De la créativité à l'innovation

Témoignage

Quand le coronavirus invente le « devoir renversé » confiné en équipes !

Une pandémie virale peut-elle pousser un enseignant à innover ? La lutte contre le coronavirus peut-elle obliger les profs à revoir considérablement leur façon de travailler ? C’est ce que l’on observe partout en France dans le monde de l’éducation avec la maintenant très célèbre « continuité pédagogique ». Mais tout n’est pas évident à faire en ligne, en distanciel comme on aime à le dire chez les adeptes du MOOC et du E-learning. Par exemple, comment organiser des examens ou tout simplement du contrôle continu quand on n’est pas dans la même pièce ? Et comment le faire, particulièrement, quand son enseignement est organisé de manière collaborative et que chacun des ses élèves est confiné chez lui ?Le confinement peut nous amener à plus de créativité, quelque soit la matière et il nous invite aussi à innover dans le domaine de l’évaluation. Pour un professeur de génétique moléculaire comme moi et qui de plus, a le « coronavirus »… dans son programme de cours, c’est un clin d’œil du destin ou un hasard heureux que de devoir se creuser les méninges (hémisphères droits et gauches), pour trouver une solution. Comment continuer à « renverser » ma classe à distance pour mon contrôle continu alors que… Savoir plus >

10/20… la note idéale pour progresser en innovation pédagogique !

Comment innover en pédagogie de manière efficace, c’est à dire avec ses élèves ? Comment réussir dans cette gageur lorsque l’on est enseignant et que l’on propose à ses élèves une nouvelle méthode de travail ? Avant de partager avec vous la méthode qui été imaginée dans ce domaine par la classe renversée, laissez-moi vous inviter à résoudre une petite énigme. Essayer de trouver la solution à cette question curieuse qui m’a été posée un jour et ne m’a pas laissé indifférent ! Pour cela, je vous plonge dans la situation qui a été la mienne, il y a quelques années de cela, à l’occasion d’un atelier collaboratif auquel je participais avec des chefs d’entreprise désireux de mieux connaître les jeunes diplômés amenés à être embauchés chez eux. Un expert des générations X, Y et autres Z demanda aux participants de répondre à une question quelque peu énigmatique. Il nous était permis pour cela de réfléchir en groupe, mais aussi de se connecter sur internet si nécessaire, pour trouver la solution. Une dizaine de minutes nous a alors été octroyée pour répondre à cette question : « En 1492, il se passa dans l’histoire de l’humanité deux événements extraordinaires, deux… Savoir plus >

Comment détecter les passagers clandestins dans un travail collectif ?

Comment vérifier qu’un élève « inactif » ne profite pas d’un travail collectif pour être bien noté ? Comment détecter celui que l’on peut appeler « le passager clandestin » ? Ce n’est pas toujours évident. Dans le cas de la classe renversée, les étudiants travaillent en équipe pour produire le cours et les questions d’examen. Il sont ensuite évalués sur la qualité de cette production collective, ce qui leur donnera une note collective. Beaucoup d’entre eux n’aiment pas cette « note unique » pour le groupe car ils trouvent injuste que tout le monde soit payé de la même manière et non proportionnellement à leur engagement individuel au service du collectif.Pour cela, une méthode d’auto-évaluation a été imaginée en transformant un test d’entreprise connu sous le nom du « 180 degrés ». Elle propose à chaque étudiant d’exprimer la perception qu’il a du travail de ses collègues dans une même équipe, tout d’abord par rapport à lui-même, en utilisant une échelle à 6 niveaux (5 = excellent ; 4 = très bon ; 3 = bon ; 2 = moyen ; 1 = faible ; 0 = sans avis). Les étudiants sont ainsi amenés à donner leur avis sur les 5 critères d’évaluation jugés importants… Savoir plus >

Au tiers de la classe renversée… avis positifs et négatifs des étudiants !

Au tiers de l’avancée de la classe renversée et pour sa 7ème saison, il est intéressant de noter les avis des 48 étudiants de licence impliqués dans cette pédagogie en DIY. Depuis janvier 2020, 4 séances de 2 heures ont eu lieu sur les 13 prévues. Les 3 premières séances ont été consacrées à la rédaction des chapitres, ce que l’on appelle la phase de production. Lors de la 4ème séance, les étudiants ont commencé à lire et analyser le contenu des chapitres construits par les autres équipes. A la fin de chaque séance, on leur demande de donner un avis positif et un avis négatif, si possible argumentés… de manière à pouvoir progresser lors de la séance suivante. Chacun des 48 étudiant est obligé de donner deux avis quel que soit son sentiment général sur la séance. Découvrez ci-dessous leurs avis après 4 séances de cours : Impressions positives sur la séance 1 : Intéressant ; cours et récapitulation à la fin de la séance (x3) – tableaux pour écrire ; communication dans le groupe – récapitulatif en groupe (en classe entière) ; déterminer le plan en groupe – on apprend de nouvelles choses par nous-même ; on comprend… Savoir plus >

Pourquoi j’ai renversé ma classe ?

Vidéo du webinaire (17 janvier 2020) de la « Cartographie des Talents » Pourquoi avez vous renversé votre classe ? D’où vient cette idée bizarre de proposer à ses élèves de faire cours pour le professeur ? Telle pourrait être résumée la question qui m’a été posée par le collectif « Cartographie des talents«  lors d’un webinaire organisé le 17 janvier 2020. Le collectif de la Cartographie des talents pédagogiques a pour ambition de mettre en réseau tout chargé d’enseignement de l’enseignement supérieur. Il a été imaginé pour valoriser les enseignants du supérieur, donner de la visibilité à leurs pratiques et initiatives pédagogiques, favoriser la découverte de différentes pratiques innovantes, inspirer tout enseignant qui souhaite changer ses modalités d’enseignement, proposer, favoriser et faciliter des partages, des rencontres et des échanges autour de la pédagogie, faciliter le développement pédagogique et favoriser le développement professionnel. La « Cartographie des talents » invite les enseignants à parler de leurs pratiques d’enseignement avec autant de fierté que de résultats de recherche. Chacun peut ainsi s’enrichir de l’expérience et des pratiques de ses pairs. L’idée est de briser cette «solitude pédagogique » dont parle Shulman (1993) et qui est encore bien présente dans les établissements de l’enseignement supérieur. Afin de… Savoir plus >

Moi aussi, j’ai renversé ma classe !

On me rétorque souvent que ma méthode de classe renversée ne peut pas s’appliquer partout, ni pour toutes les matières. Qu’elle est davantage faite pour des étudiants d’université que pour des élèves de lycée ou de collègue. Pourtant, partout où je me déplace, dans les établissements de l’hexagone ou les colloques dédiés à la pédagogie, je rencontre des enseignants qui expérimentent des méthodes innovantes inspirées de la classe renversée et ceci quel que soit l’âge de leurs élèves ou la matière. Personne ne « copie-colle » la méthode, ce qui est une très bonne chose, mais tous s’en inspire et l’adapte à leur contexte spécifique. Il en est même qui se contente de « renverser » un seul chapitre de leur cours et non l’ensemble, ce qui est une très bonne manière de commencer ! Enfin, je reçois fréquemment des messages de collègues qui me présentent leurs expériences, ce qui nous permet de faire des échanges de bonnes pratiques. Très récemment, j’ai reçu un mail de Simon TOURNERIE, enseignant de SVT en lycée, qui met en place des formes de pédagogies actives dans sa classe depuis plusieurs années. Ci-dessous son témoignage qui sera publié dans la Lettre Card’inno de l’Académie de Poitiers qui précédera… Savoir plus >

Quand un prof innove en mode design thinking !

Article en PDF à télécharger sur Lettre DUNOD Innovation Pédagogique n°6 (novembre 2019) : https://etb-hachette.ligne13.com/exports/10136-lettre_dunod_page2_n6.html Quel rapport y a-t-il entre un enseignant et un designer ? A priori, aucun ! Quel point commun entre un professeur et un architecte ? Pas plus ! Pourquoi alors s’intéresser au codesign lorsque l’on enseigne ? En quoi les méthodes inspirées du design thinking peuvent-elles stimuler la pédagogie, voire l’innovation pédagogique ? Un élément de réponse est apporté ici avec l’expérience de « classe renversée »[1], telle qu’elle est pratiquée à l’Université Catholique de Lille dans un cours de génétique moléculaire. Le design thinking qui signifie littéralement « penser le design » est une méthode d’origine californienne qui permet d’aborder l’innovation de manière intuitive. Elle le fait dans une démarche systémique et intuitive en s’appuyant sur des processus de créativité en mode co-élaboratif qui impliquent dès le départ l’utilisateur final. Le design thinking est le contraire d’un processus linéaire, issu d’un mode de pensée analytique, que l’on retrouve fréquemment dans l’éducation en format académique. Il s’agit plutôt d’un ensemble de chemins et d’espaces qui se croisent et s’entrecroisent pour produire de l’innovation en matière de produits, services ou management au bénéfice de l’usager. Comment… Savoir plus >

Le SPOC renversé… une adaptation originale de la classe renversée à l’Ecole Navale de Brest !

Décidément, l’Ecole Navale de Brest est un établissement très créatif ! Cette école a clairement décidé d’expérimenter en innovation pédagogique comme le montre cette expérience de l’un de ses enseignants Pierre MOUNEYROU, Formateur en mécanique navale et Conseiller pédagogique. A l’instar de son collègue Alcino FERREIRA, renverseur de classe en anglais, Pierre MOUNEYROU innove en créant avec ses étudiants des SPOC renversés, autrement dit en DIY ! Une expérience à découvrir sur ce blog car très belle illustration de la façon d’utiliser le e-Learning en mode collaboratif ! Très inspirant ! Objectifs pédagogiques du SPOC inspiré de « la Classe renversée« . Dispensés dans le cadre de la formation scientifique des élèves ingénieurs de l’école navale, le cours « SPOC ENERG » participe à la formation des futurs spécialistes « ENERG » aux installations mécaniques des bâtiments de la marine nationale. Cette séance formative expérimentale a pour objectifs de développer des compétences professionnelles, des connaissances techniques et théoriques sur la propulsion des navires, la production de froid et la production d’eau, mais aussi de développer des compétences transverses nécessaires à l’emploi telles que la coopération, la collaboration et la communication dans le cadre d’un projet, utiliser des outils numériques, discerner des informations… Savoir plus >

La classe renversée en anglais… Embarquement immédiat à l’Ecole Navale !

Article à télécharger sur : https://www.innovation-pedagogique.fr/article5828.html La classe renversée a inspiré un enseignant d’anglais Alcino FERREIRA qui a mis en place un dispositif d’enseignement-apprentissage utilisé pour le cours d’anglais maritime à l’École Navale de Brest. Le dispositif est un exemple de classe renversée (Cailliez, 2017) dans lequel les apprenants préparent et dispensent une partie de l’enseignement au bénéfice de leurs pairs. Il encourage une posture active des apprenants, en supprimant du cours les tâches passives. Ainsi la préparation des médias et documents utilisés se fait collaborativement, en séance au lieu d’être réalisée hors temps de présence et individuellement. Dans le dispositif présenté, l’enseignant guide les apprenants à travers les étapes suivantes : la sélection d’un ou plusieurs médias (enregistrement audio, vidéo ou texte), la détermination des objectifs linguistiques que ces médias permettrontd’atteindre (exprimés en termes de grammaire, de lexique ou communicationnels-fonctionnels), la préparation des supports d’apprentissage (choix et création des tâches d’apprentissage et des documents afférents), et leur vérification par l’enseignant,la conduite de la séance elle-même, par les pairs-enseignants, en binômes, après ajout éventuel de l’enseignant. La première partie de ce texte décrit l’organisation du dispositif, la gestion du temps de préparation et de mise en œuvre. La seconde partie… Savoir plus >

Comment stimuler sa créativité par intelligence collective ? L’expérience MOSAIC Lille en 5 saisons !

Comment stimuler sa créativité pour devenir plus innovant ? Comment solliciter l’intelligence collective de manière à produire des idées créatives qui permettent de devenir pus innovant en matière de produits, services, management ? Pour cela, découvrez ou redécouvrez en 5 épisodes et de manière illustrée les 5 saisons de l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité qui est organisée à l’Université Catholique de Lille depuis 2015 par HEMiSF4iRE Design School et les ADICODE de YNCREA Nord de France (HEI-ISA-ISEN). Il vous suffit pour cela de cliquer sur l’un des 5 liens suivants et de visionner la vidéo de l’événement selon l’année qui vous inspire le plus :MOSAIC Lille 2015 , MOSAIC Lille 2016 , MOSAIC Lille 2017 , MOSAIC Lille 2018 , MOSAIC Lille 2019  . Pour chaque édition, un programme différent a été imaginé et proposé aux participants (entreprises, institutions privées et publiques, écoles, universités, associations…) de manière à ce qu’ils puissent expérimenter les processus de créativité qui conduisent à l’innovation par l’expérimentation. Cette  approche est  celle de la pratique de l’intelligence collective qui conduit par des étapes successives de divergence et de convergence, de construction et de déconstruction, à la co-élaboration d’idées créatives.