Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

LPPR : les compétitions de la recherche

Les réactions se succèdent depuis qu’Antoine Petit, PDG du CNRS, a appelé de ses vœux une LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche) « ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne ». Cette phrase interroge avant tout les contradictions entre compétition et coopération dans la recherche. Faire un point sur ces notions est nécessaire pour éclairer la plupart des mesure de la LPPR. Ce billet vise donc clarifier les définitions, puis identifier quelques unes des compétitions en œuvre dans la recherche.

Quelques définitions

Selon le CNRTL, la définition de compétition est : « lutte, rivalité simultanée de plusieurs personnes ou groupes de personnes dans la poursuite d’un même but ». Cette notion est facilement assimilable à celle de concurrence : « fait de se trouver en opposition, le plus souvent d’intérêt dans la poursuite d’un même but, chacun visant à supplanter son rival ». Cependant, on préfère souvent la compétition, car sa coloration sportive est perçue comme moins polémique que l’économie de marché qu’évoque la concurrence.

La coopération est l’« action de participer (avec une ou plusieurs personnes) à une œuvre ou à une action commune. » ou encore une « méthode d’action par laquelle des personnes, ayant des intérêts communs, s’associent en vue d’un profit réparti au prorata de leur activité ». On utilise aussi souvent collaboration : « participation à l’élaboration d’une œuvre commune ».

Partant de ces définitions, il est clair qu’il sera difficile de concilier compétition et coopération, et que la recherche d’un équilibre pourrait être vaine.

En matière de recherche scientifique, la compétition est un facteur de motivation, mais elle implique aussi une forme de protectionnisme. Or le partage des travaux de recherche est le facteur principal d’avancée scientifique. Il est donc indispensable de définir un équilibre entre ces deux notions.

Quelques modalités de compétitions/coopérations

La compétition scientifique entre chercheurs : la rivalité

La compétition scientifique entre chercheurs est généralement la première modalité à laquelle on pense : la compétition pour avoir la meilleure idée, la mieux développée, avant les autres. Elle s’appuie sur le fantasme de « la découverte qui va changer le monde ». Même s’il est pris avec beaucoup de modestie par la plupart des chercheurs, le désir de faire progresser la science est très présent dans le choix de poursuivre une carrière scientifique.

Cette compétition implique une très forte coopération : il est impensable aujourd’hui d’arriver à une découverte significative sans s’appuyer sur les nombreuses connaissances pré-existantes, et sans discuter avec les chercheurs du même domaine. On préférera donc parler de rivalité plutôt que de compétition. Elle peut d’ailleurs se passer de dispositifs externes de mise en concurrence : le plaisir de la découverte, la reconnaissance par les pairs ou le grand public, et la fierté d’avoir participé au progrès général étant les seules récompenses.

https://twitter.com/EurydiceSophie/status/1201937163690094594

La compétition scientifique entre nations

La compétition scientifique entre les nations s’exprimer particulièrement dans les domaines économique, militaire, culturel et diplomatique. Elle vise à assurer le progrès de la nation et à asseoir sa position dans l’organisation géopolitique. C’est donc une chose trop sérieuse pour la laisser aux chercheurs. C’est la principale motivation des dirigeants pour investir dans la recherche publique, et la principale justification de leur contrôle sur les thématiques de recherche, notamment par le financement par projet.

La coopération entre les nations dépend essentiellement des priorités géopolitiques des gouvernements. Elle peut se favoriser, par exemple par des programmes d’échanges ou de recherche, et se limiter, par exemple par des brevets ou embargos. Chaque nation a intérêt à donner le moins possible tout en s’assurant que les autres coopèrent le plus possible avec elle, ce qui peut les pousser elle-même à coopérer, notamment contre un ennemi commun.

Les compétitions institutionnelles entre les chercheurs

Les Etats ont très peu de prise sur la compétition scientifique, qui appartient avant tout aux chercheurs. En revanche, les Etats contrôlent les ressources publiques, ce qui leur permet d’organiser une compétition institutionnelle entre les chercheurs. Cette dernière s’appuie sur des dispositifs externes à la science permettant de mettre en concurrence les individus et structures pour l’accès aux ressources. Adossée à des critères adaptés, cette compétition va permettre d’améliorer des indicateurs quantitatifs (par exemple : nombre de publications, de brevets, etc.) et de concentrer les moyens sur les chercheurs les plus performants vis-à-vis de ces critères.

La compétition par les carrières

La première compétition institutionnelle concerne les carrières des chercheurs. Elle mélange compétition scolaire pour accéder à un doctorat, puis compétition académique pour accéder à un poste, puis des primes, promotions et prix, mais aussi certaines libertés, comme le choix de ses thématiques de recherche ou l’encadrement de doctorants.

Elle est essentiellement individuelle et n’encourage pas la coopération.

Quan, Wei, Bikun Chen, et Fei Shu. « Publish or impoverish: An investigation of the monetary reward system of science in China (1999-2016) ». Aslib Journal of Information Management 69, nᵒ 5 (18 septembre 2017): 486‑502. https://doi.org/10.1108/AJIM-01-2017-0014.

La compétition par les financements

La seconde compétition institutionnelle concerne le financement de la recherche. Elle passe notamment par les AAP (Appels à projets), que les Etats peuvent confier à des agences de moyens, pour éviter les soupçons d’ingérence : ANR (Agence nationale de la recherche) pour la France et ERC (European Research Council) au niveau européen.

Au moins sur le papier, cette compétition peut aussi être utilisée pour favoriser certaines coopérations, notamment territoriales, internationales ou interdisciplinaires. Mais elle reste globalement opposée au principe de coopération, surtout si elle s’accompagne d’une raréfaction des moyens.

De la compétition vertueuse à la décomposition du tissus de recherche

Il y a donc un grand enjeu à ne pas confondre la rivalité scientifique, naturelle entre les chercheurs et généralement vertueuse, et la compétition institutionnelle, organisée par les Etat et qui peut avoir des effets positifs comme des effets pervers, potentiellement très dangereux.

En effet, avec peu de moyens distribués sur AAP comparativement aux moyens récurrents, la compétition pour les financements va dynamiser la recherche et permettre de mieux cibler les moyens. Cependant, si on pousse cette politique jusqu’à raréfier les financements récurrents, les chercheurs perdants de la compétition pourront rencontrer de lourdes difficultés à poursuivre leurs travaux et même les abandonner.

Or, il est impossible d’établir des modalités de compétitions institutionnelle correspondant exactement aux modalités de la rivalité scientifique. On ne peut donc pas garantir la sélection de tous les travaux d’intérêt, notamment en matière de recherche fondamentale et de SHS, ce qui réduit inévitablement le progrès scientifique. Inévitablement aussi, cette compétition va favoriser l’adaptation à des modalités de compétition différentes de la rivalité scientifique. En clair : on pourra très bien écarter un chercheur brillant en science au bénéfice d’un chercheur brillant en demande de financement.

De plus, cette compétition peut créer un environnement peu propice à la production scientifique, et notamment nuire à la créativité.

Fang, Ferric C., et Arturo Casadevall. « Competitive Science: Is Competition Ruining Science? » Infection and Immunity 83, nᵒ 4 (1 avril 2015): 1229‑33. https://doi.org/10.1128/IAI.02939-14.

 

La compétition de carrière est encore plus dangereuse. Une sélection raisonnable permet de garantir un haut niveau global des chercheurs. Mais pousser trop loin cette sélection va pousser à des comportements individuels ou collectifs dangereux pour la science. L’enjeu pour les individus est décuplé lorsque de la compétition dépend la capacité à se loger et se nourrir, en clair à survivre. Or c’est exactement le cas pour les chercheurs précaires dont le nombre ne cesse de grandir.

Plus cette compétition est féroce, plus elle légitime les inconduites scientifiques : vol ou sabotage des travaux des concurrents, invention de preuves, falsification de résultats, ou plus simplement exagération de la portée des travaux, vérifications peu scrupuleuses et non partage des réflexions en cours avec de potentiel concurrents. Ces inconduites sont d’autant plus légitimées que les grands gagnants de la compétition n’en sont pas exempts. Tous ces comportements ont des effets dramatiques évidents sur la science et le progrès.

Conclusion

C’est une des interprétations possible de la LPPR : la mise en place, il y a une quinzaine d’années, de la compétition par les financements n’a pas eu les effet positifs escomptés sur la recherche française ; il s’agit donc maintenant d’aller plus loin en renforçant la compétition par les carrières. Toutes les mesures visant à développer les contrats précaires et les rémunérations à la performance, darwinistes au sens d’Antoine Petit, risquent d’avoir pour effet de placer la compétition entre chercheurs non plus sur un plan scientifique, mais sur un plan de survie individuelle.

Si ce risque s’avère, alors les effets pervers de la compétition, dont la mauvaise sélection des chercheurs et la légitimation des inconduites scientifiques, pourraient s’étendent jusqu’à la ruine de la notion même de coopération, moteur principal d’avancée de la science.

« Science would be ruined if (like sports) it were to put competition above everything else. »
Benoit Mandelbrot

 

Pour aller plus loin…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.