Les regroupements universitaires et leurs validations

Alors qu’une nouvelle échéance pour la remise de dossiers idex, notamment ceux qui avaient été « suspendus », est atteinte, l’interrogation se recentre sur la validation des démarches.
Si, en début de cette année le dossier SPC réunissait 4 universités (P3/P5/P7/P13), ce regroupement s’est progressivement mué en un nouveau modèle d’université, porté par la ComUE dans le cadre de sa candidature idex et articulé autour d’une « université-cible » réduite à P5 et P7, sachant que jusqu’ici seule Paris Diderot a validé la démarche par un vote favorable d’un CA, tenu au rectorat pour l’occasion (pour un utile rappel des rebondissements, voir http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universite-paris-sorbonne-cite-un-nouveau-projet-se-dessine-sans-paris-3.html ). A Paris-Descartes on rappelle opportunément que l’essentiel est que la validation ait lieu avant que le jury idex se penche sur le dossier. Cet examen devrait intervenir en février-mars 2018.
Est-ce vraiment ainsi que les projet se construisent ? Aragon déjà évoquait cet autre «  temps déraisonnable » où « On avait mis les morts à table / On faisait des châteaux de sable / On prenait les loups pour des chiens », bref … où « Tout changeait de pôle et d’épaule » ….
Au delà de l’intérêt, pas du tout déraisonnable pour le coup, pour l’attribution d’une dotation idex, de quelle stratégie est-il question ? Quelle logique ? Quels avantages ? Pour le dire autrement à quoi veut-on faire employer l’argent public ? Celui qui viendrait, comme celui qui est déjà venu puisque les idex suspendus ne l’ont pas tout à fait été dans le vide, ici ou par exemple à Toulouse ils ont obtenu une dotation réputée permettre de monter autrement le dossier. L’ont-ils réellement fait ? Avec sans doute de meilleures raisons que Madame Thatcher en son temps, il ne serait pas absurde que les contribuables s’exclamassent « I want my money back »

La situation de Lyon qui a été admis dans le cercle très restreint des idex est paradoxale d’une autre manière … Alors que la clef d’entrée a toujours été annoncée sous la forme d’une fusion des établissements, le moins que l’on puisse dire c’est que le message que l’on peut lire sur le site de l’Université de Lyon est particulièrement tourmenté …
« L’IDEXLYON est porté par l’ Université de Lyon. Il est doté d’une gouvernance projet qui assure le pilotage de ses actions.
Les gouvernances IDEXLYON et de l’Université de Lyon entretiennent des liens étroits : le Directeur de l’IDEXLYON est nommé par le Président de l’Université de Lyon ; les membres des différentes instances IDEXLYON exercent également un rôle de représentation et de décision dans la gouvernance de l’UdL ».
L’Université de Lyon se présente comme « le 1er pôle scientifique français hors Ile de France », soit ; plus intrigante est cette autre déclaration : « Cette communauté d’universités et établissements (COMUE), alliage unique d’universités, d’écoles, et d’organismes de recherche … »
Comment comprendre cette notion (nouvelle) d’alliage, sauf peut-être à se souvenir qu’un alliage est « la combinaison d’un élément métallique avec un ou plusieurs autres éléments chimiques par fusion » ( nous y voilà donc!) …

Le président de « l’université/ComUE » estime quant à lui que « La feuille de route pour construire une grande université intégrée à horizon 2020 est claire .. Nous allons engager une mécanique de participation collaborative avec le personnel et les étudiants notamment ». Bref l’intention vaut l’action, la promesse la réalité. Comment justifier ce statut particulier autorisé à Lyon ?

Pour plus d’information, à défaut de précisions on pourra consulter le site ad hoc : https://idexlyon.universite-lyon.fr/idexlyon/version-francaise/navigation/le-projet/gouvernance/ et cet article dont l’établissement recommande la lecture http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0211963321058&fw=1#I5BjtKkxOvofUyYV.99
L’un est dans l’autre et réciproquement … certes … mais où quand comment sont prises les décisions, notamment financières, quelle politique des emplois ?
Mais surtout que penser pour demain ? Après avoir insisté avec tant de contraintes à la clef, en faveur de fusions puis après avoir semblé revenir vers des regroupements plus larges avec les ComUEs, puis avoir délaissées ces coquilles (vides) que sont en fait les ComUEs, de quoi demain sera-t-il fait ? Qu’en sera-t-il des efforts, parfois des affrontements dans les établissements dont certains penseront qu’ils furent déployés en vain

Il est question d’une autre loi, qui permettrait aux établissements de dessiner leur propre feuille de route. Au fond va-t-on décider s’il faut fusionner les universités ou les rapprocher, ? (on retrouvera un état de la question dans un article du Monde daté de 2013 (http://enseignementsup.blog.lemonde.fr/2013/06/07/faut-il-fusionner-les-universites-ou-les-rapprocher/ ) . Rien n’a beaucoup avancé depuis, sans doute parce qu’un autre champ d’investigations est contraint à rester dans l’impensé, quoi qu’ait pu laisser entrevoir la loi LRU : les universités sont-elles autonomes ? va-t-on cesser de faire comme si « l’université » et « l’enseignement supérieur » étaient « la même chose » et comme si cette confusion franco-française était bénéfique alors qu’elle demeure le point ultime de la ségrégation scolaire ?

Dans une entretien récemment accordé au Nouvel Observateur, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, s’exclamait, comme en un défi : « il ne faut pas leurrer les étudiants ! » sage et judicieuse maxime qu’il faudrait de toute urgence élargir à l’ensemble de l’enseignement supérieur. Un leurre n’est-il pas « un dispositif destiné à tromper », voyons un exemple, presque au hasard : la création des ComUEs … et pendant ce temps là, la crise de l’Ecole française et avec elle celle de l’université, celle de l’enseignement supérieur public s’aggravent …Il est en effet urgent d’en finir avec les leurres (dans ce domaine comme dans bien d’autres, mais pour ce qui concerne ce blog, c’est à cette tâche, qu’en mode colibri, comme annoncé, les énergies vont être consacrées).

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *