Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

Lycée : Petit manuel de choix des spécialités à l’usage des futurs candidats à l’enseignement supérieur

[ MAJ 17/11/2019 avec les spécialités pour les CPGE selon le ministère ]

Vous êtes au Lycée et vous devez choisir 3 spécialités pour votre Première, puis seulement 2 pour votre Terminale. Ce choix va conditionner vos chances de poursuite d’étude dans l’enseignement supérieur. Ce petit guide a vocation d’expliquer comment.

Comment votre candidatures sera étudiée dans Parcoursup ?

Après votre Bac, pour poursuivre vos études dans l’enseignement supérieur, vous devrez utiliser la plateforme Parcoursup. Vous y indiquerez les formations que vous visez, puis remplirez un dossier un ligne. Ce dossier, vos notes, bulletins scolaires et appréciations de votre équipe pédagogique seront transmis à chacune de ces formations.

Ensuite, chaque formation classera les candidatures en fonction de ces éléments et vous serez admis seulement si votre classement le permet, et ce pour toutes les formations, y compris celles dites « non-sélectives ».

Malheureusement, les méthodes de classement de candidature diffèrent entre toutes les formations, y compris pour une même filière dans les établissement différents. De plus, ces méthodes, appelées parfois « algorithmes locaux », sont tenues secrètes. Vous n’avez donc aucun moyen de savoir précisément comment votre dossier sera examiné, et pas extension comment les spécialités que vous aurez choisi impacteront vos chances d’admission.

Cependant, une règle simple peut être établie : plus la formation que vous visez est sélective, plus le choix de vos spécialités aura de l’impact.

Comment peuvent être utilisées les spécialités dans les classements ?

Même si c’est techniquement possible, il est très peu probable que les spécialités soient ignorées dans les classements Parcoursup. Il y a deux façons de les prendre en compte :

  • les points bonus : dans cette approche, on va attribuer un certain nombre de points bonus à chaque spécialité, en fonction de son adéquation avec la formation supérieure. Par exemple, on va pouvoir ajouter 2 points à votre moyenne si vous avez pris des spécialités adaptées, ce qui vous fera passer devant les candidats qui ont la même moyenne mais pas les bonnes spécialités.
  • les spécialités obligatoires : dans cette approche, on va classer en premier toutes les candidatures qui ont pris les spécialités adaptées à la formation. Ainsi, quelle que soit votre moyenne, avec les bonnes spécialités, vous serez classé devant tous les candidats n’ayant pas ces spécialités.

Bien sûr, un mix des deux méthodes est parfaitement possible. Par exemple, on pourra classer en premier tous les candidats qui ont la spécialité A, puis ajouter 2 points à tous ceux qui ont la spécialité B.

Le choix des spécialités conditionne donc vraiment vos chances d’admission dans l’enseignement supérieur, au delà bien sûr du fait qu’elle vous prépare pédagogiquement à y réussir.

Concrètement, quelles spécialités choisir ?

Même si vous ne savez pas exactement comment les spécialités seront utilisées, les choix restent relativement logiques. Inutile d’espérer faire des études supérieures en sciences si vous n’avez pas pris la spécialité mathématiques.

Pour vous aider à choisir, vous pouvez consulter le site www.horizons2021.fr

En sélectionnant les spécialité à gauche, vous pourrez visualiser à droite vos avantages/handicaps indicatifs dans les classements Parcoursup : plus la filière est claire plus vous serez avantagé, plus elle est sombre plus vous serez handicapé dans les classements.

En consultant les sources du site, vous pourrez voir plus précisément les pondérations de chaque spécialité pour chaque filière. Pour rappel, ce sont seulement des indications, et en aucun cas la façon dont les candidatures seront réellement classées.

Pour quelques filières, vous pouvez aussi consulter les recommandations de L’Etudiant.

Diplômes universitaires de technologie (DUT)

Un travail conséquent a été fait pour identifier les spécialités adaptées à chaque filière des Institutes universitaires de technologie (IUT). Attention, ce document n’est ni officiel, ni contractuel. Comme toutes les informations ici, il est purement indicatif.

Pour bien interpréter ce tableau, il faut un peu traduire : « très adapté » = indispensable, « adapté » = pas éliminatoire, « complémentaire » = inutile pour candidater. Notez bien qu’il s’agit seulement des filières IUT, donc courtes et professionnalisantes, ce qui explique la colonne « Littératures, langues et cultures de l’antiquité ». Notez également la colonne « Mathématiques », qui reste la matière incontournable.

Prépas scientifiques

L’union des professeurs de classes préparatoires scientifiques indique qu’il faut « choisir trois spécialités scientifiques : Mathématiques, Physique-Chimie, et une parmi Numérique et sciences informatiques, Sciences de l’ingénieur, Sciences et vie de la terre ».

Plus complet, le ministère publie une liste précise pour toutes les spécialités de CPGE, mais indique clairement que ce sont des conseils qui « ne constituent pas des prescriptions et les établissements sont libres de leur recrutement ».

Première année commune aux études de santé (PACES)

Pour faire des études en santé, on sait seulement que la spécialité SVT va devenir « incontournable ».

Etudes scientifiques, Licences en particulier

La conférence des Doyens et Directeurs des UFR Scientifiques des Universités Françaises recommande « fortement à tous les lycéens qui envisagent des études scientifiques de choisir l’option “mathématiques” pour l’année de première » ainsi que « la conservation des mathématiques en terminale ».

La paire qui ferme le moins de portes est Mathématiques + Physiques Chimie, cependant un choix devra être fait entre Physique Chimie et SVT en terminale pour une poursuite d’étude en Sciences de la vie et/ou de la terre.

Faut-il changer de lycée pour obtenir une spécialité ?

Tous les lycées ne proposeront pas toutes les spécialités, et certaines spécialités ne seront disponibles qu’en changeant de lycée, voir d’académie. Vous pouvez consulter cette carte pour voir les spécialités offertes par les lycées.

Néanmoins, les spécialités les plus importantes seront probablement disponibles partout. Les spécialités plus rares seront moins avantageuses/handicapantes dans les classements Parcoursup. Changer de lycée pour cette seule raison ne semble pas, pour l’instant, recommandé.

Cependant, vous pouvez tout à faire prendre cette décision pour des raisons d’intérêt pédagogiques : si vous souhaitez absolument faire de l’informatique, pourquoi ne pas en faire tout de suite en allant dans un lycée qui propose cette spécialité ?

Gardez cependant en tête que les lycées sont de niveaux très différents : changer pour obtenir une spécialité au prix d’une baisse de niveau, tout comme choisir une option qui ne vous plait pas seulement pour changer de lycée, sont des choix qui doivent être scrupuleusement pesés. 

Faut-il choisir des spécialités dans deux domaines différents ou changer de spécialité entre la Première et la Terminale ?

Indécis, on peut être tenté de choisir des spécialités dans deux domaines différents, comme Arts et Sciences de l’ingénieur par exemple, ou de changer de spécialité. Du strict point de vue des chances d’admission dans l’enseignement supérieur, cela représentera un handicap certain. Cependant, d’un point de vue pédagogique, c’est un choix qui vous revient.

Le nouveau lycée vous offre plus de liberté, l’opportunité de construire votre parcours plus tôt… Mais cette liberté vient nécessairement avec les responsabilités afférentes : ces décisions qui vous sont demandées auront des conséquences.

Dont-on avoir peur ? Peut-on changer d’avis ensuite ?

Oui et non. Ce sont clairement des décisions importantes. Cependant, ce système est encore neuf, et jusqu’à présent le système de formation français tirait sa force de ses possibilités de ré-orientation. Ces possibilités de ré-orientation continueront de s’offrir à vous, y compris après votre admission dans l’enseignement supérieur.

De plus, l’Université reste encore très ouverte, et malgré ce que vous pourrez entendre, propose des formations d’excellente qualité. Quelles que soient les spécialités que vous choisirez, vous y aurez encore un large choix de formations.

Enfin, n’oubliez pas que les équipes pédagogiques sont là pour vous accompagner. Rapprochez-vous de vos enseignants pour recueillir leurs conseils puis forgez votre propre avis. Plus vous vous intéresserez à votre parcours, plus vos choix seront faciles à faire… Mais vous ne pourrez jamais contrôler totalement leurs conséquences. C’est peut-être votre premier choix d’adulte.

Be Sociable, Share!

Commentaires (81)

  1. Pingback: Orientation à l'attention des élèves de seconde | Pearltrees

  2. Charier

    L article est tres bien mais où trouver le tableau entre DUT et spécialités ?
    De plus pour les prépas l enseignement d humanité peut aussi être un point positif.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Merci ! Le tableau est en lien dans l’article (il suffit de cliquer sur l’image).
      Il y a bien sûr plein de points positifs possibles… Mais globalement, pour une prépa sciences, une spécialité d’humanité ne représentera pas le même avantage qu’une spécialité scientifique… Et le contraire bien sûr, pour une prépa littéraire.

      Répondre
      1. Virginie Comte

        Merci pour cette analyse. Vous serait-il possible de donner votre source pour le tableau sur les IUT ?

        Répondre
        1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

          Malheureusement non. C’est un document qui circule, comme il y en a tant.
          Il parait cependant raisonnable dans sa construction, et comme il est bien noté : il n’engage en rien les formations. Ce sont de simples indications.

          J’ai ajouté une phrase pour clarifier cet aspect.

          Répondre
          1. Gil

            Bonjour
            Le document présenté n’est pas la version finale. Pourquoi ne pas chercher la bonne version ?

          2. Julien Gossa (Auteur de l'article)

            Bonjour,
            Merci de me faire parvenir la version finale et je mettrais immédiatement à jour le billet.

  3. CAT

    Le problème est qu’il n’y a que 3 puis 2 spécialités possibles. Par exemple, mon fils est clairement scientifique mais, à 15 ans, il ne sait pas encore si il préfère les filières médicales ou d’ingénierie. Et on lui demande de choisir dès la seconde!

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      C’est précisément le but de la réforme que de construire le cadre d’une orientation plus précoce. Même si l’éventail des poursuites d’étude reste large, il faudra effectivement qu’il choisisse. Le trio Math, Physique-Chimie, SVT lui permettra peut-être d’y voir plus clair (c’est le programme de S, en gros).

      Répondre
  4. INGE

    L’outil horizon2021 est erroné. Si on coche les trois spécialités SVT, Physique-chimie et SI, il nous suggère que l’on peut faire une filière mathématique ou une école d’ingénieur. Sans les maths, ce n’est pas possible.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Merci de ce commentaire très pertinent : en effet, Horizon2021 ne donne qu’une idée approximative des « points bonus », et en aucun cas une bonne vision des « spécialités obligatoires ».
      Quoi qu’il en soit, ses informations doivent être prises avec distance, puisqu’il ne s’agit en rien de la façon dont les candidatures seront réellement classées.

      Répondre
  5. Piguet

    Bonsoir,
    La spécialité mathématiques semble de haut niveau… pourtant, il est difficile pour un élève qui ne sait pas encore ce qu il veut faire après le bac de s’en passer,non ? Pour info, ma fille souhaite faire le choix des sciences économiques et des langues (anglais) comme deux premières spécialités et elle a un niveau moyen en maths (environ 13 de moyenne en seconde). Quel est votre avis?

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Tout dépendra des formations supérieures que votre fille visera, et de leur façon de trier les candidatures. Or, ces façons sont tenues secrètes. Je ne peux donc pas avoir d’avis solide en ce qui concerne Parcoursup.
      Il est possible que Mathématiques joue comme une spécialité de pré-sélection : si c’est une spécialité très demandée par les lycéens, les lycées devront déjà effectuer un tri. En clair, on pourra sélectionner en fac sur Mathématiques non pas pour le contenu pédagogique, mais parce que ce sera le témoin d’un bon niveau général.
      C’est une possibilité, et seulement une possibilité.
      En vous souhaitant bon courage.

      Répondre
  6. Rey

    Le changement de spécialité entre la première et la terminale ne sera pas aisée. L’organisation des enseignements et les effectifs par spécialité rendront quasi impossible un changement, la réforme prévoit le maintien de deux spécialités parmi les trois choisies en première. Attention à vos informations!

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Je ne pense pas avoir dit que ce changement serait aisé, pas plus qu’avoir dit qu’il serait aisé d’avoir les spécialités de son choix. Ce billet traite de l’utilisation qui pourra être faite des spécialités dans Parcoursup, et pas du tout de la façon dont les spécialités seront gérées dans les lycées, qui mériterait un billet à part entière.

      Répondre
  7. Dulau

    Bonsoir, merci pour ce billet, je m’etonne de l’absence de la spécialité biologie-ecologie dans nombre d’articles ex: acces aux prépas ou l’article de L’etudiant mentionné dans votre billet. Un bac scientifique (Math, physique-chimie, bio écologique) dans un lycée agricole aura-t-il la même valeur qu’un bac (Math, physique-chimie, svt) dans un lycée général ?

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Pour la « valeur » du bac en terme de poursuite d’étude, tout dépendra également de la façon dont les formations vont trier les candidatures, qui est tenue secrète. D’une manière générale, Parcoursup affaiblit le Bac comme clé d’entrée dans le supérieur. Le Bac s’apparente maintenant plus à un certificat d’étude.
      Je ne peux donc pas vous répondre autre chose que : certaines formations regarderont le lycée d’origine, et ça pourra être positif ou négatif de venir d’un lycée agricole, mais vous ne pourrez pas le savoir autrement qu’en allant poser la question aux journées portes ouvertes et journées universitaires.
      Gardez en tête que même dans ces endroits, les informations seront à prendre avec des pincettes : d’abord la prise en compte des spécialités ne se fera que dans 2 ans, donc les choses ne sont pas arrêtées ; ensuite la personne qui vous répondra n’aura pas nécessairement toutes les informations, il est possible que ce soit une autre personne qui tri les candidatures.

      Répondre
  8. plume

    « C’est aussi cela [qu’] être adulte »…
    Jolie phrase, mais quelque peu inadaptée pour des élèves de 15 ans qui sortent du collège, non ?

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      En tous cas, c’est ce que semble dire cet article : « Parcoursup oblige les jeunes à devenir adulte trop tôt ».
      Par ma part, j’en reste à constater qu’on fait effectivement remonter de plus en plus tôt le moment des choix.

      Répondre
  9. Pingback: ORIENTATION SECONDE | Pearltrees

  10. Pingback: Préparer son orientation | Pearltrees

  11. JULLIEN

    Bonjour,
    Merci vivement pour ce partage, c’est instructif.
    Il est bien difficile d’aiguiller son enfant lorsqu’il ne sait absolument pas lui-même quoi faire comme école ou comme métier plus tard…
    Je prends les devants pour lui et me base pour cela sur son caractère, ses capacités etc
    Pour aller en école de commerce puis HEC ou vers une classe préparatoire pour écoles d’ingénieur.
    Je pense l’orienter vers les options suivantes :
    Maths – Numérique et sciences informatiques – Sciences de l’ingénieur
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci pour votre aide.
    Bien cdt.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Je n’ai aucune information en ce qui concerne HEC, mais il est possible qu’une spécialité en rapport avec l’économie sera un plus.
      D’un autre côté, une telle option sera peut-être un moins pour une prépa scientifique.
      Il est donc préférable de faire un choix, en ce qui concerne les bonus/malus dans les classements Parcoursup, mais il vous sera impossible de connaitre l’impact de ce choix.
      De plus, d’autres critères doivent être regardés, notamment l’envie de votre enfant.

      Répondre
      1. JULLIEN

        Merci bien 🙂

        Répondre
        1. Paulo

          Actuellement, on entre en prépa HEC (et autres) en venant de bac S au moins aussi bien qu’en venant de bac ES. Preuve en est que certaine prépa -et parmi les meilleures- ne sélectionne que des bacheliers S exclusivement dans sa classe ECS.

          Il y a peu de chances pour que HEC (et autres) change sa vision du recrutement en décidant de ne plus prendre d’élèves purement scientifiques (actuellement les prépas ECS) au profit d’une spécialité « éco » (actuellement prépa ECE) : ce serait à tout le moins une sérieuse baisse de sélectivité…

          Dans le cas d’un jeune n’ayant pas encore arrêté son choix ingé ou commerce, il me semble que le meilleur conseil est de ne surtout pas se fermer la porte de la prépa scientifique, donnée plus haut :

          « L’union des professeurs de classes préparatoires scientifiques indique qu’il faut « choisir trois spécialités scientifiques : Mathématiques, Physique-Chimie, et une parmi Numérique et sciences informatiques, Sciences de l’ingénieur, Sciences et vie de la terre ». »

          Répondre
          1. paulo

            Bonjour,

            J’ajoute une information :  » Avec le bac actuel, 85% des élèves de terminale générale suivent un enseignement de maths si on additionne les élèves des séries ES et S. Avec la réforme du lycée, on constate cette année qu’ils sont moins de 70% à avoir choisi la spécialité maths en première. 15 points de moins. Et probablement moins en terminale quand l’une des trois spécialités de première aura été abandonnée. »

            lire la suite sur : https://www.xerficanal.com/strategie-management/emission/Olivier-Rollot-Quel-niveau-en-maths-pour-integrer-une-ecole-de-commerce-_3748136.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC050220

            et notamment la conclusion :
            « La vraie question, celle qui compte, c’est celle que posent les entreprises. A l’heure des Big Data, de l’intelligence artificielle, des études quantitatives en marketing celles-ci font un appel croissant aux statistiques et aux raisonnements mathématiques. Et demandent de plus en plus à recruter des élèves excellents en mathématique. Même meilleurs que les années précédentes. Voire doubles diplômés d’une école de management et d’une école d’ingénieurs. Cette excellence en maths fait la réputation d’excellence des formation en gestion françaises »

  12. Pingback: Réforme lycée 2020-2021 | Pearltrees

  13. Pingback: PARCOURS AVENIR | Pearltrees

  14. Pingback: Orientation | Pearltrees

  15. Pingback: Lycee | Pearltrees

  16. Jean-Baptiste Leroux

    Bonjour Julien, votre article est très complet. Nous sommes en pleines recherches de lycée pour mon fils. Il a de très bons résultats et nous voulons trouver le meilleur établissement pour lui. Il ne sait pas encore ce qu’il veut faire mais comme vous le dites il faut choisir des options logiques pour la suite. Il s’intéresse surtout aux matières scientifiques, je ne serais pas étonné qu’il se dirige vers des études d’ingénieur. Nous allons visiter plusieurs lycées privés qui proposent des options intéressantes pour lui.

    Répondre
  17. Pingback: Infos diverses | Pearltrees

  18. Jeanne Merle

    Merci pour ce site que je cherchais depuis longtemps !
    En effet le site Horizons2021 prend le problème à l’envers (dommage pour un site officiel !) : on ne choisit pas ses études en fonction de son choix de spécialités, mais bien l’inverse : on choisit ses spécialités en fonction des études, et du métier qu’on veut faire !
    Pour les IUT, le nom complet ( plutôt que l’acronyme) serait le bienvenu.

    L’outil du site de l’étudiant est intéressant, mais hélas incomplet, et ce depuis 1 an, et rien n’a bougé !
    Les écoles et universités devraient toutes donner leurs préconisations, au lieu de laisser les gens leur écrire 1 par 1 (comme j’ai fait).

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour et merci de votre message.
      Le problème des préconisations officielles est qu’elles contraignent leur auteur. C’est pourquoi les universités ne publieront jamais leurs critères de sélection, sauf si la loi les y oblige. La majeure partie des bacheliers devront donc faire en naviguant à vue, ce que je regrette profondément.

      Répondre
      1. Jeanne Merle

        re-Bonjour,

        Merci de votre réponse.
        Quel dommage que l’interêt des élèves (encore une fois) ne soit pas prise en compte dans la publication des conditions d’admission … enfin …

        Les filières scientifiques moins sélectives que les prépas ou écoles d’ingé (je pense aux licences ou DUT) exigeront-elles la spé maths en Tale, ou bien est-ce que si on a fait math spé en Première, puis maths complémentaires en Tale, c’est bon aussi ? Je n’ai plus le recul nécessaire pour me faire une idée entre le programme de cette option et les exigences en fac … Par ex j’ai fait un IUT d’informatique, et clairement les maths de Tale C étaient un marteau pour écraser une mouche. Mais quid d’un DUT mesures physiques ? Je suis perdue … merci !

        Répondre
        1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

          Malheureusement, tout le monde est aussi perdu… Notamment puisque le DUT est supprimé et remplacé par un BUT dont la teneur est encore totalement inconnue.

          Répondre
      2. Jeanne Merle

        A l’issu d’une journée porte ouverte, certains DUT ont publié leur préconisation de spécialités dans leur catalogue, c’est bien, j’espère que les autres (et notamment les Licences) feront de même.

        Répondre
        1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

          Oui, c’est bien. Sauf qu’on supprime le DUT : il n’existera plus d’ici que les premiers bacheliers du nouveau bac entrent dans le supérieur.
          Donc c’est bien, ça aide, mais ce n’est en rien une garantie : même nous, profs d’IUT, n’avons strictement aucune idée de ce à quoi va ressembler nos futures formations et recrutements.
          C’est une réalité, même si, honnêtement, ça me navre.

          Répondre
  19. Pingback: Reforme bac | Pearltrees

  20. Catherine

    Bonjour et un immense merci pour votre site que je ne découvre qu’aujourd’hui.
    Mon fils a joué le jeu du choix à la carte selon ses affinités Maths – NSI – SVT, mais je soupçonne, à vous lire, que l’absence de la Physique/Chimie dans son parcours va lui fermer bien des portes.
    Qu’en pensez-vous ?

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour et merci de votre message.
      Même sans prendre en compte le fonctionnement de Parcoursup et les tris effectués lors des recrutements post-bac, en ne suivant pas les enseignements de physique/chimie au lycée, il y aura un retard pédagogique peut-être insurmontable pour raccrocher des formations de physique/chimie dans le supérieur.
      Donc effectivement, ce sont des portes en moins par rapport à l’ancien bac S. C’est tout l’objet de cette réforme : conduire les élèves à déterminer leur parcours de plus en plus tôt.

      Pour ce qui est de Parcoursup, il est impossible de dire quoi que ce soit de solide : en l’absence de transparence des critères de tri des candidatures, il sera toujours impossible de savoir quel sera l’impact de ce choix sur ses admissions dans le supérieur.

      Quoi qu’il en soit, l’enseignement supérieur est vaste, et il y aura une place pour lui… Surtout que les évictions se concentrent sur les bacheliers pros et technos.

      Répondre
  21. Thiery DECOURCELLE

    Bonjour,
    Devant les différentes interrogations qui se sont posées pour inscrire mon fils en première il a décidé de ne pas prendre de risque et il à choisi Maths ,physiques/chimie et sciences économiques . nous avons pensé que ce choix original ( 4 %) lui laisserait un horizon de réflexion plus tardif dans ses choix d’école de commerce ou d’ingénieur , en éliminant à priori les professions de santé mais je n’en suis même sur car la remise à niveau en SVT ne me semble as inaccessible .
    que pensez vous de cette manière de voir

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Tout ça dépendra des spécialités qu’il garde en terminale : abandonner PC n’aura pas les mêmes conséquences qu’abandonner SES.
      Abandonner Math serait vraiment très contre productif.
      Mais en l’absence de transparence sur les critères de tri des candidatures, il sera impossible d’en savoir plus que ça.

      Répondre
  22. Michel Berdah

    Merci pour ce récapitulatif et pour la collection de liens utiles.

    Répondre
  23. Pingback: ORIENTATION | Pearltrees

  24. Pingback: Orientation | Pearltrees

  25. Pingback: Orientation | Pearltrees

  26. Anglade

    Bonjour mon fils en première a comme spécialité Math svt et physique chimie.
    Pour la terminale il.souhaite arrêter les maths et donc garder svt et physique chimie. Est ce possible ?
    Sa directrice lui fit que non qu il doit obligatoirement garder les maths.
    Merci pour votre réponse.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      C’est en théorie possible. En pratique, cela dépend de l’organisation du lycée.
      Quoi qu’il en soit, ne garder que SVT et PC me semble particulièrement dangereux, ne connaissant aucune formation du supérieur qui demande PC ou SVT mais pas Math.

      Autre façon de voir les choses : si son vœu est de poursuivre dans des études scientifiques, math est indispensable.
      Si son choix n’est pas de poursuivre des études scientifiques, PC et SVT ne semblent pas pertinentes.

      Répondre
      1. Aml

        Bonjour,
        Surprenant de privilégier les maths pour entrer en licence de biologie par ex dont les spécialités svp et phys chimie semblent largement plus adaptées, les maths n’etant enseignées qu’en 1 ère année…Les maths sont encore plus un moyen de sélectionner les élèves qu’avant alors que cette réforme prétend le contraire…

        Répondre
        1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

          Bonjour,
          Ca ne surprend pas les observateurs et praticiens, qui expliquent depuis le début que cela en sera la première conséquence.

          Répondre
          1. Aml

            Merci pour votre réponse. Gros dilemme quand on est en première cette année et qu’on doit faire le choix des 2 spécialités à garder en terminale. D’un côté les maths semblent obligatoires pour accéder en licence de sciences y compris en biologie d’après ce que vous dites, et d’une autre côté on nous dit de garder les matières pour lesquelles on a le plus d’affinité et de chance de succès ce qui pourrait être svt et phys chimie+ maths complémentaires…aucune certitude sur ce qui faut faire ou ne pas faire…les gamins sont un peu perdus. Récemment lors d’une journée portes ouvertes d’une fac de sciences on m’a dit que la deuxième option était la meilleure. Le choix définitif approche et on en est encore à se poser ce genre de question, c’est pas cool pour cette première génération qui essuie les plâtres cdlt

    2. Jeanne

      S’il veut faire des études scientifiques, il doit garder l’équivalent du bac S, donc garder les maths scientifiques

      Répondre
  27. BENGUIGUI

    Bonjour,
    Est-il obligatoire de prendre « math complémentaire » ou « math expert », pour conserver l’option S.E.S. en terminale. Merci

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Aucune idée, ça dépend du lycée.

      Répondre
  28. Dubois S

    Bonjour,
    Ma fille envisage de faire une prépa BCPST (agro-veto) . Elle est en première avec les spécialités Maths-Physique chimie – Svt. Les avis sont très partagés quant au choix de terminale: maths + physique ou physique + svt + maths complémentaires. Elle a de très bons résultats dans toutes les matières et elles sont toutes importantes pour cette filière. Même les profs de prépa ne savent que conseiller… Que pensez-vous ?
    Merci

    Répondre
  29. Lola Merlin

    Bonjour, pourriez vous me dire quelles spécialités faut il prendre pour devenir professeur des écoles, et si les spécialités français, maths et anglais sont adéquates ?

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Malheureusement, je ne peux pas vous répondre, et les règles sont amenées à changer puisqu’on réforme encore la formation des professeurs des écoles. Je vous encourage à prendre contact avec le directeur des études de l’INSPE locale, qui vous fournira les informations les plus précises.

      Répondre
    2. Jeanne

      Les matières les plus importantes en primaire sont les mathématiques, le français. Ensuite viennent l’histoire géographie et les sciences. Ce n’est pas l’anglais qu’ils font en primaire qui nécessite d’être expert. Pour les maths, si on lâche la spé en Tale, il reste maths optionnelles, qui ne sont pas des maths de scientifique mais sont suffisantes pour enseigner les 4 opérations à des enfants.

      Répondre
      1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

        Sauf que la place du « disciplinaire » ne cesse de changer dans les études de professorat, et donc les critères d’admission.
        La formation des maîtres est de nouveau en pleine réforme. Personne ne sait réellement ce que ça va donner, ni comment on va faire.
        Impossible donc de donner des informations sûres. J’en suis sincèrement navré.

        Répondre
  30. Louna

    Bonsoir j’hésite encore entre faire médecine et ingénieure et donc je me demandais quel serait le choix le plus judicieux en terminale entre spécialité maths-physique-chimie -maths expertes et svt-physique-chimie – maths complémentaire afin de me laisser plus de temps pour choisir entre les deux professions sans en condamner une à cause de ces choix de spécialités.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,

      Toute l’idée de la réforme du Lycée est de mettre en œuvre une « spécialisation progressive », c’est-à-dire en réalité de contraindre les lycéens à renoncer prématurément à certaines poursuites d’études.
      Il n’y a donc pas de bonne réponse : si vous renoncez à PC, il vous manquera des connaissances pour la CPGE ; si vous renoncez à SVT, il vous manquera des connaissances pour médecine ; si vous renoncez à maths expertes, il vous manquera des connaissances pour les deux.

      Il y a un risque que Maths complémentaires soit interprété dans Parcoursup comme un renoncement à Maths expertes, donc de façon plutôt négative, mais on ne pourra jamais en être sûr. En tous cas, Maths complémentaires sera moins propice à réussir ses études supérieures scientifiques que Maths expertes.

      Une note rassurante tout de même : les formations du supérieur vont s’adapter. Quel que soit votre choix PC ou SVT, il existera une CPGE adaptée. Pour PACES, impossible de vous dire quoi que ce soit : la filière est profondément réformée en ce moment et personne n’a la moindre idée de ce que ça va donner, d’autant que ce sera très différent d’une université à l’autre, mais il y aura de la place pour beaucoup d’étudiants.

      Vous êtes un peu en aveugle, et en réalité nous le sommes tous. Il va y avoir une part de chance, mais surtout une grosse part de boulot. Si vous êtes bosseuse, vous trouverez toujours une voie qui vous convient, quels que soient les choix fait au Lycée.

      Répondre
  31. thierry decourcelle

    bonjour
    mon fils de première me dit
    1) médecine : P/C, SVT, Maths complémentaires;
    2) Ingénieur : P/C, Maths, Maths expertes ;

    en ce qui le concerne il est en première P/C , Maths , SES car il s’orientera vers prépa école de commerce ECG et les scientifiques restent les meilleurs. En terminale il devra choisi Maths SES et peut être maths expertes ou droit et grands enjeux . Le choix n’est pas simple car les critères de sélections s’adapteront à des profils plus hétérogènes par le jeu des spécialités plus sélectives . Néanmoins les capacités de l’élève à s’adapter sont essentielles

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Merci pour ce retour, mais je dois soulever de lourdes réserves pour médecine : la filière est totalement réformée, et personne ne sait ce que ça va donner. Assez souvent, ça sera dans un système Majeure/Mineure, ce qui veut dire que selon les spécialités au Lycée, l’étudiant pourra accéder à une sous-filière ou l’autre… Et on a encore aucune idée de la qualité de ces sous-filières.
      Il n’y a donc pas de règles générales.

      Mais oui, les capacités d’adaptation vont être essentielles… Mais pas uniquement. Le nouveau système d’orientation est conçu pour discriminer en continu de la seconde à bac+3 (le fameux bac -3/+3), et tout va donc compter durant cette période.

      Répondre
  32. Rachel

    Bonjour, je suis en première et ai fait maths, physique-chimie et arts plastiques en spécialité. Je pense supprimer la physique pour garder arts et maths. Je ne sais pas ce que je veux faire en post-BAC, arts, sciences pures ou un mélange science-art. Je voudrais savoir si l’arrêt de la spécialité physique me ferme les portes de certaines écoles ou prépas scientifiques? Je sais que pour la licence non car j’aurai les mathématiques et que le 1er semestre est commun aux lmaths et physique pour rattraper le niveau.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      L’arrêt de la spécialité physique vous ferme les portes de certaines prépa scientifiques, c’est certain. Même pour une Licence, vous partez avec un désavantage, même en étant reçue.
      Toute l’idée de la réforme est de vous pousser à faire un choix d’orientation prématurément. Je crains que vous ne deviez le faire maintenant.
      Je pense que la meilleure stratégie est de travailler immédiatement à l’identification des filières sciences-art que vous visez sur la plateforme Parcoursup. Elles sont assez rares, donc ça vous permettra d’essayer d’évaluer vos chances d’être admise et de vérifier si la spécialité art est nécessaire pour l’être.

      N’oubliez pas de prendre tous les aspects en compte. Je pense notamment à l’aspect financier : si la filière science-art est payante, à 300km de chez vous, et que vous n’avez pas les moyens… Cela simplifiera en réalité grandement votre choix.

      N’oubliez pas non plus que la première année n’est que la première année, et qu’il est toujours possible de bifurquer ensuite. C’est un choix important, mais loin d’être définitif.

      Répondre
    2. Jeanne

      N’oubliez pas qu’avec les spécialités pour jouez stratégie pour la suite de vos études. Autant vous pourrez faire de l’art plastique comme un hobby , autant vous ne pourrez pas faire de sciences de votre propre chef. Si vous ne gardez que les maths , vous n’aurez accès qu’aux formations généralistes comme le DUT Gea, donc pas du tout les sciences. Dites vous bien qu’entre 2 candidats , la formation prendra celui qui aura les meilleures notes dans les matières de la filiale. Si vous arrêtez les matières scientifiques pour une filiale scientifique , vous vous bloquez direct l’accès.

      Répondre
  33. Chris

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour cette concentration de liens.
    Je me permet de vous soliciter pour la questionnement suivant. Mon fils en Seconde est encore indécis entre prepa MP ou prepa ECS.
    Son souhait final travailler dans la finance. Donc la question pour lui au delà de la meilleure orientation post bac rese aujourd’hui le choix des spe :
    -Math / Phys-chimie / SES ou
    -Math / Phys-Chimie / Histoire Géo..
    On a vu a plusieurs reprises le choix de l’Histoire Geo pour les profils plus matheux ou se dirigeant plus vers prepa ECS.
    Que lui conseillerez vous?
    Merci

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Je n’ai malheureusement pas de conseil en orientation sûr à lui donner… Les critères de sélection #Parcoursup était tenus secrets, il est impossible de les connaitre. Il faut donc faire un choix en partie en aveugle, et espérer que ça fonctionne.
      Navré.

      Répondre
    2. Jeanne

      Bonjour, le mieux est de demander conseil auprès des écoles / licences qu’il convoite (auprès des responsables des filières) : ils le conseilleront sur le meilleur choix de spécialités. Moi ils l’ont fait pour les licences de ma fille.

      Répondre
  34. Manu

    Bonjour ma fille est en seconde et tres indecise sur le choix des specialites de 1ere et n a pas d idee precise de metiers ou d etudes. Dans l’ancien bac elle aurait pris la voie S pour + d ouverture. Mais elle a entendu dire que la physique est particulierement dure en 1ere. Alors elle envisage plutot Math SVT et SES et ainsi de laisser un peu de temps pour reflechir. Que lui conseiller alors qu elle ne sait plus trop quoi faire.

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Toute l’idée de la réforme du bac/parcoursup est de forcer les lycéens à se spécialiser progressivement. Cela passe par une sanction des lycéens indécis : un handicap dans les classements Parcoursup. C’est tout l’objet de la suppression des filières, et notamment de S qui permettait de se décider plus tard. En clair, si elle prend Math SVT SES, puis cherche à rejoindre une formation qui aurait préféré Math SVT PC, elle aura un handicap par rapport aux élèves ayant pris ces spécialités.
      Le seul conseil qu’on peut lui donner est donc de sortir de l’indécision (et de ne surtout pas lâcher Math si elle a un profil scientifique). Je mesure à quel point c’est violent et anxiogène, et j’en suis navré.

      Ici un article qui indique que tout ceci était connu et voulu :
      https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/reforme-du-bac-vers-une-orientation-trop-precoce.html

      Ceci étant dit, il y a de très nombreuses places dans le supérieur, et si ses résultats sont bons et/ou si elle ne vise pas des formations trop sélectives, alors elle n’aura aucune difficulté à trouver une place qui lui convient quelles que soient ses spécialités. J’espère au moins que ce constat permettra de limiter son stress.

      Répondre
  35. Marc

    Bonjour et merci pour cet intéressant article. J’aimerais vous poser une question si possible.

    Mon fils est en terminale à Paris. Il aimerait faire un DUT GEA (Gestion des entreprises) à Paris pour ensuite éventuellement rentrer dans une école de commerce en troisième année si tout va bien ou faire autre chose.

    L’année dernière il a fait comme spécialités: Math, SES et Géopolitique. Il a abandonné Math mais il fait Maths complémentaires cette année.

    Il déteste cette matière et ils ont un emploi du temps assez fou cette année (lycée privé). Je vois qu’il sature déjà…

    Est-ce que pour rentrer dans un DUT type GEA c’est préjudiciable de ne pas avoir fait maths complémentaires? Parcoursup prend en compte ce paramètre des « maths complémentaires »?

    Bref, ma question est assez simple: est ce qu’il peut abandonner cette discipline à votre avis vu ce qu’il souhaite faire ou ce serait préjudiciable par rapport à Parcoursup?

    Merci bcp pour vos éventuels conseils
    Bien à vous

    Marc

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,

      Navré par avance de ma réponse, mais les critères de sélections étant tenus secrets par le ministère, il est absolument impossible de savoir ce que seront les conséquences de ce choix.
      De plus, l’an prochain sera la première année où les spécialités seront utilisées pour trier les candidatures, et personne ne sait encore comment on va faire, pas même les commissions chargées de triées les candidatures.
      Enfin, le DUT sera supprimé l’an prochain, et il n’y a toujours aucune information sur la formation qui le remplacera : ni programme pédagogique, ni pré-requis pour l’admission…

      Vous êtes donc, et j’en suis sincèrement navré, dans le noir le plus complet, puisque même les personnes qui trieront les candidatures ne savent pas comment elles vont faire.

      Bien à vous,
      Julien

      Répondre
  36. Chloé Letourneur

    bonjour je suis une élève en première général. Etant indécise face à mon choix de spécialité , j’ai fais la fameuse erreur dont vous parliez plus haut de choisir des spécialités opposées entre elles . En l’occurrence Humanité literature et philosophie/ maths et physique chimie. Seulement étant littéraire de base, je suis donc certaine de sélectionner en terminale l’humanité et les maths et d’abandonner la physique ou j’ai des difficultés. Seulement mon proviseur m’a expliqué n’être accepté dans aucune école spécialisée avec ces deux spé opposés. Je voulais donc savoir si ce choix m’handicaperait vraiment pour faire cain hypo cain par exemple ou une license de lettres (je me suis rendue compte récemment vouloir m’orienter sur des études littéraires)

    merci d’avance

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonsoir,
      A priori, pour une Licence de lettre, vous n’aurez aucun problème à être admise, sauf si vous visez une Licence spéciale, particulièrement demandée et avec peu de places. Si c’est le cas, il vous faudra vous présenter pour bien expliquer votre profil. Si vos résultats sont bons dans les spécialités que vous avez avez choisies, ce sera défendable.
      Pour khâgne hypokhâgne, je vous invite à vous rapprocher au plus vite de la formation que vous souhaitez intégrer, et leur poser directement la question. Je ne saurais vraiment pas vous dire. Vos résultats scolaires compteront sans doute pour beaucoup : il vous faudra probablement être meilleure que les candidats qui ont un profil plus typique.

      Dans tous les cas, si vous décidez d’avoir un profil atypique, il vous faudra le défendre, et le défendre d’autant plus fort que la filière que vous visez est sélective. Pour cela, pas le choix : il faut contacter les formations, sans attendre les journées portes ouvertes et ne pas compter seulement sur une lettre de motivation dont la lecture reste incertaine.

      Dans tous les cas également, obtenir un bac général est suffisant pour intégrer l’Université dans les filières qui ne sont pas en tension, et Lettres n’est généralement pas en tension. Donc vous devriez avoir au moins ce filet de sécurité. Ne sous-estimez pas pour autant cette voie : on y rentre facilement, mais on en sort plus difficilement, et on y a bien souvent des enseignements d’une très grande qualité.

      En espérant que cela pourra guider vos choix.

      Répondre
      1. GEORGES

        Bonsoir,
        Si cela peut aider, le lycée de mon fils autorisait les changements de spécialité avant les vacances de la Toussaint.
        Ses choix Maths – SVT – NSI fermaient l’accès à pas mal de filières scientifiques et à priori les CPGE.
        Mais sa/notre demande d’intégrer la spécialité Physique-Chimie ayant été formulée après la Toussaint , donc trop tard , il a fallut patiemment négocier une inscription CNED Réglementée en spécialité Physique/Chimie ( qui permet d’intégrer les notes obtenues au bulletin scolaire)
        Mon fils a pu réintégrer en Terminale la spécialité Physique/Chimie au sein de son lycée.
        Si une erreur de choix ferme d’évidence trop de portes , le rectorat ne peut refuser l’inscription au CNED réglementé.
        Je précise que j’en ai assumé le coût financier de 250, et mon fils l’investissement dans 4 spécialités en première.

        Répondre
        1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

          Bonjour,

          Merci beaucoup pour ce retour d’expérience ! Effectivement, Maths-SVT-NSI est moins avantageux que le classique Maths-SVT-PC, même si je doute qu’il ferme complètement les portes des CPGE.

          Quoi qu’il soit, avoir plus de spécialités que les autres candidats est un avantage certain dans la compétition pour les place sur Parcoursup, puisque cela permet de contourner l’esprit même de la réforme du bac, qui précisément vise à réduire les possibilités de poursuite d’étude…

          Répondre
      2. Alice Ernoult

        Bonsoir,

        Je me permets d’apporter mon avis personnel. Je précise d’abord que je suis prof de maths, en classes préparatoires (filière EC). Le choix HLP-Maths ne présente pour moi aucun caractère d’opposition. Il existe des filières de l’enseignement supérieur qui correspondent à ce profil en prépa (EC, dans une moindre mesure peut-être, B/L et D2 qui valoriseront certainement les SES) et à l’université (MIASHS par exemple, même si là encore les SES paraissent quand même plus proches). Mais surtout, étudier la philosophie avec un bagage solide en mathématiques peut être un atout : la logique fait par exemple partie des domaines à la frontière entre ces deux disciplines.

        Je suis par ailleurs entièrement d’accord avec votre réponse Julien.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.