De la créativité à l'innovation

Non classé

Au revoir les notes sur 20,… la classe renversée préfère les bons points !

Dans la classe renversée, puisque les étudiants produisent eux-mêmes le cours en se connectant sur internet ou en consultant des ouvrages disciplinaires, il n’est plus nécessaire de focaliser le contrôle continu sur la seule évaluation de leurs connaissances. On réservera cela à l’examen final. La méthode de contrôle continu qui est choisie est alors celle de l’attribution de points, additionnables sans maximum de manière à obtenir des scores à la place de la sempiternelle note sur 20. Utiliser des points en guise de scores, comme on utilisait auparavant à l’école primaire des « bons points » n’est pas un problème. Il est toujours possible ensuite de les transformer en notes sur 20 à la fin du module, ne serait-ce que pour pouvoir les moyenner, éventuellement, avec celles d’un devoir surveillé ou d’un exposé qui serait noté en conditions « normales ». Les scores correspondent à une addition de points que les étudiants obtiennent, soit à titre individuel, soit par le travail en équipe. Ils constituent un véritable capital qui ne demande qu’à être bonifié.

Voyage au cœur de l’université décloisonnée, … quand s’ouvrent les disciplines, les identités, l’espace et le temps !

Lors de sa première université d’été qui a eu lieu au Palais Universitaire de Strasbourg les 1, 2 et 3 juillet 2015, l’Institut de Développement et d’Innovations Pédagogiques (IDIP) de l’Université de Strasbourg a permis à plus d’une centaine d’enseignants d’horizons différents de participer à une réflexion sur le décloisonnement universitaire. L’événement était organisé par l’équipe de Nicole REGE-COLET, directrice de l’IDIP qui avait concocté pour ses invités, nouveaux explorateurs pédagogiques, un curieux carnet de voyage. L’invitation à la réflexion n’était pas banale. Et si l’innovation pédagogique commençait par explorer au-delà des frontières connues ? Et si l’on abattait les cloisons de nos habitudes pédagogiques pour partir à la découverte de quatre formes de décloisonnement : le  décloisonnement des disciplines, le décloisonnement des identités, le décloisonnement de l’espace et du temps, le décloisonnement de l’activité pédagogique.  Pour cela, un voyage en trois temps nous a été proposé : une journée d’observation, une journée de réflexion et une journée d’expérimentation. Il a été ouvert bien au delà de tous les membres de la communauté universitaire de Strasbourg à bon nombre de collègues qui ont ainsi pu faire connaissance et participer à de nombreux ateliers collaboratifs. Une semaine qui s’est avérée très riche en rencontres et en échanges entre les disciplines. Grace à ce petit film… Savoir plus >

Alors,… prêts à « renverser » la classe ? Les envies et les craintes des étudiants.

Texte téléchargeable en PDF en cliquant sur :  Réactions des étudiants L3 au DIY (2 décembre 2014) Pour la deuxième année consécutive, la pédagogie de la « classe renversée » ou « Do it Yourself »(DIY) a été présentée à des étudiants de la FGES (Faculté de Gestion, Economie et Sciences de l’Université Catholique de Lille) en troisième année de licence de sciences de la vie. Elle sera appliquée lors de leur cours de génétique moléculaire qui commencera en février 2015. Suite à cette présentation qui a duré une heure et demi, il a été demandé à ces étudiants de rédiger en quelques lignes les points qui leur apparaissent plutôt positifs (ce qui leur fait envie) ou négatifs (leurs craintes) quant à cette pédagogie interactive, voire même de faire quelques suggestions. Il leur a été aussi demandé de voter pour savoir s’ils étaient d’accord ou pas pour suivre le cours de cette manière. POINTS PERCUS COMME ETANT PLUTOT POSITIFS. Méthode interactive (x2) – recherche d’information pour bâtir son propre cours – cours vivant (x2) et créatif – groupes avec des niveaux mélangés car on peut partager les savoirs – les 15 premières minutes avec des exercices différents – les « tableaux tournants » sont une excellente… Savoir plus >

Docteurs et entrepreneurs,… regards croisés aux Doctoriales de Lille !

Texte complet (PDF) avec illustrations des cartes mentales téléchargeable en cliquant sur : Docteurs et entreprises,… regards croisés Dans le cadre des Doctoriales 2014 organisées par le Collège Doctoral « Lille Nord de France » sous la houlette de Laurence DUCHIEN (direction du département « Carrières et Emplois »), Nathalie BERTEAUX (direction administrative) et Aïcha AARAB (chargée de la formation doctorale), un atelier interactif a eu lieu le 11 avril 2014 à Marcq-en-Barœul qui a permis à 62 doctorants de disciplines différentes de croiser leur regards sur l’entreprise avec 5 entrepreneurs. Il s’agissait de Bruno DESPREZ (FLORIMOND DESPREZ, Capelle-en-Pévèle), Michaël LAUNAY (ECREALL, Villeneuve d’Ascq), Julien SYLVESTRE (DELABIO, Paris), Michaël DUBOIS (BAXTER, Belgique) et Christophe DELEBARRE (INTERCOUNTRY, Courrières). L’atelier a été animé par deux cadres de l’Université Catholique de Lille, Francis DEPLANCKE (direction des relations extérieures et du financement) et Jean-Charles CAILLIEZ (direction de l’Ecole des Doctorants). Les doctorants ont été répartis en six équipes comprenant chacune un manager ou entrepreneur invité, le tout organisé en six tables rondes dans une très grande pièce favorisant les échanges et le travail collaboratif.