De la créativité à l'innovation

Derniers billets

Le génie de TechShop !

En mars 2013, lors d’un déplacement à Palo Alto (San Francisco) avec une délégation d’EducPros, j’ai eu la chance de visiter une dizaine d’entreprises innovantes de la Silicon Valley. L’une d’entre elles m’a particulièrement marqué : TechShop ! J’ai ainsi découvert une communauté apprenante dont l’essentiel de l’activité est basé sur la créativité. Cette entreprise d’un genre nouveau propose à ses clients (ses abonnés) de réaliser leurs rêves. Elle leur donne accès, pour un peu plus d’une centaine de dollars par an, à des outils  de bricolage allant des plus simples aux plus sophistiqués, à des logiciels informatiques et à des espaces de travail collaboratif. N’importe qui peut venir chez TechShop. Inutile de montrer patte blanche, ou même d’être titulaire d’un quelconque permis ou diplôme. On frappe tout simplement à la porte avec une idée, un rêve à réaliser… et l’envie de le construire de ses propres mains. Une seule question vous est posée ce jour-là : « What do you want to make ? »

Envie d’innover ? Imaginez que vous êtes une fourmi !

En matière d’intelligence, les animaux peuvent être de bon conseil. C’est sans doute vrai dans le domaine des interactions collaboratives avec le phénomène de la stigmergie. Ce terme barbare, s’il en est, désigne un mode de communication inspiré du comportement de certains insectes comme les fourmis ou les termites, chez lesquels les individus peuvent modifier leur environnement pour satisfaire à leurs besoins. Il s’agit d’un mode de communication indirect appartenant aux systèmes multi-agents. Les insectes coloniaux le pratiquent en utilisant des molécules chimiques, en l’occurence des phéromones, qu’ils fabriquent eux-mêmes avant de se les échanger entre eux ou de les déposer sur le sol. C’est la modification de l’environnement par certains qui provoque celle du comportement chez les autres. On notera par exemple la recherche de nourriture sur des pistes tracées ou la construction de certaines structures complexes (piliers, tunnels, arches, chambres,…) nécessaires à la vie de la colonie.

Et pourquoi pas une Habilitation à Diriger des Projets (HDP) ?

Depuis 1984 avec la loi Savary, l’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) a fait son son nid dans l’enseignement supérieur et la recherche en France. Je l’ai décrochée moi-même en 1998, ce qui commence à dater un peu. Ce diplôme d’état franco-français qui fait suite au doctorat d’université permet de postuler à un poste de Professeur d’Université ou de Directeur de Recherche dans la fonction publique. C’est le diplôme universitaire le plus élevé en France, mais son mode d’obtention est très variable d’une université à l’autre. Pour l’obtenir, il faut en principe (car il y a bien sûr des exceptions) être titulaire d’un doctorat d’université. Il faut, comme dans le cas d’une thèse de doctorat, déposer son mémoire (synthèse de l’activité scientifique et publications) de manière à ce qu’il soit examiné par des rapporteurs. Puis, vient le jour de la soutenance devant un jury.

Plus de temps à perdre… il faut créer des innovateurs !

Créons des innovateurs ! Soutenons la créativité et l’innovation ! Progressivement, le message commence à se faire entendre en France par un plus grand nombre d’entreprises et d’organismes de formation, même si tout le monde n’a pas attendu aujourd’hui pour s’en préoccuper. Cela est une bonne nouvelle, mais nous n’en sommes qu’au début. Certains pays comme les Etats-Unis, le Japon ou la Corée ont pris de l’avance. L’Union Européenne les talonne de près. A l’échelle hexagonale, le chemin est encore long… mais petit à petit, le fossé se comble.

Soutenir sa thèse de manière innovante ? I have a dream !

La soutenance de thèse est un exercice imposé dans la majorité des universités françaises. Son déroulé est presque toujours le même. Elle s’exécute par l’impétrant, c’est à dire le doctorant qui la soutient, devant un jury de pairs composé généralement d’un président, de deux rapporteurs ayant livré leur avis d’experts sur la qualité du travail et d’autres membres éminents dont bien sûr le directeur de thèse. Son déroulé est presque toujours le même. Il commence par un exposé de 35 à 45 minutes, puis se poursuit par une série de commentaires et de questions provenant de chacun des membres du jury. Si tout se passe bien, ce qui est souvent le cas, la délibération qui s’en suit proclame « docteur d’université » celui (ou celle) vers qui tous les regards se sont concentrés durant l’épreuve.

Dix compétences essentielles pour réussir en 2020 !

L’Intitute For The Future (IFTF) que j’ai eu l’occasion de découvrir à Palo Alto dans la Silicon Valley en mars 2013 est une organisation indépendante, non lucrative, de plus de 40 ans qui possède des équipes de recherche dont le quotidien est d’identifier les tendances émergentes qui transformeront la société et les marchés économiques mondiaux dans les années à venir. Cet institut de renommée internationale vient de publier une étude intitulée « Future Works Skills 2020 » sous la forme d’une cartographie très originale qui décrit les 10 compétences essentielles à développer pour réussir en 2020 et ceci en fonction de 6 forces de changement environnementales.

De jeunes chercheurs français qui entreprennent… primés par le MIT !

Le 26 mars dernier s’est tenue à Paris la première remise des prix du MIT TR35 en France (http://www.tr35france.com/). Dix jeunes chercheurs français (de moins de 35 ans, car c’était la condition pour postuler), déjà créateurs d’entreprises ont été récompensés non seulement pour la qualité de leurs travaux de recherche, mais aussi pour avoir su la valoriser . Une très belle expérience inspirée de la culture américaine qui arrive pour la première fois en France après avoir été testée en Espagne et en Inde.

Bienvenue sur le blog de JC Cailliez

Bienvenue à tous sur ce nouveau blog édité par EducPros et que j’aurai le plaisir d’animer. Les thématiques abordées concerneront pour l’essentiel la recherche et l’innovation, les formations doctorales, l’accompagnement des doctorants dans la construction de leur projet professionel, l’insertion des jeunes docteurs, la création d’entreprises innovantes en lien avec la recherche,… Voilà en quelques lignes. J’espère que vous prendrez du plaisir à la parcourir et que vous serez nombreux à réagir. Encore une fois, bienvenue à tous ! JC2 (@JCCAILLIEZ)