Big Data, Big risques à venir …

 

A mon niveau les Big Data n’ont rien d’un phénomène moderne. Vouloir modéliser le monde dans lequel nous vivons, lui donner du sens à l’aide de la puissance de calcul et d’une science des données a toujours existé et représente pour nos chercheurs un objectif presque inaccessible.

Le marché des Big Data devrait atteindre 25 milliards de dollars d’ici fin 2016 et la demande d’emplois dans ce secteur est en train d’exploser.

En dehors des formidables atouts qu’ils représentent, ce qui n’est pas prévisible avec les Big Data ce sont les risques à venir. Ces gigantesques masses de données travaillées aujourd’hui par les algorithmes que nous avons fabriqués sont en effet aujourd’hui capables de nous construire et de prédire l’avenir à l’aide de nos gestes quotidiens, de nos déplacements, de nos achats et de nos pérégrinations sur la toile.

Cependant les données numérisées et l’extraction que l’on en fera ne sont pas sans menaces sur notre vie privée. Sachons le nul ne sera épargné. Le cybercrime dans ce domaine s’organise et le secteur de la cybersécurité aussi.

Il est grand temps de sensibiliser les entreprises et les particuliers à ces Data et des exemples comme les attaques de TV5 Monde, Sony et Target sont là pour nous le rappeler ainsi qu’une étude récente publiée par Price-waterhouse Coopers indiquant que le nombre de cyberattaques en 2015 a augmenté de 51  % en France.

Les modes opératoires ont évolué à une allure hallucinante au même titre que la rapidité des attaques qui sont de plus en plus professionnelles.

Fini le hacker ou le Geek souhaitant prouver qu’il a réussi à pénétrer une machine, un système. L’heure est à l’argent rapidement et facilement gagnée. Toute une organisation souterraine est en train de se mettre en place avec parfois des marchés noirs de la cybercriminalité.

Les infrastructures au même titre que nos données personnelles sont à prendre au sérieux dans ce cadre. Une simple attaque ou prise en main de système pourrait à lui seul immobiliser toute ou partie de notre société.

 » Imaginez tout simplement des coupures d’électricité massives, des distributeurs de billets bloqués ou encore des réseaux de téléphonie GSM inopérants. Cela peut entraîner rapidement des paniques collectives, voire des émeutes urbaines « , s’inquiète Guillaume Poupard, directeur de l’Anssi.

Se pose aussi la confidentialité de nos données qui ne manquera pas de faire des émules avec l’émergence des objets connectés. Qui peut aujourd’hui affirmer qu’il est au courant que ses données personnelles sont dans le cloud ainsi que sa consommation d’énergie, ses déplacements, ses images et toute son appartenance à des réseaux sociaux …

Il est urgent que tout ce petit monde sache comment accéder à ses données et comment elles sont protégées.

Idem pour nos véhicules sur lesquels nous n’aurons bientôt plus tous les pouvoirs. Ainsi dans un récent rapport, les chercheurs de Mc-Afee, la filiale sécurité d’Intel, prévoient les premières attaques cybercriminelles sur des voitures dès 2016 avec  » des risques de perte de vies humaines, une dégradation de la sécurité routière et des menaces d’embouteillages géants « . Les futurs véhicules autonomes comme la Google Car ne seront pas épargnés. Dés aujourd’hui les constructeurs ayant investi dans la voiture connectée doivent en penser les failles car déjà, « 75  % des vols de voiture en France se font grâce au  » mouse jacking « , une méthode qui s’appuie sur des boîtiers électroniques vendus quelques dizaines d’euros sur Internet et qui permettent d’ouvrir et de faire démarrer une voiture sans effraction. » (Source : Le Monde)

Prenons enfin l’exemple de la santé. Les données en rapport avec la santé d’un individu croissent sans cesse. Le cœur en est constitué par des informations telles que les examens médicaux, les diagnostics, les soins et les prises de médicaments. Mais on voit aussi se généraliser les données génomiques – la société californienne de biotechnologie 23andMe propose ainsi aux individus le séquençage d’une partie importante de leur génome pour 99 dollars (moins de 80 euros). Il faut aussi prendre en compte les données sur la vie quotidienne de l’individu, son alimentation, son activité physique, son exposition à des pollutions particulières, etc. De plus en plus, de telles informations deviennent disponibles via des équipements de type téléphone intelligent ou via les réseaux sociaux ce qui n’est pas sans risque si en plus on ajoute des objets connectés comme les pacemakers, les montres d’alerte, etc.

Imaginez toutes les possibilités offertes par ces ouvertures de données. Le but de notre société est donc de ne pas laisser ces dernières (s’il est encore temps) aux mains de groupes mercenaires, dictatures ou de citoyens mal intentionnés.

Les évènements de ce 13 novembre 2015 viennent de nous faire prendre conscience que d’autres outils de communication comme des Playstation PS4 ont peut-être été utilisées dans le cadre de la communication entre terroristes !

 

Be Sociable, Share!

Commentaires fermés sur Big Data, Big risques à venir …

Filed under Big Data

Comments are closed.