De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: Classe inversée

J’ai inversé ma classe renversée !

J’ai inversé ma classe renversée ! Comment passer, au deux-tiers d’un semestre, d’une classe collaborative (classe renversée) dans laquelle les étudiants construisent eux-mêmes le contenu du cours (méthode en DIY) à une classe inversée qui reprend les caractéristiques principales des types 1, 2 et 3 de Marcel LEBRUN ? Ci-dessous des éléments de réponse avec la vidéo de mon intervention lors d’un cycle de conférences pédagogiques avec 75 enseignants organisée par Caroline DESOMBRE pour l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education (INSPE) de l’Académie de Lille HDF le 21 novembre 2020 avec la participation de Marcel LEBRUN, Professeur émérite à l’Université Catholique de Louvain. #classerenversée #classeinversée #innovationpédagogique #H4iRE

Le partage d’expérience… la marque des profs innovants !

Quelle différence majeure y a-t-il entre les enseignants qui innovent et ceux qui ne veulent pas changer de méthode ? Attention, je précise qu’aucun de ces deux profils n’a tort, ni raison. A chacun son choix et c’est tout à fait respectable. Et bien, cette différence est que les enseignants qui innovent apprécient de se réunir pour échanger sur leurs pratiques pédagogiques, qu’ils animent des blogs et qu’ils organisent des événements à ce sujet, ce que ne font pas les autres à ma connaissance. En effet, personne n’a jamais entendu parlé du colloque sur le cours magistral ou du blog sur la « classe normale » ! Les enseignants qui innovent en pédagogie, qu’ils aient tort ou raison de le faire, sont bien les seuls à participer à l’émergence de communautés apprenantes, rompant avec cet image que les profs sont des professionnels « solitaires », chacun dans leur classe, les portes fermées avec leurs élèves, et reproduisant depuis des décennies leurs activités de transmission de connaissances par le cours magistral, de réponses en classe aux questions de leurs élèves, puis d’évaluation par le contrôle continu et les examens pour les noter, voire les classer dans la foulée. Depuis la nuit des temps, les enseignants… Savoir plus >

La classe « renversée » s’invite chez sa cousine « mutuelle » !

Comment remodeler sa salle de classe et sa pédagogie ? Comment le faire en repensant complètement sa façon d’enseigner et d’organiser l’espace avec ses élèves ? A Vincent FAILLET, Professeur Agrégé et Docteur en Sciences de l’Education,  qui m’a demandé si ma classe « renversée » pouvait rejoindre son dernier ouvrage, j’ai répondu par l’affirmative. Qu’elles s’appellent mutuelles, inversées, renversées, flexibles… ou toutes autres dénominations, ces classes sont tout simplement plus collaboratives. On dit même qu’elles peuvent être plus « intelligentes » ! A chacun de se faire sa propre opinion. Pour ma part, je suis parti de l’idée que « la meilleure façon d’apprendre était d’enseigner ! ». Alors je me suis inspiré de cette maxime pour renverser ma classe, transformer les élèves en professeur et le professeur en élève, avec une méthode qui permet de favoriser les apprentissages par l’interaction entre les pairs. En parcourant maintenant l’ouvrage de Vincent Faillet, aux éditions CANOPE, je me rends compte que ma classe est finalement aussi « mutuelle » !  Alors grand merci à l’auteur pour m’avoir laissé carte blanche dans les dernières pages de son ouvrage. Un témoignage que vous retrouverez dans ce post, en espérant qu’il vous inspire ! Quel est le principe de la classe renversée ?… Savoir plus >

Apprendre à apprendre de manière collective… en 4 vidéos avec la classe renversée !

Est-il suffisant d’apprendre pour progresser dans ses connaissances, pour développer ses compétences ? Certains pensent que oui, d’autres vous diront que non. Est-il obligatoire de faire cela tout seul, comme si l’apprentissage n’était qu’un processus personnel, ce qui est loin d’être faux ? La question se pose dans le monde de l’éducation, ce qui est normal, mais pas uniquement. Depuis quelques années, ce sont aussi les entreprises qui sollicitent les « innovateurs pédagogiques » pour leur poser la question de savoir comment ils font pour mobiliser l’attention de leurs élèves, les faire interagir différemment et surtout plus efficacement, mais leur permettre aussi de mieux apprendre. Dans le cadre de l’une de mes dernières interventions en entreprise, devant des cadres et managers intéressés par le sujet et qui m’avaient invité à faire une conférence le 21 mai 2019, je me suis dit que mon expérience de classe renversée, ainsi que la démarche que nous menons avec mes collègues d’HEMiSF4iRE Design School à l’Université Catholique de Lille, pouvaient être une source d’inspiration pour tenter de répondre à cette question. Je me suis dit qu’il était peut-être aussi intéressant de se dire que l’on peut très bien apprendre à apprendre, comme cela semble nécessaire, mais… Savoir plus >

Une classe inversée qui se renverse ! C’est à Paris… aux frontières du vivant !

Quel chemin parcouru depuis qu’Antoine TALY et moi nous sommes rencontrés à Lille, puis à Paris en 2014, pour échanger sur nos expériences de classes inversées et renversées en biologie cellulaire et moléculaire. Bravo à lui et ses remarquables étudiants de la Licence « Frontières du Vivant » de l’Université de Paris Descartes, hébergée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) de François TADDEI, pour avoir osé « renverser » en deuxième année de licence une classe déjà bien « inversée » l’année précédente. Comme vous le découvrirez dans ce reportage réalisé par Claude TRAN, journaliste de l’Education, pendant la semaine de la classe inversée CLISE 2018, tout le monde s’y retrouve et y prend même du plaisir : les étudiants qui apprennent à apprendre différemment et en groupe, qui prennent leurs responsabilités vis-à-vis de leurs collègues dans la construction de leurs chapitres, des enseignants visiteurs qui découvrent l’intérêt d’un « voyage apprenant » organisé à l’occasion de la CLISE, et le prof qui apprend de ses élèves… Ce partage d’expérience entre un enseignant lillois et son collègue parisien tel qu’il avait été présenté dans nos précédents posts : La classe inversée, une pédagogie innovante à benchmarker ! et  PédagoChti : un nouveau regard sur une pédagogie universitaire… Savoir plus >

Pourquoi se lancer dans une classe renversée ? L’avis controversé des profs d’université

Quels sont les raisons qui inciteraient les profs à se lancer dans l’expérience d’une classe renversée ? La question a été posée à 80 enseignants-chercheurs et assistants de l’Université de Mons, lors d’une conférence sur le même thème le 22 septembre 2017. A noter que les arguments pour se lancer, c’est à dire les éléments qui inciteraient les profs à tenter l’expérience et les arguments qui freineraient la même démarche proviennent dans cette enquête des mêmes 80 personnes. Il leur a en effet été demandé à chacun d’écrire sur une même feuille 2 arguments « pour » et deux arguments « contre ». Le résultat de cette enquête n’oppose donc pas les supporters et les adversaires de la classe renversée, mais montre qu’il existe chez les mêmes personnes autant de raison de franchir le pas que de rester dans sa zone de confort. Eléments qui inciteraient à se lancer dans une classe renversée. Développer des compétences de recherche et de co-construction chez les étudiants – je suis pour un enseignement plus participatif, cela me permet de savoir si les étudiants ont compris, mais aussi de leur montrer qu’ils sont capables de comprendre ; proposer un enseignement efficace aux étudiants mal adaptés au système académique classique – le… Savoir plus >

La classe renversée,… qu’en pensent les profs ?

Que pensent les enseignants-chercheurs à l’université de la classe renversée ? Sont-ils convaincus ou pas de l’intérêt de cette méthode d’innovation pédagogique ? Pour le savoir, il suffisait de leur demander ! Dans le cadre de sa formation continue destinée à ses enseignants-chercheurs et assistants à mandats, l’Université de Mons en Belgique a organisé un cycle d’ateliers en pédagogie universitaire au cours duquel elle a proposé des thématiques qui touchent à la conception et à l’organisation des enseignements. Une attention particulière a été portée aux assistants qui démarrent leur mandat en leur proposant 24 heures de formation obligatoires durant la première année. Dans ce cadre, la journée du 22 septembre 2017 qui a été organisée sous la houlette de Frédérique ARTUS, Conseillère en Pédagogie Universitaire, s’est terminée par une conférence sur « La Classe Renversée ». Cette conférence a été réalisé en double voix, avec Jean-Charles CAILLIEZ et Sébastien BETTE qui ont présenté deux expériences en la matière, la première à l’Université Catholique de Lille pour un cours de génétique et la deuxième à l’Université de Mons pour un cours d’informatique. A l’issue de la conférence qui a réuni plus d’une centaine d’enseignant-chercheurs, dont une majorité d’assistants doctorants, un questionnaire leur a été proposé avec 4 questions. 80 d’entre d’eux… Savoir plus >

La conférence inversée ! Comment hacker l’amphithéâtre et le passer en mode 2.0 ?

La conférence inversée ! Au public de produire le contenu et aux experts de le découvrir ! Voilà une idée plutôt saugrenue, mais finalement bien naturelle pour des créatifs adeptes de la transgression des règles, histoire de les réinventer. Et si l’on détournait un amphithéâtre de sa fonction habituelle, celle qui consiste à placer des experts, des maitres, des sachants devant une assemblée attentive pour qu’ils leur dispensent leur savoir en mode descendant ? Pourrait-on abandonner, juste pour essayer, le mode de transmission 1.0 pour passer en 2.0 ? Telle a été la motivation qui a conduit les organisateurs de MOSAIC Lille 2016, l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité (Université Catholique de Lille, 10-12 mai 2016) à organiser cette expérience. La proposition qui a été faite aux participants était de réfléchir à la question suivante : « Comprendre les écosystèmes innovants. Quelle place pour l’Homme dans cette nouvelle société ? ».

Quand la classe renversée s’inverse ! Qu’en pensent les étudiants ?

Peut-on inverser une classe renversée ? La question peut surprendre, mais elle se pose quand on décide d’aider ses étudiants à comprendre les cours qu’ils ont écrits eux-mêmes. Après 6 séances de classe renversée en génétique moléculaire, soit 12 à 14 heures qui ont permis aux étudiants de construire le cours (6 chapitres) par eux-mêmes et en équipes, il leur a été proposé de passer en classe inversée. L’idée était de prendre du temps pour répondre à leurs questions, pour résoudre les points d’incompréhension relatifs au contenu des chapitres qu’ils avaient rédigés et pour préparer ensemble les questions susceptibles de tomber à l’examen final. Dans ces nouvelles séances de classe inversée (nommées ainsi car les étudiants sont censés avoir appris le cours chez eux avant de venir en classe pour « faire leurs devoirs » avec l’enseignant), plusieurs temps de travail ont été organisés qui sont dans l’ordre : la rédaction en équipe de questions à destination de l’enseignant (celui-ci devenant l’élève qui va devoir répondre à « ses professeurs », ceux qui ont écrit le cours), la réponse collective à une même question sous la forme de « tableaux tournants » ou l’utilisation de schémas annotés (toujours en équipe) pour répondre à des questions de définition. Pour savoir ce que… Savoir plus >

Classe renversée et licence inversée,… la faculté d’innover ! (Partie 1)

Force est de constater qu’en ce début de XXIème siècle, une majorité d’étudiants souhaite être plus active dans l’acquisition de ses connaissances. Ces étudiants veulent échanger différemment avec leurs enseignants, voire établir avec eux un véritable dialogue. Partant de ce constat, une réflexion a été menée à l’Université Catholique de Lille qui regroupe notamment  5 facultés (droit, médecine et maïeutique, gestion économie et sciences, lettres et sciences humaines, théologie) pour 7000 étudiants. Elle a conduit en 2012 à un programme ambitieux intitulé « Horizon 2020 » qui a incité les enseignants-chercheurs à s’engager dans des expérimentations d’innovation pédagogique. Pour cela, des ateliers de créativité ont été organisés qui ont permis de se demander comment faire évoluer les méthodes d’enseignement ? Ils ont conduit à décider comment construire certains de ces enseignements de manière différente, pour placer notamment le contenu des interventions des enseignants dans une autre perspective que celle traditionnellement envisagée, à savoir conduire les étudiants vers un développement de leurs capacités réflexive et critique. La pédagogie inversée, sous ses différentes formes, est l’une des pistes qui a été choisie au côté d’autres comme l’utilisation de cartes mentales, la construction de serious game, l’usage de WebTV et de Wiki radio, l’enseignement à distance… Savoir plus >