De la créativité à l'innovation

Témoignage

Avec l’interro « 100% DIY », les étudiants se débrouillent seuls. Plus besoin du prof !

Peut-on imaginer une interrogation en début de cours, sans que le professeur n’intervienne, ni pour le choix ou la formulation des questions, ni pour la construction du barème, ni pour la surveillance de l’épreuve, ni pour la correction des copies ? Bref, seulement pour récupérer les notes ! L’expérimentation a eu lieu le jeudi 23 janvier 2014 à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) de l’Université Catholique de Lille lors du cours de Génétique moléculaire en « Do It Yourself » en licence 3.

Les étudiants peuvent-ils contribuer à la production de leurs connaissances ?

Texte complet téléchargeable sur : Réactions L3 vidéo de François Taddéi En guise d’introduction au cours de Génétique moléculaire en « Do It Yourself », j’ai demandé à mes étudiants de troisième année de Licence de Sciences de la Vie de bien vouloir visionner l’interview sur YouTube de François TADDEI, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI), dont le titre était : « Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances ». Il s’agissait de les sensibiliser à cette nouvelle démarche d’innovation pédagogique en génétique moléculaire dont l’expérimentation a commencé avec eux le 16 janvier 2014 à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) de l’Université Catholique de Lille. Voici dans le désordre les réactions de Yohan, Charlotte, Olivia, Alexia, Nathan, Eudes, Thibaut(s), Guillaume, Justine, Laura, Mathilde(s), Paul, Clémentine, Hélène(s), Louis, Quentin, Marie, Antoine, Camille, Constance, Apolline, Jean-Guillaume et Cécile. 

Hub hub hub Hourra ! Un atelier de codesign pour la Creative Wallonia

Texte avec les illustrations téléchargeable sur : Hub hub hub Hourra ! Il était une fois. Dans le cadre féérique du château de Neuville-en-Condroz, près de Liège, une centaine d’influenceurs créatifs avaient décidé de se réunir le 18 décembre 2013. L’événement était organisé par le cabinet du Ministre de l’Economie et des PME et l’Agence de Stimulation Economique. L’objectif de cette journée au vert était d’imaginer ce que pourrait être la Wallonie créative de demain (http://www.creativewallonia.be) et de réfléchir à l’avenir de l’économie créative en cette région par la mise en place de Hubs créatifs. Dessin de : Paule ANDRE (paule.andre@innerfrog.com)

Comment faire son cours de biologie moléculaire en DIY ?

Dans un message précédent, je vous ai décrit un projet de cours de biologie moléculaire par méthode de DIY et serious game : http://blog.educpros.fr/jean-charles-cailliez/2013/11/25/do-it-yourself-et-serious-game-pour-une-pedagogie-innovante-a-luniversite. Découvrez ci-dessous les consignes relatives à ce cours et la méthodologie plus en détail.

Do it yourself et serious game pour une pédagogie innovante à l’université…

Comment transformer son enseignement à l’université de manière à le rendre plus interactif ? Peut-on le faire pour n’importe quelle matière et avec tous types d’étudiants ? Comment mettre en place de nouvelles méthodes pédagogiques plus créatives et innovantes ?  Un exemple est donné ici par la description d’une expérience en cours à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) (http://flst.icl-lille.fr) de l’Université Catholique de Lille. Elle a été imaginée en transformant de manière radicale un cours de « Génétique Moléculaire », habituellement dispensé de manière académique aux étudiants de Licence 3.    Principe : le cours magistral est abandonné au profit d’une méthodologie innovante et 100% collaborative. Le module sous sa nouvelle forme est construit de manière à sortir les apprenants d’une certaine passivité en cours pour les mettre en situation active d’apprentissage et non plus en prise de notes.

Créativité et Innovation : du storytelling au storydoing !

Le Regard de JC2 sur l’édition 2013 de l’Ecole d’Automne en Management de la Créativité de Strasbourg* Texte complet avec illustrations à télécharger sur : Qréatif au coeur de SXB Du 4 au 9 novembre 2013, j’ai eu la chance de participer à l’Ecole d’Automne en Management de la Créativité, organisée à Strasbourg (SXB) pour la quatrième année consécutive par le Bureau d’Etudes Economiques Théoriques et Appliquées (BETA) de l’Université de Strasbourg en association avec MOSAIC, pôle de créativité et d’innovation d’HEC Montréal. J’en rapporte ici quelques images, celles qui m’ont  particulièrement marqué, sous une forme narrative déjà utilisée lors d’un premier épisode (ExcentriQ au cœur de YUL !), suite à la Summer School in Montréal (YUL) en juillet dernier.

Comment être plus créatif ? Demandez à MOSAIC (HEC Montréal) et twittez sur #YULBCN !

Texte avec illustrations sur : ExcentriQ au coeur de YUL ExcentriQ au cœur de YUL ! Comment être plus inventifs ? Comment stimuler la créativité dans nos activités de tous les jours ? Comment le faire jusqu’à atteindre parfois l’excentricité ? Comment traduire en acte les idées nouvelles qui jailliraient de nos cerveaux ? Comment inventer alors de nouveaux business models ? Comment rendre l’innovation durable au travers d’un modèle économique viable ? Comment créer (et pourquoi pas rejoindre) une communauté de l’innovation ?  Comment inviter ses collègues à une démarche collaborative ? Voici parmi tant d’autres, les questions qui se sont immiscées au centre de nos préoccupations lors de la Summer School on Management of Creativity… in an Innovation Society , organisée pour la cinquième année consécutive par MOSAIC (Hub de Créativité et d’Innovation à Montréal) sous la direction de Lucie STOJAK, Laurent SIMON et Patrick COHENDET, HEC Montréal… co-animée en 2.0 par le génie créatif de Francis GOSSELIN et Louis-Félix BINETTE, f&co à Montréal) dans la ville accueillante de Montréal (YUL) du 9 au 16 juillet 2013, puis dans la foulée par l’Université de Barcelone dans la cité catalane (BCN) du 18-24 juillet 2013.

Manager la complexité pour « sur-vivre ». Une inspiration pour la recherche !

La Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris a accueilli le 5 juin 2013 devant plus de 500 personnes la première édition du Forum « Changer d’ère » sur la thématique « des clés pour comprendre et construire ensemble le monde de demain ». L’objectif de cette journée au programme consistant, avec huit heures de tables–rondes, ateliers et une visite de Fablab, était de susciter un dialogue intergénérationnel et pluridisciplinaire sur la nécessité de réagir face aux bouleversements engendrés par la civilisation numérique et de se mobiliser pour « faire bouger les choses »,… reculer certains murs, dont ceux défendus par les plus ardents résistants au changement. Il s’agissait aussi de ne pas se limiter à l’échange d’idées et à la confrontation d’opinions, mais de dégager aussi des axes d’actions concrètes, notamment en construisant à partir d’expériences de terrains déjà bien engagées.

Le génie de TechShop !

En mars 2013, lors d’un déplacement à Palo Alto (San Francisco) avec une délégation d’EducPros, j’ai eu la chance de visiter une dizaine d’entreprises innovantes de la Silicon Valley. L’une d’entre elles m’a particulièrement marqué : TechShop ! J’ai ainsi découvert une communauté apprenante dont l’essentiel de l’activité est basé sur la créativité. Cette entreprise d’un genre nouveau propose à ses clients (ses abonnés) de réaliser leurs rêves. Elle leur donne accès, pour un peu plus d’une centaine de dollars par an, à des outils  de bricolage allant des plus simples aux plus sophistiqués, à des logiciels informatiques et à des espaces de travail collaboratif. N’importe qui peut venir chez TechShop. Inutile de montrer patte blanche, ou même d’être titulaire d’un quelconque permis ou diplôme. On frappe tout simplement à la porte avec une idée, un rêve à réaliser… et l’envie de le construire de ses propres mains. Une seule question vous est posée ce jour-là : « What do you want to make ? »