De la créativité à l'innovation

Quand le coronavirus invente le « devoir renversé » confiné en équipes !

Une pandémie virale peut-elle pousser un enseignant à innover ? La lutte contre le coronavirus peut-elle obliger les profs à revoir considérablement leur façon de travailler ? C’est ce que l’on observe partout en France dans le monde de l’éducation avec la maintenant très célèbre « continuité pédagogique ». Mais tout n’est pas évident à faire en ligne, en distanciel comme on aime à le dire chez les adeptes du MOOC et du E-learning. Par exemple, comment organiser des examens ou tout simplement du contrôle continu quand on n’est pas dans la même pièce ? Et comment le faire, particulièrement, quand son enseignement est organisé de manière collaborative et que chacun des ses élèves est confiné chez lui ?Le confinement peut nous amener à plus de créativité, quelque soit la matière et il nous invite aussi à innover dans le domaine de l’évaluation. Pour un professeur de génétique moléculaire comme moi et qui de plus, a le « coronavirus »… dans son programme de cours, c’est un clin d’œil du destin ou un hasard heureux que de devoir se creuser les méninges (hémisphères droits et gauches), pour trouver une solution. Comment continuer à « renverser » ma classe à distance pour mon contrôle continu alors que je le faisais d’habitude en classe avec eux ? Il ne m’a pas fallu longtemps pour hacker l’un de mes DS originaux et le transformer en un devoir surveillé, non surveillé, en ligne pour des étudiants confinés et connectés qui le réalisent en équipe ! Innovant, non ? Depuis 5 ans déjà, dans ma « classe renversée », j’expérimente un devoir en équipe « non surveillé » qui ne finit jamais !

La méthode est la suivante. Il s’agit d’une épreuve qui se fait en classe avec une cinquantaine d’étudiants, répartis en équipe de 6 dans une salle où les tables sont disposées en îlots. Chaque équipe s’installe autour de sa table et prépare ses affaires, en l’occurrence des ordinateurs ou des tablettes avec connexion au wifi, des portables, des ouvrages de génétique, du papier, des feuilles et de quoi écrire en guise de brouillon. Tout ce qu’il faut pour qu’un DS, même non surveillé, se passe normalement, mais avec la particularité de pouvoir se connecter au web. Le DS est programmé pour durer exactement une heure. Une seule question est posée par équipe. Il y a donc autant de questions différentes que de groupes d’étudiants, soit 8 questions, car j’ai souvent 8 équipes de 6 étudiants. Ces questions sont des questions de synthèse en lien avec le cours que je choisis en raison de leur importance. Elles abordent des points fondamentaux du programme, ceux qu’il convient de connaître pour passer l’examen final. Une fois ces questions énoncées, les équipes disposent d’une heure pour y répondre. Les étudiants grâce à leur connexion et aux ouvrages mis à disposition peuvent alors se mettre à l’ouvrage. Je suis présent ans la salle à leur côté, mais pas là pour les surveiller. Je suis au contraire 100% disponible en cas de problème. Je peux même répondre à leurs questions en lien avec le sujet du DS et les aider à avancer dans la rédaction de leurs réponses…

Plutôt bizarre pour un prof de jouer le rôle de ressources documentaires, alors qu’il est habituellement présent pour surveiller que personne ne triche ! Autre curiosité de ce DS… à la fin du temps imparti, les copies ne sont pas ramassées, mais reportées sur une plateforme collaborative (en général, un « Google drive »), la même qui sert à publier les chapitres tout au long du semestre. Au terme du DS, j’invite mes élèves à quitter la salle. Je leur indique que je corrigerai leur travail de chez moi, dans les jours à venir, et que chaque « copie collective » sera notée sur 20 points, méthode plutôt classique. Chaque étudiant aura la même note que tous ses camarades dans la même équipe… une note unique par groupe qui devient la note individuelle de chacun de ses membres. C’est en général au moment de sortir de la salle que certains de mes étudiants me font remarquer que si je ne corrige pas immédiatement leur production, ils auront alors la possibilité de continuer à la compléter de chez eux, puisque les « copies » sont sauvegardées dans le « cloud », en l’occurrence sur la plateforme collaborative et donc accessibles par tous. Imaginez leur surprise quand je leur réponds que cela est fait exprès et qu’ils peuvent s’ils le désirent modifier le contenu de leurs copies quand bon leur semble.

Le DS va donc se poursuivre sans le professeur ! En effet, les jours suivants, je m’aperçois comme prévu que la qualité de ce qu’ils ont écrit dans leurs copies évolue. En effet, ils font tout ce qu’ils peuvent pour avoir la meilleure note possible, alors ils s’organisent en équipe pour cela. Ils ne savent pas quand ils seront corrigés. Chaque jour, chaque heure, chaque minute qui les sépare de cette correction est bon(ne) à prendre pour améliorer la qualité de leurs réponses aux questions posées. Lorsque je décide enfin de corriger leurs copies, je le fais de chez moi sans les prévenir que l’épreuve est cette fois-ci réellement finie avec le report des notes. De manière attendue, certaines copies continuent à se compléter quelques jours alors qu’elles sont déjà notées ! Tout en gardant la note globale, je leur attribuerai alors un petit bonus si cet apport de contenu est remarquable, une fois que j’informe mes étudiants qu’ils ont été notés.  Ce devoir « qui ne finit jamais  » peut vous surprendre si vous ne vous intéressez qu’à la notation qui permet l’évaluation des connaissances. Il est pourtant plus puissant que cela car il permet quelque chose qui n’était pas vraiment attendu, lorsque je l’ai imaginé au départ, soit le fait d’obtenir dans chacune des copies une production vraiment intéressante à la fois d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Ce DS  qui était à l’origine une simple épreuve destinée à contrôler les connaissances de mes élèves est devenu une très efficace contribution à la construction des chapitres par les étudiants, d’autant plus que les questions posées sont fondamentales. Il s’est métamorphosé en exercice collectif de construction du savoir. Son objectif aujourd’hui est donc aussi de mettre l’évaluation au service de la construction des savoirs, puis des apprentissages. C’est une approche intégrée, c’est à dire que les activités d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation sont solidarisées et ne suivent donc pas forcément chronologiquement. La classe renversée a donc ainsi changé l’ordre du temps.

Mais tout cela, c’était avant le COVID-19 ! Il a fallu cette année… pour cause de confinement, repenser l’épreuve. Comment l’organiser avec le même nombre d’étudiants et en garder le même esprit ? Comment faire pour qu’ils puissent continuer à composer le DS en équipe alors qu’ils sont strictement confinés chez eux en famille, éloigné physiquement de leurs camarades de classe ? L’idée a donc été de créer un nouveau DS renversé, non surveillé, en ligne qui puisse être rédigé par des équipes de 6 étudiants, non plus en classe mais confiné individuellement chez eux. Un challenge un peu audacieux, mais qui a eu le mérite d’être expérimenté. N’est-ce pas le minimum pour qu’une idée créative se transforme en innovation ?

Une nouvelle méthode pour ce DS a donc été imaginée. Elle a commencé par leur envoyer le mail suivant :

Bonjour à toutes et à tous, Votre DS de génétique moléculaire était programmé le mercredi 25 mars 2020 de 10h à 11h30. Il aura bien lieu le même jour, en équipe comme cela avait été prévu, mais à distance. Ce qui changera est la durée de l’épreuve et de la manière suivante :

  • Les questions du DS vous seront transmises par mail le 25 mars à 10h exactement.
  • Vous devrez y répondre en équipe et en utilisant les chapitres de cours que vous avez construit depuis le début du semestre et toutes sortes de ressources, y compris par connexion internet
  • Vous devrez indiquer sur votre « copie » le nom des personnes de votre équipe qui sont contributrices du travail de 10h à 11h30
  • Je serai disponible sur Moodle (par la fonction « Big Blue Button ») pour vous aider de 10h à 11h30. Ce sera à distance.
  • Je vous laisserai 24 heures pour améliorer éventuellement ce que vous avez mis dans vos « copies »
  • Je considérerai que l’épreuve sera terminée le 26 mars à 10h

Voici d’autres consignes quant à l’épreuve elle-même. Veillez à bien toutes les lire.

  • Le DS se rédige en 8 équipes (Equipe 1, E2, E3…) qui sont les mêmes que celles ayant produit les chapitres
  • Il est composé de 8 questions différentes (Question 1, Q2, Q3…), chacune adressée à une équipe différente (Q1 pour l’E1, Q2 pour E2…). Il y aura donc 8 « copies », chacune rédigée en équipe
  • Les questions attribuées aux équipes ne seront pas forcément liées à leur propre chapitre
  • La rédaction du DS se fera en direct sur le document collaboratif (Google drive), celui qui a servi à écrire le chapitre. Pour exemple : l’Equipe 1 répondra à la question 1 à la fin du chapitre 1, E2 répondra à Q2 à la fin du chapitre 2…
  • La longueur d’une « copie » ne doit pas excéder 4 pages, illustrations comprises.
  • Une fois qu’une équipe a estimé que son DS était terminé, il faudra m’envoyer sa « copie » par mail et en format PDF au plus tard le 26 mars à 10h

IMPORTANT : Pour être efficaces le 25 mars, vous êtes libres de vous organiser comme vous le souhaitez… n’attendez pas le jour-même pour le faire ! Merci de me poser vos questions si vous en avez. Cordialement, JC2

Puis le mail du Jour J : Bonjour à toutes et à tous. Voici les 8 questions pour le DS, chacune étant attribuée à une équipe. Il s’agit bien des équipes (numérotée de 1 à 8), celles qui ont rédigé les chapitres. Je vous conseille d’utiliser le document collaboratif de type Google drive (celui de votre chapitre) pour rédiger votre copie. Vous le convertirez ensuite en PDF avant de me l’envoyer par mail. Les 8 questions sont : EQ1 : Que sont les bactéries Hfr+ et Hfr- ? Comment permettent-elles le transfert d’ADN chromosomique ? EQ2 : Expliquez le mode de réparation de l’ADN par recombinaison homologue avec la Protéine RecA. EQ3 : Expliquez la structure et le mode d’infection du virus COVID-19. Quelles différences y a-t-il avec le virus de la grippe ? EQ4 : A quoi sert la « séquence signal » des ARN messagers de cellules eucaryotes lors de la traduction ? EQ5 : Comparez la réplication d’un ADN plasmidique avec celle d’un ADN chromosomique de bactérie. EQ6 : Que sont les ribozymes ? Comment fonctionnent ces molécules ? Donnez deux exemples différents. EQ7 : Qu’est-ce qu’une translocation robertsonienne ? Donnez deux exemples de conséquences possibles chez l’humain. EQ8 : Comment sont synthétisés les ARN de transfert des cellules procaryotes ? Comment sont-ils ensuite chargés avec leur acide aminé ?

Je suis à votre disposition pendant la durée du DS, soit de 10h à 11h30. Vous pourrez me poser toutes sortes de questions pendant l’épreuve dont les réponses vous serviront pour la rédaction de votre copie. Si vous avez des questions après 11h30, il vous suffit de les déposer sur le Forum. J’y répondrai pendant la journée. Vos copies (une seule par équipe) sous format PDF devront me parvenir par mail avant demain jeudi 26 mars 2020 à midi.

IMPORTANT : Merci d’indiquer sur la copie les noms des étudiants qui ont participé à l’épreuve de 10h à 11h30.

L’épreuve a donc eu lieu et j’ai récupéré mes 8 copies à corriger. Ce sera pour ce week-end !

Ce qu’ont pensé mes étudiants de l’expérience (leur avis obtenu le 26 mars 2020) de ce devoir renversé est rapporté ci-dessous. Il leur a été demandé à chacun de donner obligatoirement un avis positif et un avis négatif, quel que soit leur sentiment général. Cette méthode d’évaluation, dite du 10/20, permet de souligner les satisfactions et d’utiliser les insatisfactions pour progresser lors du prochain devoir. L’avis des usagers contribue à faire évoluer une innovation. Rien de plus évident, car « Innover, c’est faire avec ! ».

Avis positif de mes 48 étudiants sur le déroulé du DS : Je n’ai pas eu l’impression de faire un DS – cela nous a permis d’apprendre de nouvelles choses – bon concept pour travailler de façon ludique et rapide – possibilité d’avoir une réponse rapide par le professeur à nos questions en direct – des réponses aux questions facilement trouvables sur Internet – excellente ambiance de travail – sujet bien reçu par mail : tout c’est bien passé pour travailler en groupe ; des réponses rapides par le professeur si on avait des questions – les réponses apportées à nos questions par le professeur ont toujours été au top – l’application permettant de parler en direct avec l’équipe pour mieux s’organiser même si cela reste plus compliqué que de s’expliquer en direct comme en cours – sujet du DS intéressant – un DS en équipe, ça change de d’habitude, cela est moins stressant et est plus sympa à faire – pouvoir poser des questions au professeur pendant l’épreuve – avoir 24 heures pour réaliser le DS – le professeur qui est toujours là pour aider de son mieux – disponibilité du professeur en cas d’incompréhension – le professeur qui répond au maximum à nos questions – les réponses à nos questions sont bien compréhensives – on a appris plein de choses – on a pu s’organiser comme on voulait, on était libres – que le professeur réponde aux questions en direct, c’était pratique et on comprenait bien (accessibilité du professeur) – on a eu beaucoup de temps pour rédiger notre DS, il n’y a donc pas eu de stress et on a eu le temps de bien faire les choses, en s’adaptant à l’emploi du temps de tout le monde – on a accès à internet – le fait d’être en équipe, c’est pratique et efficace ; être 6 pour un DS, c’est mieux que si l’on avait été 2 – le professeur présent, répondant à nos questions – des explications claires sur le déroulement du DS – la liberté dans la rédaction de notre réponse – nous avons pu poser nos questions concernant le sujet du DS – question du DS intéressante – on a eu des réponses à nos questions et en direct – DS agréable et tranquille, tout s’est bien passé – la question était relativement compréhensible – bonne répartition des tâches dans le groupe vis-à-vis de la question – 24h pour faire le DS avec possibilité de poser des questions – 24h pour faire le DS avec possibilité d’utiliser le cours, internet etc. – le professeur qui est présent pour répondre à nos questions pendant le DS – beaucoup de temps pour faire le DS, travailler en équipe et professeur présent – je trouve ça bien qu’on ait pu avoir plus de temps pour le DS car c’est plus compliqué d’échanger les informations dans l’équipe via internet qu’en vrai – le délais pour faire le DS est très bien, malgré les conditions de travail parfois compliquées, ces temps-ci ; le professeur qui a su être là pour nous et le DS qui s’est finalement déroulé comme s’il avait eu lieu en classe – sujet du DS intéressant qui permet de compléter certaines connaissances non présentes dans les cours initialement – comme nous étions tous les 6 présents, nous avons pu presque tout faire avant 11h30 – le concept de ce DS est bien, ça change de travailler en équipe pour un DS – le fait d’avoir accès à tout (cours, internet) a plus d’intérêt que d’apprendre par cœur et ça nous fait plus réfléchir et agir comme on sera amenés à le faire plus tard dans le monde du travail – travailler en équipe permet d’apporter beaucoup d’informations à notre réponse de DS et en ciblant bien le sujet – DS en équipe et en ligne, pratique et sans stress – le fait d’avoir 24h pour faire ce DS – le fait d’avoir eu un forum en parallèle de notre rédaction, c’était bien organisé, les consignes étant données en amont – une séance bien organisée – le délais imparti pour faire le DS – le format est sympa en équipe

Avis négatifs de mes 48 étudiants sur le déroulé du DS : C’est compliqué de travailler à distance, pour poser les questions, communiquer avec son groupe – ne pas avoir pu choisir les membres de son groupe pour le DS – c’est difficile de se coordonner à distance pour travailler en équipe – un peu compliqué de travailler à distance (dur de se comprendre, d’entendre) : il aurait été mieux de pouvoir choisir les membres de son groupe pour le DS – le spectre de la collecte d’informations est un peu trop large (c’est mieux de cibler quelques sites au démarrage) – c’était compliqué de se concentrer sur notre DS alors que le professeur donnait des informations à d’autres groupes en même temps – Difficile d’écouter en même temps le professeur et en même temps son équipe, il faut jongler entre les deux – le temps de prendre connaissance du sujet et de faire quelques recherches ne nous permettait pas d’avoir des questions à poser dans les 30 premières minutes du DS ; mauvaise connexion avec le serveur – parfois compliqué d’être à 6 personnes sur le même drive – difficile de bien s’organiser et de s’entendre à distance et sur son ordinateur – plus difficile de s’organiser à distance qu’en classe – difficile de travailler comme ça à distance – problème informatique, je n’entendais pas ce que le professeur disait – les sujets n’étaient pas du tout dans le cours, ce qui est déstabilisant – certaines informations étaient difficiles à trouver en fonction des sujets – certaines informations étaient difficiles à comprendre en fonction des sujets – on n’a pas toujours eu des réponses 100% sûres, certaines informations étaient encore des hypothèses de recherche – ce n’est pas un contrôle de connaissances, mais de recherche par internet sur un sujet très peu détaillé dans le cours : de ce fait, le sujet est très vaste, voire trop vaste – on ne connaît pas les critères d’évaluation – un « passager clandestin » dans notre groupe n’aidant pas et jouant sur les problèmes de connections – problèmes de connections sur la plateforme – c’est plus dur de rédiger en groupe à distance – peu d’informations trouvées dans les chapitres – rien de particulier à dire de négatif – RAS – le fait de devoir travailler virtuellement et pas en IRL – DS relativement fastidieux, car il fallait d’abord comprendre les mécanismes moléculaires avant de rédiger – certaines questions étaient plus dures que d’autres – trouver des informations pour répondre à une question s’avère parfois compliqué – un DS en équipe force parfois à ne pas pouvoir mettre exactement ce que l’on veut dans la copie – certains étudiants dans le groupe s’impliquent moins que d’autres et laissent les autres faire le travail – c’est plus compliqué à distance, difficile d’échanger les informations – je m’attendais à un DS où nous rechercherions des informations en nous aidant des cours créés par les élèves, or nous n’avons pas eu besoin de chercher ces informations dans le cours, mais uniquement sur internet pour notre question – la limite de pages (4 à 5 pages) qui fait qu’on va devoir se passer de certains schémas intéressants pour ne pas dépasser la quantité de rédaction attendue, c’est vraiment dommage – nous n’avons tout de même pas pu tout finir à temps alors que nous étions 6 sur le même sujet : si nous n’avions eu qu’1h30 comme prévu, ça aurait été trop juste et nous n’y serions pas arrivés – le cours sur lequel nous avons principalement dû nous baser pour notre DS n’était pas complet, il manquait des précisions qui rendaient certains passages difficiles à comprendre. Nous avons eu du mal à nous lancer à cause de ça. C’est dommage d’avoir été handicapés par rapport aux autres équipes (parce qu’une autre équipe que la nôtre avait fait un travail pas clair) ; les cours en classe inversée (renversée) nous ont finalement rendus en partie dépendants du travail des autres étudiants pour notre propre réussite – c’est compliqué de se mettre d’accord avec toute l’équipe en fonction des préférences des uns des autres pour écrire le DS – ne pas pouvoir écouter tous ensemble la vidéoconférence – le temps imparti pour ce DS, autant de temps n’est pas forcément nécessaire – le temps du DS reparti sur une trop longue durée – la limitation de pages pour la rédaction – il aurait été mieux de connaitre le sujet du DS avant la vidéo avec le professeur

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.