Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

La campagne d’emploi enseignants-chercheurs 2019 en chiffres

La campagne d’emplois enseignants-chercheurs (EC) synchronisée 2019 est ouverte. 1609 postes sont mis au concours, contre 1658 l’an dernier, que l’on peut examiner au regard de leur corps, section CNU et établissement.

Le corps d’un emploi d’EC) peut être Maître de conférence (MCF) ou Professeur des universités (PR), qui représente une promotion pour les MCF. Les sections CNU (Conseil national des universités) répartissent les emplois par discipline. Les établissements sont les universités et autres écoles dans lesquelles l’emploi est proposé.

Analyse par section CNU

L’analyse des emplois par CNU montre de très grande disparités : pour les MCF, de 77 emplois en section 06 (Sciences de gestion) à 0 en sections 36 (Terre solide : géodynamique des enveloppes supérieures, paléobiosphère) et 76 (Théologie catholique) ; pour les PR, de 39 en section 27 (Informatique) à 0 en sections 12 (Langues et littératures germaniques et scandinaves) et 13 (Langues et littératures slaves).

Cependant, une partie de la disparités provient de la disparité des effectifs dans chacune des sections (sur les effectifs de 2017, ceux de 2018 n’étant pas encore disponibles) :

Grâce à ces deux informations, on peut calculer deux indicateurs plus pertinents que le nombre d’emplois :

  • le taux de renouvellement : le nombre d’emplois MCF sur les effectifs totaux, indication du pourcentage des effectifs renouvelé ;
  • le taux de promotion : le nombre d’emploi PR sur les effectifs MCF, indication du pourcentage de MCF qui pourra être promu.

En plus d’une lecture en pourcentage, ces indicateurs fournissent une lecture en temps : le temps qu’il faudrait pour que les effectifs soient entièrement renouvelé, et le temps qu’il faudrait pour qu’un poste de PR soit proposé à tous les MCF. Ainsi, au rythme de recrutement actuel, il faudrait 17 ans pour renouveler entièrement la section 74, mais 395 ans pour la section 87 ; il y aurait un poste de PR par MCF tous les 17 ans en section 76, mais tous les 282 ans en section 32.

On peut également représenter ces disparités sur un plan. Pour filière en tension, j’ai retenu les sections 01, 02, 03, 16, 18, 70, 71 et 74, qui correspondent aux filières ayant dû faire des tirages au sort. C’est une approximation. On peut en conclure que les filières en tension son globalement mieux traitée, sans que ce soit décisif non plus.

Analyse par établissement

La même analyse peut être conduite par établissement, qui depuis le passage au responsabilités et compétences élargies définissent leur propre stratégie de recrutement. Les établissements proposant moins de 5 emplois ne sont pas tracés pour des raisons de lisibilités.

Ce qui permet de calculer les indicateurs :

On peut ainsi dresser un classement des établissements qui se renouvellent (ou croissent) le plus vite : à ce rythme de recrutement, il faudrait 12 ans pour renouveler les EC de l’Université de Guyane, mais 303 ans à l’Université de Bourgogne.

On peut également dresser le classement des établissements qui promeuvent le plus leur MCF : à ce rythme, il y a un poste de PR par MCF tous les 6 ans en moyenne à CentraleSupélec, et tous les 860 ans à l’Université Claude Bernard Lyon 1

Conclusion et avertissement

Si les emplois ne permettent pas réellement de prédire l’évolution des effectifs sans disposer des départs, ils permettent néanmoins de calculer deux indicateurs intéressants : le taux de renouvellement et le taux de promotions. Ces indicateurs peuvent se lire en pourcentage, mais aussi en temps. L’analyse de ces indicateur permet d’observer les tendances dans les sections CNU, mais aussi les stratégies des différents établissements du supérieur.

Attention tout de même, il ne s’agit pas d’un travail abouti, mais expérimental. La gestion des emplois est évidemment très complexe. Ces indicateurs sont donc à prendre pour ce qu’ils sont : de simples indicateurs, et en aucun cas une réalité de terrain. Notamment, il faut rester conscient qu’il ne s’agit de projections sur la seule base de la campagne de cette année. Or, les campagne d’emplois peuvent être très différentes d’une année sur l’autre.

Malgré les efforts de vérifications, ces chiffres ne sont pas à l’abri d’erreurs. N’hésitez pas à me signaler ce qui parait étrange. Sources est données sont disponibles ici.

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Guerda

    Bonjour, Merci pour cet article. Pourriez-vous le rendre téléchargeable SVP, selon la démarche faite par ces collèges ci (voir au bas du doc).

    https://www.contretemps.eu/frais-de-scolarite-dans-lenseignement-superieur-arguments-et-resistance-internationale/

    Répondre
    1. Julien Gossa (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Malheureusement, cette fonctionnalité dépend d’une extension que je ne peux pas installer moi-même.
      Je ne pourrais donc pas faire quelque chose de plus propre que vous pourrez faire vous-même à partir du site.
      Navré.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.