De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: Expérience

La conférence inversée ! Comment hacker l’amphithéâtre et le passer en mode 2.0 ?

La conférence inversée ! Au public de produire le contenu et aux experts de le découvrir ! Voilà une idée plutôt saugrenue, mais finalement bien naturelle pour des créatifs adeptes de la transgression des règles, histoire de les réinventer. Et si l’on détournait un amphithéâtre de sa fonction habituelle, celle qui consiste à placer des experts, des maitres, des sachants devant une assemblée attentive pour qu’ils leur dispensent leur savoir en mode descendant ? Pourrait-on abandonner, juste pour essayer, le mode de transmission 1.0 pour passer en 2.0 ? Telle a été la motivation qui a conduit les organisateurs de MOSAIC Lille 2016, l’Ecole de Printemps en Management de la Créativité (Université Catholique de Lille, 10-12 mai 2016) à organiser cette expérience. La proposition qui a été faite aux participants était de réfléchir à la question suivante : « Comprendre les écosystèmes innovants. Quelle place pour l’Homme dans cette nouvelle société ? ».

Classe renversée et licence inversée,… la faculté d’innover ! (Partie 1)

Force est de constater qu’en ce début de XXIème siècle, une majorité d’étudiants souhaite être plus active dans l’acquisition de ses connaissances. Ces étudiants veulent échanger différemment avec leurs enseignants, voire établir avec eux un véritable dialogue. Partant de ce constat, une réflexion a été menée à l’Université Catholique de Lille qui regroupe notamment  5 facultés (droit, médecine et maïeutique, gestion économie et sciences, lettres et sciences humaines, théologie) pour 7000 étudiants. Elle a conduit en 2012 à un programme ambitieux intitulé « Horizon 2020 » qui a incité les enseignants-chercheurs à s’engager dans des expérimentations d’innovation pédagogique. Pour cela, des ateliers de créativité ont été organisés qui ont permis de se demander comment faire évoluer les méthodes d’enseignement ? Ils ont conduit à décider comment construire certains de ces enseignements de manière différente, pour placer notamment le contenu des interventions des enseignants dans une autre perspective que celle traditionnellement envisagée, à savoir conduire les étudiants vers un développement de leurs capacités réflexive et critique. La pédagogie inversée, sous ses différentes formes, est l’une des pistes qui a été choisie au côté d’autres comme l’utilisation de cartes mentales, la construction de serious game, l’usage de WebTV et de Wiki radio, l’enseignement à distance… Savoir plus >

Les soirées de l’étudiant créateur. Une idée vraiment originale proposée par IES, un institut de l’entrepreneuriat qui challenge les idées !

Un institut de l’entrepreneuriat peut-il être innovant ? La question peut en effet se poser. En d’autres termes, comment telle structure peut accompagner différemment de jeunes créateurs d’entreprises en challengeant leurs projets. Ce petit film réalisé en collaboration avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Grand Lille a voulu faire lumière sur une des actions phares de L’Institut de l’Entrepreneuriat (IES) de l’Université Catholique de Lille, dirigé et animé par Catherine DERVAUX et Delphine CARISSIMO. En l’occurrence, les Soirées de l’Etudiant Créateur ! En octobre 2011, l’IES en collaboration avec la CCI Grand Lille réinventaient les cours du soir, de façon inédite, pour proposer une formation originale à la création d’entreprises aux étudiants et jeunes diplômés du Nord Pas-de-Calais Picardie, aujourd’hui les Hauts de France. Plus de 200 jeunes porteurs de projets motivés ont suivi ces modules interactifs dispensés par des experts de la Région. Une expérience à découvrir. Un retour en images sur ce succès, juste en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=_67ayugsvFs

Une classe renversée à l’Ecole du Feu. Des pompiers belges qui pratiquent l’innovation pédagogique en formation professionnelle !

Récemment, l’Institut Provincial de Formation du Hainaut en Belgique a proposé un retour d’expérience dans la revue Formation et Profession (« Chronique – Technologies en éducation ») signé par Joachim De Stercke et intitulé : « Une classe renversée à l’Ecole du Feu : récit d’une expérience pédagogique en formation professionnelle », Formation et Profession, 23 (2), 83-86. Dans cette expérience qui concerne la formation des adultes, l’approche de la pédagogie inversée a été choisie avec un mixte de mise à disposition de documents, de recherche en « do it yourself » et d’utilisation de tableaux interactifs. Les participants ont utilisé différentes méthodes dont celles des « ateliers tournants », variante des tableaux tournants, méthode déjà décrite dans l’une de nos expériences à l’université.  Cette expérience de classe renversée à l’Ecole du feu a conduit ses organisateurs à un constat d’efficacité d’une méthode pédagogique, jusqu’alors plus souvent utilisée dans la formation initiale à l’école ou à l’université. Elle a aussi conduit à une satisfaction des apprenants, qui malgré la nouveauté de l’approche, s’y sont familiarisés et l’ont trouvée positive. Que demander de mieux ? Vous pouvez lire l’article de Joachim de Stercke dans son intégralité en cliquant sur : Classe renversée à l’Ecole du Feu

Un « serious game » simple et ludique pour aider les étudiants à utiliser une bibliothèque. A vous de jouer !

Un « serious game » pour comprendre l’utilisation d’une bibliothèque universitaire et l’enseigner aux étudiants.  Il fallait y penser ! Voilà qui a été fait par la Bibliothèque de l’Université Catholique de Lille ces derniers mois par une équipe de développement composée de Marion GERARD, ingénieure pédagogique et Liora LOCHE, bibliothécaire chargée de la communication. Un duo particulièrement créatif ! Découvrez le film qui vous le décrit en cliquant sur ce lien ou sur l’illustration suivante Ce jeu est né d’un double constat, un écart entre les pratiques des « digital natives » et l’offre de formation traditionnelle (problème de motivation) et le fait que les étudiants ne savent pas faire de recherches pertinents (problème de perte de temps ou mauvaises habitudes). Il fallait donc trouver un moyen ludique pour former les étudiants et notamment les plus jeunes d’entre eux à la recherche documentaire. Cette génération d’étudiants est créative, multi-tâches, hyper-connectée, franche et directe. Elle aime les succès collectifs plutôt que la performance individuelle. Elle a l’esprit d’équipe. Elle aime rechercher des astuces pour aller encore plus vite et au but. Les serious games (SG) sont donc des méthodes pouvant rendre plus attrayantes les explications données à ces étudiants pour les aider à mieux utiliser la bibliothèque. Les trois grandes fonctionnalités de… Savoir plus >

Les étudiants peuvent-ils contribuer à la production de leurs connaissances ?

Texte complet téléchargeable sur : Réactions L3 vidéo de François Taddéi En guise d’introduction au cours de Génétique moléculaire en « Do It Yourself », j’ai demandé à mes étudiants de troisième année de Licence de Sciences de la Vie de bien vouloir visionner l’interview sur YouTube de François TADDEI, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI), dont le titre était : « Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances ». Il s’agissait de les sensibiliser à cette nouvelle démarche d’innovation pédagogique en génétique moléculaire dont l’expérimentation a commencé avec eux le 16 janvier 2014 à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) de l’Université Catholique de Lille. Voici dans le désordre les réactions de Yohan, Charlotte, Olivia, Alexia, Nathan, Eudes, Thibaut(s), Guillaume, Justine, Laura, Mathilde(s), Paul, Clémentine, Hélène(s), Louis, Quentin, Marie, Antoine, Camille, Constance, Apolline, Jean-Guillaume et Cécile. 

Do it yourself et serious game pour une pédagogie innovante à l’université…

Comment transformer son enseignement à l’université de manière à le rendre plus interactif ? Peut-on le faire pour n’importe quelle matière et avec tous types d’étudiants ? Comment mettre en place de nouvelles méthodes pédagogiques plus créatives et innovantes ?  Un exemple est donné ici par la description d’une expérience en cours à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) (http://flst.icl-lille.fr) de l’Université Catholique de Lille. Elle a été imaginée en transformant de manière radicale un cours de « Génétique Moléculaire », habituellement dispensé de manière académique aux étudiants de Licence 3.    Principe : le cours magistral est abandonné au profit d’une méthodologie innovante et 100% collaborative. Le module sous sa nouvelle forme est construit de manière à sortir les apprenants d’une certaine passivité en cours pour les mettre en situation active d’apprentissage et non plus en prise de notes.

Soutenir sa thèse de manière innovante ? I have a dream !

La soutenance de thèse est un exercice imposé dans la majorité des universités françaises. Son déroulé est presque toujours le même. Elle s’exécute par l’impétrant, c’est à dire le doctorant qui la soutient, devant un jury de pairs composé généralement d’un président, de deux rapporteurs ayant livré leur avis d’experts sur la qualité du travail et d’autres membres éminents dont bien sûr le directeur de thèse. Son déroulé est presque toujours le même. Il commence par un exposé de 35 à 45 minutes, puis se poursuit par une série de commentaires et de questions provenant de chacun des membres du jury. Si tout se passe bien, ce qui est souvent le cas, la délibération qui s’en suit proclame « docteur d’université » celui (ou celle) vers qui tous les regards se sont concentrés durant l’épreuve.