De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: Classe renversée

Le SPOC renversé… une adaptation originale de la classe renversée à l’Ecole Navale de Brest !

Décidément, l’Ecole Navale de Brest est un établissement très créatif ! Cette école a clairement décidé d’expérimenter en innovation pédagogique comme le montre cette expérience de l’un de ses enseignants Pierre MOUNEYROU, Formateur en mécanique navale et Conseiller pédagogique. A l’instar de son collègue Alcino FERREIRA, renverseur de classe en anglais, Pierre MOUNEYROU innove en créant avec ses étudiants des SPOC renversés, autrement dit en DIY ! Une expérience à découvrir sur ce blog car très belle illustration de la façon d’utiliser le e-Learning en mode collaboratif ! Très inspirant ! Objectifs pédagogiques du SPOC inspiré de « la Classe renversée« . Dispensés dans le cadre de la formation scientifique des élèves ingénieurs de l’école navale, le cours « SPOC ENERG » participe à la formation des futurs spécialistes « ENERG » aux installations mécaniques des bâtiments de la marine nationale. Cette séance formative expérimentale a pour objectifs de développer des compétences professionnelles, des connaissances techniques et théoriques sur la propulsion des navires, la production de froid et la production d’eau, mais aussi de développer des compétences transverses nécessaires à l’emploi telles que la coopération, la collaboration et la communication dans le cadre d’un projet, utiliser des outils numériques, discerner des informations… Savoir plus >

La classe renversée en anglais… Embarquement immédiat à l’Ecole Navale !

Article à télécharger sur : https://www.innovation-pedagogique.fr/article5828.html La classe renversée a inspiré un enseignant d’anglais Alcino FERREIRA qui a mis en place un dispositif d’enseignement-apprentissage utilisé pour le cours d’anglais maritime à l’École Navale de Brest. Le dispositif est un exemple de classe renversée (Cailliez, 2017) dans lequel les apprenants préparent et dispensent une partie de l’enseignement au bénéfice de leurs pairs. Il encourage une posture active des apprenants, en supprimant du cours les tâches passives. Ainsi la préparation des médias et documents utilisés se fait collaborativement, en séance au lieu d’être réalisée hors temps de présence et individuellement. Dans le dispositif présenté, l’enseignant guide les apprenants à travers les étapes suivantes : la sélection d’un ou plusieurs médias (enregistrement audio, vidéo ou texte), la détermination des objectifs linguistiques que ces médias permettrontd’atteindre (exprimés en termes de grammaire, de lexique ou communicationnels-fonctionnels), la préparation des supports d’apprentissage (choix et création des tâches d’apprentissage et des documents afférents), et leur vérification par l’enseignant,la conduite de la séance elle-même, par les pairs-enseignants, en binômes, après ajout éventuel de l’enseignant. La première partie de ce texte décrit l’organisation du dispositif, la gestion du temps de préparation et de mise en œuvre. La seconde partie… Savoir plus >

Apprendre à apprendre de manière collective… en 4 vidéos avec la classe renversée !

Est-il suffisant d’apprendre pour progresser dans ses connaissances, pour développer ses compétences ? Certains pensent que oui, d’autres vous diront que non. Est-il obligatoire de faire cela tout seul, comme si l’apprentissage n’était qu’un processus personnel, ce qui est loin d’être faux ? La question se pose dans le monde de l’éducation, ce qui est normal, mais pas uniquement. Depuis quelques années, ce sont aussi les entreprises qui sollicitent les « innovateurs pédagogiques » pour leur poser la question de savoir comment ils font pour mobiliser l’attention de leurs élèves, les faire interagir différemment et surtout plus efficacement, mais leur permettre aussi de mieux apprendre. Dans le cadre de l’une de mes dernières interventions en entreprise, devant des cadres et managers intéressés par le sujet et qui m’avaient invité à faire une conférence le 21 mai 2019, je me suis dit que mon expérience de classe renversée, ainsi que la démarche que nous menons avec mes collègues d’HEMiSF4iRE Design School à l’Université Catholique de Lille, pouvaient être une source d’inspiration pour tenter de répondre à cette question. Je me suis dit qu’il était peut-être aussi intéressant de se dire que l’on peut très bien apprendre à apprendre, comme cela semble nécessaire, mais… Savoir plus >

Classe renversée et tableaux tournants vécus par les étudiants étrangers

Dans un post précédent, je vous ai présenté ce Que pensent les étudiants étrangers de la classe renversée ? J’avais oublié de vous décrire ce groupe d’étudiants de l’Institut Supérieur d’Agriculture (YNCREA Nord-de-France) par leur nationalités et leur projet de carrière, voilà qui est fait ci-dessous. Lors d’une deuxième séance de 4 heures avec 43 d’entre eux, nous avons continué à produire des descriptions illustrées de mécanismes moléculaires impliquant cette fois-ci des bactéries, et non plus des virus. La méthode utilisée a été celle des tableaux tournants qui permet d’enrichir par rotations successives des équipes d’étudiant des illustrations réalisées pour répondre à des questions de cours. Ci-dessous, leurs réactions positives et négatives. Nationalités: Kazakhstan (x3) – India (x12) – Colombia – Mexico (x4) – Ghana (x10) – Ukraine (x2) – Serbia (x4) – Hungary – France – Gambia – Pakistan – Poland – Salvador Objectifs en matière de projet professionnel : PhD in the genetic engineering sphere and do scientific researches in the fields like genetic engineering and bioinformatics – Food marketing manager ; representing food and agricultural organization as a board member – Food security (work in the field in organizations such as FAO) – R&D – R&D in a… Savoir plus >

La classe renversée perçue par les étudiants étrangers… for or against ?

Que pensent les étudiants étrangers de la classe renversée ? L’expérience a été menée dans un cours de Microbiologie à l’Institut Supérieur d’Agriculture (ISA) du groupe YNCREA (Nord-de-France) de l’Université Catholique de Lille qui réunit 45 étudiants originaires d’une quinzaine de pays différents et de tous continents (Inde, Afrique, Europe, Amérique, Asie). Le cours qui est dispensé en anglais consiste à remettre à même niveau, en microbiologie, ces étudiants de master 1 en provenance d’université différentes. L’organisation des séances est plus ou moins la même que celle de la classe renversée en génétique moléculaire que je donne en licence 3. Une méthode collaborative, plutôt qu’académique ! Les étudiants répartis en groupe de 5 à 6 personnes doivent construire des schémas explicatifs de mécanismes moléculaire, en l’occurrence ici les différents modes d’infection des virus (cycle lytique et lysogénique des bactériophages, mécanismes d’infection des virus à ADN ou à ARN… pour être plus précis !). Les étudiants commencent les schémas sur un tableau avant que l’enseignant ne les invite à changer de tableau (méthode des tableaux tournants). Passées plusieurs rotations, les productions s’enrichissent. Les étudiants sont ensuite invités à jouer le rôle du professeur (celui-ci devenu élève) et à expliquer ce qu’ils… Savoir plus >

La classe renversée est terminée… qu’en ont-ils pensé ?

La sixième édition de la classe renversée s’est achevée cette semaine, la même semaine où sortait la deuxième édition de l’ouvrage la décrivant. A la fin du cours (lors de la dernière séance), il a été demandé aux 43 étudiants de décrire en quelques lignes ce qu’ils en avaient pensé. Il leur a aussi été demandé d’estimer leur % d’envie de recommencer l’expérience, pas forcément dans la même matière ? Ci-dessous leur retour sur cette expérience de pédagogie collaborative au bout de 3 mois et leur % d’envie de recommencer ou pas. Le pourcentage apparaissant entre […] à la fin de chaque commentaire d’étudiant correspond à son niveau d’envie de rééditer l’expérience de « classe renversée ». [100%] = absolument envie ; [0%] = pas du tout ; [50%] = ne sait pas ; les autres pourcentages indiquent une tendance. J’ai beaucoup aimé le fait de travailler en groupe ; bonne pédagogie de travailler avec beaucoup de schémas ; le fait de nous donner les questions potentielles à l’examen nous permet de mieux nous investir dans la matière ; j’ai trouvé ça compliqué de connaitre (comprendre) les sujets et les parties des autres chapitres, ceux que nous n’avions pas rédigés… Savoir plus >

La classe renversée au lycée

Article avec illustrations en format PDF à télécharger sur : La classe renversée en lycée par Christelle CAUCHETEUX La pratique de classe renversée est-elle réduite à l’enseignement supérieur ? Tel n’est pas l’avis de ma collègue Christelle CAUCHETEUX qui a décidé de l’expérimenter en lycée, tout d’abord dans sa classe de terminales ES, puis en classe de première. Une expérience enrichissante,pour elle comme pour ses élèves, qu’elle nous détaille ci-dessous : Une expérience de classe renversée en lycée Alors qu’apprendre à mobiliser les savoir disponibles (à portée de clics) et stimuler la « pensée créatrice » (Serres, M., 2010) en situation d’apprentissage apparaissent comme essentiels à l’ère digitale, la formule « classe renversée » peut être une réponse. A la suite de ma participation à Ludovia en août 2017 où j’avais pu découvrir le principe de la classe renversée au cours de la conférence de Marcel Lebrun, je me suis lancée dans une première expérience en Sciences Economique et Sociale (SES) avec une classe de terminales ES sur le premier chapitre du programme (les sources de la croissance économique). J’ai ensuite visionné le Ted Talk et lu le livre de JC Cailliez (Cailliez, 2017). J’ai ainsi amélioré ma pratique forte de ses conseils…. Savoir plus >

Une classe inversée qui se renverse ! C’est à Paris… aux frontières du vivant !

Quel chemin parcouru depuis qu’Antoine TALY et moi nous sommes rencontrés à Lille, puis à Paris en 2014, pour échanger sur nos expériences de classes inversées et renversées en biologie cellulaire et moléculaire. Bravo à lui et ses remarquables étudiants de la Licence « Frontières du Vivant » de l’Université de Paris Descartes, hébergée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) de François TADDEI, pour avoir osé « renverser » en deuxième année de licence une classe déjà bien « inversée » l’année précédente. Comme vous le découvrirez dans ce reportage réalisé par Claude TRAN, journaliste de l’Education, pendant la semaine de la classe inversée CLISE 2018, tout le monde s’y retrouve et y prend même du plaisir : les étudiants qui apprennent à apprendre différemment et en groupe, qui prennent leurs responsabilités vis-à-vis de leurs collègues dans la construction de leurs chapitres, des enseignants visiteurs qui découvrent l’intérêt d’un « voyage apprenant » organisé à l’occasion de la CLISE, et le prof qui apprend de ses élèves… Ce partage d’expérience entre un enseignant lillois et son collègue parisien tel qu’il avait été présenté dans nos précédents posts : La classe inversée, une pédagogie innovante à benchmarker ! et  PédagoChti : un nouveau regard sur une pédagogie universitaire… Savoir plus >

De jeunes pédagogues challengent la classe renversée !

Quelle meilleure façon pour faire progresser une innovation pédagogique comme la « classe renversée » que celle de la challenger avec des professionnels ? Et pourquoi pas par de jeunes ingénieurs pédagogiques en formation, en l’occurrence les étudiants du Master Conception, Formation, Technologie (CFT) de l’Université de Strasbourg ? Le défi a été relevé le 8 décembre 2017 à l’invitation de Najoua MOHIB, Responsable de l’équipe Recherche Tech&Co et Responsable scientifique du DU en Pédagogie de l’Enseignement Supérieur de l’Université de Strasbourg. Une conférence interactive a d’abord été donnée de manière à présenter l’expérimentation de « classe renversée », telle qu’elle est menée à Lille depuis 5 ans. Les étudiants en master ont pu réagir individuellement avec le conférencier, juste avant le travail collectif. Un exercice de type « tableaux tournants » a ensuite été mené qui a permis aux étudiants de répondre successivement et en équipe à 4 questions : Ce que je retiens, ce qui m’interroge, ce que je conseille et ce que j’ai envie de mettre en œuvre. Ci-dessous le résultat en quelques lignes tracées sur de grandes feuilles, puis débattues ensemble. Ce que je retiens : un engagement fort des étudiants, des outils et méthodes mixés et hybrides (numériques et traditionnelles, ensemble), la place… Savoir plus >

La meilleure façon d’apprendre, c’est d’enseigner,… et pourquoi pas en classe renversée ?

On dit parfois que « la meilleure façon d’apprendre, c’est d’enseigner ! ». Alors pourquoi ne pas s’en inspirer pour imaginer une nouvelle approche pédagogique, une méthode qui permette de favoriser ainsi les apprentissages ? Pourquoi ne pas oser renverser la classe comme cela est illustré dans le TEDx de Viroflay 2018. Ci-dessous la méthode telle qu’elle est expérimentée à Lille et comme elle a été soumise récemment au Prix d’excellence I-Site Innovation Pédagogique ULNF 2018. L’article est téléchargeable sur : La classe renversée (Prix Innovation ISITE 2018) JC Cailliez Les objectifs de la classe renversée. Force est de constater qu’en ce début de XXIème siècle, une majorité d’étudiants souhaite être plus active dans l’acquisition de ses connaissances. Ces étudiants aimeraient en particulier apprendre à leur rythme et échanger différemment avec leurs enseignants. Partant de ce constat, une réflexion a été menée à l’Université Catholique de Lille (Fédération Universitaire et Pluridisciplinaire de Lille), EESPIG de l’ULNE qui a conduit ses 5 facultés en 2012 à un programme intitulé « Horizon 2020 » pour inciter ses enseignants à s’engager dans l’innovation pédagogique. La classe renversée qui est présentée ici est l’une des expérimentations qui s’intègre dans ce dispositif de transformation des pratiques pédagogiques universitaires. Le principe de… Savoir plus >