De la créativité à l'innovation

Expérience

Une classe inversée qui se renverse ! C’est à Paris… aux frontières du vivant !

Quel chemin parcouru depuis qu’Antoine TALY et moi nous sommes rencontrés à Lille, puis à Paris en 2014, pour échanger sur nos expériences de classes inversées et renversées en biologie cellulaire et moléculaire. Bravo à lui et ses remarquables étudiants de la Licence « Frontières du Vivant » de l’Université de Paris Descartes, hébergée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) de François TADDEI, pour avoir osé « renverser » en deuxième année de licence une classe déjà bien « inversée » l’année précédente. Comme vous le découvrirez dans ce reportage réalisé par Claude TRAN, journaliste de l’Education, pendant la semaine de la classe inversée CLISE 2018, tout le monde s’y retrouve et y prend même du plaisir : les étudiants qui apprennent à apprendre différemment et en groupe, qui prennent leurs responsabilités vis-à-vis de leurs collègues dans la construction de leurs chapitres, des enseignants visiteurs qui découvrent l’intérêt d’un « voyage apprenant » organisé à l’occasion de la CLISE, et le prof qui apprend de ses élèves… Ce partage d’expérience entre un enseignant lillois et son collègue parisien tel qu’il avait été présenté dans nos précédents posts : La classe inversée, une pédagogie innovante à benchmarker ! et  PédagoChti : un nouveau regard sur une pédagogie universitaire… Savoir plus >

De jeunes pédagogues challengent la classe renversée !

Quelle meilleure façon pour faire progresser une innovation pédagogique comme la « classe renversée » que celle de la challenger avec des professionnels ? Et pourquoi pas par de jeunes ingénieurs pédagogiques en formation, en l’occurrence les étudiants du Master Conception, Formation, Technologie (CFT) de l’Université de Strasbourg ? Le défi a été relevé le 8 décembre 2017 à l’invitation de Najoua MOHIB, Responsable de l’équipe Recherche Tech&Co et Responsable scientifique du DU en Pédagogie de l’Enseignement Supérieur de l’Université de Strasbourg. Une conférence interactive a d’abord été donnée de manière à présenter l’expérimentation de « classe renversée », telle qu’elle est menée à Lille depuis 5 ans. Les étudiants en master ont pu réagir individuellement avec le conférencier, juste avant le travail collectif. Un exercice de type « tableaux tournants » a ensuite été mené qui a permis aux étudiants de répondre successivement et en équipe à 4 questions : Ce que je retiens, ce qui m’interroge, ce que je conseille et ce que j’ai envie de mettre en œuvre. Ci-dessous le résultat en quelques lignes tracées sur de grandes feuilles, puis débattues ensemble. Ce que je retiens : un engagement fort des étudiants, des outils et méthodes mixés et hybrides (numériques et traditionnelles, ensemble), la place… Savoir plus >

La meilleure façon d’apprendre, c’est d’enseigner,… et pourquoi pas en classe renversée ?

On dit parfois que « la meilleure façon d’apprendre, c’est d’enseigner ! ». Alors pourquoi ne pas s’en inspirer pour imaginer une nouvelle approche pédagogique, une méthode qui permette de favoriser ainsi les apprentissages ? Pourquoi ne pas oser renverser la classe comme cela est illustré dans le TEDx de Viroflay 2018. Ci-dessous la méthode telle qu’elle est expérimentée à Lille et comme elle a été soumise récemment au Prix d’excellence I-Site Innovation Pédagogique ULNF 2018. L’article est téléchargeable sur : La classe renversée (Prix Innovation ISITE 2018) JC Cailliez Les objectifs de la classe renversée. Force est de constater qu’en ce début de XXIème siècle, une majorité d’étudiants souhaite être plus active dans l’acquisition de ses connaissances. Ces étudiants aimeraient en particulier apprendre à leur rythme et échanger différemment avec leurs enseignants. Partant de ce constat, une réflexion a été menée à l’Université Catholique de Lille (Fédération Universitaire et Pluridisciplinaire de Lille), EESPIG de l’ULNE qui a conduit ses 5 facultés en 2012 à un programme intitulé « Horizon 2020 » pour inciter ses enseignants à s’engager dans l’innovation pédagogique. La classe renversée qui est présentée ici est l’une des expérimentations qui s’intègre dans ce dispositif de transformation des pratiques pédagogiques universitaires. Le principe de… Savoir plus >

La classe renversée, innovation managériale… au TEDx de Viroflay

Visionnez le talk du TEDx de Viroflay en cliquant sur : La classe renversée, innovation managériale ! Si je vous dis que je ne suis plus un prof normal et que ma classe est devenue vraiment bizarre depuis 4 ans ! Cela vous intrigue ? Si j’ajoute que ce qui s’y passe entre ses murs intéresse au plus haut point les entreprises… qui m’appellent ou m’envoient des mails presque tous les jours ! Alors là, vous aimeriez en savoir plus ! Alors bienvenue dans la classe renversée ! Une expérience qui ne manque pas de surprendre ! 40 professeurs pour un seul élève ! Des étudiants qui construisent eux-mêmes le contenu du cours et des chapitres… et qui le teste sur le professeur, devenu le seul élève de la classe.  Des tableaux qui tournent, de la « tricherie obligatoire », des karaokés, du ping-pong, des « battles » … Le prof qui est devenu le seul à avoir des devoirs à la maison ! En échangeant cela avec vous, j’ai maintenant le souvenir de deux situations qui m’ont convaincu que cette façon de faire cours avait toutes les raisons d’intéresser l’entreprise ! Mon premier souvenir… le plus amusant : « la bactérie à 2 chromosomes ». C’était un matin en début de semaine,… Savoir plus >

La conférence renversée,… mode d’emploi et expérimentation !

Comment faire une conférence inversée, voire renversée ? Comment transformer le mode classique de l’exposé de l’expert suivi de la séance, non moins originale, de questions-réponses avec l’auditoire ? Une piste vous est donnée ici, inspirée de la classe renversée, qui a été expérimentée le 21 novembre 2017 à Cachan lors de la remise des Prix de l’I-novation pédagogique 2017 : 1. CP3 PRIX Nov 2017 A découvrir ci-dessous avec la vidéo :

Pourquoi se lancer dans une classe renversée ? L’avis controversé des profs d’université

Quels sont les raisons qui inciteraient les profs à se lancer dans l’expérience d’une classe renversée ? La question a été posée à 80 enseignants-chercheurs et assistants de l’Université de Mons, lors d’une conférence sur le même thème le 22 septembre 2017. A noter que les arguments pour se lancer, c’est à dire les éléments qui inciteraient les profs à tenter l’expérience et les arguments qui freineraient la même démarche proviennent dans cette enquête des mêmes 80 personnes. Il leur a en effet été demandé à chacun d’écrire sur une même feuille 2 arguments « pour » et deux arguments « contre ». Le résultat de cette enquête n’oppose donc pas les supporters et les adversaires de la classe renversée, mais montre qu’il existe chez les mêmes personnes autant de raison de franchir le pas que de rester dans sa zone de confort. Eléments qui inciteraient à se lancer dans une classe renversée. Développer des compétences de recherche et de co-construction chez les étudiants – je suis pour un enseignement plus participatif, cela me permet de savoir si les étudiants ont compris, mais aussi de leur montrer qu’ils sont capables de comprendre ; proposer un enseignement efficace aux étudiants mal adaptés au système académique classique – le… Savoir plus >

La classe renversée,… qu’en pensent les profs ?

Que pensent les enseignants-chercheurs à l’université de la classe renversée ? Sont-ils convaincus ou pas de l’intérêt de cette méthode d’innovation pédagogique ? Pour le savoir, il suffisait de leur demander ! Dans le cadre de sa formation continue destinée à ses enseignants-chercheurs et assistants à mandats, l’Université de Mons en Belgique a organisé un cycle d’ateliers en pédagogie universitaire au cours duquel elle a proposé des thématiques qui touchent à la conception et à l’organisation des enseignements. Une attention particulière a été portée aux assistants qui démarrent leur mandat en leur proposant 24 heures de formation obligatoires durant la première année. Dans ce cadre, la journée du 22 septembre 2017 qui a été organisée sous la houlette de Frédérique ARTUS, Conseillère en Pédagogie Universitaire, s’est terminée par une conférence sur « La Classe Renversée ». Cette conférence a été réalisé en double voix, avec Jean-Charles CAILLIEZ et Sébastien BETTE qui ont présenté deux expériences en la matière, la première à l’Université Catholique de Lille pour un cours de génétique et la deuxième à l’Université de Mons pour un cours d’informatique. A l’issue de la conférence qui a réuni plus d’une centaine d’enseignant-chercheurs, dont une majorité d’assistants doctorants, un questionnaire leur a été proposé avec 4 questions. 80 d’entre d’eux… Savoir plus >

Une école sans cours, ni professeurs… à la finlandaise !

Peut-on imaginer une formation universitaire qui se déroule sans cours, ni même professeurs ? Peut-on imaginerqu’un tel un parcours « académique » vous prépare à la vie professionnelle comme une école de business et management en priorisant, qui plus est, la création d’entreprise ? Peut-on faire 3 d’études après le bac sans jamais suivre un cours magistral, ni même engranger de la connaissance par les méthodes habituelles des universités et des grandes écoles, celles qui consistent, même si elles ne se limitent pas à ça, à écouter ses professeurs, les experts en la matière, prendre des notes, les apprendre pour être ensuite interrogés lors des examens ? Cela est-il possible ? La réponse est oui ! Cette formation existe depuis 6 ans à l’Ecole de Management de Strasbourg et près de 25 ans en Finlande, pays reconnu pour ses innovations pédagogiques et à l’origine de cette méthode. Situons la scène. Nous sommes le jeudi 8 juin 2017, il est 13h, un horaire plutôt inhabituel pour aller en cours, surtout lorsqu’il n’y a pas de prof, ni de leçon à écouter. Invité pour l’occasion, je me retrouve au milieu d’une dizaine d’étudiants du « Bachelor Jeune Entrepreneur » coordonnée par Olga BOURACHNIKOVA à l’Ecole de Management de Strasbourg. Nous sommes disposés en… Savoir plus >

Des profs d’université en soif d’innovation !

Texte illustré en format PDF à télécharger sur : Atelier Innovation pédagogique HE VINCI 2017 Qu’attendent les profs pour innover ? Quels sont leurs besoins en matière d’outils et de méthodes ? Peut-on imaginer ensemble de nouvelles façons d’enseigner et/ou d’évaluer nos étudiants ? Le 18 avril 2017, a été organisé dans les locaux de l’Université Catholique de Lille (UCL) un atelier pédagogique avec une cinquantaine d’universitaires de la Haute Ecole Vinci de Louvain-la-Neuve (Belgique) sur la thématique : « Peut-on enseigner autrement à l’université, et de manière plus innovante ? Peut-on évaluer différemment nos étudiants ? Comment initier, puis amplifier une démarche d’innovation pédagogique à l’université ? ». Cette journée en format « coworking » a réuni des chefs de département et des coordinateurs pédagogiques, enseignants-chercheurs pour la plus part, professeurs dynamiques ou responsables pédagogiques innovants, tous intéressés à découvrir les méthodes d’innovation pédagogique expérimentées à Lille comme par exemple les classes inversées, les classes renversées, les approches numériques, les serious games, les cartes mentales, les méthodes de scénarisation, d’improvisation ou de storytelling, les apprentissages par projets, les ateliers de codesign,…La préparation en amont et l’animation de cette journée en intelligence co-élaborative ont été assurées par Jean-Charles Cailliez et Delphine Carissimo du Laboratoire d’Innovation Pédagogique de l’UCL. Le… Savoir plus >

Les profs aiment-ils la conférence inversée ? Des avis mitigés…, mais en dynamique de coworking !

Que pensent les profs de la conférence inversée ?  Quelles peuvent être leurs impressions face à ce « changement de faire » qui oblige le public à produire le contenu de la conférence et aux experts à réagir en direct sur ce qu’ils découvrent au moment de la projection des slides ? Pour le savoir, il a suffit de mener l’expérience avec des enseignants d’université et de lycées-collèges, puis de prendre leur avis en demandant à chacun d’entre eux de nous confier une impression plutôt positive et une autre qui soit critique ou franchement négative. L’expérience a été menée à l’Université de La Rochelle, le 9 février 2017, dans un amphithéâtre réunissant 140 enseignants-chercheurs et autres cadres de l’université et/ou du secondaire. Le sujet de la conférence qui ouvrait une journée de travail consacrée à l’innovation pédagogique était « Enseigner, Apprendre,.. quelles différences ? » . Les participants ont disposé d’une demi-heure pour produire par équipe de 20 des diapositives illustrant, comme ils le souhaitaient, le sujet de la conférence : la moitié de ces diapos devait contenir du texte et l’autre de l’iconographie. Au bout de cette demi-heure de production, il a été demandé aux équipes de fusionner leurs productions, deux par deux, de manière à mélanger les textes et les illustrations. Place à la négociation, sachant que pour choisir… Savoir plus >