Santé 3.0 : Entre immenses espoirs et risques

Internet a induit dans la société une transparence presque totale que nul n’aurait pu imaginer il y a encore une quinzaine d’années. Tous les domaines de notre société en sont impactés.
Parmi eux, s’il en est un où cette transition s’avère la plus fulgurante c’est bien celui de la santé.

En effet, les technologies contribuent déjà à éduquer le patient (Automédication, etc.) et relient aujourd’hui sur une même chaîne de communication l’individu, son médecin, et tout le
système médical.

Les responsables des 3200 établissements de santé et de soins en France qui ne comptent dans leurs rangs que 40 responsables de la sécurité des systèmes d’information et 544 responsables de la sécurité de l’information auront de quoi faire avec tout ce que nous réservent les mondes de la E-Santé et de la M-Santé.

L’objectif de ces établissements étant la sauvegarde de la vie humaine on mesure aisément que lorsque qu’une donnée de santé est altérée le risque est grave pour la survie du patient.

« Le big data est une aubaine pour la médecine moderne, à condition que son utilisation soit soumise à de très strictes règles », signalait encore récemment Marisol Touraine.
L’identification des maladies grâce à l’ouverture des données médicales est sans doute l’une des grandes opportunités du Big Data. Elle devrait permettre aux chercheurs de mieux les comprendre pour mieux accompagner encore les patients en particulier en ce qui concerne les comprendre pour mieux accompagner encore les patients en particulier en ce qui concerne les pathologies chroniques (diabète, hypertension artérielle…) dont les traitements seront ainsi mieux contrôlés. Certaines crises sanitaires pourront à l’avenir être anticipées et le sont déjà grâce à l’analyse prédictive que permettent à certains comme Google avec des logiciels comme HealthMap de prévoir une épidémie. Dans un autre domaine de la santé un partenariat entre Google et Novartis devrait permettrre de déboucher en 2016 sur une lentille intelligente permettant de corriger la vision de personnes presbytes. IBM a racheté Merge Healthcare un spécialiste de l’imagerie pour un milliard de dollar. Il compte ainsi booster les capacités de son système d’intelligence artificielle Watson pour analyser de nouvelles données médicales.

La future Agence Nationale de santé publique aura donc pour charge d’orchestrer et de mener à bien l’intégration et le circuit des mégadonnées dans le monde de la santé.
Mais on le sait, certaines de ces mégadonnées sont  déjà sur la toile et nous sommes donc tous tous appelés à devenir des embryons du Big Data.

Après le vol de données record ayant frappé en juin le service du personnel des fonctionnaires américains (Office of Personnel Management) l’assureur de santé américain Excellus Bluecross BlueShield a été victime d’un piratage dans ses systèmes informatiques. 10,5 millions de données d’assurés ont potentiellement pu être compromises. Imaginez un seul instant s’il en allait de même pour un groupe mutualiste chez nous.

Les risques dans le domaine de la santé seront principalement issus des mondes de la E-Santé et de la M-Santé.

Par E-Santé il faut entendre tous les aspects numériques touchant de près ou de loin la santé alors que la M-Santé concerne plus particulièrement les aspects mobiles de l’E-Santé.

C’est sur ce dernier secteur que les vulnérabilités se développeront car peu de personnes comme les personnels des établissements de soin et le corps médical ont une véritable conscience du fonctionnement et des risques induits par les réseaux et les applications qu’ils utilisent et téléchargent sur leurs smartphones. Personne n’est non plus à l’abri d’une perte de matériel, d’une clé USB égarée contenant des données, ni d’un transfert de document fait dans l’urgence et facilement interceptable par des cyberdélinquants.

Nul ne doit plus ignorer aussi ce qu’il est possible de faire à partir des réseaux WIFI de l’extérieur. Stopper la climatisation d’un hôpital, prendre la main sur des systèmes vitaux comme les spacemakers, les systèmes de dialyse, intervenir sur  les objets connectés de santé à titre personnel ou installés par le corps médical pour suivre votre état de santé, en capter des
données voire les stopper… Tout est aujourd’hui quantifiable et inattaquable aujourd’hui.

L’avenir est donc aussi dangereux que prometteur pour la santé connectée car les données de santé ne sont après tout des données comme les autres !

A lire : Les Docteurs 3.0 de la Silicon Valley

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Commentaires fermés sur Santé 3.0 : Entre immenses espoirs et risques

Filed under Big Data, Mégadonnées, Non classé, Open Data, Santé

Comments are closed.