Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

Latest Posts

Les fusions selon leur présidents

Pour fêter les 10 ans de la fusion de l’Université de Strasbourg, les 10 et 11 octobre 2019, s’est tenu le colloque « Fusions d’universités bilan, retours d’expérience et perspectives ». Il a réuni de nombreux présidents et acteurs de fusions universitaires. Cela a donc été une occasion de percevoir la vision qu’ont ces acteurs. L’ambiance conviviale de cette « fête de famille » a été propice à avoir une parole sans doute plus libérée que d’habitude, et donc d’autant plus précieuse.

Au final, les fusions sont un double succès administratif et présidentiel, mais qui se confronte aujourd’hui à l’horizon indépassable de l’engagement des personnels d’enseignement et de recherche. En réaction, les présidences promeuvent une « subsidiarité » inversée, et organisent ainsi la banalisation de leur établissement, transformant l’Université en simple administration. 

Les vidéos sont disponibles sur canalc2.

Les faits

En matière de fusion, regroupements universitaires et politiques d’excellence, les faits sont rares. Jusqu’ici et à ma connaissance, un seul rapport global a été publié sur le sujet, par la Cour des comptes. Il identifie de nombreux problèmes, mais aucun bénéfice de ces politiques pour l’enseignement et la recherche.

(A partir de 0h59)

Lors de ce colloque, un rapport de l’IGAENR a été annoncé, centré sur les universités fusionnées. Malheureusement, il ne sera pas public. Sa présentation en séance a néanmoins permis d’en saisir les grandes lignes.

  • Les fusions visaient à « casser » les anciennes universités pour en reconstruire une nouvelle. De ce côté là, c’est une réussite : au bout de deux ans, les nouvelles universités sont complètes et fonctionnelles. Mieux, leurs administrations ont connu une véritable montée en compétence et en professionnalisation.
  • Les fusions visaient également à monter dans les classements. De ce côté là, en revanche, c’est plus mitigé :
    • côté recherche, il y a une amélioration, mais essentiellement due à un meilleur référencement des publications. Rien n’indique que ces universités cherchent mieux ou plus.
    • côté enseignement, il n’y a pas d’amélioration notable. Pire, les résultats en terme de réussite en Licence sont en deçà des autres établissements. Cela parait cohérent avec la politique visant à devenir de « grandes universités de recherche » en contexte budgétaire contraint : c’est une question de priorité.

Cependant, en 10 ans, de nombreuses choses ont changé pour les universités, en plus des fusions. Le rapporteur insiste donc sur le fait qu’il est très difficile de séparer les effets propres à la fusion des autres effets.

Le processus de fusion vu par leurs acteurs

Présidents et DGS (Directeurs Généraux des Services) ont longuement raconté leurs fusions. Ils ont insisté sur l’hétérogénéité des modèles et des situations : on ne fusionne pas de la même manière trois universités déjà présentes sur le même campus, et des universités éclatées sur le territoire.

Néanmoins, les processus de fusion semblent très identiques pour toutes les universités :

  1. Initiative : elle vient d’en haut (« top-down »). A l’exception de Strasbourg, ce sont les gouvernements qui ont demandé les fusions.
  2. Conception politique (~2 ans) : les présidences négocient les conditions de la fusion avec le ministère et les collectivités territoriales pour définir un texte stratégique et un projet politique. La gouvernance de la future université est définie.
  3. Conception administrative (~2 ans avant la fusion + ~4 ans après) : les présidences et directions des services, accompagnés par des cabinets conseils, négocient la réorganisation des services avec les BIATSS. Une phase critique dure environ 2 ans après la fusion. Elle est « particulièrement violente » pour les BIATSS, sujets aux mobilités professionnelles, fonctionnelles et géographiques. Président et DGS forment un couple, qui peut prendre « plusieurs décisions structurantes par jour ».

A la fin de ces trois phases, une « université complète » est reconstruite, c’est-à-dire une administration dotée d’une direction et capable de fonctionner.

Indépendamment de la date de la fusion, autour de 2018 s’amorce une phase de déconcentration (« simplification », « agilité », « subsidiarité ») et de réflexion sur les structures initiales.

Les réussites des fusions

Trois réussites sont identifiées par les présidents :

  1. Reformer une administration fonctionnelle sur la base de plusieurs administrations hétérogènes : c’est la réussite principale des fusions. La tâche était d’ampleur, et cela démontre qu’avec de la volonté, nous sommes capables de choses très difficiles. C’est la montée en professionnalisation de l’administration.
  2. Améliorer la relation avec les partenaires de l’université fusionnée : la taille des université fusionnée en font souvent « la deuxième administration » d’une région. Les présidences sont donc devenus des interlocuteurs politiques légitimes, notamment auprès des collectivités territoriales. C’est la montée en professionnalisation des présidences, dont témoignent leur nombre de mandats successifs (jusqu’à 4, soit 18 ans de mandat présidentiel).
  3. L’adhésion de la communauté à l’université fusionnée : les président estiment unanimement qu’elle est acquise, mais leur démonstration repose sur des arguments bien trop faibles.

A des considérations telles que « J’ai vu des collègues avec des T-shirt au logo de l’université », on ajoute le plus sérieux « Les enquêtes montrent que personne ne souhaitent revenir sur les fusions ». Mais les personnels interrogés sont essentiellement ceux qui ont mis en œuvre la fusion, et après plusieurs années de restructuration qualifiée de « violente » pour les personnels, alors qu’on retrouve enfin un peu de stabilité, il est normal de ne souhaiter ni détricoter son propre travail, ni revivre une telle période.

Les limites des fusions

Trois limites des fusions sont identifiées par les présidents :

  1. La faiblesses des outils informatiques : comment avoir un « SI » (système d’information) adapté aux besoins ?
  2. La structuration de la formation : comment, avec plus de 50 000 étudiants, concilier service public d’enseignement supérieur (identifié au premier cycle) et l’excellence académique (identifiée au troisième cycle) ?
  3. La structuration de l’enseignement et de la recherche : comment articuler le niveau central (présidence, services centraux), intermédiaire (collèges, collégiums, instituts) et périphérique (UFR, labo, composantes) ?

Du côté des solutions, le premier point n’a pas été développé. Le deuxième consiste à développer des filières d’excellences parallèles aux filières traditionnelles, grace aux possibilités offertes par la loi ORE et Parcoursup.

Parcoursup : les universités font leur marché

La structuration de l’enseignement et de la recherche

La structuration de l’enseignement et de la recherche est l’objet de la phase de « déconcentration », actuellement en cours. L’issue de cette phase va être encore plus structurante que les phases de conceptions politiques et administratives.

L’enjeu est de taille, car « Il faut que les composantes deviennent actrices de la stratégie ». En effet, les présidences ont constaté que leur stratégie  ne sont pas reprises par « les composantes », et à plus forte raisons par les enseignants/chercheurs et BIATSS au contact de ces missions (E/C dans la suite). Ces derniers ne sont d’ailleurs jamais nommés directement, sinon pour fustiger « Ce stupide calcul des 192 heures du temps de service ».

Or, on le remarque dans le processus de fusion : il n’inclut jamais les enseignants-chercheurs. Cela se comprend aisément : les projets de fusion portent plus de menaces que de promesses en terme d’exercice de l’enseignement et de la recherche. Les E/C sont donc raisonnablement des sources de résistance à ces transformations. Leurs promoteurs ont donc tout intérêt à les garder écartés, voire dans l’ignorance, le plus longtemps possible.

En réalité, si on avait commencé le processus par demander l’avis personnels, E/C ou BIATSS, les fusions ne se seraient sans doute pas faites. Les présidences sont donc passés outre cet avis.

L’adhésion des enseignants/chercheurs : l’horizon indépassable des fusions ?

Ainsi privées du soutien de l’immense majorité de la communauté E/C, les présidents n’ont eu d’autre choix que centraliser au maximum le pilotage. Mais cet exercice a des limites, et certaines décisions commencent maintenant à être totalement incomprises leurs ouvriers, donc mal mises en œuvre. Certaines décisions sont même clairement en inadéquation avec les besoins, et les performances s’en ressentent.

En effet, il est difficile mais utile de fusionner plusieurs services administratifs occupant les même fonctions, pour en refonder un nouveau, unifié, ayant les meilleures pratiques. Mais cette démarche n’est pas transposable aux composantes formation et recherche, qui présentent des barrières disciplinaires dures, mais surtout légitimes : il existe des différences incompressibles entre une faculté de droit et de médecine, une UFR de mathématiques et de géographie, un IUT et une école…

Hormis leur mission d’enseignement, ces organes ne partagent en réalité que très peu de besoins, et donc très peu de pratiques. On peut certes s’inspirer de bonnes pratiques, mais il sera impossible de définir un fonctionnement normalisé sans un dramatique mécontentement de la communauté, et surtout sans une inadéquation du fonctionnement aux besoins (voir infra, le cas du référentiel des tâches d’enseignement).

Mais si on ne les normalise pas, la fusion devient inutile à ce niveau. Il ne semble pas y avoir de solution fondamentale à ce problème fondamental.

Ajoutons qu’il est bien difficile d’identifier un quelconque avantage en matière d’enseignement et de recherche à la fusion de composantes ou de laboratoires : ces activités se font au mieux en équipe, dont la taille est nécessairement limitée, quelle que soit la taille de l’établissement.

Les différences disciplinaires et le travail en équipe limitent structurellement l’adhésion des personnels d’enseignement et de recherche, qui semblent ainsi être l’horizon indépassable des fusions.

Dépasser l’absence d’adhésion par la « subsidiarité »

(A partir d’1h07)

Si les barrières disciplinaires et l’absence d’avantages neutralisent structurellement l’engagement des personnelles d’enseignement et de recherche dans les établissements fusionnés, les présidents l’interprètent plutôt comme une incapacité de ces personnels à devenir « stratèges ».

« Nous sommes devenus des présidences-stratèges, mais les composantes n’ont pas su devenir des composantes-stratèges »

Il n’a pas été expliqué en quoi cette professionnalisation en stratégie était nécessaire en matière d’enseignement et de recherche. Cependant, les présidents ont explicité les moyens d’effectuer toute de même cette transition, par la « déconcentration » et la « subsidiarité », grâce à deux actions :

  1. Réduire le nombre d’interlocuteurs : par la réduction du nombre de composantes, ou leur positionnement derrière un niveau intermédiaire (collège, collégium, institut).
  2. Modifier le mode de désignation de ces interlocuteurs : par leur élection par les conseils centraux sur proposition du président (le même mode que pour les vice-présidents, ce qui revient en pratique à une nomination par le président).

Avec cette nouvelle organisation, les directeurs de composantes ne sont plus des représentants de leur communauté auprès de la présidence, mais des représentants de la présidence auprès de la communauté. Puisque « les composantes » ne sont pas devenues stratèges, et qu’elles n’ont aucune raison de le devenir, les présidents décident de changer « les composantes ».

Dans cette organisation, les E/C deviennent en réalité de simples employés de l’établissement. C’est la fin du « Nous sommes l’Université », et donc en réalité de l’Université. Elle devient une forme d’administration normalisée, répondant aux injonctions politique le long d’une chaîne hiérarchie descendante tout à fait classique : ministère, rectorat, présidence, vice-présidence/directeurs, chef de département, E/C.

Cette normalisation de l’Université devenant administration universitaire est très inquiétante, et pas seulement au niveau universitaire : elle menace la plus haute fonction de l’Université au sein de la société.

Conclusion : interdisciplinarité ou adisciplinarité ?

Les présidents sont longuement revenus sur l’interdisciplinarité, seul avantage éventuel en matière d’enseignement et de recherche en université fusionnée. Pourtant, l’interdisciplinarité, serpent de mer ou arlésienne de l’ESR, est contraire aux objectifs de performance, notamment recherche, comme aux méthodes de distribution des moyens à la performance.

Une autre lecture est désormais possible : si les disciplines sont bien l’horizon indépassable des fusions, alors l’interdisciplinarité est un moyen de le dépasser. Du point de vue des présidence, peu importe en réalité que des E/C travaillent entre disciplines (si ça arrive, tant mieux), du moment que l’établissement n’est plus organisé en disciplines.

Cette organisation, non pas interdisciplinaire mais « adisciplinaire », permet notamment de repenser la structuration de l’université non plus en disciplines, mais en fonctions : non plus en « mathématiques », « droit » ou « géographie », mais en  « professionnalisation », « valorisation » ou « excellence ». Et la subsidiarité fera le reste.

Il faut le reconnaître : si la plupart des disciplines resteront à tout jamais des mystères pour nous et nos dirigeants, ces fonctions, elles, sont au cœur de leurs préoccupations. 

La CPU se prépare-t-elle à la transformation de la fonction publique ?

Pour aller plus loin

Point vocabulaire

Il est intéressant de prendre du recul sur le vocabulaire utilisé lors du colloque.

[Mea cupla à ce propos : « adisciplinarité » est un bien laid néologisme, mélangeant préfixe grec et racine latine, mais indiscipline était déjà pris]

Les acteurs

D’abord, les acteurs sont appelés soit par leur position dans organigramme, soit par leur statut, soit par leur structure, et ce de façons très stable :

  • « le central » ou « le centre » désigne les présidences ;
  • « les BIATSS » désigne les personnels administratif, notamment des services centraux ;
  • « les composantes » désigne tout le reste, c’est-à-dire les enseignants-chercheurs et probablement les BIATSS en composante.

Ainsi, les enseignants-chercheurs ne sont jamais désignés directement, sinon pour regretter qu’ils bénéficient d’un temps de travail statutaire.

Le contre-sens

Les démonstrations faites durant le colloque conduisent souvent à des conclusions inverses à celles qu’on devrait logiquement faire. Ainsi, le manque de participation des personnels à la gouvernance de l’établissement conduit un président à réclamer plus de « subsidiarité » par la « déconcentration » et même le développement de la « démocratie participative ».Mais il en conclut naturellement qu’il faut priver les personnels du pouvoir d’élire leurs représentants.

Le principe de subsidiarité implique en théorie qu’une autorité centrale ne peut effectuer que les tâches qui ne peuvent pas être réalisées à l’échelon inférieur. Ce principe est pris à l’exact contraire : « Si vous étiez à ma place de président, comment vous feriez l’IA ou le DD ?».

Pour les présidences, le principe de subsidiarité implique donc que les échelons inférieurs doivent effectuer les tâches qui ne peuvent pas être réalisées par l’autorité centrale. 

On pourrait aller plus loin en estimant que la « subsidiarité » n’a pas sa place dans un établissement auto-géré, ce qui est l’idéal vers lequel les universités sont censées tendre. Dans un tel système, il n’y a pas de place pour « une autorité centrale » (ce qui n’empêche pas d’avoir un représentant, mais sans autorité sur sa communauté).

D’un manière générale, la « subsidiarité » a systématiquement été employée à contre-sens. Ce constat s’applique à tous les termes qualifiants les modes de gouvernement, comme« déconcentration », « horizontalité », « verticalité » ou même « confiance », qui n’est jamais pensée qu’en tant que « confiance des personnels envers les présidences ».

« stratégie »

Le mot de ce colloque est sans conteste  « stratégie ». Il été répété un nombre incalculable de fois. Cependant, aucune stratégie n’a été nommée ou explicitée. Aucun exemple , même partiel, n’a même été évoqué.

Cela a parfois donné l’impression que les présidents étaient stratèges puisqu’ils avaient une stratégie, et qu’ils avaient une stratégie puisqu’ils étaient stratèges.

La possibilité de stratégies existantes mais inavouables ne doit pas être exclue.

L’impossible normalisation : le référentiel de tâches d’enseignement

Pour illustrer l’impossibilité de normaliser le fonctionnement de l’enseignement et de la recherche, nous pouvons prendre l’exemple simple du référentiel de tâches d’enseignement.

Ce référentiel normalise l’équivalent horaire pour toutes les tâches liées à l’enseignement mais qui ne sont pas directement de l’enseignement. Il fait partie des choses les plus simples à faire en matière de normalisation de l’enseignement : il suffit d’identifier toutes les tâches annexes, et le temps qu’elles prennent.

Simple exemple : combien d’heures attribuer à l’encadrement d’un stage ?

Dans certaines composantes, la tâche consiste à évaluer un rapport de stage de 10 pages. Dans d’autres, il faudra faire en plus garder un contacte hebdomadaire, des visites sur le site de l’entreprise et une soutenance. La charge va donc d’une demi-heure à au moins une journée.

Dans certaines composantes, les stages sont rares. Dans d’autres, plusieurs sont obligatoires. La charge pour la composante peut donc aller de l’accessoire à l’insoutenable.

Le mieux-disant est insoutenable budgétairement. La moyenne conduit à surpayer d’un côté et sous-payer de l’autre, affaiblissant au passage l’engagement des enseignants. Mais décliner selon les composantes est échouer à normaliser.

En réalité, il n’y a pas de « meilleure pratique », juste des besoins différents. Ajoutons qu’il est bien difficile d’identifier un quelconque avantage, en matière d’enseignement et de recherche, à normaliser ces pratiques.

Une impensée principale : l’innovation organisationnelle.

Au final, les fusions ont conduit à banaliser l’organisation des universités, devenant aujourd’hui similaires à n’importe quelle administration de grande taille. Pourtant, les fusions étaient une occasion immanquables d’innovation organisationnelle.

Plutôt que de se payer de mots avec « les fusions ne sont pas verticales, elles sont horizontales », nous aurions pu vraiment réfléchir à une organisation horizontale, aux outils et procédures nécessaires pour gouverner avec des milliers de personnels, et non pas simplement gouverner des milliers de personnels.

Pour évaluer ce soucis, il n’y a qu’à voir si les établissements se sont dotés, avant même la fusion, d’une gestion électronique des documents, de procédures d’informations horizontales et d’outils de communications communautaires.

S’ils en sont encore à communiquer par email, avec une chaîne descendante passant de chefs en chefs… Alors on pourra légitimement douter que cette volonté ait jamais existé.

Pourtant, nous aurions pu réellement avoir l’ambition d’expérimenter à petite échelle une forme de démocratie participative, ou directe. Nous avons les forces intellectuelles et matérielle d’y arriver. Là, nous aurions pu nous targuer d’endosser nos responsabilités sociétales.

Avouons-le : nous n’avons fait que reproduire ce que nous connaissions déjà : des structures hiérarchiques pyramidales structurellement rigides. Tous les organigrammes en témoignent.

Projets d’arrêtés : il est venu le temps des Bachelors

Ils étaient fort attendus, les projets d’arrêtés réformant le premier cycle universitaire entrent maintenant en discussion au CNESER, au milieu de 21 textes. Le Projet d’arrêté portant réforme de la Licence professionnelle instaure une LP en trois ans (LP180) et supprime le DUT en l’incluant dans une LP180 appelée « Bachelor Universitaire de Technologie ». Le Projet d’arrêté relatif au cahier des charges des grades de Licence et de Master fait la part belle à la certification et permet que les grades universitaires puissent être accordée à d’autres diplômes, dont les Bachelors privés. 

Cet engouement soudain du ministère pour les Bachelors devrait abaisser les frontières entre formations publiques et privées, et ouvrir la voie à une restructuration totale du premier cycle de formation supérieure.

Textes intégraux

La Licence Pro en trois ans (LP180) et la fin du DUT

D’un côté, les universités pourront construire des parcours complets de Licence Pro, dès le bac, distincts de leurs Licences. Ces LP180 sont sans contraintes sur les admissions mais sans garantie d’heures d’enseignement. Seule l’insertion professionnelle est fixée par le texte (« au moins 50% », sans qu’ils soit expliqué comment une formation peut fixer un taux d’insertion professionnelle, ne décidant ni des emplois, ni des poursuites d’étude).

De l’autre, le DUT est réduit à un « diplôme intermédiaire » sans arrêté propre, octroyé seulement aux étudiants qui en font la demande. Les IUT devront donc construire des LP180 ayant pour « nom d’usage » « Bachelor Universitaire de Technologie » (BUT), mais qui sont avant tout des LP. Les BUT auront en théorie 1800 ou 2000 heures (dont « au moins 75% […] seront dirigées et encadrées », plus 600 heures de projets tuteurés, et la spécification CM/TD/TP disparait) mais des contraintes d’admission (« au moins 50%  » de bacs techno), et de réussite (« au moins 70% » des bacs techno admis), en plus du taux d’insertion professionnelle propre aux LP.

Enfin, alors que le DUT était essentiellement géré et évalué par le réseau national des IUT, le BUT sera géré au niveau local par les CFVU (qui définiront les 30% d’adaptation locale des enseignements, les modalités de contrôle des connaissances, et les passerelles) et évalué par l’HCERES.

Deux formations se retrouvent donc en concurrence sur le segment universitaire de l’insertion professionnelle à Bac+3, fixée à au moins 50% par le texte, mais pour des profils de bacheliers différents et avec des services différents.

Cela confirme l’hypothèse de la gestion des flux de bacheliers : ces réformes ne sont pas guidées par des considérations pédagogiques ou de formation de la population, mais par la seule urgence de fournir des filières aux différents profils de bacheliers à un coût adapté.

« C’est de surcroît une façon politiquement viable de prendre acte de la baisse du niveau du Bac, et en quelque sorte de pallier les lacunes du secondaire » – Philippe Aghion et Élie Cohen, Éducation et croissance, 2004.

Le DUT, droit au BUT.

Il est venu le temps des Bachelors

L’utilisation du « nom d’usage » « Bachelor Universitaire de Technologie » légitime un terme utilisé à l’étranger pour les diplômes de niveau Licence, mais sans aucune reconnaissance nationale. En effet, contrairement aux diplômes nationaux, les Bachelors ne sont soumis à absolument aucune régulation.

Son utilisation est à même d’induire une confusion dans l’esprit des familles, ce qui est sans doute la raison pour laquelle les écoles privées, parfois prédatrices, en abuse. On a d’ailleurs pu constater le goût pour cette confusion lorsque certaines écoles prétendent délivrer des “Mastères”, que les familles sont censées ne pas confondre avec les Masters.

Cette confusion est évidemment très efficace d’un point de vue commercial. Dans un marché où la réputation des formations publiques est très largement en deçà de leur qualité et performance réelles, des famille imaginent qu’un diplôme est appelé « Bachelor » sera nécessairement international, et puisque payant nécessairement d’une meilleure qualité. C’est objectivement faux.

« Certains ont de la visibilité parce qu’ils sont bons en communication et ont des prix très élevés. »
(Laurent Champaney, vice-président de la Conférence des grandes écoles)

Des grades pour les gouverner tous

Le Projet d’arrêté relatif au cahier des charges des grades de Licence et de Master dispose que :

« Les grades universitaires peuvent également être accordés à d’autres diplômes délivrés au nom de l’Etat ou à des diplômes d’établissements publics ou privés, dès lors qu’ils contribuent aux objectifs du service public de l’enseignement supérieur définis à l’article L. 123 -­‐2 du code de l’éducation. Ces diplômes sont soumis soit à la réglementation nationale qui les définit , soit lorsqu’il s’agit de diplômes d’établissement par les règlements d’études publics arrêtés par les instances compétentes . »

Ainsi, pourront avoir le grade de Licence ou Master des diplômes qui ne sont pas des Licences ou des Masters : le ministère joue à plein sur la confusion entre les grades et diplômes, qui portent opportunément le même nom de Licence et Master.

Les diplômes d’établissements, donc payants, privés ou publics, vont donc gagner en légitimité ce que les diplômes d’Etat vont perdre à lisibilité. Un Bachelor pourra se prévaloir du grade de Licence sans respecter l’arrêté Licence. Les universités pourront aussi développer leur propres Bachelors sans perdre le grade de Licence, échappant ainsi aux cadrage nationaux et notamment à celui des frais d’inscription.

Dans la même logique, les certifications aussi devraient pouvoir conférer les grades de Licence et de Master, et l’expression « diplôme ou certification » se retrouve dans tout le document :

« Article 1

Le cahier des charges définissant les critères pris en compte par le ministre chargé de l’enseignement supérieur lors de l’examen d’une demande visant à ce qu’un diplôme ou une certification confère le grade universitaire de licence ou de master est défini à l’annexe du présent arrêté »

Si l’abaissement de la frontière public-privé semble inévitable, tant entre les établissements qu’au sein des établissements publics, il ne s’agit pas pour autant d’une dérégulation. Il pourrait même s’agir au contraire d’une reprise en main par le ministère de tout l’enseignement supérieur. Il exige ainsi une transparence sur les cohortes :

« Quel que soit l’objectif visé prioritairement par la formation, un dispositif de  suivi de cohorte et d’insertion des diplômés est mis en place. »

On connait par ailleurs l’obsession de la ministre pour que toutes les formations, y compris privées, soient sur Parcoursup. Le Projet de loi de finances 2020 est d’ailleurs explicite : l’augmentation du financement privé s’accompagnera d’un renforcement des contrôles.

Image

L’Etat semble se donner les moyens de trier les formations privées, selon qu’il les reconnait ou pas, au même titre que les formations publiques, y compris si elles ne sont pas d’Etat. Le grade Licence/Master ne viendrait alors plus ni d’une exclusivité publique, ni du respect d’un arrêté, mais de cette reconnaissance. Ainsi, l’Etat se transforme en organisme certificateur, considérant les formations indifféremment de la nature de l’opérateur. 

Un scénario hypothétique

Ce flou autour des termes Licence et Master, pouvant être aussi bien des diplômes d’Etat régulés que des diplômes d’établissements privés ou des certifications, permet de tracer le scénario hypothétique suivant :

  1. Les écoles privées se contentent du minimum pour monter des Bachelors très loin de la qualité des Licences, mais délivrant une Licence. Les frais d’inscription leur fournissent plus de moyens pour moins de dépenses, qui peuvent être avantageusement réinvestis dans le marketing à destination des familles. 
  2. Aux yeux des familles, ces Bachelors semblent donc avantageux, ayant l’apparence d’un double diplôme. Les frais d’inscription peuvent donc apparaître comme un bon investissement, indépendamment de la qualité réelle du diplôme. Cela séduira aussi ceux sensibles à l’argument « ce qui est gratuit n’a pas de valeur », entretenus directement par le gouvernement notamment dans le plan #BienvenueEnFrance.
  3. La Licence, qui elle ne délivre pas le grade de Bachelor, se retrouve naturellement affaiblie. Les établissements publics ont donc tout intérêt à développer leur propres Bachelors. Mais plutôt que de simplement appeler leurs Licences ainsi, ils ont intérêt à développer leur propre offre de formation commerciale.
  4. L’approche par compétence permet de vendre des modules d’enseignement à la découpe, par « blocs de compétence », sous forme de D.U. additionnels au cursus traditionnel. Licence (pro) + D.U. forment alors un Bachelor, payant mais représentant un avantage concurrentiel par rapport aux étudiants ayant une « simple » Licence.

Ainsi, on aura achevé de rendre floue la frontière entre formations privées dérégulées et payées par les familles, et formations publiques fortement régulées et payées par l’impôt. L’Etat conserve le contrôle sur cette dérégulation afin d’éviter que des pans entiers de bacheliers soient exclus du supérieur faute de places gratuites, ou que des branches professionnelles se retrouvent en famine de main d’œuvre formée faut de la rentabilité de la formation.

Mais quels sont les bénéfices attendus ?

  1. Rien n’indique que les formations publiques en sortent renforcées : le coût du marketing et la culture de la concurrence pèsera sur les formation publiques.
  2. Rien n’indique non plus que les formations privées en sortent gagnantes : la concurrence des formations publiques pèsera lourd, et peu d’écoles privées pourraient résister à une concurrence frontale face à une université déterminée à occuper le marché. De plus, le contrôle exercé par l’Etat pourrait bien conduire à un affaiblissement du secteur privé non reconnu par l’Etat. 
  3. Il est certain que les familles sortiront perdantes, avec une augmentation inévitables des frais et un abaissement structurel de la qualité. 

Au final, seul un gouvernement souhaitant « rééquilibrer l’effort des familles / effort de l’Etat » peut bénéficier de cette mesure, c’est-à-dire souhaitant diminuer les dotations provenant de l’impôt. C’est là une explication de cette restructuration du premier cycle : diminuer l’impôt tout en augmentant les charges des familles.

Une autre lecture ne doit pas être esquivée : celle de la restructuration des flux d’étudiants internes aux universités, entre insertion pro à bac+3, insertion pro à bac+5 et excellence académique. Ces trois voies ne représentant pas, aux yeux de notre gouvernement, des investissements aussi intéressants.

Pour aller plus loin…

Le mouvement est déjà lancé

Contraint par des moyens publics de plus en plus insuffisants, des formations universitaires diminuent progressivement leur nombre d’heures d’enseignement. Les mesures nationales manquent, mais certaines formations annoncent avoir diminué le nombre d’heures par ECTS (European Credit Transfer Scale) de 15% sur les deux dernières années. La matière pédagogique pour ces 15% existe, et un financement par les étudiants permettrait de la transmettre de nouveau.

Exemple notable : cette année, les Cursus Master Ingénierie (CMI) sont convertis en D.U. payants. Les étudiants en CMI suivent donc les cours normaux de Licence, mais payent des cours et avantages supplémentaires par rapport aux « simples Licences ».

D’un côté, les financements publics s’appauvrissent. De l’autre, le gouvernement ouvre des façons de commercialiser les formations. De façon mécanique, cela conduit à affaiblir les formations financées par l’impôt :

Parcoursup : les universités font leur marché

La question a été ouvertement posée

La question du conflit Licence/Bachelor a été ouvertement posée. Mais plutôt que d’imposer aux écoles qui souhaitent délivrer des Licences un certain niveau de qualité garanti par le respect du cadrage national de l’arrêté, le ministère a fait le choix d’autoriser le grade de Licence aux Bachelors. C’est un véritable désaveu de la CPU, mais aussi peut-être des grandes écoles. 

« Il est temps de tout remettre à plat pour que le ministère tranche. »
(2016, J.-L. Salzmann, alors président de la CPU. )

En échange, le ministère fait miroiter un contrôle du grade par les « chefs de file » des regroupements universitaires, et une opportunité de grossir encore :

« 5– Inscrire son offre de formation dans la politique de site

Pour participer au développement de l’attractivité et du rayonnement des territoires au niveau local et régional, l’établissement développe des synergies avec ses partenaires, notamment par l’inscription dans une politique de site.

L’établissement présente la cohérence et la complémentarité du diplôme dont il souhaite qu’il puisse conférer le grade avec d’une part ses autres diplômes, notamment les diplômes nationaux pour lesquels il est accrédité, et d’autre part avec l’offre de formation des différents établissements du site. Il fait par ailleurs état despartenariats développés pour la mise en œuvre de la formation avec ses partenaires publics ou privés et autres collaborations qu’il entretient avec ces derniers : conventions, travaux de recherche, formations conjointes. »

Le rapport Biot-Lévy

Ce rapport, non public, identifie quatre alternatives : interdire l’usage de la dénomination bachelor, laisser faire, donner un contenu normé au bachelor, ou réguler la qualité des bachelors. Il opte pour cette dernière et propose trois modes d’action : inscription au RNCP, visa délégué à une conférence d’établissements, délivrance du grade de licence par une université dans le cadre d’une politique de site, ou directement par l’État selon un cahier des charges bien défini.

« La mission Lévy / Biot conduira à la reconnaissance du bachelor, comme formation post-bac aux droits d’inscription libres, en multipliera le nombre et en affaiblira d’autant plus la licence universitaire. Pauvre licence. Pauvre université publique. », Pierre Dubois : Faire mourir l’université à petit feu

« On voit sans peine, pour ces offreurs évoluant dans l’univers marchand, l’intérêt commercial qui résulte d’une captation d’élèves dès le post-bac », Jacques Biot et Patrick Lévy, via l’AEF : Bachelor : le rapport Biot-Lévy propose trois modes de reconnaissance possibles

Démarche qualité

7 –Mettre en œuvre une démarche qualité afin d’assurer l’amélioration continue de la formation

Des dispositifs d’évaluation de la formation sont mis en œuvre dans le cadre d’une démarche qualité au sein de l’établissement. Ils sont définis par l’établissement et procèdent notamment au moyen d’enquêtes régulières en cours et en fin de formation auprès des étudiants. Ils peuvent
faire appel à des experts extérieurs. […]

Aucun grade ne pourra être accordé en l’absence de cette démarche qualité.

Approche par compétences

Dans le cahier des charges pour les grades Licences et Master :

  • « Savoir » : 1 occurrence
  • « Connaissances » : 4 occurrences
  • « Compétences » : 11 occurrences

Dans l’Arrêté Licence pro :

« Article 11
Les parcours de formation sont structurés en blocs de compétences permettant la mise en place d’ensembles cohérents d’unités d’enseignement. Sont proposés aux étudiants des progressions pédagogiques adaptées qui prennent en compte leurs acquis antérieurs et leur
projet personnel et professionnel.

Les blocs de compétences de même que les unités d’enseignement sont capitalisables. »

A ma connaissance, aucune étude ne prouve l’efficacité de l’approche par compétences lorsqu’elle est imposée de façon massive. Il faut donc chercher l’explication ailleurs que pour des considérations pédagogiques.

Deux esquives majeures

Ces projets d’Arrêtés confirment les deux esquives majeures qui se dégageaient de la concertation sur la professionnalisation du 1er cycle post-bac : le rôle du diplôme dans l’insertion professionnelle, et le rôle de l’enseignement et de l’éducation.

Plutôt que de se demander « Quel doit être le rôle de l’enseignement supérieur dans une société ayant un chômage structurel de masse de 10% ? », ils se contentent de dire « Comment diminuer la dépense publique de production d’une main d’oeuvre qualifiée ».

Concertation sur la professionnalisation du 1er cycle post-bac : deux esquives majeures

 

Photo by JodyHongFilms on Unsplash

Rapports des groupes de travail LPPR : synthèse et analyse

D’après Frédérique Vidal, « il n’y a pas un seul membre de la communauté universitaire qui ne soit touché par les futures dispositions de [Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)] » [Université d’été de la C.P.U : discours de Frédérique Vidal]. Les rapports des groupes de travail étaient donc très attendus.

Ces rapport partent de constats alarmants sur l’état actuel et l’avenir de la recherche : la concentration des moyens et la précarisation des personnel a conduit la France au bord du décrochage. Pourtant, leur proposition centrale est d’accentuer cette concentration et cette précarisation. 

Est-ce par intérêt personnel ou par taboo idéologique que les auteurs se sont livrés à un tel paradoxe ? C’est en tous cas une occasion ratée de se réinventer, sinon au moins de regarder les problèmes en face.

Synthèse des rapports

Groupe de travail 1 : Financement de la recherche

Constats

  • Face à la montée en puissance de grands pays émergents comme la Chine, la France a perdu du terrain, et le niveau de financement public et privé de la recherche reste très en dessous de ce qu’il devrait être.
  • Pour éviter un décrochage scientifique, dont les conséquences économiques et stratégiques sur le long terme seraient graves, il faut réagir et investir dans la recherche à la hauteur de nos ambitions.
  • S’appuyant sur la position du président de l’ERC (European Research Council),
    • les moyens distribués par appel à projet restent faibles, tandis que leur augmentation est souvent corrélée à une forte diminution du financement récurrent ;
    • les moyens seraient encore trop dispersés.

Propositions

  • Accroître la politique de pilotage stratégique national / financement régional,
  • permettre aux régions mais aussi directement aux laboratoires de s’endetter ;
  • poursuivre la concentration des moyens en :
    • augmentant le poids de l’évaluation sur les chercheurs ;
    • augmentant le poids des appels à projet :
      • internes aux laboratoires (« crédits compétitifs ») ;
      • et externe (ANR) ;
      • et même en créant des appels à projet permettant de financer la réponse à d’autres appels à projet ;
  • mieux gérer les grandes infrastructures de recherche, ne pas oublier la science ouverte, les SHS et la place de la science dans la société.

Groupe de travail 2 : Attractivité des emplois et des carrières scientifiques

Constats

Le diagnostic auquel a abouti le groupe est alarmant :

  • Les rémunérations de tous les personnels de la recherche sont très sensiblement inférieures à celles des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), mais également à celles des autres corps de la fonction publique française.
  • L’emploi scientifique permanent a connu une érosion depuis plus de dix ans, en partie masquée par le recours à des contrats précaires. Les conditions d’entrée dans la carrière scientifique sont défavorables au regard du contexte international.
  • La culture et la mise en œuvre des politiques de gestion des ressources humaines sont marquées par une grande disparité selon les organismes de recherche et d’enseignement supérieur, avec des faiblesses par rapport aux grands acteurs de la recherche mondiale.

Propositions

  • Augmenter substantiellement (2Md€/an) les primes de tous les personnels (hypothèse explicative) ;
  • augmenter la précarité des personnels en :
    • développant les primes à la performance et à « l’engagement » ;
    • figeant les emplois statutaires et développant de nombreux statuts précaires (tenure tracks, contrats de projet, etc.) ;
    • augmentant le poids de l’évaluation sur les chercheurs.
    • transformant les carrières, missions et temps de travail des enseignants-chercheurs (modulation de service, etc.) ;
  • renommer les Maîtres de conférences « Professeurs-assistants » et/ou fusionner les corps.
  • valoriser le doctorat en adaptant sa durée et en augmentant rémunérations et financement dédié ;
  • encourager la mobilité public-privé des titulaires.

Groupe de travail 3 : recherche partenariale et innovation

Constats

  • En 2018, la France compte seulement 3 entreprises parmi les 100 premières entreprises du classement Forbes Global 20005 contre 10 en 2006 (28 pour les pays européens en 2018, contre 49 en 2006) ; 16 entreprises sont sorties du classement depuis 2006, 9 seulement y sont entrées.
  • La France (comme les autres pays européens) n’a pas créé depuis 30 ans de nouveaux leaders mondiaux à l’exception de quelques entreprises (Dassault Systèmes, Gemalto, Ingénico).
  • La France est absente du top 5 des start-ups deep tech par secteur.
  • La France représente 0,4 % seulement de la valorisation des licornes en 2018. Sur 350 licornes dans le monde, 75 % sont d’origine américaine ou chinoise. La France ne compte à l’heure actuelle que 6 licornes, BlaBlaCar, Deezer, OVH, Doctolib, Ynsect, Ivalua et Kyriba (dont le siège social a cependant été déplacé aux EtatsUnis).
  • Les nouveaux leaders industriels sont américains (Airbnb, Amazon, Facebook, Google, SpaceX, Tesla, Uber), chinois (Huawei, Baidu, Alibaba, Tencent, etc.), ont été créés pour la plupart ex nihilo, et ont tous apporté des ruptures de marché et d’usage et, pour la plupart, à partir de découvertes scientifiques et technologiques issues de la recherche publique (récentes ou non).
  • La Chine fait une entrée rapide et spectaculaire dans le classement Forbes Global 2000 (7 entreprises dans le top 30 en 2018 contre 0 en 2006).

Propositions

Le manque de cohérence global de ce rapport empêche de faire une synthèse exhaustive. On peut cependant noter les grandes lignes suivantes :

  • accroître la politique de pilotage stratégique national / financement régional ;
  • créer un nombre conséquent de commissions stratégiques ou de coordination ;
  • transformer le doctorat en diplôme d’insertion professionnelle ;
  • modifier substantiellement les statuts titulaires et encourager la mobilité public-privé ;
  • augmenter la précarité des personnels en créant des statuts précaires et des primes à la performance et à « l’engagement » ;
  • poursuivre la concentration des moyens en créant de nombreux financements spécifiques très ciblés.

Analyse

Les constats dressés dans ces rapports sont dramatiques, réels et doivent être pris très au sérieux. Ce ne sont pas des mots en l’air que de dire que l’avenir scientifique de la nation est aujourd’hui compromis. Malheureusement on peut identifier deux limites à ces rapports, qui les empêchent de formuler des solutions pertinentes.

La première limite est la séparation des rapports en trois sous-thématiques : moyens, emplois, innovation. Cette séparation empêche, de fait, de repenser le système dans sa globalité. Elle empêche également de trouver des solutions communes, originales, en prenant le problème dans sa globalité.

Si on s’interdit de repenser le système dans sa globalité, donc de se projeter dans le futur en s’adossant à une vision originale, au moins faut-il bien identifier les causes des problèmes pour pouvoir trouver des solutions.

Or, la seconde limite de ces rapports est qu’ils se bornent aux conséquences : en faisant l’économie de l’analyse des causes, les auteurs se privent de trouver des solutions pertinentes. Pire, ils se retrouvent à formuler des propositions aggravant leurs propres constats.

Paradoxes

On trouve ainsi de nombreux paradoxes dans ces rapports. Ils indiquent par exemple que « recruter un nouveau chercheur sans lui donner de moyens adaptés de travail et en le précipitant dans la course aux appels à projet est jugé unanimement comme « absurde et inefficace » », ou encore que « l’absence de crédits de recherche récurrents pour les chercheurs et enseignants-chercheurs confirmés nuit également à l’attractivité de la recherche française ».

Mais pour combattre ce défaut de financements réguliers, les auteurs préconisent d’augmenter les financements irréguliers, parfois même dans une seule phrase :

« pour sortir de l’opposition néfaste entre financements réguliers, en pratique figés, et appels à projets, nous préconisons de reconnaître les succès aux différents types d’appels à projets et financements compétitifs (ANR, Europe, recherche partenariale…) pour moduler les soutiens, de base et compétitif, aux laboratoires et aux équipes. »

Cette approche paradoxale vaut aussi, notamment, pour la précarité des personnels, que les auteurs proposent de combattre avec la création de statuts précaires.

La question de cœur : Quelle est la bonne distribution/concentration des moyens pour une recherche efficace ?

En réalité, il est assez facile d’englober la quasi totalité du problème de la recherche, tel qu’il est abordé dans ces rapports, dans une seule question : Quelle est la bonne distribution/concentration des moyens pour une recherche efficace ?

Toutes les questions abordées dans ces rapports qui n’entrent pas dans ce cadre sont en réalité accessoires et ne nécessitent pas une loi de programmation pluriannuelle.

A l’un des extrêmes du champ de réponse, il y a une distribution équitable et automatique des moyens à des chercheurs titulaires, sans évaluation ni notion de performance. A l’autre extrême, il y a une distribution ciblée des moyens, exclusivement sur appels à projet ou évaluation, à des chercheurs précaires dont les revenus dépendent directement de leurs « performances ».

Ces trois rapports penchent de façon claire pour cette seconde approche, et cela soulève deux questions.

La question démocratique

La première question est que cela va à l’encontre des positions de la communauté. Les chercheurs se sont très clairement exprimés sur ce point dans la grande consultation conduite par les sociétés savantes françaises dans le même objectif de préparer la LPPR. Avec plus de 9000 réponses, ses résultats sont représentatifs.

Ignorer cette consultation, qui montre que la communauté réclame l’exact inverse des préconisations de ces rapport, était proprement impensable. Cela témoigne d’un véritable dysfonctionnement démocratique. De plus, cela compromet sérieusement l’efficacité des mesures préconisées : sans adhésion de la communauté, elles sont vouées à l’échec.

La question de l’efficacité

La seconde question, qui explique la première, est que la concentration des moyens est objectivement contraire aux besoins de la science. D’abord, le temps long et l’imprévisibilité des résultats sont deux caractéristiques essentielles de la recherche, objectivement incompatibles avec une politique massive d’appel à projet. De plus, la science se bâti sur la contradiction, donc la multiplicité des travaux, logiquement affaiblie par la concentration des moyens. Enfin, la protection sociale des chercheurs est favorable à la sincérité des publications, indispensable au bon progrès de la science.

La politique d’appel à projet n’est efficace que lorsqu’elle est contenue, pour dynamiser le système. En clair, une recherche, pour bien fonctionner, nécessite en premier lieu que tous les chercheurs aient les moyens suffisant pour travailler. C’est seulement à cette condition qu’il est efficace d’ajouter des moyens ciblés, pour répondre à des besoins précis.

De plus, les politiques de concentration des moyens ont des effets pervers bien connus : rentes de situation, effet Matthieu, appauvrissement de la diversité disciplinaire et de l’autonomie académique… Mais de façons très inquiétante, les rapporteurs ne considèrent jamais ces effets pervers, et donc ignorent tout moyen de s’en prémunir. Il faut donc s’attendre à ce que ces effets prennent leur pleine ampleur.

Le fonctionnariat est particulièrement bien adapté à la recherche

Sur la base de ces évidences, on réalise que le fonctionnariat est particulièrement bien adapté à la recherche. D’aucuns estiment d’ailleurs que c’est cette recherche fonctionnarisée qui a fait le succès de la science française à la seconde moitié du vingtième siècle, et que, depuis, ce sont les entailles successives qui en font la chute.

Ajoutons que les politiques d’évaluation et d’appels à projets n’ont jamais montré leur efficacité dans aucun domaine, et que le poids des charges administratives est reconnu, sans contradiction, comme le frein principal aux travaux scientifiques. En réalité, il est fort possible que le simple arrêt de ces politiques rendent suffisamment d’air à la recherche pour ne même pas avoir à augmenter les budgets.

Alors pourquoi, loin de chercher une forme d’équilibre, les auteurs de ces rapports préconisent d’accentuer les mesures que les chercheurs dénoncent comme sources de leurs problèmes ? On peut formuler trois hypothèses.

L’hypothèse de contrôle et de conflit d’intérêt

La question de la distribution/concentration des moyens revient très précisément à une autre : Qui pilote la recherche ?

Si les moyens sont largement déconcentrés, octroyés par l’Etat directement aux chercheurs, en tenant compte des seules différences disciplinaires, alors ce sont ces chercheurs qui pilotent la recherche. Ce sont eux qui décident ce sur quoi ils vont chercher, et comment ils vont chercher.

Si au contraire les moyens sont largement concentrés, octroyés par les agences ou les régions sur appels à projets, alors ce sont les financeurs qui pilotent la recherche.

Ceci explique les propositions de pilotage stratégique national / financement régional, ou de constitution de multiples comités stratégiques. L’objectif pour l’Etat, dans le contexte d’un transfert de la responsabilité du financement de la recherche aux régions, universités et labos, est de garder un contrôle en conservant les compétences stratégiques.

Or, les auteurs de ces rapports sont majoritairement des dirigeants ou des stars de l’ESR. En promouvant une déconcentration des moyens, un allègement des évaluations, des titularisations ou des rémunérations à l’ancienneté, ces auteurs iraient directement à l’encontre de leurs propres intérêts.

L’hypothèse de l’aveuglement idéologique

Autre hypothèse : par aveuglement idéologique, les auteurs se priveraient de préconiser des mesures pourtant fort simples, pour la seule raison qu’elle s’apparentent aux valeurs du service public : des titularisations à hauteur des besoins, un financement « jeune chercheur » accompagnement automatiquement toutes les titularisation, la suppression de toutes les primes et le dégel du point d’indice pour alléger la pression financière sur les individus…

Rien de révolutionnaire ou d’inabordable, mais cela irait à l’encontre de la valeur principale qui se dégage de ces trois rapport : la concurrence. En effet, dès lors qu’on considère la concurrence comme l’alpha et l’oméga de toute efficacité, alors ce rapport prend sens. On retrouve d’ailleurs à la lecture une fascination, parfois irrationnelle, pour le système américain, dont on ne cesse de mimer les termes, jusqu’à souhaiter renommer les Maîtres de conférences « Professeur-assistant ».

Tabou vis-à-vis des valeurs du service public et fascination pour les valeurs de concurrence du système américain sont cohérents. Cependant, si c’est une telle transformation qui est visée, cela ne devrait pas se faire avec une collection de mesures éparses, mais avec une adhésion d’une majorité des acteurs. C’est loin d’être le cas, et il faudrait donc prédire un échec.

L’hypothèse de l’inavouable

La troisième hypothèse est la plus inquiétante, mais aussi la plus solide : ces rapports prennent sens dès lors qu’on considère avec mépris une grande partie des chercheurs. Si l’on considère que les travaux de la plupart n’ont aucun intérêt, qu’ils ne font pas bien leur travail et qu’ils coûtent trop cher, alors il est raisonnable de concentrer les moyens, de les évaluer, et de les garder précaires et payés à la prime.

Cette hypothèse est également cohérente avec l’absence de prise en compte des résultats des consultations de la communauté : si nous sommes méprisables, alors il est raisonnable de ne pas nous écouter.

Même si elle fait sens, cette hypothèse du mépris reste absolument inavouables… Quoi que certains morceaux de vérité échappent parfois.

Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS

Conclusion

Si, comme l’annonce Frédérique Vidal, « il n’y a pas un seul membre de la communauté universitaire qui ne soit touché par les futures dispositions de [Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)] », il y a tout lieu d’être inquiet pour les performances scientifiques future de la France. Les constats de ces rapports sont justes, et nous risquons réellement un décrochage, avec des conséquences économiques et sociales concrètes et dramatique.

Mais les propositions formulées dans ces rapports sont paradoxales, sinon aggravantes : rentes de situation, effet Matthieu, appauvrissement de la diversité disciplinaire et de l’autonomie académique… Pire, elles n’ont strictement aucune chance de porter leurs fruits, simplement parce qu’elles vont à l’encontre des intérêts de la recherche, sur la base de valeurs étrangères aux chercheurs, et sans adhésion de la communauté.

Il faut finalement s’interroger sur notre incapacité à nous écouter. Que penser de rapports qui ignorent ce qui ressort des consultations de leurs collègues ?

Bonus

Hypothèse explicative

Sur les difficultés de la recherche

Sur les effets de la concurrence sur la science

Sur les effets de l’évaluation sur la science

Sur les consultations de la communauté sur la LPPR

Bilan 2018-2019 (IV) : Recherche

Sur l’inévitable échec des mesures et la démocratie universitaire

Bilan 2018-2019 (VII) : Après la démocratie universitaire

Sur la possibilité d’écrire des mesures simples en s’adossant à une vision

Sur l’adoption du modèle américain

Quel dialogue de gestion pour quelle autonomie ?

Lors de sa conférence de rentrée, Frédérique Vidal a annoncé la généralisation en 2020 du « Dialogue stratégique et de gestion ». Par cette modification de la procédure d’allocation des moyens aux université, la ministre souhaite « franchir une nouvelle marche dans l’autonomie des universités ».  Mais de quelle autonomie parle-t-on ? De l’autonomie académique, liberté d’enseignement et de recherche ? Ou de l’autonomie budgétaire, obligation de trouver ses resources ailleurs que par l’Etat ?

« sortir de la logique mécanique d’une allocation des moyens fondée sur des clefs de calcul automatiques »

L’allocation des moyens est un élément crucial de la politique des universités, qui conditionne directement leur autonomie tant budgétaire que scientifique et politique (voir les modèles d’allocation des moyens).

Or, la ministre annonce qu’elle souhaite « sortir de la logique mécanique d’une allocation des moyens fondée sur des clefs de calcul automatiques ». Cela étonne puisque l’utilisation de ces clefs de calcul est systématiquement recommandée par les organismes de contrôle et d’inspection, comme par exemple la Cour des comptes dans son récent rapport sur la mobilité étudiante :

La ministre souhaite donc aller à l’encontre des recommandations adressées à son ministère… Mais ce qui est vraiment étonnant, c’est que depuis 15 ans, plus aucun modèle d’allocation mécanique des moyens fondés sur des clefs de calcul n’est utilisé ! (voir les modèles d’allocation des moyens de l’ESR français)

« Sortir de la logique mécanique » implique donc d’aller encore plus loin dans l’absence totale de critères de répartition des moyens, et donc vers une allocation purement discrétionnaire par le ministère. Cela peut paraître exagéré… C’est pourtant parfaitement cohérent avec la façon dont les moyens ont été alloués dans le cadre de la loi ORE, comme le revendique le  ministère interrogée sur cette question par la Cour des comptes :

Des « engagements concrets », un plutôt un pilotage si fin qu’il confine à la mise sous tutelle

En effet, ces « engagements concrets », dont parle la ministre, concernent non pas de grands indicateurs, mais de micros-décisions locales extrêmement précises. Elles peuvent aller jusqu’à l’ouverture de chaque place dans chaque formation, et même au statut de l’enseignant recruté pour ces places. Cela donne d’ailleurs des moments comiques en conseils d’université :

Extrait de PV de l’Université de Strasbourg, décrivant les moyens attribués dans le cadre de la loi ORE.

En réalité, ces « engagements concrets » réclamés par la ministre sont si fin qu’ils confinent à la mise sous tutelle. Si ce « dialogue de gestion » est véritablement généralisé, il faut sérieusement s’inquiéter pour l’autonomie académique des universités.

Vers une autonomie budgétaire et une mise sous tutelle académique

Si l’autonomie académique est manifestement affaiblie par le nouveau « dialogue de gestion », reste à s’interroger sur l’autonomie budgétaire, c’est-à-dire l’obligation pour les université de trouver leurs propres ressources financières pour fonctionner.

De ce côté là, le ministère n’est pas très clair dans ses positions. On peut cependant se demander si « l’âge de la majorité » dont parle la ministre n’est pas précisément l’âge de l’indépendance financière. 

On trouvera cependant dans les extraits du rapport de l’IGN et de l’IGAENR des informations beaucoup plus précises. Si ce rapport recommande, comme tous les autres, l’utilisation de « conventions de performance, d’objectifs et de moyens pluriannuelles » entre Etat et universités, il explique surtout clairement l’autonomie : « La masse salariale est encore trop souvent considérée comme une contrainte dont l’augmentation paraît inéluctable et devant être compensée par la puissance publique », ou encore le glissement vieillesse technicité n’a « plus lieu d’être s’agissant d’opérateurs autonomes, qui sont libres de leurs choix de structure d’emploi ».

On comprend pourquoi Mme. Vidal estime que ce rapport  aurait « dû rester confidentiel » : il affirme enfin de façon irréfutable que la conception de l’autonomie portée par le ministère est une autonomie purement budgétaire, doublée d’une quasi-mise sous tutelle académique. Cela pourrait apparaître comme paradoxal de prime abord, mais c’est pourtant la nature même du gouvernement à distance progressivement mise en œuvre dans l’ESR depuis des années [Gally, 2018].

Pour aller plus loin

Les modèles d’allocation des moyens

Comme pour tous les services publics, l’allocation des moyens est un élément crucial du pilotage des universités. On s’intéresse souvent au niveau global (part du budget des universités dans le budget de l’Etat), mais dans la ventilation des crédits entre les établissements se joue également la stratégie nationale d’enseignement et de recherche.

L’autonomie des universités en découle directement. Ainsi, si les moyens sont alloués au simple prorata du nombre d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs, l’autonomie sera maximale : chaque établissement sera totalement libre de ses actions. A contrario, si les moyens sont alloués uniquement sur projets spécifiques, l’autonomie sera minimale : les établissements seront contraints de faire seulement ce qui le financeur décide.

On voit là l’importance politique et stratégique l’allocation des moyens, et donc de son modèle. Chez nos cousins québécois, ces modèles sont ouvertement utilisés pour structurer l’ESR en incitant efficacement les établissements à telle ou telle politique, y compris d’accueil des différentes populations étudiantes [FQPPU, 2019]. Ainsi, une réforme peut reposer essentiellement sur la modification du modèle.

Simulation des conséquences d’une modification du modèle d’allocation des moyens des établissements québécois.

Avoir un modèle de répartition des moyens unique pour tous les établissements assure l’équité et oblige le financeur à la transparence de ses intentions. Si le modèle est discuté et adopté démocratiquement, il assure que chaque établissement mette en œuvre une stratégie en adéquation avec les priorités fixées par l’Etat. Il permet aussi aux établissements une vision à moyen terme, propice au déploiement de leur stratégie propre.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’être naïf. Un modèle, s’il est mal fait, peut conduire à des aberrations politiques ou des comportements irrationnel vis-à-vis des enjeux. Il peut également toujours être détourné par des acteurs malveillants. L’exemple traditionnel est celui des taux de réussite des étudiants : dès lors qu’on les considère comme des cibles, ils cessent d’être les résultats d’un travail pédagogique, et deviennent les objectifs d’une politique managériale. « Vous voulez 80% de réussite ? Aucun problème… C’est nous qui corrigeons les copies ! »

Mais dans le contexte de gouvernement à distance des établissements par l’Etat [Gally, 2018], il reste un moindre mal. Au moins permet-il que chacun sache à quoi s’en tenir.

Les modèles d’allocation des moyens de l’ESR français

En France, de 1994 à 2005, les moyens sont répartis entre les université en utilisant SAN REMO (système analytique de répartition des moyens), qui se base sur les coûts moyens constatés [Budget-ESR-FR]. Cette logique est abandonnée à la fin des années 90, pour basculer sur des coûts théoriques, plus propices au pilotage à distance et à l’organisation de l’austérité. 

A partir de 2009, et suite à la loi LRU, le ministère introduit SYMPA (sic) « système de répartition des moyens à la performance et à l’activité », qui inclut une part calculée et une part négociée. Avant même qu’il soit utilisé, le ministère a annoncé SYMPA 2, élaboré sans aucune concertation [SNESUP, 2009]. Sa logique était de répartir les crédits à 80% pour l’activité, et 20% à la performance.

En clair, 80% des crédits obtenus par les établissements le seraient sur des indicateurs comme les effectifs des personnels ou des étudiants (activité), les 20% restant sur des indicateurs comme le taux de réussites ou le nombre de publications (performances). L’idée est d’à la fois soutenir l’activité « de base », mais aussi d’inciter à améliorer le service.

A ma connaissance, aucune étude ne montre l’efficacité d’une telle politique.

De toutes façons, le modèle n’incluait pas la masse salariale, dont le transfert était pourtant prévu par la loi LRU dans le cadre des RCE (Responsabilités et Compétences Élargies). Le ministère ayant donc conçu un modèle de répartition des moyens inadéquat avec sa propre loi, il ne fut jamais utilisé.

Cela fait donc 15 ans que les moyens sont répartis entre les universités sur la seule base de la négociation. Cette négociation s’inscrit dans une dialogue de gestion porté par le ministère, et sa particularité est de faire une grande place aux projets présentés par les établissements, y compris en matière de « gouvernance » [Calviac, 2019]. 

N’étant encadré par aucun texte réglementaire, et ne faisant l’objet d’aucune transparence, cette négociation repose essentiellement sur le rapport de force entre les présidences, le ministère et Bercy. C’est ainsi que les établissements sont plongés dans l’incertitude, découvrant généralement leur moyens après avoir voté leur budget sur la base d’une dotation espérée.

Mais c’est aussi cette incertitude qui permet à l’Etat de s’assurer la docilité politique des dirigeants de l’ESR. En effet, un modèle transparent permet aux établissements une autonomie de pensée, maîtrisant les conséquences budgétaires de ses décisions. A contrario, l’absence de modèle offre à la ministre la possibilité de sanction financières discrétionnaires en cas d’écart à la parole ministérielle.

Cette seule menace suffit à affaiblir l’autonomie politique et intellectuelle des dirigeants de l’ESR, pouvant être tenus pour responsables, aux yeux des personnels, des moyens alloués à leur établissement. 

Références

Gally, Natacha. « Entre executive shift et gouvernement à distance ». Revue francaise de science politique Vol. 68, nᵒ 4 (7 septembre 2018): 691‑715.

[FQPPU, 2019] Pier-André Bouchard St-Amant, et Alexis-Nicolas Brabant. « Politique de financement des universités québécoises : incitatifs et réformes ». FQPPU, 6 février 2019. 

[Budget-ESR-FR] https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_des_universit%C3%A9s_fran%C3%A7aises

[SNESUP, 2009] https://www.snesup.fr/audition-snesup-fsu-devant-le-comite-de-suivi-lru-12-novembre-2009

[Calviac, 2019] Calviac, Stéphane. « Le financement des universités : évolutions et enjeux ». Revue française d’administration publique N°169, nᵒ 1 (2019): 51. https://doi.org/10/gf75dw.

Le DUT, droit au BUT.

Après des mois de négociations houleuses, Frédérique Vidal vient de trancher l’avenir des DUT vers la création d’un BUT, Bachelor Universitaire de Technologie. Les reproches adressés au DUT sont incohérents, et cette réforme arrive alors que l’OCDE salue les performances des filières courtes françaises. Il faut donc s’interroger sur les motivations et finalités de cette réforme.

Avertissement : les considérations rapportées ici concernent le DUT en général, et ne correspondent donc pas aux expériences de chacun des départements, qui dépendent énormément des spécialités et bassins.

C’est par un mail circulant de proche en proche qu’on aura été averti de l’arbitrage de la ministre en faveur d’un BUT, Bachelor Universitaire de Technologie. Le DUT serait « revu mais conservé » en diplôme intermédiaire, toujours à Bac+2. Ainsi, les bacheliers s’engageraient directement dans un Bachelor vers un Bac+3 avec grade de Licence, mais avec la possibilité de bifurquer à l’issue de la deuxième année.

Un très grand flou entoure encore les nombreux détails de cette réforme. Cependant, on peut identifier les reproches adressés officiellement au DUT actuel. Le premier reproche est celui d’avoir dévié de sa finalité originale avec un fort taux de poursuite d’étude. Le deuxième reproche est son inadéquation avec le LMD (+3/+5/+8), puisque c’est un diplôme à Bac+2.

Or, les poursuites d’étude se font essentiellement en Licence Pro et Licence, menant précisément à un Bac+3 (Enquête « Devenir des DUT », ADIUT). Ces deux reproches sont donc parfaitement incohérents.

En réalité, depuis 50 ans, le DUT, ou plutôt les IUTs, se sont adaptés à la demande des étudiants et des employeurs, et démontrent d’un fort taux de satisfaction et de réussite. C’est d’ailleurs cette adaptation qui explique la très grande disparité entre les spécialités et départements. C’est elle aussi qui assure que, d’une façon générale, le DUT ne présente aucun problème de réputation, de recrutement ou d’insertion. L’OCDE vient d’ailleurs de saluer ses performances.

A moins de considérer que cette réforme puisse résoudre un problème qui n’existe pas, il faut donc s’attendre à un affaiblissement du DUT dans sa forme actuelle. Ainsi, c’est au delà des arguments officiels et d’une volonté d’amélioration de la formation qu’il faudra chercher les motivations réelles de cette transformation.

Une hypothèse de gestion des flux

Sous l’angle de la gestion des flux de bacheliers, le ministère est face à un grand défi. La loi ORE et Parcoursup permettent maintenant aux filières universitaires de sélectionner leurs étudiants dans la limite des capacités d’accueil. Or, le nombre de places augmente moins que la démographie. Des évictions sont donc inévitables.

Dès la rentrée 2018, le recrutement de bacheliers professionnels à l’université a baissé de 13%. S’ils ont pu être redirigés vers des BTS, cela réduit aussi le nombre de places disponibles dans ces filières pour les autres bacheliers, notamment technologiques. Se pose alors la question de leur accueil dans le supérieur.

Or, les bacheliers technologiques réussissent mal à l’université. Suivant la même logique de réussite par l’éviction l’orientation, ils devraient donc être progressivement exclus des Licences, soit par refus sec d’admission, soit par découragement face à des « oui si » inefficaces ou imposants de coûteuses années d’études supplémentaires. Devraient rapidement se joindre à eux des bacheliers généraux ayant un ensemble de spécialités insolite, inadéquates pour les filières universitaires comme pour les CPGE. D’ailleurs, le vidage progressif des filières technologiques vers les filières générales spécialisées semble déjà en œuvre (« Les filières STI2D ou ST2S sont en train de se vider »).

Ainsi, alors que les représentants des IUT se sont concentrés sur le risque de perdre l’arrêté spécifique, le programme pédagogique national, ou la sortie à Bac+2, le ministère est surtout resté inflexible sur l’augmentation des quotas de bacheliers technologiques et sur la baisse du nombre d’heures d’enseignement.

Si l’augmentation des quotas est mesure évidemment cohérente avec cette logique de gestion des flux, la baisse du nombre d’heures l’est également. En effet, la baisse des heures implique une baisse des exigences pédagogiques, donc une meilleure réussite pour des étudiants moins bien préparés aux études supérieures. La réforme est donc compatible avec une finalité de gestion des flux de bacheliers, et notamment des bacheliers au profil « ni BTS, ni Licence, ni CPGE ».

Une hypothèse d’adaptation de la dépense

Un reproche, moins officiel mais toujours très présent, adressé au DUT est son coût. En effet, un DUT représente entre 800 et 900 heures/an (1620h ou 1800h sur 2 ans). Pour comparaison, une Licence représente 500 heures/an (1500 heures en 3 ans). En mettant de côté l’obsession permanente des dirigeants pour la baisse de l’investissement dans l’enseignement, il est possible de considérer que la mixité des cohortes de DUT implique une sous-optimalité de la dépense.

En effet, en DUT on dépensera autant pour un étudiant visant une insertion professionnelle à Bac+2, que pour un étudiant poursuivant ses études à Bac+3, et même +5 et +8, et ce avec une mixité sociale remarquable (NF_2017_19, SIES) . Abaisser la mixité des promotions tout en diminuant la dépense permettra donc une meilleure utilisation des moyens, avec un véritable investissement calibré entre la Licence et la CPGE.

Un scénario de mise en œuvre

Si l’une ou l’autre de ces hypothèses était juste, on peut prévoir le scénario de mise en œuvre suivant :

  1. Dans un premier temps, le BUT ne fera que remplacer les Licences Pro, et cohabitera avec le DUT, toujours reconnu des étudiants et employeurs, malgré la baisse du nombre d’heures.
  2. Sous une pression permanente des rectorats, la proportion de bacheliers technologiques augmentera progressivement, de façon très diverses selon les départements, en fonction de leur vivier de recrutement. Peu importe que le quota de 50% (annonce actuelle) soit respecté de partout, seule importe qu’aucun bachelier technologique ne soit laissé sur le carreau.
  3. Les départements qui augmenteront le plus leur proportion de bacheliers technologiques abaisseront le plus leurs exigences pédagogiques, diminuant la réputation du DUT y compris pour les autres départements.
  4. Les exigences pédagogiques abaissées permettront d’augmenter le vivier de recrutement « ni BTS, ni Licence, ni CPGE », notamment avec les bacheliers généraux aux spécialités insolites.
  5. Les poursuite d’études en écoles d’ingénieur après le DUT se feront naturellement de plus en plus rares, abaissant la réputation générale du DUT, qui perdra rapidement de son sens en dehors de quelques niches professionnelles sans équivalent (type mesures physiques).
  6. Les étudiants ayant un profil d’ingénieur mais séduit par le côté pratique, qui tiraient vers le haut le niveau des promotions, n’auront plus aucun intérêt à venir en IUT, et se dirigeront plutôt vers les CPGE (lesquelles devraient développer en réaction ce côté pratique pour éviter que le privé s’en charge).
  7. Le DUT disparaîtra comme diplôme de référence, laissant progressivement place au BUT comme filière universitaire pour les recalés de Parcoursup.

Dans tout ce processus, l’attractivité des IUT pour les enseignants-chercheurs se trouvera encore abaissée, pouvant potentiellement entraîner une fuite des personnels vers les composantes normales, ce qui pourrait déclencher une crise du recrutement.

Un possibilité de sursaut

Le scénario précédent s’accommode bien d’une totale passivité des équipes pédagogiques. Des réactions sont en effet peu probables au vu de l’attachement déclinant des enseignants à leur métier. Cependant, il n’est pas impossible que certains départements ou certaines filières s’organisent pour conserver leurs exigences pédagogiques.

Plutôt que de jeter leurs anciennes maquettes pédagogiques exigeantes, les équipes pourraient en effet avoir intérêt à les transformer en des diplômes propres, toujours à 900 heurs/an et toujours à destination des étudiants se destinant aux écoles : c’est-à-dire avec une baisse de la mixité, mais à la hausse. La perte de la marque « DUT » ne devrait pas être un grand problème, dès lors que cette marque s’affaibli de toutes façons et que des écoles peine à faire le plein.

Bien sûr, conserver un tel nombre d’heures par an ne pourra pas se faire sans une contribution des familles, ce qui permettra d’obtenir la bienveillance du ministère et des présidences.

Conclusion (et pourquoi Bachelor, au fait ?)

Pour résumer, la survie du DUT semble illusoire. Un DUT mais avec d’autres étudiants, d’autres finalités et d’autres volumes horaires n’est plus un DUT. Même s’il en conserve le nom, sa réputation sera condamnée, hormis certaines exceptions propres aux spécialités et bassins.

C’est d’ailleurs le sentiment qui ressort clairement de l’enquête menée en juin 2019 sur la perception de la réforme par les enseignants en DUT, et n’ayant reçu que 112 réponses. Près de 80% des répondants se sont déclarés « très inquiets » ou « sans espoir » sur l’avenir du DUT. Le pourcentage de personnels « sans espoir » dépasse même le pourcentage cumulé d’« enthousiastes » et de « totalement confiants ».

Plus intéressant encore dans cette enquête, parmi différents aspects de la réforme, le passage au Bachelor est celui qui est perçu comme le moins compréhensible, présentant le moins d’opportunités favorables et le plus de risques. Il est même jugé « dangereux » pour la moitié des répondants.

C’est pourtant le choix qui vient d’être fait par Frédérique Vidal, et il doit également être interrogé.

L’enquête sur la perception de la réforme est toujours ouverte à la consultation.

Ajouts tardifs

  • Lors de sa conférence de presse de rentrée, Mm. Vidal a confirmé l’hypothèse de gestion des flux.

  • Confirmation dans un communiqué de l’ADIUT de l’hypothèse de gestion des flux : « Les programmes doivent permettre l’accueil d’au moins 50% de bacheliers technologiques en 1A d’IUT et la réussite de tous les étudiants et plus particulièrement d’au moins 70% des bacheliers technologiques. »

La formulation est intéressante, puisqu’elle assure que lors des évaluations, un taux de réussite des bacheliers inférieur à 70% pourra être attribué au non-respect des programmes, avec de possible conséquences financières.

  • En fouillant des publications relatives au deuxième Colloque de Caen de 1966, on peut trouver que les IUT étaient dès le départ envisagés comme une voie d’accès aux écoles.

 

Bilan ESR 2018-2019 : Point de situation et perspectives (TL;DR)

Ce billet est un résumé des sept bilans publiés sur ce blog durant cet été. Il se se conclu sur un ensemble de recommandations permettant de mieux se situer dans les transformations actuelles de l’ESR.

Quatre bilans, trois traits communs

Quatre bilans, ParcoursupHausse des frais d’inscriptionEmplois et Recherche, permettent de boucler cette fin d’année. De façon frappante, ces bilans permettent d’identifier trois traits communs aux transformations actuelles de l’ESR en général et de l’Université en particulier :

  1. l’échec des mesures à atteindre leurs objectifs fixés :
    1. Parcoursup ne parviendra ni à améliorer les taux de réussite, ni à évincer suffisamment de candidats ;
    2. la hausse des frais ne parviendra ni à améliorer les finances ou l’attractivité, ni à évincer non plus suffisamment de candidats ;
    3. la gestion autonome de l’emploi ne parviendra ni à mieux adapter la dépense aux besoins et stratégies, ni à recruter suffisamment de stars ;
    4. la politique d’Excellence ne parviendra ni à améliorer les performances scientifiques, ni à améliorer les indicateurs des classements ;
  2. l’action des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts :
    1. le tri des étudiants sur Parcoursup et la hausse différenciée des frais d’inscriptions sont contraires à leurs valeurs humanistes ;
    2. la hausse des frais d’inscription est contraire aux valeurs du service public ;
    3. l’augmentation de la précarité pour permettre le recrutement de stars est contraire aux valeurs du fonctionnariat ;
    4. la politique du tout-appel-à-projets est contraire au temps long de la recherche et aux libertés académiques ;
  3. le mauvais traitement réservé aux plus jeunes :
    1. Parcoursup maltraite les lycéens en les plongeant dans une compétition individuelle sur laquelle les origines sociales pèsent lourd ;
    2. la hausse des frais maltraite les étudiants dont beaucoup sont déjà très précaires ;
    3. la politique d’emploi maltraite les jeunes collègues en les privant de conditions d’embauche décente et de perspectives raisonnables de carrière ;
    4. la politique de recherche maltraite les jeunes recrutés.

Bilan 2018-2019 (V) : Résumons

Aghion-Cohen vs. les Etats Généraux de la Recherche

Cette apparente faillite des université à se réformer conformément à leurs valeurs et intérêts et dans le respect des plus jeunes trouvent une explication dans la bataille idéologique qui s’est déroulée il y a 15 ans, en 2003/2004.

En 2003, le gouvernement proposait une réforme majeure de l’ESR, comprenant l’essentiel de ce que nous connaissons aujourd’hui. Une vague de démissions, organisées autour de Sauvons la Recherche, contraint le gouvernement à reculer, et aboutit aux Etats Généraux de la Recherche en 2004. Cette même année, et en totale opposition sur le fond et la forme, le rapport « Éducation et croissance » de Aghion et Cohen proposait de modifier profondément les fondements de l’Université. L’objectif est de tourner exclusivement l’ESR vers la production de croissance économique, pour une pleine participation à l’économie de la connaissance.

Pour ce faire, ils proposent une stratégie de contournement des oppositions, qui consiste explicitement à morceler les réformes pour en masquer les objectifs finaux, tout en usant d’une approche nudge. Selon les auteurs, « La vertu du système est de conduire ses acteurs à réclamer eux-mêmes les mesures ». En clair : ce dispositif est conçu pour que les grenouilles réclament elles-mêmes la hausse de la température de l’eau de cuisson.

Aujourd’hui, on peut constater que cette stratégie correspond très bien aux réformes de l’ESR depuis 15 ans, qui sont de petites touches successives (« réforme incrémentale » selon les auteurs). Cela explique aussi très bien pourquoi les universitaires agissent en opposition à leurs valeurs et intérêts, dont peu correspondent à l’économie de la connaissance. Enfin, cela explique pourquoi les réformes échouent à atteindre leurs objectifs : premièrement, les objectifs affichés de chaque réforme isolée ne sont pas les objectifs réels de l’ensemble des réformes ; secondement, ignorant ces objectifs, les acteurs sont bien incapables de les mettre en œuvre correctement.

Ce constat explique aussi en grande partie le malaise dans lequel se trouve actuellement les acteurs de l’ESR, privés de la nécessaire comprehension de leur action. J’avais émis l’hypothèse de l’émergence d’universitaires zombies, empreints de valeurs qui ne guident plus leurs actes, causant ces transformations. C’est en réalité une conséquence de ces transformations, qui nécessitent, pour être mises en œuvre sans opposition, de nous transformer en ces universitaires-zombies.

Bilan 2018-2019 (VI) : Aghion-Cohen vs. les Etats Généraux de la Recherche

Après la démocratie universitaire

La question du mauvais traitement réservé aux jeunes est inévitablement complexe, dépassant largement les murs des universités. Cependant, dans Après la démocratie (2008), Emmanuel Todd dresse un portrait de la société française comportant de nombreux parallèles troublants avec le portrait actuel de l’ESR. Il décrit ce mauvais traitement réservé aux jeunes et désigne la croyance dans le libre-échange comme une clé de compréhension. Il met aussi en accusation les économistes, dont MM. Aghion et Cohen.

Suivant cette description, on peut identifier l’économie de la connaissance comme la version universitaire du libre-échangisme globalisé décrit par Todd. Aux mêmes actes, les mêmes conséquences : l’Université n’est jamais que traversée par les mêmes courant que la société tout entière. En conclusion, Todd décrit la perspective d’une démocratie limitée au niveau local, qui correspond à l’expérience actuelle des universitaires.

Mais les enseignants-chercheurs restent libres et indépendants, et les universités, dans leur esprit du moins, restent auto-gérées (« autonomes » même diront les farceurs). Ils sont donc responsables de leur modèle, quand bien même le subiraient-ils. Ceci conduit à s’interroger sur les deux programmes alternatifs qui se présentent désormais aux universités.

Deux programmes alternatifs

Le premier programme, orthodoxie politique orthodoxe et hétérodoxie universitaire, doit proposer de participer pleinement à cette économie de la connaissance. Il doit affirmer clairement les objectifs d’innovation pour la croissance, de visibilité et d’attractivité, en clair de rentabilité. Mais il doit surtout cesser de se dédouaner des conséquences inévitables : hausses des frais d’inscription, concentrations des moyens et donc resserrements disciplinaires, concurrence généralisée au détriment de la coopération, décrochage d’une majorité des universités en recherche, et précarisation des ex-missions fondamentales d’enseignement et de recherche pour pouvoir augmenter les écarts salariaux.

Le second programme, hétérodoxie politique et orthodoxie universitaire, doit proposer de se retirer de cette économie de la connaissance. Il doit affirmer clairement l’objectif de coopération, et donc la réduction massive des politiques d’appel à projet, de pression à la publication ou à la diplomation, et de précarisation. Cela peut se faire par une modification profonde des politiques locales d’incitation et de recrutement, ainsi que le développement de dispositifs de protection des personnels. Mais ce programme ne doit surtout pas se dédouaner des conséquences inévitables : baisse des hauts salaires pour réduire les écarts de revenus, chute des indicateurs nationaux de « performance » orientés vers l’économie de la connaissance, conflit idéologique ouvert avec le ministère, et frilosité des partenaires territoriaux.

Conclusion

Cette prise de responsabilité doit se concentrer, il me semble, sur les élections des responsables universitaires, et les personnels devraient exiger que ce choix fondamental soit central dans les débats. Si cette question devait être de nouveau esquivée quelques années, les conséquences pourraient être dramatiques pour notre système d’enseignement et de recherche.

Aucune des deux alternatives n’est plus dangereuse ou plus difficile que l’autre. Si l’hétérodoxie politique est souvent présentée comme un risque, il faudrait être aveugle pour ne pas percevoir les dangers et conséquences néfastes de l’hétérodoxie universitaire. Ce n’est rien d’autre qu’un simple choix, mais un choix politique véritable et indispensable. Le subir ou y résister passivement serait pire que tout puisque nous n’atteindrions aucun objectif dans aucun des cadres idéologiques. Et si nous ne sommes pas capables d’en débattre et d’en décider, alors il faudra se rendre à l’évidence : la démocratie universitaire n’est plus, et en conséquence « nous ne sommes plus l’Université ».

Bilan 2018-2019 (VII) : Après la démocratie universitaire

Recommandations

En conclusion finale de ce bilan 2018-2019, citons Mme Vidal dans son discours de rentrée devant la CPU : « il n’y a pas un seul membre de la communauté universitaire qui ne soit touché par les futures dispositions de [la loi de programmation pluriannuelle de la recherche] […] la loi qui se dessine contient en germe ce qui demain fera le quotidien de la communauté et le sens de son action ».

Cette loi ne sera pas seule, elle est et sera concomitante avec de nombreuses dispositions, comme la reconnaissance des bachelors par un grade de Licence, ou encore la réforme du premier cycle universitaire. Il y en aura beaucoup d’autres, dans de très nombreux domaines de l’ESR. C’est pourquoi il est nécessaire d’énoncer un certains nombre de recommandations :

  1. Cesser de considérer les réformes dans leur individualité ou leur impact local, car cela ne permet pas d’appréhender leur impact réel, même local.
  2. Etre conscient que toutes ces réformes, même si ce n’est pas clair, ont pour objectif de tourner l’ESR exclusivement vers la production de croissance économique, donc au détriment de toutes ses autres missions, et en opposition avec ses valeurs et intérêts.
  3. Décider individuellement de participer pleinement à cette transformation, ou pas, et agir en conséquence.
  4. Exiger que la totalité des élections des représentants et dirigeants de l’ESR, de la direction de composante au président de l’établissement, soit essentiellement tournée vers la question de l’orthodoxie économique ou universitaire.
  5. Ces deux orthodoxies étant incompatibles, considérer que tout programme se réclamant d’un équilibre conduira nécessairement à une double catastrophe : la disparition de l’orthodoxie universitaire, doublée d’une mauvaise entrée dans l’économie de la connaissance. Ce serait la perspective la plus irresponsable. 

« Nous vivons dans une démocratie. Ne riez pas,c’est vrai ! Nous n’avons pas d’excuses si nous souffrons. Nous n’avons pas à nous plaindre. Nous n’avons qu’à nous lever, sortir, et claquer la porte. Et c’est ça que je vous propose ! »

– Alain Damasio, La Zone du dehors (1999)

 

Bilan 2018-2019 (VII) : Après la démocratie universitaire

Après avoir résumé le bilan de l’été, nous avons pu identifier trois traits communs aux transformations actuelles de l’ESR en général et de l’Université en particulier :

  1. l’échec des mesures à atteindre leurs objectifs fixés ;
  2. l’action des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts ;
  3. le mauvais traitement réservé aux plus jeunes.

Nous avons ensuite identifié des clés d’explication aux points 1 et 2 dans la bataille idéologique qui s’est déroulée il y a 15 ans, entre les partisans d’un renforcement des valeurs universitaires et les partisans d’une transformation de ces valeurs à des fins de croissance économique. Reste à comprendre le mauvais traitement que nous réservons aux plus jeunes.

Bilan 2018-2019 (VI) : Aghion-Cohen vs. les Etats Généraux de la Recherche

La question du mauvais traitement réservé aux jeunes est inévitablement complexe, dépassant largement les murs des universités. Cependant, dans Après la démocratie (2008), Emmanuel Todd dresse un portrait de la société française comportant de nombreux parallèles troublants avec le portrait actuel de l’ESR. Il décrit ce mauvais traitement réservé aux jeunes et désigne la croyance dans le libre-échange comme une clé de compréhension. Il met aussi en accusation les économistes, dont MM. Aghion et Cohen. En conclusion, Todd décrit la perspective d’une démocratie limitée au niveau local, qui correspond à l’expérience actuelle des universitaires.

Cela nous permettra de conclure ce bilan de l’été par l’identification de la responsabilité qui incombe désormais aux universités et aux universitaires de choisir le modèle idéologique de leur établissement. Cette prise de responsabilité doit se concentrer, il me semble, sur les élections des responsables universitaires. Si elle devait être de nouveau esquivée quelques années, les conséquences pourraient être dramatiques pour notre système d’enseignement et de recherche.

La nécessaire mise en accusation des économistes

La proximité au pouvoir d’un petit groupe d’économistes structurant l’Université n’est pas un secret. A Philippe Aghion et Elie Cohen, se joignent Jean Pisany-Ferry, Bernard Belloc, Jacques Attali ou encore Robert Gary-Bobo (rendu célèbre par son texte fuité pour la campagne d’Emmanuel Macron, « sûrement plus décoiffant que du Juppé… », selon Thierry Coulhon). J’en oublie et j’en ignore encore.

Cette proximité n’est pas limitée aux économistes, comme en témoigne Thierry Coulhon, Mathématicien, mais nul doute qu’ils sont surreprésentés, et qu’aucun n’est hétérodoxe. Il ne s’agit donc pas ici de faire un procès à cette discipline, et il me semble important d’éviter de citer Laurence Peter « Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu’il avait prédit hier ne s’est pas produit aujourd’hui ». Céder au cynisme contemporain ne nous fera pas avancer.

Dans Après la démocratie (Emmanuel Todd, 2008), une phrase attire particulièrement l’attention :

« la mise en accusation des économistes, qui fuient leur responsabilité sociale et contribuent à la paralysie des politiques, apparaît plus que légitime, nécessaire ».

D’après Todd, ces économistes œuvrent à l’adoption d’un système de libre-échange globalisé. Cela correspond objectivement à ce qui est constable dans l’ESR, sous la forme d’un système d’économie de la connaissance globalisé, explicitement revendiqués dans les rapports. Parlant plus précisément de MM. Artus, Cohen, Pisany-Ferry, Todd indique « Laissons aux historiens futurs le soin d’examiner si c’est par passion ou par intérêt que ces économistes se livrèrent à une telle poussée de fièvre anti-démocratique ».

Il me semble qu’il y a là une clé de compréhension des transformations propres à l’ESR. La fièvre anti-démocratique, aux troubles motivations, est explicite dans le rapport Aghion-Cohen : parlant des mesures contraires aux valeurs et intérêts des universitaires qu’ils préconisent, ils écrivent « La vertu du système est de conduire ses acteurs à [les] réclamer eux-mêmes ». La fuite face à leur responsabilité sociale est tout autant évidente dans ce rapport, puisque les fonctions de l’éducation supérieure y sont réduite exclusivement à la production de croissance économique.

Enfin, la paralysie politique est indéniable : si de nombreuses transformations sont en œuvre dans l’ESR, elles ne visent jamais qu’à éliminer toutes les particularités nationales ou universitaires : « Nous sommes les seuls à… » est un argument trop fréquent et parfois trop seul pour justifier les transformations. En dehors de cette adoption d’un système globalisé d’économie de la connaissance, il est bien difficile d’identifier une quelconque vision ou volonté politique véritable, aussi bien au niveau national que local.

Le mauvais traitement réservé aux jeunes

Dans son livre, Todd constate également un affaiblissement de la valeur d’égalité dans la société française et indique :

« la croyance économique fondamentale des classes supérieures, le libre-échange, leur interdit de répondre aux inquiétudes et aux aspirations de la population ».

Là encore, cela correspond parfaitement à ce que l’on peut objectivement constater dans les transformations de l’ESR. En ce sens, l’Université n’est pas une exception : elle n’est qu’un des secteurs d’implantation d’une politique libre-échangiste globalisée.

Todd consacre un chapitre à l’impact de cette politique sur l’éducation et à la jeunesse. D’après lui, ce sont « les jeunes « éduqués supérieurs », qui supportent actuellement le gros de l’ajustement structurel ». Il indique aussi par exemple que « Demain, les 33% d’individus qui chaque année obtiennent, dans une génération, le baccalauréat général ne seront pas des privilégiés protégé du marché mondial par leur éducation. Emplois déqualifié, salaire en baisse, tel sera l’avenir des jeune diplômés. » ou encore « Ce qui est en train de s’opérer est une séparation du capital éducatif et du capital tout court : on cesse d’accéder à la richesse par le diplôme. ». Comment ne pas y reconnaître la situation des précaires de l’ESR ?

Peut-être avons-nous là une clé d’explication solide à dernier mystère de notre série d’été : le mauvais traitement que nous réservons à nos jeunes, au sein de l’Université. Si c’était le cas, il nous faudrait regarder les autres considérations avancées par Todd dans ce livre.

Après la démocratie universitaire

En conclusion de son livre, édité en 2008, Todd présente trois perspectives. La première, la moins souhaitable d’après lui, est le développement d’une « république ethnique » blanche et post-chrétienne. Cela ne manquera pas de faire écho à la hausse différenciée des frais d’inscription, qui vise majoritairement les étudiants maghrébins et africains, ou les étonnantes déclarations publiques de nos ministres.

La deuxième, la plus probable d’après lui, est la suppression du suffrage universel, ou plutôt sa réduction à des suffrages locaux. Pour convaincre, il indique « D’ailleurs un système à deux niveaux combinant autorité supérieure sans contrôle et suffrage local existe déjà : l’Europe. ». Comment ne pas reconnaître cette situation dans l’ESR ? Elle correspond parfaitement aux mises en œuvre des frais d’inscription différenciés ou de la loi ORE, lesquelles se sont faites non seulement contre l’avis des universitaires, mais en plus sans assise légale. Cette mise en œuvre hors des normes parlementaires a même conduit à le Conseil d’Etat à annuler les décisions précoces. On peut également noter les regroupements, qui se faisaient dans l’incompréhension ou l’indifférence, et se font maintenant dans la défiance et le refus.

Cette démocratie réduite au local correspond en réalité parfaitement à la démocratie universitaire post-LRU : les universitaires gardent un certain contrôle sur leur façon de fonctionner dans leurs salles de cours et leur labo, mais ils n’élisent leur président que de façon indirecte et perdent ensuite tout contrôle sur les grandes orientations politiques de leur établissement. « Le suffrage universel semble désormais produire de l’incertitude plutôt que des choix rationnels. » note Todd.

On trouve également là une clé d’explication au fait que les universitaires agissent contre leurs valeurs et intérêts : c’est tout simplement qu’en dehors de leurs locaux, ils n’agissent plus dans un contexte démocratique, au même titre que les citoyens dans le reste de la société. Cependant, et contrairement aux autres fonctionnaires, les universitaires ont la particularité d’être libres et indépendants. Et cela ouvre une perspective intéressante quant à la troisième perspective présentée par Todd.

Le protectionnisme, dernière chance de la démocratie universitaire

Comme troisième perspective Todd propose « Le protectionnisme, dernière chance de la démocratie européenne », remettant en cause le libre-échangisme globalisé. Il le distingue de la mondialisation, ce qui lui permet d’envisager un protectionnisme non pas de repli nationaliste, mais de coopération internationale, notamment avec nos voisins les plus proches. Son objectif principal serait de renouer avec les intérêts des citoyens.

Il faut limiter là le parallèle entre économie et Université, mais peut-être pouvons-nous retenir comme principe central la destitution du libre-échange comme « croyance économique fondamentale ». A l’Université, cette destitution passe par une critique de sa version dans l’enseignement et la recherche, l’« économie de la connaissance », et surtout de sa mise en œuvre au détriment de tous les fondements universitaires. Elle doit donc passer par un rejet de la concurrence, et dans le doute de la compétition, et ce à tous les niveaux : entre collègues, entre établissements et entre nations, notamment voisines.

Le positionnement des nations

Attendre un changement politique aux niveaux national et international ne semble pas raisonnable. Il n’est de toutes façons clairement pas du ressort des universitaires. Cette unilatéralisme idéologique ne manque d’ailleurs pas d’être régulièrement utilisée en conseils pour contraindre les choix politiques locaux, lorsqu’est explicitement invoqué un TINA.

Cependant la démocratie locale assortie à la liberté et à l’indépendance des enseignants-chercheurs obligent à une certaine responsabilité. Le pire serait sans doute de continuer encore à ménager les idéologies : penser selon l’une, mais agir selon l’autre est prendre le risque de lourds dysfonctionnements à moyens termes .Il faudra donc que chacun se positionne clairement.

Le positionnement des individus

Il est alors intéressant de constater que le travail universitaire est actuellement organiser pour décourager le rejet de la compétition entre collègues. Elle oppose systématiquement intérêts collectifs et individuels. Ainsi, les décisions individuelles d’agir hors de toute concurrence, malgré leurs effets positifs sur la collectivité, se traduisent immédiatement en conséquences individuelles néfastes : refuser la pression à la publication conduit à des retards de carrières, ne pas répondre aux appels à projets conduit à travailler sans moyens, refuser les primes à des baisses de revenus…

Cela conduit à identifier les établissements comme le niveau stratégique pour un réalignement des actions en adéquations avec les valeurs et intérêts collectifs de l’Université et des universitaires.

Le positionnement des établissements

A défaut de sacrifier individuellement leurs carrières, les universitaires devraient axer leurs élections locales sur cette question centrale de l’économie de la connaissance. Dans l’idéal, deux programmes devraient s’opposer.

Le premier programme, orthodoxie politique orthodoxe et hétérodoxie universitaire, doit proposer de participer pleinement à cette économie de la connaissance. Il doit affirmer clairement les objectifs d’innovation pour la croissance, de visibilité et d’attractivité, en clair de rentabilité. Mais il doit surtout cesser de se dédouaner des conséquences inévitables : hausses des frais d’inscription, concentrations des moyens et donc resserrements disciplinaires, concurrence généralisée au détriment de la coopération, décrochage d’une majorité des universités en recherche, et précarisation des ex-missions fondamentales d’enseignement et de recherche pour pouvoir augmenter les écarts salariaux.

Le second programme, hétérodoxie politique et orthodoxie universitaire, doit proposer de se retirer de cette économie de la connaissance. Il doit affirmer clairement l’objectif de coopération, et donc la réduction massive des politiques d’appel à projet, de pression à la publication ou à la diplomation, et de précarisation. Cela peut se faire par une modification profonde des politiques locales d’incitation et de recrutement, ainsi que le développement de dispositifs de protection des personnels. Mais ce programme ne doit surtout pas se dédouaner des conséquences inévitables : baisse des hauts salaires pour réduire les écarts de revenus, chute des indicateurs nationaux de « performance » orientés vers l’économie de la connaissance, conflit idéologique ouvert avec le ministère, et frilosité des partenaires territoriaux.

Aucune des deux alternatives n’est plus dangereuse ou plus difficile que l’autre. Si l’hétérodoxie politique est souvent présentée comme un risque, il faudrait être aveugle pour ne pas percevoir les dangers et conséquences néfastes de l’hétérodoxie universitaire. Ce n’est rien d’autre qu’un simple choix, mais un choix politique véritable et indispensable. Le subir ou y résister passivement serait pire que tout puisque nous n’atteindrions aucun objectif dans aucun des cadres idéologiques. Et si nous ne sommes pas capables d’en débattre et d’en décider, alors il faudra se rendre à l’évidence : la démocratie universitaire n’est plus, et en conséquence « nous ne sommes plus l’Université ».

C’est pourquoi les universitaires, impliqués ou pas dans la vie de leur établissement, devraient exiger que cette question idéologique soit au centre des prochains débats électoraux dans leur établissement et regroupement. Car c’est de cette question centrale que découlera leurs futures conditions de travail, et même leurs futures missions. Le reste ne sera que de l’intendance, et l’on sait faire. Et si ce débat n’avait pas lieu, alors il ne resterait que la responsabilité individuelle qu’à chacun de participer ou pas à la mise en œuvre d’une politique qui lui est imposée, en toute connaissance de cause.

« Nous vivons dans une démocratie. Ne riez pas,c’est vrai ! Nous n’avons pas d’excuses si nous souffrons. Nous n’avons pas à nous plaindre. Nous n’avons qu’à nous lever, sortir, et claquer la porte. Et c’est ça que je vous propose ! »

– Alain Damasio, La Zone du dehors (1999)

Bilan 2018-2019 (VI) : Aghion-Cohen vs. les Etats Généraux de la Recherche

En 2003, Sauvons la Recherche, trouvant un écho massif dans la communauté, s’opposait à une réforme majeure de l’ESR. Elle aboutira au rapport des Etats Généraux de la Recherche en 2004. Cette même année, et en totale opposition sur le fond et la forme, le rapport « Éducation et croissance » de Aghion et Cohen proposait une stratégie de contournement de ces oppositions.
On retrouve de nombreuses traces de cette stratégie dans les réformes de l’ESR depuis 15 ans. Elle est aussi une explication sensée à l’action actuelle des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts. Aujourd’hui, la plupart des transformations envisagées dans la loi de 2003 et le rapport Aghion-Cohen sont en bonne voie de réalisation.
Cependant, cette victoire pourrait bien ne pas avoir que des conséquences positives…

 

Pour résumer le bilan de l’été, on peut identifier trois traits communs aux transformations actuelles de l’ESR en général et de l’Université en particulier :

  1. l’échec des mesures à atteindre leurs objectifs fixés ;
  2. l’action des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts ;
  3. le mauvais traitement réservé aux plus jeunes.

Ces trois traits caractéristiques des transformations en cours, mis bout-à-bout, semblent tant irrationnels que même des leviers puissants ne suffisent à les expliquer, comme la pression budgétaire ou les intérêt individuels. Sans prétendre tout saisir, nous devons réunir des connaissances nous permettant progresser dans la compréhension de cet état de faits.

A bien y regarder, c’est comme si nous étions en train de changer les missions de l’université, de réinventer l’université française en revenant sur ce qui en a fait la spécificité historique, mais sans donner l’impression de remettre en cause ses fondements, comme si ses acteurs réclamaient eux-mêmes les mesures, pris dans une ingénierie de la réforme basée sur une démarche inductive, exploitant le levier européen du LMD, et mobilisant les incitations qui permettent de les mettre en mouvement.

Aghion-Cohen

Toutes ces phrases se retrouvent dans le rapport « Éducation et croissance », de Philippe Aghion et Élie Cohen pour le Conseil d’Analyse Économique, en 2004.

Les auteurs de ce rapport expliquent comment tourner entièrement notre système d’enseignement supérieur et de recherche vers la production de croissance économique. Surtout, ils expliquent l’échec relatif des précédentes réformes par « la maigre considération accordée aux problèmes de mise en œuvre ». Ils proposent en conséquence une « réforme incrémentale » relevant du nudge, c’est-à-dire qui ne dévoile jamais l’objectif final, par l’accumulation de réformes ciblées « afin d’éviter les blocages habituels ».

La vertu du système est de conduire ses acteurs à réclamer eux-mêmes les mesures qui les affranchiront et les feront entrer de plain pied dans ce nouvel univers.

C’est là une clé d’explication sensée des points 1. et 2. :

  • les mesures, fragmentées, prises indépendamment, échouent à atteindre leurs objectifs puisque l’objectif n’est pas fragmenté, mais global ;
  • les acteurs agissent contre leurs valeurs et intérêts puisqu’ils sont pris dans un système de réforme dont la principale caractéristique est de faire l’économie de leur consentement.

Les Etats Généraux de la Recherche

La date, 2004, n’est pas neutre : la rédaction de ce rapport coïncide avec l’organisation des Etats Généraux de la Recherche. Ces derniers résultent d’une formidable opposition à la réforme de l’ESR de 2003, laquelle poursuivait des buts très similaires à ceux recherchés dans ce rapport, et qui dû être abandonnée face à l’ampleur de la mobilisation.

Les Etats Généraux de la Recherche témoignent de la pugnace volonté de réformer des universitaires, mais pour réaffirmer, renforcer, les valeurs historiques de l’Université, et non pour les « remettre en cause » comme le propose le rapport Aghion-Cohen. Il faut se demander à quel point Aghion et Cohen ont écrit en réaction à ces Etats Généraux de la Recherche, expliquant comment contourner non seulement ses résistances, mais surtout cette volonté de développement d’une Université attachée à ses valeurs.

Un guerre idéologique menée sur le terrain de la mise en œuvre

Avec le recul historique, ce passage du rapport Aghion-Cohen, décrivant le scénario retenu par les auteurs, est tout à fait intriguant :

Il préconise de renoncer à aux réformes fondamentales auxquelles s’opposent les Etats Généraux de la Recherche… Mais parce que « l’acquis », subtilement exploité, permettra de les réaliser sans les énoncer. 15 ans plus tard, le constat s’impose :

  • la sélection à l’entrée a été acceptée avec la loi ORE en 2018 ;
  • la différenciation salariale progresse lentement mais sûrement avec la dérégulation et la démultiplication des référentiels de tâches, des primes et des statuts locaux. Elle devrait encore prendre un tournant dans le sillage de la loi de transformation de la fonction publique ;
  • l’autonomie intégrale, au moins sur le papier, a fortement progressé avec la LRU, le passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE) et les dévolutions de la masse salariales puis du patrimoine ;
  • le CNRS poursuit son « déclin relatif » par « attrition démographique » ;
  • l’université se fait de plus en plus payante…

Toutes ces choses inacceptables pour la communauté il y a seulement 15 ans, auxquelles les dirigeants ont dû « renoncer », se sont progressivement réalisées sans heurts, ou presque, surtout depuis les 10 dernières années, après que la digue de l’autonomie a cédé avec la LRU.

L’efficacité du « nudge »

Pour caricaturer l’approche préconisée par Aghion et Cohen : si vous souhaitez privatiser l’Université, ne parlez surtout pas de de privatisation de l’Université ! Étalez plutôt, dans le temps, fragmentées, l’expérimentation de tout ce qui caractérise une privatisation : encouragez la contractualisation et la différenciation salariale ; incitez la vente des formations aux étudiants ; favorisez la mise en concurrence entre les établissements ; appuyez les prises de participations financières…

Et ça marche ! Parlez maintenant de « privatisation » dans un conseil d’université, et vous serez outrancier… Mais quelques minutes plus tard, on approuvera l’externalisation d’un service ou un nouveau statut dérégulé pour les personnels…  On constituera des groupes RIFSEEP aux revenus différenciés… On validera ensuite les tarifs d’une formation auparavant gratuite… Puis on se félicitera des performances face à tels autres établissements…  ou encore des résultats de telles filiales ou de tels placements financiers.

Et s’y opposer sera vain : dans la discussion, face à un seul de ces points, la vision globale semblera démesurée et hors de propos… Une mesure isolée paraîtra toujours bénigne. Même en les mettant en relation, vous donnerez l’impression de « tout mélanger », ce qu’on vous reprochera souvent.

En ce sens, c’est en 2004 que s’est joué une bataille idéologique, entre une vaste communauté souhaitant renforcer les valeurs universitaires pour tourner encore plus le système vers la production et la diffusion des connaissances au plus grand nombre, et un petit groupe souhaitant abandonner ces valeurs pour tourner entièrement le système universitaire vers la croissance économique.

Avec le recul, ils apparaît clairement que c’est ce petit groupe qui, jusqu’ici, a gagné, non pas sur le terrain des idées ou de la rationalité, mais sur le terrain de la mise en œuvre. Quels en sont les conséquences ?

Analyse SWOT

Essayons-nous à un exercice managérial : l’analyse SWOT, pour Strength, Weakness, Opportunity et Threat (force, faiblesse, opportunité, menace) du retournement essentiel de l’Université vers la croissance économique.

  • Forces : un véritable engagement des gouvernements, dans la continuité, depuis au moins 20 ans ; une compatibilité certaine avec l’idéologie dominante ;
  • Faiblesses : aucun engagement, voire une ignorance organisée, d’une majorité des acteurs ; une contradiction aux valeurs historiques de l’Université ;
  • Opportunités : le développement du marché de l’éducation supérieure, avec des échanges monétaires nouveaux, l’émergence de nouveaux acteurs et éventuellement de la spéculation ; une éventuelle amélioration des capacités d’innovations des entreprises ;
  • Menaces : un éventuel surendettement de la jeunesse et une bulle financière ou spéculative ; une mauvaise mise en œuvre par des acteurs ignorants les objectifs ; une fracturation de la communauté universitaire et un désengagement des acteur les plus concernés ; les conséquences imprévisibles de l’affaiblissement des valeurs universitaires sur le reste de la société.

Il s’agit d’un inventaire basique et incomplet, duquel j’ai volontairement omis, des opportunités, le « tournant vers la qualité » grâce à l’« effort des familles », prôné notamment par T. Coulhon, mais sans fondement à ma connaissance. J’ai également omis, des risques, la longue histoire des privatisations ou pseudo-privatisations françaises, dont on peut penser que peu ont finalement rapporté aux usagers.

Des risques inconsidérés ?

Difficile de savoir si les opportunités vont se concrétiser… Enfant des années 80, j’ai fini d’espérer que puissent un jour porter leur fruits les recettes inlassablement répétées depuis ma naissance. Je me suis lassé d’attendre en vain le retour d’une croissance, véritable obsession des dirigeants, mais dont je ne suis même plus sûr de comprendre l’intérêt. Je ne doute pas, en revanche, que quelques acteurs bien informés sauront en tirer profit. Mais cela ne fait pas une prédication.

Supposons cependant que ces opportunité se réalisent, et regardons les risques en vis-à-vis, en se concentrant sur les moins évidents. Pour bien les saisir, il faut, je crois, faire une hypothèse audacieuse : les dirigeants des universités ne seraient ni meilleurs, ni pires que les universitaires dirigés. Tous auraient, notamment, le même attachement aux valeurs et intérêts universitaires. Cette hypothèse écarterait de fait toutes les analyses, trop fréquentes, basées sur l’individualisme des dirigeants, qui n’auraient que leur carrière pour soucis, quitte à sacrifier la structure et les collègues dont ils ont la responsabilité. Elle écarterait également, sans les juger, tous les cadres explicatifs autour de l’accès au pouvoir, du type de la médiocratie chère à Alain Deneault.

Comprenons-nous bien, je ne nie pas que la divergence organisée des intérêts individuels et collectifs soit à l’œuvre, et je ne nie pas qu’elle s’exprime d’autant plus fort que les responsabilités sont hautes. Je propose simplement de les écarter pour mieux saisir les conséquences.

Fracturation de la communauté universitaire et un désengagement des acteur les plus concernés

Thématique classique de la « conduite du changement », l’adaptation des acteurs est toujours une grande difficulté face à des réformes d’une telle ampleur. Cette difficulté est apparue de façon éclatante dans la mise en œuvre des frais d’inscription différenciés pour les étudiants extra-communautaires, trop visiblement contraire aux valeurs universitaires : alors que la base exprimait son opposition, les têtes tergiversaient, faisant apparaître une fracture ouverte entre ceux prêts à s’opposer et ceux prêts à accepter.

Hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers : fracture ouverte

Cette fracture me conduit à proposer un modèle simpliste de l’effet des réformes sur une communauté, qui, s’il n’est pas trop inexact, décrit l’accroissement des tensions au sein de la communauté universitaire, et un impact massivement négatif sur les relations entre dirigeants et dirigés.

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : une victoire à la Pyrrhus.

Cette accroissement des tensions peut avoir, et a probablement déjà, des conséquences dramatiques, non seulement sur les acteurs, mais sur l’exercice de leurs missions… Elles affaiblissent aussi bien la capacité à gouverner des dirigeants, que l’entrain au travail des exécutants. Or, les universités n’ont les moyens ni de remplacer, ni de se passer de « ceux qui n’arrivent pas à s’adapter ». Les risques sont innombrables, que ce soit en terme de risques psycho-sociaux, ou en terme de qualité des missions.

Mauvaise mise en œuvre par des acteurs ignorants les objectifs

Hormis les impacts sociaux, un des inconvénients d’une approche nudge est que les acteurs, inconscients de leurs objectifs réels, peuvent agir de façon sous-optimale. Cet inconvénient est exacerbé dans un milieu où ces acteurs sont réputés libres et indépendants, et dans un contexte où on les pousse à agir contre leurs valeurs et intérêts. Les acteurs cherchent alors des compromis, qui peuvent être défavorables en tous points de vue.

Ainsi, la sélection de la loi ORE ou la différenciation salariale tournent à minima et pourront mettre longtemps à se déployer réellement. Mais surtout, des décisions dangereuses peuvent être prises.

Ainsi, la différenciation salariale compromise par les valeurs du fonctionnariat peut conduire au stress des personnels, mais à des écarts de revenus trop minces pour les motiver. C’est ce que l’on a constaté, par exemple dans mon université, lors de la constitution des groupes RIFSEEP : plusieurs mois de travail collectif et des centaines de réunions, sans compter les milliers d’entretiens reconduits chaque année, ont été nécessaire pour fixer des différences salariales dont certaines ne dépassent pas quelques dizaines de centimes nets par mois.

On peut aussi prendre pour exemple les hausses des frais d’inscription, telles que celles des CMI. Perçues comme une contrainte, elles ne conduisent pas les acteurs à fixer le « juste prix » du marché. Compromises par l’esprit de service public, elles se fixent autour du prix coûtant (souvent inférieur à 1000€), ce qui peut représenter un désavantage dans un marché en pleine expansion, où des concurrents directs n’hésitent pas à faire payer plusieurs milliers d’euros un produit équivalent. Jouer le jeu du marché sans en avoir pleinement conscience est extrêmement risqué !

Bilan 2018-2019 (II) : Hausse des frais d’inscription

Ajoutons les difficultés inhérentes à l’histoire : hormis celles en construction, les universités occupent un territoire et héritent de missions de service public. Cela peut poser d’énormes problèmes lors des transformations envisagées par les pouvoirs publics.

On pensera, par exemple, à la concentration des moyens et du lien enseignement-recherche à des cursus dédiés, détachés des cursus dit de professionnalisation. Quand bien même se révérait-elle en « grande université de recherche », une université historique ne pourrait pas se débarrasser de tous les bacheliers n’ayant pas vocation à faire un doctorat. Atteindre la pyramide LMD « inversée » (avec beaucoup plus de MD que de L) des Ivy League américaines est donc purement illusoire. On en vient donc à faire des montages coûteux et incompris, comme les Ecoles Universitaires de Recherche, mimant sans conviction les graduate schools pour recréer une telle pyramide au sein des établissements… Mais cela ne fera pas disparaître les futures cohortes de bacheliers.

Concertation sur la professionnalisation du 1er cycle post-bac : deux esquives majeures

Conséquences imprévisibles de l’affaiblissement des valeurs universitaires sur le reste de la société.

A ces deux conséquences, sur les acteurs et sur leurs décisions, il faut ajouter les conséquences sur la société tout entière.

On pense bien sûr aux problèmes croissants d’intégrité scientifique, que l’on voit mal être diminués par la concurrence et l’impératif de gain économique. Mais il me semble que les conséquences les plus dures pourraient être sur les étudiants, moulés par leur expérience éducative et universitaire.

Qui peut prédire ce que sera l’impact sur les futurs citoyens de l’affaiblissement de la mission d’émancipation de l’Université, au profit de sa fonction de création de croissance économique ? Du remplacement progressif de la formation au doute par la formation professionnelle ? Ou encore du tri systématique, et pas toujours juste, opéré entre tous les bacheliers dans Parcoursup ? Ou de la relégation d’une part croissante d’une tranche d’âge, dans des établissements ou des filières dédiés ? Ou pire, des évictions sèches, quand bien même seraient-elles amorties par la possibilité de passer devant une commission d’accès à l’enseignement supérieur ?

Qui peut prédire les conséquences de la rupture de ce contrat social, qui structure notre éducation depuis si longtemps : tout bachelier à le droit de s’inscrire dans la filière universitaire de son choix ?

Conclusion

C’est là le plus grand reproche que l’on pourra faire aux auteurs du rapport « Éducation et croissance », Aghion et Cohen : s’ils semblent parfaitement percevoir l’humain dans les manières de contourner les oppositions pour imposer leurs préconisations, ils semblent en revanche totalement aveugles à l’humain dans toutes ses autres dimensions.

A quoi bon changer les missions de l’Université si c’est au prix d’une fracturation de sa communauté ? A quoi bon réussir à faire adopter des mesures si une part substantielle des acteurs ne saura ou ne voudra pas s’en saisir ? A quoi bon améliorer la croissance si c’est pour affaiblir la citoyenneté et la stabilité sociale ?

Cependant, ce serait une erreur de trop pointer du doigts Aghion et Cohen. Deux hommes seuls, même géniaux, ne peuvent être à la seule origine d’un tel changement. De plus, le point 3. de notre mystère original, le mauvais traitement réservé aux jeunes, n’a encore pas trouvé de réponse raisonnable. 

Il faudra donc encore poursuivre l’enquête.

(A suivre)

Photo de couverture par James Pond sur Unsplash

Bilan 2018-2019 (V) : Résumons

En dépouillant les bilans (Parcoursup, Hausse des frais d’inscription, Emplois et Recherche) de l’indispensable, c’est-à-dire des preuves, on arrive à en tirer l’essentiel, c’est-à-dire des traits communs aux transformations actuelles :

  1. l’échec des mesures à atteindre leurs objectifs fixés ;
  2. l’action des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts ;
  3. le mauvais traitement réservé aux plus jeunes.

1. L’échec des mesures à atteindre leurs objectifs fixés

Officiellement, Parcoursup et la loi ORE devaient améliorer la réussite par une meilleure orientation. Officieusement, ils devaient permettre de gérer la hausse du nombre de bacheliers sans augmenter les budgets, mais en évinçant les candidats les moins bien préparés. Aucun de ces deux objectifs n’est atteint : les mesures d’accompagnement personnalisées (« oui si ») montrent surtout une concentration des étudiants les plus faibles, et les effectifs globaux en première année continuent d’augmenter.

Officiellement, la hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers devait améliorer l’attractivité internationale. Officieusement ces hausses devaient d’une part diminuer le nombre d’étudiants étrangers et d’autre part augmenter les ressources propres, ce afin d’améliorer la situation budgétaire des universités. Aucun de ces deux objectifs n’est atteint : le nombre d’étudiants étrangers ne baissera pas substantiellement, et les frais nouveaux ne couvriront que les charges nouvelles.

Officiellement, la gestion autonome de l’emploi devait permettre de mieux adapter la dépense aux besoins et stratégies. Officieusement, elle devait au moins permettre de recruter quelques stars pour grimper dans les classements. Aucun de ces deux objectifs n’est atteint : les précaires se démultiplient et son maltraités, mais les stars ne se pressent pas aux portes de nos universités.

Officiellement, la politique d’Excellence devait améliorer les performances scientifiques nationales et européennes. Officieusement, la concentration des établissements devait permettre d’améliorer les indicateurs des classements. Aucun de ces deux objectifs n’est atteint : la France ne résiste pas à l’investissement de la Chine et de l’Inde, les classements restent de marbre, et l’Europe n’arrive même pas à se doter d’une politique de publication scientifique commune.

2. L’action des universitaires en opposition à leurs valeurs et intérêts

Dans ces quatre domaines, il est frappant de voir que ce sont des universitaires, à tous les niveaux, qui mettent en œuvre ces politiques vouées à l’échec, mais surtout contraires à leurs valeurs et intérêts.

Attachés aux valeurs humanistes, ils investissent pourtant énormément de temps et d’énergie à trier leurs étudiants sur Parcoursup, le plus souvent en vain car tous ou presque seront acceptés. Ils acceptent aussi, difficilement certes, de faire une différence entre leurs étudiants selon leur nationalité.

Attachés aux valeurs du service public, ils acceptent pourtant que leurs étudiants payent eux-mêmes les cours qu’ils dispensent, tout en se défiant de les commercialiser, et sans même que cela améliore globalement leurs conditions de travail ou leur paye. Ils jouent aussi le jeu de la concurrence entre les établissements et formations, entre les disciplines ou les collègues, fusionnant en vain et à grand frais leurs établissements sans même plus espérer d’avantages.

Attachés au fonctionnariat, ils chargent pourtant leurs doctorants de cours mal payés en retard et sans contrat. Ils définissent  pourtant de nouveaux statuts et des choix budgétaires défavorables aux personnels, puis organisent des campagnes d’emplois si rachitiques qu’elles confinent à l’organisation d’une concurrence aussi féroce que gratuite, puisqu’elles ne permettent de recruter ni suffisamment, ni mieux.

Attachés au temps long de la recherche et aux libertés académiques, ils organisent des appels à projets normés, bornés dans le temps, y répondent et trient les réponses, et ainsi se trient entre eux, bornent et norment leurs propres travaux, détournant leur temps de recherche pour détourner ensuite celui de leurs collègues, sans jamais qu’un bénéfice ne soit démontré, ni pour eux, ni pour la société, ni pour la science.

Ce sont ces constats qui m’ont conduit à émettre une triste hypothèse : serions-nous devenus des universitaires-zombies, empreints de valeurs qui ne guident plus nos actes, comme des corps agissant sans l’esprit ?

Hausse des frais d’inscription : sommes nous devenus des universitaires-zombies ?

3. Le mauvais traitement réservé aux plus jeunes.

Ce troisième point est peut-être le moins évident à percevoir… ou peut-être le plus difficile à accepter. Il me semble pourtant indéniable.

Il est clair que Parcoursup maltraite les lycéens par une inutile attente et une stressante mise en concurrence, y compris pour les formations qui n’en nul besoin. Il les inondent aussi d’informations parfaitement inutiles, qui les poussent à élaborer des stratégies stériles. Pensons seulement au Terminales pour qui on a changé les règles du jeu à quelques mois du bac, ou au Secondes à qui on a pas énoncé les règles du jeu du choix des spécialités.

La hausse des frais d’inscription maltraite tout autant les étudiants, par le paiement de services auparavant donnés, mais aussi par les jalousies qui peuvent survenir dans les cours mutualisés entre cursus gratuits et payants, ce qui est souvent le cas à l’université.

De façon flagrante, la politique d’emploi maltraite les doctorants par la précarisation des conditions de travail et des carrières. Ce mauvais traitement est tel que certains s’organisent pour défendre leurs droits, au risque d’être bannis du système pour cela.

Même la politique de recherche s’abat le plus fort sur les jeunes recrutés, les contraignants à abandonner les projets de recherche sur lesquels ils ont été recrutés, pour les livrer immédiatement à la recherche de financements. Ils sont ainsi aux premières loges des injustices de la sélection, d’autant plus dures à recevoir qu’on est jeune, sans réputation et conscient des enjeux de carrière.

Conclusion

Ces trois traits caractéristiques des transformations en cours semblent tant irrationnels lorsqu’on les met bout-à-bout, que même en y ajoutant des leviers puissants, comme la pression budgétaire ou les intérêt individuels, ils continuent de former une sorte de mystère.

Sans prétendre être en mesure de le percer, au moins faut-il tenter d’y trouver quelques facteurs explicatifs, et quelques conséquences prévisibles.

C’est ce que nous ferons dans la suite du bilan.

(A suivre)

Bilan 2018-2019 (IV) : Recherche

Le 15 août est le jour de la sortie du classement de Shanghai. La ministre trouve les résultats formidables, et s’empresse de l’utiliser pour légitimer les politiques qu’elle poursuit. Jean Winand nous explique « à quoi servent les classements universitaires » mais pour Hugo Harari-Kermadec, ce classement a surtout poussé la France à faire des choix qui vont à l’encontre de « l’esprit de service public ».

Excellence

On aurait tort de trop mépriser ce marronnier… Que reste-t-il d’autre en matière de pilotage de la recherche au niveau des ministères et présidences ?

Certainement pas la diffusion des connaissances, comme en atteste la « décision juridique de bloquer l’accès à Sci-hub et Libgen en France », le retard de mise en œuvre du plan S, encore largement ignoré des chercheurs français, ou l’accord passé avec Elsevier alors que le reste du monde est en train de s’en émanciper.

Un accord de 4 ans entre Elsevier et la recherche française

Certainement pas non plus la production des connaissances, la France ne cesse de perdre des places en terme de publications, incapable de résister à la pression de l’investissement de la Chine et l’Inde, comme le soulignait en 2018 Sylvestre Huet.

Au niveau du pilotage de la recherche, c’est comme si toute notion de recherche s’était effacée derrière la compétition avec nos collègues, qu’ils soient d’un autre établissement, ou d’un autre pays. Même lorsqu’on cherche à monter des collaborations, c’est uniquement au sein de compétitions.

Au cœur de cette nouvelle façon d’appréhender la science, on trouvera facilement la notion d’Excellence, suffisamment molle pour justifier tout ce qui doit l’être (y compris le désinvestissement), suffisamment évocatrice pour que la honte domine chez ceux qui n’en sont pas (y compris les brillants).

Notre stagnation dans les classements ne serait pas si grave, si on n’avait pas décidé de totalement transformer notre système d’ESR dans le seul but d’y grimper : fusions, politique d’excellence, agences d’évaluation ou de moyens… Tout l’arsenal moderne qui contraint actuellement la recherche française a été conçu dans cet unique objectif, comme en atteste un des rapports Attali.

Les politiques de regroupement, dont le seul objectif officiel est donc de grimper dans les classements, sont bien une exception française, en nombre comme en taille. C’est ce que montre le rapport de l’EUA à ce sujet, qui, pour faire apparaître des établissements d’autres pays, a été obligée de faire deux classements, dont un excluant les COMUEs. Une carte interactive des fusions a même été réalisée.

Nous n’avons pas ménagés nos efforts, allant jusqu’à étudier les principaux classements, et simuler l’impact des fusions… Étonnamment, cet impact semble à première vue négatif, comme le montre cette simulation rapportée dans le rapport IGF/IGAENR « La prise en compte des classements internationaux dans les politiques de site ». Étonnamment surtout, cela nous a pas empêché de poursuivre.

Depuis, les preuves de l’inefficacité des politiques d’Excellence commencent à s’accumuler… Que ce soit en terme de regroupement, de distribution des moyens ou d’encouragement de la production scientifique.

Finances

Passés la compétition et les classements, il faut regarder les actions concrètes des dirigeants… Et c’est tout de suite moins brillant.

Niveau international

A l’échelle internationale, on est mal. Très mal même. L’investissement de la Chine a dépassé celui de l’Union Européenne en 2014, et s’apprête à dépasser celui des Etats-Unis, si ce n’est pas déjà fait. Nous avons du mal à le réaliser, mais nous ne sommes déjà plus dans un monde où nous sommes deuxième.

Pire, il faudrait commencer à se préparer à un monde où les Etats ne sont plus premiers : le budget R&D d’Amazon est aujourd’hui équivalent à celui du MESRI…

Niveau européen

Au sein de l’UE, ce n’est guère mieux… La France est (avec l’Allemagne) le pays qui perd le plus au jeu de la redistribution des crédit Horizon : -1,2 Md€. On aimerait y voir une forme de générosité, de solidarité, quelque chose qui nous honore… Mais ce serait faire abstraction de la totalité des politiques, discours et injonctions auxquels nous sommes soumis.

Niveau national

Et au niveau national, c’est sans grande surprise qu’on constatera que dans le budget de la recherche, la part de la MIRES (27Md€ – Mission interministérielle Recherche et Enseignement supérieur) augmente bien moins que celle des « dépenses fiscales » (12Md€ – CIR, CII, etc). Rapportée à l’inflation, à l’augmentation des charges et aux nouvelles missions, l’augmentation du budget de la recherche publique apparaît même en baisse.

Investissement privé

Malgré cette générosité avec les entreprises, le fameux effet de levier se fait discret : leur investissement reste tout à fait médiocre. Nos subventions en pourcentage du PIB ont beau être presque le double de celles des USA, et les tutoyer en valeur brute, notre investissement privé en R&D reste un quart en dessous… Seule la Russie fait pire que nous, mais nos économies sont-elles vraiment comparables ?

Programmation pluriannuelle de la recherche

Cette année nous a également gratifiés d’un moment de franche rigolade, lorsque le premier ministre a annoncé sa volonté de mettre en place une loi de « programmation pluriannuelle de la recherche ». Nous n’avions donc pas de politique de recherche ?

Le gouvernement espère avoir une politique de Recherche à partir de 2021

Grande consultation nationale

Mais la rigolade fût de courte durée… D’abord fût officiellement mis en place une consultation des acteurs de la recherche. La participation suffit à s’inquiéter sérieusement de l’état actuel de notre système de recherche : « 679 contributions, 679 participants ». Une vraie gifle : faut-il que les chercheurs soient à ce point détournés ou défiants vis-à-vis des dirigeants pour que si peu donnent leur avis ? Les résultats, compilés par un groupe de travail à la composition intéressante, devaient être publiés en juillet, ce qui n’a pas été le cas à ma connaissance.

Vraie grande consultation nationale

Une autre consultation, plus sérieuse, a été menée par 23 société savantes, portant sur 4 axes : financement, emploi, organisation et relations recherche/société. Plus de 9000 réponses ont été collectées et analysées, avec une véritable rigueur scientifique. Il faut saluer l’initiative autant que le travail. On peut résumer le résultat de cette consultation en deux revendications : moins d’ANR et plus de collègues.

Las, dans une parodie flash des gouvernements en 2006 qui proposèrent un « pacte pour la recherche » en tous points contraire aux revendications des chercheurs exprimées dans le Rapport des Etats Généraux de la Recherche de 2004, la direction du CNRS s’est empressée de réclamer plus d’ANR et moins de collègues.

Résumons

L’objectif était simple : concentrer les moyens sur une dizaine d’établissements à visibilité mondiale. Mais tout comme pour Parcoursup, les frais d’inscription et l’emploi, tout semble se dérouler comme si cette politique échouait totalement à atteindre le but qu’elle s’était fixée.

La encore, les universitaires agissent contre leur valeurs et intérêts : malgré les preuves (quotidiennes et documentées) d’inefficacité, ils fusionnent, jouent le jeu de la compétition, conçoivent, répondent et se classent entre eux dans d’incessants appels à projet…

Les consultations immédiatement détournées par des dirigeants ne sont pas une clé de compréhension suffisante. Face à une situation d’une telle gravité, même les dirigeants agissent manifestement contre leurs propres intérêts. Quand bien même seraient-ils à l’abri des conséquences de ces politiques (par proximité à la retraite ou renommée déjà faite), quel plaisir peut-on bien avoir à laisser un système dans un tel état ?

Un trait commun se confirme cependant dans toutes ces politiques de l’ESR : le mauvais traitement que nous réservons à notre jeunesse. Peut-être même encore plus durement qu’avec Parcoursup et l’emploi, ce sont maintenant les jeunes recrutés qui sont les premiers lésés de cette politique, réduits à abandonner leur précieux sujets de recherche pour s’adonner à la recherche de crédits. C’est ce que montre tristement une des très rares enquêtes menées sur les conditions de travail des chercheurs français.

Nous touchons là, il me semble, à un invariant trop manifeste pour qu’il soit fortuit. C’est ce que nous verrons dans la suite de notre investigation.

(A suivre)

Photo de couverture par João Silas sur Unsplash