méthode : ce qui est positif, c’est le fait qu’il n’y a plus à apprendre par cœur sans comprendre, car on est en équipe ; je trouve cela plus simple de créer des cours pour les retenir – cette méthode me plait parce qu’elle emploie le travail de groupe et je sais que je retiens beaucoup plus facilement un cours en en discutant avec les camarades ; elle me plait également pour ses côtés qui cassent le système scolaire actuel que je considère moyennement enrichissant pour moi ; en bref, j’adore les travaux de groupe et j’ai beaucoup de mal avec le bachotage, donc j’aimerais beaucoup tenter cette nouvelle méthode de travail – cette méthode me plait car elle est différente, le travail autonome et en groupe permet de s’exprimer librement et permet aussi une implication plus importante que lors d’un cours normal où on nous demande que de la restitution de cours, qui est pour moi sans grand intérêt – méthode différente : travail de groupe et le fait d’être en autonomie = cela rend la méthode très intéressante pour moi ; le fait d’utiliser une méthode différente, cela donne envie de s’investir à fond – je trouve que prendre en compte que chaque élève n’est pas identique aux autres et que nous n’avons pas tous les mêmes capacités est super ! Je trouve que cette méthode est plus juste et j’ai hâte d’essayer – j’ai apprécié la responsabilisation de l’étudiant, le travail de production en commun et les discussions associées ; la modélisation de la « vraie vie » par cette méthode – faire ses propres recherches afin de construire son cours : cela permet d’apprendre en s’amusant ; permet de comprendre par soi-même de nouvelles choses – chacun peut avancer à son rythme ; un travail de recherche, c’est plus motivant ; la créativité et l’originalité, c’est important dans la vie (projet professionnel) – faire des recherches personnelles pour mieux comprendre le sujet ; approfondir des points qui semblent plus intéressants que d’autres – le fait de faire nous-même le cours nous permet d’apprendre plus facilement le cours et de ne pas noter machinalement pendant 2 heures le cours donné par un prof « normal » – bonne idée qui fait travailler son sens de la recherche ; approfondir ou pas les points que l’on souhaite – nouveauté, original ; ne fait pas trop appel à l’apprentissage par cœur que je n’aime pas – autonomie = intéressant de tester ses capacités à faire un cours ; on travaille nous-même sur les chapitres, ce qui permet de s’imprégner davantage du cours – ça peut être intéressant – travail en équipe car plus interactif ; le fait que l’on fasse le cours soi-même car on arrive à mieux retenir – motivation du prof à nous donner envie ; responsabilités données aux élèves : le professeur a confiance ; nouveauté = nouvelle vision instructive – le fait de pouvoir créer notre cours nous-même, devoir découvrir et chercher des informations ; cela me permettra, je pense de sortir du cours en connaissant et en ayant retenu plus de choses qu’à la fin d’un cours classique – le fait que l’on puisse modifier le cours à notre guise, si certaines notions sont trop difficiles, me plait ; le fait que l’on puisse documenter le cours, expliquer le cours autrement que par l’écrit (vidéos, schémas…) me plait – le travail de groupe, très important pour des études scientifiques futures – le travail de groupe : réfléchir directement au lieu d’apprendre bêtement ; avoir les docs pendant les examens – faire le cours par nous-même car ça permet (selon moi) de mieux comprendre et retenir le cours ; travailler par groupe car ça permet à tout le monde d’apporter ses connaissances – j’ai passé les deux meilleures heures de ma vie – cette méthode va permettre d’avoir un cours dynamique avec de l’interaction, plus qu’un cours normal ; le cours sera moins monotone que d’écouter un professeur pendant 2 heures ; en cherchant les connaissances par nous-même, il sera plus simple d’apprendre – le fait que ce soit nous qui produisions le cours, ce qui permet en même temps de le comprendre, de l’intégrer et peut-être de l’apprendre ; le fait de connaitre l’évaluation pour ainsi être plus confiant – le code couleur pour les questions pour mieux visualiser le cours ; travailler avec d’autres personnes que d’habitude pour mixer la classe – ça me plait car le fait de créer son propre cours permet de mieux l’assimiler et de le commenter ; ça me plait car cela change des cours habituels – cette méthode me plait car on va apprendre par nous-mêmes, ce qui permet de mieux retenir les informations et plus longtemps – ce qui me plait le plus dans cette méthode est le travail en groupe : on peut, dans ce cas-ci, échanger entre nous, compléter ensemble le cours : cela permet aussi de demander une explication aux autres sur un sujet que nous n’aurions pas compris ; le fait d’expliquer avec nos propres mots est parfois plus compréhensif que des explications sur les documents – cette méthode me plait car nous pouvons apprendre par nous-même le cours ; le travail collectif est intéressant ; on peut prendre en compte les avis de tout le monde et avoir une vision des choses différentes ; cette méthode nous permet d’apprendre à s’adapter – le fait de ne pas avoir de DS écrit est une bonne chose car cela permet de pouvoir apprendre régulièrement et de gérer notre temps ; le fait d’avoir les cours pour l’examen car cela permet de pouvoir réfléchir les choses, si on a un doute ou quelque chose sur lequel on n’est pas à l’aise, de se rassurer – la méthode que vous nous proposez me plait car je n’ai jamais aimé la restitution de cours par cœur = je trouve cela sans intérêt en licence ; pas d’ennui en cours car on travaille tout le temps ; l’examen reflète les vraies capacités de rédaction et de compréhension

Impressions négatives vis-à-vis de la méthode. Peur de ne pas aimer la façon de travailler des autres ; peur de ne pas aimer la méthode de rédaction des autres – le fait que ce que nous produisons ne soit pas entièrement corrigé : il est dommage d’apprendre quelque chose de faux ; le fait de partir de rien : selon moi, dans un cours, il est important qu’un professeur nous donne des bases ; j’aime cette nouvelle méthode, mais partir de rien me fait un peu peur – dommage que toutes les fautes de cours ne soient pas corrigées ; ce n’est pas une critique, mais ça pourrait être intéressant de ne pas connaître (de façon proche) une ou deux personnes de l’équipe – la méthode = je doute de l’implication que j’aurai durant le cours (je pense sûrement être un passager clandestin) – survoler les chapitres = peut-être compliqué à retenir ? – méthode de travail toute nouvelle pour moi : la responsabilité est plus importante et le processus dans ce travail me rend perplexe – on peut se retrouver avec des gens qui ne travaillent pas – cette méthode peut nous amener à oublier certains éléments du cours et à avoir du mal à organiser le plan – les travaux de groupe ne sont pas ce que je préfère le plus – ça ne me plait pas parce que j’aime aussi les cours normaux – changement radical de la manière de faire cours ; l’implication de certaines personnes du groupe – travailler avec des personnes que l’on ne connait pas car on ne va pas forcément oser leur dire quelque chose si elles ne font rien – peur d’avoir déjà vu les notions à des cours précédents ; peur de se tromper au niveau des notions – ça ne me plait pas car j’ai peur de la difficulté de faire un cours clair et rigoureux ; j’ai peur qu’on ne retienne pas tous la même chose – c’est une nouvelle méthode, il faut s’adapter ; les affinités peuvent être compliquées – nouvelle méthode de travail peut-être intimidante = il faut s’adapter ; le groupe peut ne pas fonctionner, mauvaise dynamique – le choix des équipes ; j’aimerais avoir quand même un avis pour orienter ce choix, pour éviter d’être contraint – le côté négatif reste l’insécurité des informations car je suis habituée à avoir des cours directement des professeurs et donc sans la moindre erreur – le point négatif de cette méthode est pour moi le fait de ne pas pouvoir choisir avec qui on travaille et le fait que notre travail ne soit pas complètement corrigé – j’aurais aimé pouvoir choisir le groupe de travail ou faire des binômes pour ensuite rassembler 3 binômes qui ne se connaissent pas pour faire des groupes de 6 – j’ai un peu peur d’être dans un groupe avec des gens que je n’apprécie pas forcément, mais je vais m’adapter – je crains de ne pas suivre et d’apprendre correctement sur la durée, de ne pas être avec des personnes « moteur » qui fournissent le travail en temps et en heure ; je n’ai pas aimé le principe du « casting » – peur de tomber dans un groupe de travail qui ne travaille pas – que tous les étudiants dans un groupe aient la même note – crainte d’être avec des personnes avec qui le travail en groupe est très compliqué ; pour une première expérience, il est plus simple de travailler avec des personnes habituelles – ne pas pouvoir choisir les personnes avec qui on travaille et se retrouver avec des gens qui ne travaillent pas et être pénalisés par eux – beaucoup de choses : « points, salaires, code couleur des questions » ; appréhension sur le fait de travailler avec des gens avec lesquels on n’a pas d’affinités – pas très concret pour l’instant, quel est le SMIC ? cela parait exigeant quand même ; j’aime pas trop la génétique moléculaire – appréhension d’apprendre quelque chose de faux ; appréhension de ne pas savoir comment rédiger le cours et de ne pas savoir quoi mettre dedans – je déteste les travaux de groupe : quand je travaille en groupe, soit avec mon groupe on fait une répartition de tâches et chacun fait de son côté, puis on regroupe tout à la fin, soit ça se passe mal = j’ai peur que ce cours se passe mal pour moi – que tout le monde ait la même « note » dans la même équipe ; le fait qu’il puisse y avoir des choses fausses dans le cours – peur de ne pas aller à un rythme assez soutenu ; le chapitre obtenu est infiltré de fautes ; impression de ne pas avoir fait grand-chose dans le semestre si on me guide trop – l’examen ; avoir le cours et internet aux examens, car en cherchant les informations différentes, j’ai peur de perdre trop de temps alors que je peux répondre à la question sans documents – le fait que le cours ne soit pas/peu corrigé me déplait – le fait d’avoir accès à internet aux examens = perte de temps (si je n’ai pas confiance en mes connaissances acquises, j’ai peur de me perdre) – ne pas choisir les équipes ; que le cours ne soit pas corrigé – que l’ensemble du cours ne soit pas corrigé dans le détail : je n’aime pas tellement l’idée d’apprendre des erreurs – RAS – la possibilité d’avoir un passager clandestin dans son équipe ; devoir vérifier le travail fourni ; avoir des sources sûres – le fait de ne pas choisir nos groupes, car je pense qu’il faut travailler avec des personnes qui utilisent les mêmes méthodes ou qui travaillent comme nous pour être plus efficaces ; méthode que l’on ne connait pas, un peu vague pour l’instant sur ce que cela va donner – le système de points et la mise en avant des « PC » car cela peut décourager certaines personnes – ce qui me déplait est le fait qu’internet nous donne accès à beaucoup d’informations et il est difficile parfois de sélectionner les informations importantes – ce qui ne me plait pas dans cette méthode, c’est que les cours ne soient pas corrigés ; la notation par groupe n’est pas juste ; la méthode me semble plus chronophage pour finalement un résultat qui peut ne servir à rien si on doit tout recommencer ; je n’aime pas les travaux de groupe et il y a trop d’étudiants par groupe – cette méthode me fait également un peu peur car je n’arrive pas à voir la finalité du projet ; je n’arrive pas à me projeter ; les premières séances seront déterminantes pour qualifier cette méthode – cette méthode me plait moins car il y a beaucoup trop de choses innovantes en même temps : beaucoup de risques de se perdre, de tout mélanger ; ne pas choisir son équipe est quand même problématique car on ne sait pas comment les autres travaillent ? Et on peut ne pas s’entendre sur beaucoup de points – si on tombe dans un mauvais groupe, comme on ne peut pas choisir, on devra faire un travail conséquent (s’il y a des passagers clandestins, cela n’est pas juste) ; lorsque l’on est avec un minimum de personnes que l’on connait, on sait comment elles peuvent nous être complémentaires ; j’aime les cours classiques car je retiens mieux (j’ai déjà fait des classes inversées et même renversée avec Monsieur… ; j’apprends mieux lorsque l’on m’explique et je trouve que l’on se pose de meilleures questions ; s’aider d’internet pour comprendre les notions que l’on ne connait pas, savoir le vrai du faux, c’est compliqué ; avoir juste un titre et faire un plan = on peut passer à côté de plein de choses que l’on ne va pas découvrir, alors que le prof aurait pu nous les faire découvrir – je ne pense pas que l’autorisation d’accès à internet soit une bonne chose à l’examen ; ne pas choisir les groupes peut freiner le travail ; le travail des autres groupes sur un chapitre peut ne pas nous correspondre du tout (mais c’est comme avec le point de vue d’un professeur)

Votes en % d’envie de suivre cette méthode
100% = 5 ; 95% = 1 ; 90% = 4, 80% = 6, soit 34,1% qui ont très envie
75 % = 8 ; 70% = 6 ; 65% = 1 ; 60% = 4, soit 40,4% qui ont plutôt envie
50% = 7, soit 14,9% qui hésitent
45% = 1, soit 2,1% qui n’ont pas vraiment envie
5% = 1 ; 0% = 3, soit 8,5 % qui n’ont pas envie du tout

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *