De la créativité à l'innovation

Archives par auteur: Jean-Charles Cailliez

La classe renversée,… l’innovation par le changement de posture !

Imaginez qu’un professeur, le premier jour de sa classe, propose à ses élèves de travailler vraiment différemment. Imaginez qu’il leur dise qu’il n’a plus « envie » de leur faire cours du haut de l’estrade, face à eux, alignés les uns à côté des autres, crayons ou claviers en main, prêts à prendre toutes sortes de notes et de schémas. Imaginez qu’il leur propose une méthode plutôt originale, différente de celles déjà tentées pour remplacer le cours magistral et qu’il résume par une petite phrase : « Désormais, vous ferez tout,… je ne ferai plus rien ! ». Bienvenue dans la « classe renversée », l’innovation par le changement de posture ! Cette méthode d’enseignement, sorte de classe inversée poussée à l’extrême, a été inventée par un professeur d’université soucieux de rendre se « classe » plus active et de responsabiliser davantage ses étudiants. Les questions qu’il se pose sont simples. Pourquoi avoir envie de sortir de sa zone de confort ? Pourquoi accepter de se mettre en danger ? Pourquoi vouloir enseigner différemment, jusqu’à demander à ses propres élèves de prendre leur part du travail ? Evidemment pour arpenter de nouveaux chemins, découvrir de nouveaux territoires, très certainement pour multiplier les rencontres et parmi les plus improbables. La classe renversée est une méthode… Savoir plus >

Comment être plus efficace dans sa prise de parole en public ? Un bon conseil en format TED !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas nécessaire d’être dans la préparation d’un TEDx pour lire ce livre. Cet ouvrage de Chris ANDERSON, directeur des conférences TED, est intéressant car il nous donne les bonnes recettes pour apprendre à parler en public et à captiver son auditoire dans un temps imparti qui n’excède jamais 20 minutes. L’exercice pourrait paraître futile, mais point du tout. Nous sommes très souvent dans le cadre de notre travail dans la situation où nous devons présenter une idée, un projet, voire défendre un bilan ou une activité. Ce n’est pas toujours facile, surtout si on utilise des méthodes classiques et souvent mortelles comme celle du Powerpoint ! La prise de parole efficace en public n’est pas innée. Elle s’apprend, elle se travaille. Son apprentissage devrait même être au programme de tout cursus scolaire à en croire l’auteur de ce remarquable ouvrage ! En le parcourant, vous découvrirez les bases de l’exposé oral et comment donner forme à l’idée que vous souhaitez partager. Vous verrez aussi quels sont les pièges à éviter, quand on veut par exemple trop en dire ou que le fil conducteur de sa narration n’est pas bien tissé. Vous y découvrirez des outils et astuces comme celles qui… Savoir plus >

Ma classe n’est pas un champ de carottes !

Quel rapport peut-il y avoir entre la permaculture et l’innovation pédagogique ? Une illustration est donnée ici avec la « classe renversée », telle qu’elle est pratiquée à l’Université Catholique de Lille depuis 4 ans dans mon cours de génétique moléculaire. J’ai été contacté récemment par une jeune ingénieure agronome, Louise Browaeys, qui prépare un livre sur la façon dont la permaculture peut gagner le terrain de l’entreprise et de l’éducation. Elle désirait m’interviewer pour recueillir mon avis sur la question et compléter ainsi l’un des chapitres de son futur ouvrage. Etant biologiste de formation, j’ai d’abord cru qu’elle s’adressait à mes connaissances en la matière. En effet, la permaculture est une conception de la culture biologique durable et responsable qui prend en considération de manière prioritaire la biodiversité des écosystèmes vivants. Cette pratique agricole qui a été théorisée au siècle dernier et que l’on présente aujourd’hui comme un nouveau mode de production écologique de fruits et légumes, signifie littéralement « agriculture permanente » ou plus explicitement « culture de la permanence ». Elle invite à cultiver ce que la terre peut donner de manière durable et responsable au sens écologique, en étant libéré des systèmes de production et de distribution industrialisés. Dès le début de notre… Savoir plus >

Fenêtre sur cours : 50 profs en quête d’innovation !

Quelles attentes ont les enseignants d’une journée pédagogique ? Peut-on les satisfaire en les faisant réfléchir à leurs pratiques pédagogiques pour qu’ils imaginent de nouvelles approches ou ont-ils tout simplement et presqu’exclusivement besoin d’outils ? Pour répondre à ce questions, revenons sur une journée pédagogique qui a été organisée en juin 2017 à l’Université Catholique de l’Ouest (UCO Angers) et qui a réuni une cinquantaine d’enseignants du supérieur. Cette journée a été organisée sous la forme d’ateliers co-élaboratifs par la Design School HEMiSF4iRE de l’Université Catholique de Lille et animée par Jean-Charles CAILLIEZ. Fenêtre sur cours : dans un premier temps, il a été demandé aux participants de l’atelier de se présenter en une phrase de seulement 6 mots, petit exercice en guise d’échauffements. Puis faire un focus en forme de « fenêtre sur cours » sur les innovations pédagogiques qu’ils expérimentent déjà à Angers dans le cadre de leurs enseignements à l’UCO. Force est de constater qu’ils ne sont pas novices en la matière et que bon nombre d’entre eux se sont lancés dans des pratiques non seulement variées, mais particulièrement innovantes. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise, car on remarque souvent que les enseignants les plus créatifs, ceux qui innovent sans cesse dans leurs cours, sont… Savoir plus >

Devenir manager de l’innovation, un nouveau challenge pour les cadres !

Plus nombreuses sont les institutions qui ont créé un poste de Directeur ou Directrice de l’Innovation. Les universités en ont fait de même avec l’apparition de leurs premiers Vice-Présidents Innovation qui rejoignent ainsi leurs collègues en charge de l’Académique, de la Recherche, de l’International et de la Vie étudiante. Devenir manager de l’innovation n’est pas chose facile, encore moins innée, d’autant plus qu’il n’y a pas de recette miracle en la matière, celle que l’on pourrait répliquer à volonté d’un établissement à un autre. Il faut donc commencer à se former, puis continuer à le faire tout au long de la vie professionnelle. Cela fait partie de « l’apprentissage en marchant », la quatrième des cinq disciplines Peter SENGE et qui caractérise le management des entreprises intelligentes. Pour aider les entreprises qui ont repéré en leur sein des collaborateurs ayant ces profils, en général issus du « middle-management », la Design School HEMiSF4iRE et le regroupent d’écoles d’ingénieurs YNCREA de l’Université Catholique de Lille ont créé une formation vraiment innovante « Devenir Manager de l’Innovation » qui s’inspire de MOSAIC Lille, l’Ecole de Printemps en management de la créativité. Cette formation se démarque de tout ce que l’on peut trouver en la matière. Plus proche d’un MBI (Master of Business and Innovation) que d’un MBA, elle est construite sur 3 axes originaux : Créativité et Design Thinking, Apprendre/Desapprendre, Connexion… Savoir plus >

La classe renversée,… à ne pas « copier-coller » !

Le 22 septembre 2017, une conférence à deux voix a été organisée à l’Université de Mons (Belgique) sous la houlette de Frédérique ARTUS, Conseillère en Pédagogie Universitaire, et dont le thème était « L’innovation pédagogique, une question de transposition plutôt que d’imitation,… une illustration avec la classe renversée ». Cette conférence a été réalisée en 3 temps avec tout d’abord Jean-Charles CAILLIEZ et Sébastien BETTE qui ont présenté deux expériences en la matière, la première à l’Université Catholique de Lille pour un cours de génétique qui existe depuis 4 ans et la deuxième à l’Université de Mons pour un cours d’informatique qui en est à quelques mois d’expérimentation. S’en est suivi un temps d’échange avec l’auditoire, essentiellement composé d’enseignants-chercheurs de l’université et d’assistants doctorants impliqués dans l’enseignement. Les débats ne se sont pas limités à la problématique des classes renversées, objet des deux expériences présentées lors de ce séminaire, mais à l’innovation pédagogique de manière plus générale. Peut-on imiter ses collègues ? Le « copier-coller » en matière d’innovation pédagogique est-il efficace ou non ? Doit-on au contraire s’inspirer des méthodes testées par d’autres pour faire évoluer ses propres pratiques pédagogiques ? Enfin, quid du rôle des étudiants (usagers et/ou clients) qui deviennent co-acteurs, non seulement de la construction de leurs savoirs, mais aussi de l’évolution… Savoir plus >

S’il te plait,… dessine-moi un hangar !

Télécharger l’article en version PDF avec les illustrations en cliquant sur : STP Dessine-moi un hangar Peut-on être créatif de manière collective ? Peut-on être créatif sans forcément suivre immédiatement l’avis des experts ou des plus expérimentés d’entre nous en la matière ? La réponse est oui, mais à condition bien sûr d’utiliser une méthode de travail qui le permette. Celles de codesign ou de coworking répondent à cela. Une illustration est donné avec cette expérience menée à l’Université Catholique de Lille. Le 21 octobre 2017, a été organisé à la Maison des Chercheurs de l’Institut Catholique de Lille un atelier co-élaboratif dont le but était de co-dessiner le projet d’un nouveau lieu, dans un bâtiment récemment acheté, qui doit voir se mixer des activités artistiques proposées à des étudiants et d’autres menées par une Design School autour de la création d’entreprises, de l’innovation pédagogique et de la prospective sur les écosystèmes innovants. L’atelier a réuni 54 participants aux profils très variés (enseignants-chercheurs, étudiants, créateurs d’entreprises, artistes, designers, journalistes, responsables de la communauté municipale,…) et aux origines géographiques dépassant le cadre lillois, notamment par la présence de collègues universitaires de Liverpool Hope University (UK) et du Campus Collaboratif Numérique du Saguenay/Lac-Saint-Jean… Savoir plus >

Lille Métropole, Capitale Mondiale du Design 2020 !

L’excellente nouvelle est tombée ce jour du 14 octobre 2017 en provenance de la World Design Organisation. Lille Métropole en finale contre Sydney, rien que cela… a été désignée Capitale Mondiale du Design 2020. C’est la première fois qu’une ville française remporte cette distinction qui est décernée tous les 2 ans. Il est un peu tôt pour imaginer quels seront les impacts pour la ville d’ici-2020 et ensuite, mais cette reconnaissance de la World Design Organization va mettre en lumière les activités de la Métropole lilloise en matière de design sur le plan international, activités qui auront très certainement des impacts sur l’économie régionale. Dans le cadre de son projet, la métropole lilloise promet des événements majeurs autour des enjeux du design : Qu’est-ce que le design ? Comment le design a transformé notre société et notre territoire ? Comment des retours d’expériences de bonnes pratiques internationales continueront d’inspirer notre Eldorado ? Et puis qui dit « design », dit aussi codesign !  Cette désignation est une incroyable opportunité pour toutes les institutions et tous les établissements qui ont investit ces dernières années dans les méthodes de design thinking et d’intelligence co-élaboratives. On pense en particulier aux Design School et aux ateliers de l’innovation et du codesign (ADICODE) dans lesquels les étudiants peuvent… Savoir plus >

Pourquoi se lancer dans une classe renversée ? L’avis controversé des profs d’université

Quels sont les raisons qui inciteraient les profs à se lancer dans l’expérience d’une classe renversée ? La question a été posée à 80 enseignants-chercheurs et assistants de l’Université de Mons, lors d’une conférence sur le même thème le 22 septembre 2017. A noter que les arguments pour se lancer, c’est à dire les éléments qui inciteraient les profs à tenter l’expérience et les arguments qui freineraient la même démarche proviennent dans cette enquête des mêmes 80 personnes. Il leur a en effet été demandé à chacun d’écrire sur une même feuille 2 arguments « pour » et deux arguments « contre ». Le résultat de cette enquête n’oppose donc pas les supporters et les adversaires de la classe renversée, mais montre qu’il existe chez les mêmes personnes autant de raison de franchir le pas que de rester dans sa zone de confort. Eléments qui inciteraient à se lancer dans une classe renversée. Développer des compétences de recherche et de co-construction chez les étudiants – je suis pour un enseignement plus participatif, cela me permet de savoir si les étudiants ont compris, mais aussi de leur montrer qu’ils sont capables de comprendre ; proposer un enseignement efficace aux étudiants mal adaptés au système académique classique – le… Savoir plus >

La classe renversée,… qu’en pensent les profs ?

Que pensent les enseignants-chercheurs à l’université de la classe renversée ? Sont-ils convaincus ou pas de l’intérêt de cette méthode d’innovation pédagogique ? Pour le savoir, il suffisait de leur demander ! Dans le cadre de sa formation continue destinée à ses enseignants-chercheurs et assistants à mandats, l’Université de Mons en Belgique a organisé un cycle d’ateliers en pédagogie universitaire au cours duquel elle a proposé des thématiques qui touchent à la conception et à l’organisation des enseignements. Une attention particulière a été portée aux assistants qui démarrent leur mandat en leur proposant 24 heures de formation obligatoires durant la première année. Dans ce cadre, la journée du 22 septembre 2017 qui a été organisée sous la houlette de Frédérique ARTUS, Conseillère en Pédagogie Universitaire, s’est terminée par une conférence sur « La Classe Renversée ». Cette conférence a été réalisé en double voix, avec Jean-Charles CAILLIEZ et Sébastien BETTE qui ont présenté deux expériences en la matière, la première à l’Université Catholique de Lille pour un cours de génétique et la deuxième à l’Université de Mons pour un cours d’informatique. A l’issue de la conférence qui a réuni plus d’une centaine d’enseignant-chercheurs, dont une majorité d’assistants doctorants, un questionnaire leur a été proposé avec 4 questions. 80 d’entre d’eux… Savoir plus >