Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire

Parcoursup

La loi ORE : un formidable terrain d’étude pédagogique

Maintenant que les affectations sont (presque) finies dans l’enseignement supérieur, la communauté va pouvoir se concentrer sur le second volet de la loi Orientation et Réussite des Etudiants (ORE) : la réussite des étudiants, seul et unique objectif affiché de la réforme. Quelques minutes de travail par filière permettraient d’améliorer significativement ce volet. Pourtant, ce petit travail ne sera peut-être pas fait. Voilà comment.

Améliorer la réussite par l’orientation et l’acompagnement

L’amélioration de cette réussite s’appuie sur deux dispositifs : une meilleure orientation grâce à l’examen des dossiers de candidatures, et un meilleur accompagnement grâce aux mesures d’accompagnement personnalisé (ou « oui si »). L’absence quasi-totale de cadrage national en ce qui concerne ces deux dispositifs est très favorable à l’expérimentation et à la diversité des approches. En effet, chaque filière est totalement libre dans sa façon de classer les candidatures, comme dans l’élaboration des mesures d’accompagnement et la sélection des étudiants qui devront les suivre. La France est ainsi devenu un formidable terrain d’étude pédagogique : nous allons pouvoir, à l’échelle d’une nation, connaitre les techniques d’orientations et les mesures d’accompagnement qui fonctionnent et sous quelles conditions.

Cependant, faire émerger cette connaissance implique que soit, dès cette année, mise en oeuvre une méthode d’évaluation standardisée. Sans cette évaluation, nous commettrions la même erreur que pour le plan pour la réussite en Licence, dont aucun bilan n’a jamais été tiré et qui n’a jamais réellement permis de faire émerger de la connaissance à l’échelle nationale. Ce défaut de bilan explique en partie pourquoi la loi ORE en reprend encore les termes 10 ans plus tard.

Les connaissances à produire à l’échelle nationale

Dans l’idéal, il faudrait répertorier la totalité des techniques d’orientation, de sélection et d’accompagnement, et d’arriver à les caractériser en terme d’efficacité, sans manquer de les mettre en perspective avec les particularités locales et autres biais inévitables. Un tel travail serait profitable à l’ensemble de la communauté, en permettant à chaque formation d’améliorer ses propres procédures et pratiques, de découvrir de nouvelles idées, comme d’éviter les fausses bonnes idées qui sont légion dans le domaine.

C’est ambitieux. Trop sans doute, sauf à compter sur un important support du ministère. Il s’agit donc d’adopter une approche plus modeste.

Enquête de terrain ou statistiques nationales ?

Lorsqu’on en vient à l’enseignement, deux approches sont possibles.

D’une part, les enquêtes de terrain permettent d’avoir une vision fine, comprenant les trajectoires individuelles et prenant en compte les biais, mais limitée dans le temps et l’espace. Par exemple : [« Essai de mesure de l’efficacité différenciée d’un plan « Réussite en licence » selon les acquis initiaux des étudiants », Cathy Perret, Julien Berthaud et Stéphanie Benoist] ou [« L’Université n’est pas en crise. Les transformations de l’Enseignement supérieur : enjeux et idées reçues », Romuald Bodin et Sophie Orange].

D’autre part, les grandes enquêtes statistiques permettent de dégager des tendances et d’identifier des particularités, mais sans comprendre les biais, réalités locales et trajectoires individuelles. Par exemple: [Réussite et échec en premier cycle, note d’information MESR ] ou [Repères & références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche 2018, DEPP].

Pour caricaturer, on peut donc identifier des réalités à grande échelle mais sans les comprendre, ou les comprendre mais sans les identifier à grande échelle. Malheureusement, aucune de ces deux approches n’est satisfaisante

Statistiques nationales et enquêtes de terrain ciblées

Un enquête de terrain au niveau national étant impossible à mener, il faudra se limiter à une enquête statistique nationale, qui doit permettre d’identifier les filières qui ont obtenu des résultats particuliers. Cette identification permettra ensuite de mener des enquêtes de terrain ciblées, ou à défaut, d’obtenir des informations plus précises sur les mises en oeuvre qui ont conduit à des résultats remarquables.

Par chance, les statistiques nécessaires sont déjà disponibles ! En effet, les établissements font déjà remonter tous leurs taux de réussite au niveau national [#DataESR], déclinés en fonction du profil des étudiants. Il s’agit simplement de faire la même chose, mais décliné selon les filières et mesures d’accompagnement. Pour bien faire, il faudrait aussi simplement calculer le taux d’abandon, qui est une statistique dont dispose les établissements mais qui n’est pas remontée au national.

Très concrètement

Très concrètement, il suffirait donc que chaque filière fasse remonter, pour chaque parcours, ces trois informations :

  • Inscriptions : nombre d’inscrits dans la formation
  • Présences aux examens : nombre de présents aux examens (c’est la donnée manquante au niveau national)
  • Passages : nombre ayant validé leur année/semestre.

Ces trois informations permettent de calculer les :

  • Taux d’abandon = Présences aux examen / Inscription
  • Taux de réussite = Passages / Présences aux examen ou Passages  / Inscription

Pour démontrer la simplicité de ces informations, voici un document en ligne et une version téléchargeable (en version annualisée et semestrialisée), que tout un chacun peut réutiliser.

Ainsi, une comparaison entre les statistiques de cette année et celle de l’an dernier permettent d’identifier rapidement les techniques d’orientation, de sélection et d’accompagnement qui obtiennent des résultats hors du commun, dans la perspective de les étudier de plus près.

Si ces informations peuvent être facilement remontées au ministère et publiées en ligne, cela impliquera des délais prohibitifs, de l’ordre de deux ans. Or, c’est dès cette année qu’il nous faut des élément de décision, afin d’améliorer la rentrée prochaine. C’est pourquoi les établissements, au travers de leur commission de la formation (CFVU), devraient sans attendre mettre en place une telle collecte. Les premiers résultats peuvent être obtenus dès janvier prochain, à la fin du premier semestre, ce qui laisserait assez de temps pour préparer la rentrée de septembre 2019. La CPU pourrait également impulser cette action.

Quels sont les risques ?

Il existe donc un initiative qui ne coûte rien, qui est facile à mettre en œuvre et est indispensable pour progresser… Pourtant il est possible qu’elle ne soit pas concrétisée. Deux risques se font face :

D’un côté, il existe le risque de se diriger vers une réforme bancale, impossible à faire aboutir, faute de disposer des outils permettant de l’améliorer et d’en tirer le meilleur.

D’un autre côté, il existe un risque de découvrir que les bénéfices de la réformes sont faibles en regard de ses défauts, qu’elle est un échec, et non pas en raison d’un défaut de mise en oeuvre, mais d’un défaut structurel.

Ce sera aux acteurs des universités, du ministère aux équipes pédagogiques, en passant par la CPU et les CFVU, de peser le pour et le contre de ces deux risques et de prendre les décisions qui s’imposent.

Parcoursup : l’épreuve de vérité

Nous voici donc à la fin de la première phase principale de Parcoursup. Les bilans statistiques et chiffrés sont largement disponibles. On pourra se référer au dernier tableau de bord.

Pour faire la liste des points à améliorer (lenteur de l’affectation, stress dû aux réponses au fil de l’eau, précipitation de mise en oeuvre dangereuse, explicabilité insuffisante pour l’acceptabilité, prise en compte du handicap, difficulté de logement pour les réponses tardives…), on pourra se référer à l’audition publique intitulée “Les algorithmes au service de l’action publique : le cas du portail admission post-bac”, conduite par M. Cédric VILLANI, député, et M. Gérard LONGUET, sénateur, à laquelle participaient notamment des représentants de la CPU et de la DGSIP.

Cette audition étant datée de novembre 2017, on pourra se demander pourquoi seraient corrigées des erreurs qui auraient pu être évitées, mais nous allons plutôt nous pencher sur trois points qui questionnent la notion de vérité, si chère à nous autres universitaires.

«Le dernier mot au bachelier» et «aucun candidat à l’université ne recevra un « non »»

« Le dernier mot au bachelier » était un des piliers de la loi ORE, considéré comme un principe par la FAGE et consolidé par le SGEN-CFDT. Avec «Aucun candidat à l’université ne recevra un « non »», c’était un des slogans répétés à l’envie dans les médias et les réseaux sociaux.

On pouvait légitimement penser que ces principes garantissent que le choix de son orientation reviendra en dernier lieu au bachelier, au moins dans les filières non-sélectives de l’université. L’institution n’aurait alors qu’un rôle de conseil. Après tout, le sens de l’expression « avoir le dernier mot » n’est-il pas « avoir le pouvoir de décider en dernier ressort » ?

Or, la loi ORE dispose que « Le silence gardé par un établissement sur une candidature […] ne fait naître aucune décision implicite avant le terme de cette procédure« . En clair, c’est à partir d’aujourd’hui que les « en attente » se transformeront progressivement en « non ». Combien de candidats n’auront pas leur vœux préféré, y compris dans les Licences non-sélectives, y compris dans les filières qui ne sont pas en tension ? Combien de candidats n’auront pas, in fine, le dernier mot et recevront un « non » à l’université ? Voilà des chiffres qui mériteraient d’être publiés.

En réalité, il ne s’agissait pas d’un dernier mot dans la hiérarchie des choix, dominée essentiellement par l’institution, mais dans la temporalité des choix… Droit bien faible comparé à la publicité qui lui a été faite. On a d’ailleurs récemment pu entendre que plutôt « l’idée, c’était de redonner le dernier mot au lycéen, et lui permettre de choisir jusqu’au bout ». Mais choisir jusqu’au bout parmi quelles propositions ? Lorsque vous n’avez obtenu qu’un second choix : quitter la plateforme ou s’en contenter. Lorsqu’aucune ne vous est faites : quitter la plateforme ou continuer à espérer… On peinera à voir en quoi ces choix sont en faveur d’une meilleure orientation.

On peinera surtout à trouver de la franchise dans ces slogans. N’est-ce pas une façon d’écorner la vérité que de détourner le sens d’une expression comprise de tous pour nous faire dire, et donc nous faire comprendre, tout autre chose ?

«Accompagner vers la réussite l’ensemble des étudiants» et «créer des places supplémentaires»

L’ambition affichée de la loi ORE est d’organiser « un accompagnement vers la réussite pour l’ensemble des étudiants », ambition louable s’il en est. Même si on n’entend plus beaucoup parler du « contrat de réussite étudiant », et que les moyens sont bien faibles face à la hauteur des enjeux, au moins pourra-t-on peut-être compter sur des leviers positifs pour la réussite :

  • un affaiblissement du sentiment de « subir » les étudiants par les filières qui contrôlent désormais leur recrutement, au moins en partie ;
  • une meilleure connaissance des étudiants par leurs enseignants, grâce à l’étude des dossiers de candidature ;
  • la nécessité pour les établissements d’afficher des performances en hausse, et les incitation, y compris financières, qui l’accompagneront.

Parallèlement, il a été annoncé la création de places supplémentaires à l’université, d’abord à hauteur de 10.000, puis 22.000 et finalement 19.000. Ces places ont été créés essentiellement sans moyens supplémentaires, donc en rognant sur les marges de manœuvre, et cet ajustement final de 22.000 à 19.000 pourrait bien témoigner d’une saturation définitive du système universitaire à moyen constant.

Sauf qu’améliorer la réussite des étudiants consiste à réduire le taux d’abandon, donc augmenter mécaniquement le nombre d’étudiants. Addition faite de l’augmentations démographique, la situation pourrait très rapidement s’avérer critique. C’est très regrettable, mais l’université fonctionne aussi dans ses filières les plus sous-dotées parce que les amphis qui débordent se vident, parfois rapidement. Dans ces amphis, la tentation de « piscine » est grande, mais contraire au principe de réussite du plus grand nombre.

Il y a donc deux affirmations : faire réussir l’ensemble des étudiants, et accueillir tous les bacheliers. Et les deux sont incompatibles. Laquelle sera vraie et laquelle sera fausse ? Une seule chose est sûre, dans de nombreuses filières, il faudra choisir.

«Le secret des délibérations» et «les motifs pédagogiques»

Evitons le mot algorithme. Les recettes utilisées par les commissions d’examen des vœux pour trier les candidatures ont finalement été tenues secrètes.  Selon la loi ORE, « afin de garantir la nécessaire protection du secret des délibérations des équipes pédagogiques chargées de l’examen des candidatures […] les obligations […] sont réputées satisfaites dès lors que les candidats sont informés de la possibilité d’obtenir, s’ils en font la demande, la communication des informations relatives aux critères et modalités d’examen de leurs candidatures ainsi que des motifs pédagogiques qui justifient la décision prise. »

Les candidats n’ont donc eu aucun moyen de comprendre leur classement, et les recalés ont donc toute légitimité à être défiants. Des demandes d’information arrivent aux établissements. Nous ressortons les dossiers, et nous efforçons d’expliquer aux candidats qui en font la demande pourquoi ils n’ont pas été admis.

Mais plus de 6 millions de vœux ont été formulés sur Parcoursup cette année. Pour de très nombreux collègues, l’examen de dossiers de bacheliers était une première. L’absence de cadrage national sur les objectifs de cet examen n’aura pas aidé. A moins d’imaginer des universitaires infaillibles, il faut admettre que des erreurs ont nécessairement été commises, et en quantité probablement non négligeable. Des candidats valables ont forcément été écartés par erreur. Et certaines de ces erreurs vont être découvertes a posteriori.

Quelles options pour l’examinateur qui découvre, suite à une demande, une telle erreur ? L’avouer pourrait avoir des conséquences désastreuse, non seulement en terme d’organisation d’une admission tardive, de gestion d’un incident pour lequel rien n’est préparé, mais aussi en terme d’image ou de répercussion sur les autres candidats. Le réflexe sera inévitable : trouver des aspérités dans le dossier, pousser un peu la mauvaise foi sans trop se compromettre, et justifier malgré tout une décision qu’on aurait en réalité volontiers changée.

Parcoursup va contraindre des universitaires à s’arranger avec la vérité, la tordre, sinon la cacher purement et simplement. Pour un universitaire, il s’agit là d’une compromission de la pire espèce.

Cela fera une bonne question pour les conseils des universités, un bon sujet pour les formations d’éthique scientifique que se développent un peu partout, et il serait intéressant de connaitre les recommandations du Comité éthique et scientifique Parcoursup.

Parcoursup : Petit manuel de réponse aux propositions à l’usage des candidats à l’enseignement supérieur

Ce petit manuel s’adresse aux candidates et candidats dans l’enseignement supérieur, qui doivent aujourd’hui, au jour le jour, renoncer aux propositions qui leur sont successivement faites pour n’en garder qu’une seule en permanence, qui finira par devenir leur affectation finale. La procédure et le calendrier sont parfaitement décrits dans le Mode d’emploi de la phase d’admission du ministère, dont la lecture et la compréhension sont indispensables. En complément, cette FAQ est très bien faite. Ce manuel présente donc ce qui ne l’est pas ailleurs : Quelles sont les erreurs à éviter ? Quelles sont les différentes stratégies de réponses ? Comment interpréter les réponses pour bien faire son choix ?

Les erreurs à éviter

Principalement, quatre erreurs doivent être évitées :

Précipiter son choix sans être en pleine possession de toutes les informations.

Rien ne vous oblige à accepter définitivement la première proposition qui vous sera faite, y compris si toutes les autres voussemblent inaccessibles. Tant qu’une réponse formellement négative n’est pas donnée, renoncer à une proposition en attente n’apporte aucun avantage.

Oublier de répondre dans le délai prévu.

Une absence de réponse dans le délai prévu revient à un renoncement à toutes les propositions, y compris celles encore en attente, ainsi qu’à une sortie définitive du système. Cependant, un délai de 5 jours a été ajouté pendant lequel il est possible de revenir dans le système et de récupérer ses propositions en attente. Cela conduit malgré tout à la perte définitive de toutes les propositions déjà reçues.

Oublier de systématiquement stipuler que l’on souhaite conserver toutes les propositions encore « en attente ».

Cette maladresse peut coûter cher, en transformant une décision temporaire « faute-de-mieux pour l’instant » en décision définitive, alors que d’autres propositions plus intéressantes peuvent encore arriver. Tant que la procédure n’est pas finie, il n’existe strictement aucune certitude quant aux propositions en attente. Y renoncer sans raison n’apporte donc aucun avantage.

Refuser l’unique proposition qui vous est faite.

Cette décision vaut sortie du système et revient à renoncer à toutes ses propositions en attente. De plus, la commission rectorale chargée de trouver une place aux candidats sans affectation pourra, pour cette raison, refuser de traiter votre cas ou le juger moins prioritaire.

Que faire en cas d’erreur ?

Si une de ces erreurs était commise, il convient de mettre sans délai un message dans la rubrique contact du site, et d’appeler  le numéro vert de Parcoursup : 0800 400 070. Il est préférable que l’erreur se fasse tôt le matin et en semaine, afin qu’elle puisse être corrigée rapidement, et surtout avant que d’autres candidats reçoivent les propositions refusées par erreur. Contacter directement le rectorat ou l’université peut également être envisagé. Si aucune démarche n’aboutissait, il resterait alors à saisir le médiateur de l’université. Un recours au tribunal administratif semble cependant exclu sur ces motifs, qui sont clairement prévus dans la loi.

Les stratégies de réponse

Il existe différentes stratégies de réponses, aucune n’étant globalement idéale.

A quel moment répondre ?

Chaque fois qu’une proposition vous est faite, vous disposez d’un certain délai de réponse : une semaine en début de procédure, et puis progressivement moins. Vous pouvez donc soit répondre tout de suite, soit attendre.

Individuellement, pour faire le meilleur choix, vous avez tout intérêt à répondre le plus tard possible. Plus vous attendez, plus vous recevrez de réponses, plus vous aurez d’informations pour faire votre choix. Attendre le dernier jour est donc la meilleure stratégie individuelle. Cependant, veillez à ne pas attendre les dernières heures, pendant lesquelles une saturation de la plateforme risque de vous faire perdre toutes vos propositions.

Individuellement, pour obtenir de nouvelles propositions plus rapidement, vous avez peut-être intérêt à répondre le plus tôt possible. Lorsque vous répondez, vous déclenchez un effet domino : votre place sera proposée au candidat suivant, qui répondra à son tour, ce qui libérera une place, ainsi de suite. Sans aucune garantie ni contrôle possible, il existe une possibilité que cet effet domino finisse par libérer une place pour vous. C’est un pari qui ne vous permettra pas d’obtenir de meilleures propositions, mais seulement peut-être de les obtenir plus vite.

Collectivement, vous avez tout intérêt à répondre le plus tôt possible. Plus vite vous renoncez à des propositions, plus vite elle seront proposées aux candidats suivants dans la liste d’attente. Rester en attente est un stress qui est loin d’être négligeable, notamment dans cette période de préparation du bac. Or, les moins bien classés sont également les lycéens les plus en difficulté. Occuper le moins longtemps possible les listes d’attente est donc un réel service que vous rendez à vos camarades les plus en difficulté.

Que répondre avec une proposition qui vous convient ?

En matière d’orientation, la certitude est l’exception. Etre confronté à des choix que vous ne maîtrisez pas totalement est donc parfaitement normal. Mais que faire lorsqu’une proposition semble vous convenir ?

Individuellement, pour faire le meilleur choix, vous avez tout intérêt à conserver toutes vos propositions en attente. Le faire ne comporte aucun désavantage pour vous, et vous permettra de gagner du temps et d’obtenir peut-être de nouvelles informations permettant d’affiner votre choix ou même d’en changer. N’oubliez pas que plus la filière est demandée, plus la liste d’attente est longue, plus la proposition est tardive. Ainsi, les propositions les plus intéressantes peuvent être les dernières à arriver.

Individuellement, pour obtenir de nouvelles propositions plus rapidement, vous avez peut-être intérêt à renoncer à certaines propositions en attente. Pour la même raison exposée auparavant, renoncer à certaines de vos propositions est un pari qui ne vous permettra pas d’obtenir de meilleures propositions, mais seulement peut-être de les obtenir plus vite, ce qui peut être important pour préparer votre rentrée dans les temps.

Individuellement encore, pour préparer votre rentrée si la formation implique un déménagement, vous avez peut-être intérêt à accepter définitivement la proposition au plus tôt. Donner une réponse définitive, et par là même être fixé.e sur votre destination au plus tôt, vous donnera un avantage dans la préparation de la rentrée. Cet avantage se retrouve notamment dans les demandes de logements CROUS ou dans la recherche des meilleures locations, ou encore dans l’accès aux meilleurs emplois étudiant.

Collectivement, vous avez tout intérêt à renoncer à vos propositions en attente. Pour la même raison exposée auparavant, renoncer à vos propositions en attente permettra de faire avancer plus vite les listes d’attente, en faveur de vos camarades les plus fragiles. Il sera à leur avantage de considérer le renoncement, au moins aux propositions en attente qui vous intéressent le moins.

L’interprétation des réponses

Interpréter les réponses et propositions sera un réflexe que vous ne pourrez éviter. Voici quelques informations pour mieux vous y retrouver, en fonction de la réponse qui vous est faite :

« Oui »

C’est la réponse la plus agréable et la plus difficile. Il est très agréable d’être admis quelque part, mais cela va vous demander de faire des choix : choix entre les différents « oui » bien sûr, mais aussi choix sur les propositions encore en attente, et le choix d’accepter définitivement la proposition, au détriment de toutes celles qui sont encore en attente.

« Non »

C’est la réponse la plus dure et la plus facile. Ce n’est jamais agréable de se voir opposer un refus, mais cela limite l’embarras de votre choix. Ce serait une erreur d’interpréter un « non » comme « vous n’avez pas le niveau pour réussir ». Dans la majeure partie des cas, il signifie en réalité « nous avons trop de candidats et pas assez de places, il est donc inutile d’attendre pour rien », sans aucune autre forme de considération.

« En attente »

C’est une réponse inconfortable. La patience est votre seule arme. Il faut rester conscient de deux choses.

D’abord, votre rang dans la file d’attente n’est pas un indicateur parfait de vos chances d’admission. Vous pouvez parfaitement être classé.e 300/400 et finir par être admis.e, notamment dans les filières non-sélectives, mais pas seulement ; ou bien être 10/300 et finalement ne pas être admis.e. Toute conclusion à ce propos n’aurait aucune base rationnelle : renoncer à un vœu parce que vous estimez que vous êtes de toutes façons trop loin pour l’obtenir serait objectivement une erreur.

Ensuite, le classement des candidatures reste très aléatoire, et dépend beaucoup plus du nombre de candidatures et du nombre de places, que de votre profil. Votre rang dans la file d’attente est donc un très mauvais indicateur de votre niveau ou de vos chances de réussite. Ce n’est pas parce que vous êtes classé.e 300/400 que vous ne réussirez pas, et ce n’est pas parce que vous êtes classé.e 10/300 que vous réussirez. Là encore, toute conclusion n’aurait aucune base rationnelle : accepter une proposition en regard de votre classement ne vous apporte strictement aucun avantage en terme de réussite. Ce serait objectivement une erreur.

Enfin, vous avez la possibilité de demander des informations sur la façon dont vous avez été classé.e, afin de mieux comprendre comment vous avez été orienté.e. Il existe deux informations distinctes : d’abord les commentaires émis lors de l’évaluation de votre dossier personnel par la commission d’examen des vœux, ensuite l’algorithme local utilisé pour classer toutes les candidatures.

« Oui si »

Cette réponse indique qu’il vous sera imposé une mesure d’accompagnement. Cependant, il faut savoir que la plupart des commissions d’examen des vœux ont attribué ces « oui si » sans connaissance de leur nature ni de leur moyens. Parfois, vous bénéficierez réellement d’heures d’enseignement supplémentaires adaptées à votre profil, parfois au contraire vos enseignements de première année seront simplement étalés sur deux ans, réduisant au final le nombre d’heures de cours que vous aurez par an. Ce type de mesure peut être un facteur d’échec si vous n’avez pas une très bonne autonomie de travail.

Il est donc crucial de vous renseigner sur la nature et les moyens des mesures d’accompagnement imposées par ce « oui si », afin d’essayer d’évaluer si elle conviennent réellement à votre profil, car ces mesures peuvent en réalité aussi bien être des vecteurs de réussite que d’échec.

Toute interprétation du « oui si » est donc risquée : cette réponse peut aussi bien représenter un avis réservé sur vos chances de réussite, qu’un encouragement à rejoindre la filière. Malheureusement, il est difficile sinon impossible de savoir à l’avance de quel « oui si » il s’agit vraiment.

Pour conclure

Le fonctionnement de Parcousup est totalement nouveau, et, à ma connaissance, unique au monde. Nous ne disposons donc pas encore du recul et de l’expérience nécessaire pour évaluer les conséquences des différentes décisions que vous pouvez prendre. Les propositions que vous recevrez, et notamment votre rang dans les listes d’attente ou les « oui si », ne peuvent pas être interprétés de façon objectivement sûre. Il peut être préférable de totalement les ignorer pour baser votre choix uniquement sur votre envie, à l’exclusion de toute autre forme de considération. Il faut également garder en tête deux choses importantes.

Tout d’abord, Parcoursup est conçu comme un processus long. Il est tout à fait normal d’être en attente, y compris sur la totalité de ses vœux, y compris pendant longtemps. D’un point de vue scientifique, cela ne veut strictement rien dire sur vous, votre niveau, vos chances d’être admis et encore moins vos chances de réussite. La patience est votre seule arme. N’oubliez pas que l’accès à l’Université reste de droit pour tout titulaire d’un baccalauréat : en cas de refus au final de tous vos vœux, saisissez la commission rectorale sans la moindre hésitation, et soyez insistant pour obtenir une formation qui vous convient.

Ensuite, si vous postulez pour la première fois dans l’enseignement supérieur, ne cédez pas à la facilité de croire que vous êtes en train de jouer votre vie. Notre système de formation supérieure est vaste, divers, et (encore) en majorité conçu sur la réorientation. Les possibilités de rebondir sont nombreuses et accessibles, et l’Université reste encore ouverte à toutes et à tous. Vous n’aurez peut-être pas votre « choix du cœur », ni même votre « choix de la raison »… Mais une chose est sûre : vous n’avez encore strictement aucune idée de ce que vous allez trouver. Vous avez autant de chances de vous plaire dans un choix par défaut que d’être déçu.e dans votre choix prioritaire. Restez curieux.se, et vous serez toujours surpris.

Trouver sa voie, réussir ou rater sa vie, ne se fait pas sur un clic dans une interface. C’est un effort de tous les instants, et une plateforme d’accès à l’enseignement supérieur n’y changera rien.

Parcoursup : les universités font leur marché

Et si la véritable évolution de Parcoursup était l’entrée des universités dans le marché de l’enseignement supérieur ?

C’est en tous cas l’idée qui est présentée par le président de l’Université de Poitiers Yves Jean : « Le Plan étudiants va créer un jeu de concurrence entre les universités ». Le sujet est d’ailleurs abordé ouvertement de temps à autres, par exemple : « comment l’équilibre offre-demande – autrement dit le marché du supérieur – a été reconfiguré par Parcoursup », ou encore « Comment la globalisation bouleverse l’université ».

Plutôt que se demander si, oui ou non, les universités devraient participer ouvertement à un marché de l’enseignement supérieur, regardons plutôt de quoi il s’agit, comment cela se passe, et quels sont les conséquences prévisibles à court terme.

Vers une concurrence pure et parfaite…

Un état de marché est défini par une concurrence se rapprochant le plus possible du concept théorique de « concurrence pure et parfaite » qui doit satisfaire cinq conditions :

  1. l’existence d’un grand nombre d’agents économiques indépendants les uns des autres : alors que les candidats sont naturellement indépendants, Parcoursup renforce l’autonomie des universités en permettant à chaque établissement et formation de développer sa propre stratégie de recrutement ;
  2. l’inexistence de barrières qui empêchent d’entrer et de sortir de ce marché : Parcoursup a vocation à intégrer toutes les formations du supérieur et intègre déjà de nombreuses formations privées, dont le développement est impressionnant ;
  3. la disposition d’une information parfaite et complète : Parcoursup améliore sensible l’information donnée aux lycéens, mais en fait aussi à la totalité des acteurs, qui pourront aussi se référer aux nombreux classements des formations et établissement (par exemple ici, ou , et même maintenant des méta-classements) ;
  4. l’homogénéité des produits : dans Parcoursup, toutes les formations sont vues sous l’angle des mêmes indicateurs clés, et l’arrêté Licence vise à créer un nouveau cadre à ces produits ;
  5. la mobilité des facteurs (capital, travail) qui concourent à la production des biens ou des services : même si ce n’est pas directement lié à Parcoursup, développer la mobilité dans l’enseignement supérieur est une priorité politique.

Le site Parcoursup fournit d’ailleurs un outil de recherche puissant dans lequel les formations ont chacune leur fiche produit :

… vue depuis les formations…

Au sein des universités, les formations sont pilotées sur la base de différents indicateurs clés de performance, appelés KPI (Key Performance Indicators), dont les principaux sont :

  • Taux de pression : mesure l’attractivité de la formation par un rapport entre le nombre de candidatures et la capacité d’accueil, 100% est une attraction maximum et 0% une attraction nulle (voir le classement national).
  • Taux de réussite  : mesure la réussite des étudiants par le rapport entre le nombre d’étudiants diplômés et les effectifs, 100% est une réussite totale et 0% un échec total.
  • Taux d’insertion : mesure l’insertion à la sortie de la formation par le rapport entre le nombre de diplômés et le nombre d’étudiants qui trouvent un emploi ou une poursuite d’étude, 100% une insertion de tous les étudiants et 0% une insertion nulle.

Au plus ces trois indicateurs sont élevés, au plus la formation sera considérée comme performante. Ils sont donc cruciaux dans les négociations qui président à la répartition des moyens au sein des universités : un poste d’enseignant sera plus volontiers attribué à une formation présentant des taux de pression, réussite et insertion élevés, qu’à une formation peu demandée, où les étudiants échouent ou se retrouvent au chômage. Cependant, les formations ont peu de prises sur ces indicateurs :

  • augmenter le taux de pression par la publicité comporte un coût non négligeable et les résultats dans le secteur public sont jusqu’ici peu probants ;
  • augmenter le taux de réussite peut se faire en baissant les exigences, mais cela conduit à une baisse des autres indicateurs, ou en améliorant l’enseignement, mais cela nécessite des moyens dont la perspective est politiquement écartée ;
  • l’insertion dépend essentiellement de facteurs extérieurs à la formation, comme le nombre d’emplois disponibles dans le secteur de la formation…

En revanche, Parcoursup permet maintenant de jouer sur un levier très efficace : la capacité d’accueil. Regardons, sur un cas concret, les effets qu’on peut en attendre.

L’impact de la capacité d’accueil sur les KPI

Soit une formation ayant 200 dossiers déposés, 100 candidats qui viendraient vraiment, 35 places en insertion potentielle et une répartition des effectifs comme suit :

  1. 15 candidat issus d’une filière montrant 90% de réussite ;
  2. 70 candidats issus d’une filière montrant 40% de réussite ;
  3. 15 candidats issus d’une filière montrant 10% de réussite.

On peut aisément calculer ses principaux indicateurs clés : 50% de taux de pression, environ 40% de taux de réussite et 80% de taux d’insertion.

En jouant sur sa capacité d’accueil grâce à un algorithme local qui classe les candidatures en fonction des taux de réussite de leur filière d’origine, la filière dispose d’un levier d’action direct sur ses KPI :

La réduction de la capacité d’accueil permet de réduire le nombre d’étudiants ayant peu de chance de réussite ainsi que le nombre de diplômés, et d’ainsi améliorer tous les indicateurs. On pourra d’ailleurs fixer cette capacité d’accueil en fonction d’un objectif particulier. Par exemple, 68 places permettront d’avoir 100% d’insertion, alors que 15 places permettront en plus d’avoir un taux de réussite de 90% :

Il faut noter ici que cette approche néglige d’autres effets de la réduction des effectifs, comme l’augmentation du taux d’encadrement, mais aussi la réduction des budgets alloués par l’université, qui sont souvent fonction du nombre d’étudiants. Cette réduction pousse naturellement à trouver d’autres sources de financement.

Au final, la réduction des capacités d’accueil est une réponse efficace aux manques de moyens. Indépendamment les unes des autres, toutes les formations ont donc intérêt à progressivement réduire leur nombre de places… D’où la nécessité d’une régulation.

… Mais sur un marché régulé…

Si Parcoursup est une avancée selon le cadre théorique d’un marché parfait, totalement dérégulé, et que le choix rationnel sur le plan économique pour une formation est de réduire sa capacité d’accueil, il existe donc un risque d’exclusion des étudiants les moins « rentables » du point de vue des KPI, notamment depuis que la baccalauréat n’est plus le seul critère pour intégrer une filière universitaire. C’est pourquoi il est nécessaire d’établir un organe régulateur avec des pouvoirs forts, notamment sur les acteurs publics.

C’est le rectorat qui a été choisi pour jouer ce rôle de régulateur, et c’est pourquoi le pouvoir de fixer les capacités d’accueil a été transféré des présidents d’université aux recteurs. C’est aussi pourquoi le rectorat a le pouvoir de fixer les quotas minimum de boursiers, ou encore les quotas maximum de candidats hors-académie, dont le pourcentage est l’indicateur principal d’attractivité.

Le site statistique.parcoursup.fr permet d’ailleurs de visualiser et comparer l’attractivité de chaque région, ville, établissement et formation. Par exemple, voici l’attractivité régionale de Panthéon Sorbonne et l’I.U.T de Saint Denis :

    

Ainsi, le rectorat est garant que les formations ne réduiront pas brusquement leur capacité d’accueil, tout en évinçant les candidats boursiers au profit des candidats hors académie afin d’avoir des effectifs rentables à tout point de vue. Notons que les formations privées ne sont pas soumises à cette régulation, ce qui constitue une imperfection du marché, tout comme la non transparence des algorithmes locaux, qui contrevient à la mise à disposition d’une information parfaite et complète. Cette non transparence de la recette pour sélectionner les meilleurs étudiants peut d’ailleurs aussi se comprendre sous l’angle du secret industriel.

Quoi qu’il en soit, l’accès à l’Université est garantie par la loi à tous les bacheliers, ce qui est un frein majeur à la concurrence entre les formations, même si Parcoursup leur permet aujourd’hui de sélectionner leurs étudiants. C’est pourquoi ce jeu de concurrence se fera plus aisément avec le développement de filières d’excellence.

… Qui crée donc sa propre concurrence en interne…

Les filières d’excellence, parfois appelées renforcées ou double-Licences par exemple, se sont largement développées ces dernières années. Si elles occupent le même marché que les filières normales, elle se caractérisent par une sélection accrue des étudiants, légitimée par des particularité pédagogiques souvent réelles. Pour la plupart sans assise légale avant la loi ORE, elles sont aujourd’hui de fait encouragées par Parcoursup. Si ce n’est pas déjà le cas, les filières normales, vouées à accueillir tous les candidats, vont donc être de plus en plus adossées à des filières d’excellence, vouées à accueillir les meilleurs de ces candidats.

Regardons l’impact d’une telle filière sur le cas concret exposé plus tôt.

L’impact d’une filière d’excellence sur une filière normale

Supposons que la régulation du rectorat empêche de baisser la capacité d’accueil de notre formation, rien n’empêche en revanche de créer en parallèle une filière d’excellence dont on contrôlera la capacité d’accueil. La sélection ne se fera donc pas à l’entrée de l’université, mais entre ces deux filières.

La filière d’excellence aura une rareté de places structurelle, donc une meilleur attractivité : le choix rationnel pour les candidats sera de demander les deux filières, et de prioriser la filière d’excellence. Cette dernière recrutera donc les meilleurs candidats, les autres iront dans la filière normale. On peut alors regarder l’évolution des KPI des deux filières selon la capacité d’accueil de la filière excellente :

Sans surprise, la filière excellente, par la simple sélection des meilleurs étudiants, aura des KPI très supérieurs à ceux de la filière normale. Avec une capacité d’accueil d’un groupe TP (15), son taux de réussite sera de 90% contre 35% en filière normale dont elle aura pris les meilleurs étudiants. Les taux de pression et d’insertion seront aussi de 95% et 100% contre moins de 60% et 70%. L’effet de l’augmentation des places dans la filières d’excellence peut rapidement s’avérer dévastateur sur la filière normale. En ouvrant un groupe TD (30), on pourra notamment remarquer l’écroulement du taux d’insertion de la filière normale, dont les diplômés auront un désavantage certains sur le marché du travail et de la poursuite d’étude comparé à ceux provenant de la filière d’excellence :

Lorsqu’on en viendra à discuter de la répartition des budgets au sein de l’université puis au sein de la composante, l’étude rationnelle des PKI conduira à privilégier la filière d’excellence, alors que c’est l’existence même de la filière d’excellence qui plombe les résultats de la filière normale.

… Porté par les meilleures intentions.

Il ne faudra pas ici s’imaginer des universitaires ravis de se lancer avec fougue dans le jeu de la concurrence entre universités, composantes, filières et donc collègues et étudiants. Cependant, il existe de très nombreuses motivations pédagogiques, parfaitement légitimes, au développement des filières d’excellence. On cherchera pas exemple à éviter que les meilleurs étudiants s’ennuient ou se détournent de nos filières, à proposer un accompagnement plus adapté aux étudiants les plus en difficulté, à rehausser le moral des enseignants en leur permettant d’enseigner des programmes expérimentaux dans des groupes plus réduits, ou encore à redorer le blason de la discipline.

En réalité, les raisons ne manquent pas pour développer les filières d’excellence, et elles sont toutes bonnes. En revanche, il ne faudrait pas pour autant négliger ou minimiser l’impact de cette concurrence sur les filières normales, par exemple en invoquant une forme de théorie du ruissellement supposant que la filière normale pourrait également profiter de cette concurrence.

Conclusion

Parcoursup et la loi ORE renversent le paradigme d’affectation des lycéens dans l’enseignement supérieur : alors qu’APB visait d’abord à satisfaire les vœux des candidats avec le baccalauréat pour seul critère, Parcousup vise en premier lieu à permettre aux formations de choisir leurs étudiants en fonction de critères secrètement choisis. Ce nouveau pouvoir met de fait les formations en concurrence pour obtenir les meilleurs candidats. Ces meilleurs candidats conduisent mécaniquement à de meilleurs indicateurs clés de performances, qui eux-même conduisent à des arbitrages budgétaires plus favorables ainsi qu’à une meilleure attractivité de la formation, qui elle-même conduit à une concurrence accrue entre les candidats pour obtenir cette formation, qui conduit ensuite à une plus grande concurrence entre les filières…

Ce cercle, vertueux pour certains, vicieux pour d’autres, ne peut se faire qu’au détriment des formations réellement ouvertes, dont les indicateurs clés de performances sont nécessairement impactés, ne serait-ce que la fuite des meilleurs candidats et la façon dont sont fait les arbitrages budgétaires au sein des universités.

Parcoursup est en réalité un formidable outil de mise en concurrence des filières sur un marché de l’enseignement supérieur ouvert, qui accélère naturellement le développement d’études supérieures universitaires « à plusieurs vitesses ». C’est là la stricte loi du marché. Mais il faut aussi se rappeler que le seul objet d’un marché est de fixer le juste prix d’un bien ou d’un service. 

Et dans l’Université, les petits poissons mangent les grands… 

Parcoursup : Tirage au sort, fin ou généralisation ?

La fin du tirage au sort est l’argument principal motivant la réforme de l’accès à l’Université… Mais dans quelle mesure s’affranchit-on du sort avec Parcoursup ?

Selon le CRTL, le sort est un « hasard auquel on se remet pour effectuer un choix, pour décider de l’issue d’une affaire ». Le tirage au sort à l’entrée de l’Université était en ce sens clair : on s’en remettait au hasard pour classer les candidatures. Pour l’éviter, l’outil d’aide à la décision de Parcoursup permet de faire un classement qui repose sur deux critères quantitatifs fournis par défaut : la moyenne pondérée des notes de contrôle continu du lycée, et la fiche avenir.

Analyse du classement par la moyenne des notes de contrôle continu

Il s’agit là de l’élément principal de classement des candidatures, et sans doute le plus solide. Personne ne niera la différence de niveau entre un candidat ayant 18 et un ayant 3. Mais en réalité, aucune formation ne recrute que des candidats ayant 18 et ne refuse que des candidats ayant 3. Il faut donc étudier la pertinence du classement pour les candidats entre ces deux extrêmes.

Considérons les notes de contrôle continu comme objectives et pertinentes, mais reconnaissons qu’il faut leur considérer une marge d’erreur : deux candidats strictement identiques qui rendraient les mêmes copies aux mêmes professeurs n’obtiendraient pour autant pas exactement les mêmes notes… Et ces notes seraient encore plus différentes avec des examens différents, des correcteurs différents, dans des classes ou des lycées différents…

Une étude menée par Florent Tétard montre, sur un échantillon de 12000 lycéens, que la marge d’erreur peut être très grande : par exemple, ceux ayant 11 en contrôle continu peuvent obtenir aussi bien 3 que 18 à l’épreuve du bac.

Mais prenons les choses dans l’autre sens, par exemple avec les données des candidats au DUT informatique où j’enseigne. L’échantillon a été réduit aux candidats de série S afin d’éliminer les biais dus aux différentes filières, soit 874 candidats. On peut alors se poser la question : Quelle marge d’erreur est nécessaire pour faire un classement solide ?

Distribution des moyennes

Sur nos 874 candidats, nous allons, grossièrement, initialement en appeler 90. Ces 90 candidats seront donc admis d’office, et au delà, les admissions se feront par désistement. Ainsi, à partir du rang 91, le classement prend de plus en plus d’importance pour l’admission ou non du candidat… Jusqu’au rang du dernier admis, où chaque place compte.

La moyenne du dernier admis d’office est de 14,140. Donc plus la moyenne du candidat s’éloigne de 14, plus son admission devient incertaine. Or, l’étude de la distribution des moyennes montre que la densité des candidats augmente très vite en dessous de 14 : c’est 15% de nos candidats qui ont une moyenne entre 13 et 14, et presque un quart entre 12 et 13, et encore presque un autre quart entre 11 et 12 :  

Écarts entre les moyennes des candidats successifs

Plus l’écart entre les moyennes de deux candidats est faible, et plus la marge d’erreur doit être faible pour assurer la pertinence du classement. Mais l’étude de l’écart entre les moyennes des candidats successifs montre qu’au plus on s’éloigne du dernier candidats admis d’office (marqué avec une barre verticale), au moins l’écart qui sépare les candidats successif est significatif :

Lorsqu’on regarde la distribution de ces écarts, on réalise que la précision de Parcoursup, qui va pourtant jusqu’au millième de point, n’est même pas encore suffisante puisque pratiquement 10% des candidats successifs ne sont pas départagés. Presque 12% sont départagés par 0,001 point et 0,002 points, et presque 10% par 0,003 points… En tout, ce sont 74% des candidats successifs qui sont départagés par moins de 0,01 point, c’est à dire une valeur qui n’est même pas visible sur les bulletins scolaires (les 1% de candidatures départagées par plus de 0,1 point ne sont pas tracées) :

Proportion de candidats confondus en fonction de la marge d’erreur

On peut également s’affranchir des candidatures successives et étudier, en fonction de la marge d’erreur, la proportion de candidats confondus et leur nombre, c’est à dire ceux dont l’écart de moyenne est inférieur à la marge d’erreur :

  • Avec une marge de 0,001 points, presque trois quarts des candidats sont parfaitement départagés, mais encore plus d’un quart sont confondus avec jusqu’à 5 autres candidats.
  • Avec 0,01 point (marge du bulletin scolaire), plus que 10% des candidats sont parfaitement départagés, et plus d’un quart sont confondus avec jusqu’à 10 autres candidats.
  • Si on augmente encore la marge d’erreur à 0,1 point, une écrasante majorité des candidats se confondent avec 45, et même 90 autres, c’est à dire avec la moitié, ou la totalité, du nombre de candidats qui seront finalement admis.
  • Finalement, avec une marge d’erreur de 0,5 point, qui parait pédagogiquement raisonnable, plus des trois quarts des candidats sont confondus avec plus de candidats que nous n’avons de places. Certains sont même confondus avec 238 autres candidats, c’est à dire plus de 2,6 fois notre nombre de places. 

Conclusion sur le classement par la moyenne des notes de contrôle continu

La majorité des candidats sont reçus par désistement. Cependant, on constate que la pertinence de leur classement nécessiterait un marge d’erreur de l’ordre du millième de point, voire inférieure. En réalité, pour cette majorité de candidats, l’écart entre les moyennes est très largement inférieur à une marge d’erreur raisonnable. Le classement des candidatures devient alors essentiellement dû au hasard, donc s’apparente à du tirage au sort.

Analyse de la prise en compte de la Fiche Avenir

Concrètement, l’interface de Parcoursup ressemble à la capture ci-après. La « note finale » est celle qui sert au classement. Elle est calculée à partir de la moyenne des notes de contrôle continu, de la « note fiche avenir », et des éléments examinés par la commission d’examen des vœux. La note de la fiche avenir est calculée au millième à partir des « valeurs sur 20 » que l’outil d’aide à la décision encourage à attribuer aux appréciations des enseignants du lycéen.

Le graphique ci-dessous compare le classement fait à partir des notes de contrôle continu, avec le classement fait à partir de la moyenne entre ces notes et celles de la fiche avenir. Chaque point représente un candidat en fonction de son rang dans les deux classements : les premiers du classement sont en bas à gauche. La diagonale départage les candidats qui gagnent des place (en dessous) ou en perdent (au dessus). Les barres verticales et horizontales indiquent le rang du dernier admis d’office.

On constate que le classement peut être substantiellement modifié par la prise en compte de la fiche avenir : sur les 874 places, les candidats gagnent ou perdent en moyenne plus de 120 places, et jusqu’à 577 places pour le cas extrême. 30% des candidats admis d’office sont même différents d’un classement à l’autre. Par exemple, le candidat au rang 34 passera, avec la prise en compte de la fiche avenir, au rang 293 : au lieu d’être admis d’office, il devra espérer que plus de 200 candidats se désistent devant lui.

Conclusion sur la fiche avenir

Selon la configuration, la prise en compte de la fiche avenir n’est donc pas un simple ajustement, mais bien un bouleversement du classement. Ce bouleversement repose entièrement sur la pertinence des appréciations formulées. Mais l’expérience montre que les candidats peuvent parfaitement avoir un avis « Très satisfaisant » alors que leur échec est une quasi-certitude. En réalité, si les enseignants du lycée peuvent forger leur avis sur une bonne connaissance du lycéen, il n’est pas raisonnable de leur imposer de connaitre les 13000 formations proposées dans Parcoursup, ni même les appréciations données à des lycéens équivalents dans tous les lycées de France. Un même candidat peut donc en réalité avoir des avis très différents.

Le bouleversement du classement par la prise en compte de la Fiche Avenir nécessiterait une marge d’erreur impossible à assurer. Cette modification du classement relève donc plus du sort que du parcours du candidat.

Les choix des commissions d’examen des vœux

Pour rester la plus neutre possible, l’étude jusqu’ici n’a pas utilisé de pondération particulière. Or, dans chaque formation, une commission d’examen des vœux doit fixer de nombreuses pondérations : pour la moyenne des notes de contrôle continu, pour les notes et la pondération de la fiche avenir, et pour les notes et pondérations des élément à examiner.

Il n’existe aucun cadrage national. Aussi ce jeu de pondération peut changer du tout au tout pour les 13000 formations de Parcoursup, y compris pour un même diplôme, y compris selon la filière d’origine du candidat. En clair, un même candidat pourra ne pas être classé du tout selon les mêmes règles d’une formation à l’autre. Et il n’existe aucun moyen de connaitre ces règles à l’avance. Et même si cette pondération améliore la pertinence du classement dans son ensemble, elle ne peut pas s’affranchir des marges d’erreurs démontrée ci-dessus. La chance jouera donc à plein. Encore une fois, le classement ne dépendra donc pas seulement du candidat, mais aussi énormément du sort.

Conclusion

On a ainsi montré que la majorité des candidats ne peuvent pas réellement se distinguer les uns des autres uniquement par leur dossier Parcoursup. En réalité, les marges d’erreur des notes ne peuvent pas être inférieures à l’écart entre les moyennes des candidats, dont la majorité est de l’ordre du millième de points. De plus, les outils d’aide à la décision, très faciles à utiliser mais difficile à maîtriser, peuvent réellement bouleverser le classement de façon imprévisible. Enfin, les règles d’examen des 13000 formations de Parcoursup étant différentes et non divulguées, un même candidat pourra en réalité être classé de façon totalement différente selon où il postule, et sans aucun moyen de le prévoir. En conséquence, pour la majorité des candidats, la décision d’admission s’apparente en réalité plus à un forme de tirage au sort qu’à une sélection juste et éclairée.

Piste d’explication

Il est a ce stade important de donner une piste d’explication de la source de ce tirage au sort. En réalité, les notes de contrôle continus et appréciations sont des outils formidables. Les notes permettent d’objectiver beaucoup de choses, comme la maîtrise d’une notion, l’évolution d’un élève, ou son niveau dans sa classe. Les appréciations de la fiche avenir donnent un avis sur un projet. Ces choses permettent à l’élève de se situer et à l’enseignant de s’adapter.

En revanche, ces notes et appréciations sont de très mauvais outils pour classer les candidatures : données dans des contextes différents, par et pour des personnes différentes, pour des finalités différentes aussi, elles sont globalement sans pertinence lorsqu’il s’agit de les comparer les unes aux autres, et encore moins au millième de point près. Les notes ne contrôle continu ne peuvent pas être utilisées comme les résultats d’une épreuve de concours, pas plus que les appréciations ne peuvent être utilisées comme les résultats d’une audition. En utilisant ces notes et appréciations à contre emploi, non seulement nous commettons une erreur de raisonnement, mais en plus nous prenons le risque de modifier leur sens et leur finalité dans l’enseignement secondaire, sans doute au détriment de leur utilité première.

Parcoursup : le compte n’y est pas…

Enfin des chiffres concrets ! Le dossier de presse intitulé « Parcoursup 2018 au service de l’orientation et de la réussite des futurs étudiants » est un document clé pour évaluer les chances de réussite de la loi ORE.

DPparcoursup

Les principales informations sont ici, mais il reste nécessaire de faire un focus sur les moyens.

Focus sur les moyens

DPPSbudgets

Près de 8 millions d’euros dès 2018 pour reconnaître l’engagement pédagogique des enseignants-chercheurs et des personnels

PSDPbudgetTaches

Il s’agit de 7 841 661€ très exactement, attribués à « la mise en place de parcours personnalisés ou de l’examen pédagogique des vœux formulés par les candidats sur Parcoursup« . Ces moyens sont déclinés par université, par exemple l’Université de Strasbourg recevra 176 624€ pour ces tâches supplémentaires. Il faut noter que rien n’indique que ce financement sera pérenne.

Pour comprendre ces chiffres, on peut faire le calcul suivant : 8M€ de budget, 3 millions de vœux à étudier à l’Université, à 50€ l’heure complémentaire chargée : ce budget finance 3 minute de travail par dossier, pendant laquelle il faudra : lire les bulletins scolaires de première et terminale, le projet de formation motivé, les appréciations de la fiche avenir pour vérifier sa cohérence, vérifier la véracité des certificats fournis, décider des bonifications à appliquer et ajouter un commentaire qui pourra être consulté par le candidat. Cela sans compter l’indispensable phase de vérification/homogénéisation des décisions prises. C’est proprement impossible.

Sachant que ce financement ne couvre pas seulement l’étude des dossiers de candidatures, mais aussi la mise en place des parcours personnalisés, on peut affirmer que le compte n’y est pas.

Près de 33 millions d’euros pour les places supplémentaires en 2018 et 2019

PSDPmoyens

Il s’agit de 33 025 654€ très exactement et « 19 000 places auront ainsi été identifiées et financées pour accueillir davantage d’étudiants dans les formations du premier cycle à la rentrée. Elles témoignent de l’engagement du Gouvernement au service de l’accueil du plus grand nombre dans l’enseignement supérieur ». Encore une fois, rien ne dit que ce financement sera pérenne.

Pour comprendre ce chiffre, il faut encore faire un calcul : 33M€, à 11k€ l’année universitaire, cela fait environ 3000 places réellement financées, soit 15% des 19000 places annoncées. Là encore, on peut affirmer que le compte n’y est pas. Et il n’y est d’autant pas que les nouvelles mesures d’accompagnement doivent permettre un meilleurs passage en deuxième année, et donc une inflation des effectifs à moyen terme.

Conclusion

Avec moins de trois minutes financée par étude de dossier de candidature et un financement de seulement 15% des nouvelles places crées pour Parcoursup, le compte n’y est pas. Et avec un financement sur ces deux premières années de 63M€, on peut s’interroger sur la faisabilité d’atteindre, sur 5 ans, 500M€+450M€, soit presque 1Md€.

Enfin, il faut noter que ce dossier de presse annonce 1490 places dans le Grand-Est, ce qui confirme que le ministère a utilisé la méthode de calcul que j’expliquais dans « Parcoursup : Comment créer des places à l’Université (d’un coup de baguette magique) ? » : les créations de places annoncées se font donc bien indépendamment des moyens, comme du nombre de chaises et de profs.

IA for Parcoursup : l’orientation des bacheliers enfin révolutionnée !

Hier soir était l’échéance pour la confirmation des voeux des bacheliers sur la plateforme Parcoursup. Les enseignants du supérieur peuvent maintenant accéder aux dossiers de candidature à leur formation et apprécier les modifications apportées à l’outil d’aide à la décision d’APB.

La grande surprise est l’apparition d’un module “IAforParcoursup”, qui permet enfin d’utiliser les dernières avancées disruptives dans les domaines du Deep Learning et du Big Data pour un recrutement 4.0.

Cedric

Le paramétrage est très simple et guidé pas-à-pas par un assistant, Cédric, fort utile. La première étape consiste juste à choisir quel type de recrutement on souhaite effectuer :

  • “Filière d’excellence” pour avoir une sélection assez agressive ;
  • “Filière sans sélection sociale” pour éviter tous les critères reconnus comme des biais de sélection sociale ;
  • “Filière impopulaire” pour remplir les rangs à tout prix.

C’est très simple, et mes premiers essais sont très concluants : tous les élèves issus de filières défavorisés qui n’ont pas un profil exceptionnel sont bien filtrés avec la première option ; la deuxième annule la quasi totalité des critères de sélection et notamment le Lycée d’origine, donc les notes de contrôle continu et appréciations ; enfin, la troisième fait un classement inversé des candidatures.

Un deuxième ensemble de paramètres permet d’aller plus loin dans la configuration de l’IA de sélection :

  • “Prédire les performances scolaires” permet de savoir non seulement les étudiants qui vont réussir, mais aussi les mentions qu’ils vont obtenir ;
  • “Prédire le parcours universitaire et professionnel” permet de savoir si les étudiants vont se réorienter ou poursuivre leurs études, jusqu’à quel niveau d’étude et dans quelle filière, et même de savoir dans quel type d’entreprise ils seront recrutés et à quel niveau de salaire ;
  • “Prédire les événements extra-scolaires” permet de prendre en compte tout ce qui impacte les études sans être scolaire : synergies de groupe, liaisons et ruptures amoureuses, événements familiaux, déprimes, soucis de santé, découverte de l’autonomie, sortie d’un jeux vidéo particulièrement prenant, résultats sportifs des équipes nationales et locales, etc.

J’ai pu essayer ces différentes prédictions sur les cohortes précédentes, et, même si ce n’est pas aussi impressionnant que le tri des candidatures, force est de constater que ça marche assez bien : 63% des couples et ruptures de nos étudiants ont été détectés avec succès, et 43% des autres événements personnels. Pour l’instant, IA for Parcoursup se limite à la fouille des profils publics des réseaux sociaux. Nul doute qu’il sera grandement amélioré lorsqu’on aura accès au profils et conversations privées. Une négociation entre le ministère et Facebook est en cours en ce sens.

En revanche, 98% des prédictions de poursuite d’étude sont justes, et 84% des embauches et niveau de salaire. C’est très intéressant, puisque si ces prédictions se confirment, dans quelques années il sera possible d’embaucher directement les bacheliers dans la bonne entreprise, au bon niveau de salaire. L’Université pourrait ainsi faire de substantielles économies en n’ayant plus à prodiguer des cours (dont la plupart sont inutiles, il faut bien l’avouer) pour remplir sa mission d’insertion professionnelle.

 

remetterdelhumain

Enfin, il a été ajouté une fonctionnalité optionnelle mais essentielle pour les enseignants qui souhaitent “remettre de l’humain” dans leur procédure de recrutement : un bouton très efficace a été ajouté à cet effet. Cliquer dessus pour chaque dossier prend du temps (1495 fois pour nous cette année quand même !), mais on peut limiter la charge de travail en distribuant cette tâche entre les membres de l’équipe pédagogique. C’est en tous cas un bien faible prix à payer pour conserver notre conscience pédagogique !

Parcoursup et Lycée d’origine : Une difficulté (technique) de moins pour une difficulté (philosophique) de plus

Les choses se précisent sur l’étude des dossiers de candidature Parcoursup, dont on parlait ici et , avant de poser la question de la prise en compte du lycée d’origine dans le tri des candidatures. Cette question a depuis évolué, notamment suite à la publication de nouveaux indicateurs sur les lycées et à des réponses obtenues auprès du ministère.

Une difficulté (technique) de moins : Comment trier les candidatures par lycée ?

Lorsqu’il s’agit de trier les candidatures par lycée, le problème principal est de décider des bonifications à appliquer pour chaque établissement. Fort opportunément à quelques jours du début des classements des candidatures, le gouvernement vient de publier une centaine d’indicateurs sur chaque lycée de FranceOn y trouve notamment les taux de mention, c’est-à-dire le pourcentage d’élèves qui obtiennent au moins 12 au Bac, qui peuvent être utilisés pour trier les lycées en fonction du niveau de leurs élèves.

Illustration locale

Pour vérifier la pertinence de cette approche, j’ai effectué le tri des établissements du Bas-Rhin en fonction du taux de mention, toutes filières confondues :

TriDesLyceesDuDepartementParTauxMention

Ce classement montre des écarts spectaculaires : de 30% à 94%. Le classement a été validé sans réserve par plusieurs collègues connaissant bien le bassin local. Ça n’a rien de scientifique, mais il est difficile de faire plus solide avec les moyens actuels.

On peut donc maintenant attribuer des points à ces établissements en fonction d’un bonus maximum, par exemple 4 :

BonusDesLyceesDuDepartementParTauxMention

Pour les formations appliquant un tel barème, un candidat du Lycée Jean Monnet doit avoir 15 en contrôle continu pour être classé ex-aequo avec un candidat du Lycée Jean Sturm qui aurait 11. D’expérience, cette correction est raisonnable lorsqu’il s’agit d’évaluer le niveau scolaire des candidats. On peut désormais considérer cette difficulté technique comme résolue.

Ajouter “objectivement” des points bonus en fonction du lycée est donc maintenant possible…

S’il est d’ores et déjà possible d’affiner ce classement par filière, il reste encore des questions ouvertes, telles que la définition du bonus maximum. Il pourrait être extrait des moyennes par établissement ou des taux pour chaque mention, mais ces indicateurs manquent encore.

Au delà de ces questions, la possibilité technique de trier les candidats en fonction de leur lycée ouvre maintenant une difficulté philosophique…

Une difficulté (philosophique) de plus : Faut-il trier les candidatures par lycée ?

Puisqu’il est maintenant possible de trier les candidatures des lycéens en fonction de leur établissement d’origine, il faut se demander quelles en sont les conséquences.

La première conséquence, évidente, est l’amélioration du recrutement sous l’angle du niveau des étudiants et donc des chances de réussite. Le recruteur peut ainsi y voir un bénéfice pour sa formation.

La seconde conséquence, plus pernicieuse, concerne la reproduction sociale. Un débat est engagé sur ce point entre détracteurs et promoteurs de la loi ORE (par exemple ici). Pour y voir plus clair, on peut utiliser les données fournies par le gouvernement pour visualiser le nombre de lycées par taux de mention, en séparant les secteurs publics et privés :

TauxMentionParSecteurCount TauxMentionParSecteur

Ces graphiques sont clairs : en prenant en compte le lycée d’origine, on favorise mécaniquement les bacheliers issus du secteur privé. Or, dans “Qui choisit l’école privée et pour quels résultats scolaires ?”, Fougère et al. montrent en résumé que “Les meilleurs résultats obtenus par les écoles du privé sont dus aux caractéristiques sociales et familiales des élèves qu’elles accueillent, ni plus ni moins”.

Prendre en compte le lycée dans le tri des candidatures Parcoursup revient donc objectivement à reproduire post-Bac la sélection sociale pré-Bac. Les universitaires sont ainsi confrontés à une décision philosophique : faut-il qu’ils favorisent leur formation au prix d’une reproduction sociale, favorisant encore les favorisés et défavorisant toujours les défavorisés pour améliorer leur recrutement ? 

Qui va supporter la responsabilité des difficulté philosophiques ?

Si l’IGAENR souligne bien les difficultés techniques et philosophiques de Parcousup, parfaitement illustrées ici, il reste à savoir qui va en supporter la responsabilité. Un commentaire de Le Bihan sur ce blog est clair : le ministère estime que ce sont des questions politiques, ce qui le dispense manifestement de se positionner. La responsabilité retombe donc sur les établissements. J’ai moi-même posé la question en conseil d’administration de mon université, et reçu la même réponse de la part de l’équipe présidentielle : la responsabilité retombe sur les équipes pédagogiques.

Les équipes pédagogiques, ou plus généralement les deux ou trois personnes qui vont se charger du recrutement sans aucune concertation, auront donc la responsabilité de ce choix, mais sans qu’on leur fournisse aucun élément de décision. Les enjeux sociaux sont pourtant de taille.

Certains le feront, d’autres non. Ceux qui le feront auront un meilleurs recrutement que ceux qui ne le font pas. Tout le monde finira donc par le faire. Ensuite et suivant la même mécanique, les lycées développeront naturellement des stratégies de notation en fonction des critères d’insertion dans le supérieur. Puis les parents qui le peuvent renforceront leur stratégie de sélection des lycées. Une fois démarré, ce type de système auto-renforçant basé sur des prophéties auto-réalisatrice est totalement inarrêtable.

Sans le comprendre, sans concertation, nous mettrons en oeuvre une vision très idéologique du “Bac -3/+3”, qui est au centre des réformes de l’Université et du Lycée. Et c’est ainsi qu’on aura fait remonter la sélection sociale du Lycée vers l’Université, supprimant la dernière étape où tout détenteur d’un Bac bénéficiait d’un tant soit peu d’égalité, et qu’on mettra à mal la mixité sociale qui fait la richesse de l’Université.

Bonus : La sélection sociale est dans les détails

On s’est intéressé ici à la prise en compte du lycée d’origine, mais la même mécanique s’applique à de nombreux aspects de Parcoursup. Par exemple, pour les lettres de motivation (ou “projet de formation motivé”) : un candidat peut payer pour avoir une lettre stéréotypée, se faire aider par ses parents (pour arriver au même résultat), ou se débrouiller seul.

Le recruteur pourra bien détecter les lettres stéréotypés ou aidées, mais il ne pourra jamais les sanctionner à cause du bénéfice du doute. Surtout, ces lettres sont exemptes de toute maladresse, au contraire des lettres sincères rédigées par les candidats seuls, qui présentent souvent des imperfections.

Le recruteur doit donc choisir entre considérer les lettres de motivation, et par conséquent favoriser les candidats favorisés au détriment de ceux qui se débrouillent seul, ou se priver de cet outil, qui pourtant améliore son recrutement

Là encore, le recruteur fera son choix sans concertation ni connaissance des éléments de décision et pourra prendre part à une sélection sociale sans le savoir. On peut appliquer cette mécanique aux C.V., aux lieux de résidence, etc. Et c’est sans doute pour ça qu’il ne fallait pas mettre le doigt dans la sélection.

Open data

Les données et le script R utilisé pour fouiller les données sont disponibles ici.

Alice et Bob sont dans Parcoursup…

Aujourd’hui 13 mars 2018 est l’échéance pour formuler ses vœux dans Parcoursup. L’occasion de regarder ce que cette nouvelle plateforme apporte en terme d’affectation pour les bacheliers.

Alice et Bob sont dans Parcoursup…

  • Alice souhaite avant tout faire STAPS, mais elle postule également en psycho ;
  • Bob souhaite avant tout faire psycho, mais postule également en STAPS.

Les équipes pédagogiques de STAPS et psycho doivent départager Alice et Bob, classer leurs candidatures, ce qui n’est pas facile, voire assez hasardeux (voir ici et ). Pas de chance :

  • Alice est classée devant Bob en psycho ;
  • Bob est classé devant Alice en STAPS .

Alice reçoit alors un “oui” en psycho, mais un “en attente” en STAPS.
Bob reçoit donc un “oui” en STAPS, mais un “en attente” en psycho.

Malheureusement, Alice ne peut renoncer à sa place en psycho pour la laisser à Bob… Et Bob ne peut pas non plus renoncer à sa place en STAPS pour la laisser à Alice. En conséquence, Alice et Bob resteront “en attente” sur leur vœu principal, tout en occupant chacun la place que souhaite l’autre. Chacun sera admis à l’université, mais pas dans la filière de son choix.

Alice, Bob et les autres…

Cette déception d’Alice et Bob est bien difficile à justifier : APB affectait parfaitement Alice et Bob dans la filière de leur choix, en plein respect des classements des équipes pédagogiques. Lorsqu’on connaît l’importance de la motivation dans la réussite des étudiants, on mesure le danger de ce nouveau fonctionnement.

On pourrait penser la situation d’Alice et Bob un peu artificielle, tout au plus marginale… Mais lorsqu’on sait que deux tiers des bacheliers ont au mieux une mention assez bien et seront en ballottage, leur classement dépendant de l’étude subjective de leur dossier… Lorsqu’on sait que 20% de l’augmentation des bacheliers s’est concentrée sur STAPS l’an dernier… Lorsqu’on sait que le problème s’étend à de nombreux candidats : Alice “en attente” de la place de Bob, lui-même en attente de la place de Carole, qui est “en attente” de la place d’Alice… sans qu’aucun d’eux ne puisse débloquer la situation… et avec pour seule limite le nombre de filières… Lorsqu’on sait que ce problème s’applique aussi aux affectations géographiques dans les vœux multiples…
On réalise qu’en réalité seuls les meilleurs candidats sont à l’abri.

Conséquence ironique de la Loi relative à l’Orientation et la Réussite des étudiants, la qualité de l’orientation va forcément s’affaisser, conduire à une baisse de la satisfaction des bacheliers, et donc de leur motivation, et par conséquence de la réussite des étudiants.  

Alice, Bob, la communauté et le Ministère…

Au cœur de cette ironie se trouve la suppression de l’algorithme d’affectation APB par une procédure qui vise à “remettre de l’humain au cœur de l’admission post-bac” : au lieu de laisser la machine résoudre un problème purement technique et bien connu, on espère que des humains s’en sortent tous seuls sans se parler. Étonnante coïncidence, la fin de la hiérarchie des vœux ne permettra pas de comparer le taux de satisfaction des bacheliers entre Parcoursup et APB.

Mais en plus d’inévitablement diminuer la satisfaction des bacheliers, cette nouvelle procédure ralentit considérablement le temps d’affectation : il faudra plusieurs mois pour faire ce qu’il se faisait en quelques jours, comme le signalait Guillaume Ouattara en octobre 2017, billet duquel est tirée l’histoire d’Alice et Bob à partir du commentaire de Lucas. Ce rallongement pose de nombreux problèmes, dont une incertitude accrue notamment au moment des épreuves du bac, des affectations après la rentrée universitaire, un accès aux logements plus difficile à part pour les meilleurs bacheliers, l’impossibilité de prendre le handicap en compte, etc..

Le rapport de l’audition dirigée par Cédric Villani, dégoté par Pierre Dubois (aussi en vidéo) et dont la lecture me paraît indispensable, montre que, depuis novembre 2017, le ministère connaît pertinemment ces problèmes et les risques de l’abandon de l’algorithme APB. Le ministère sait aussi qu’APB produit des affectations en temps en en heure avec une satisfaction maximisée. La nouvelle procédure y est carrément qualifiée de “dangereuse”. Il est même indiqué qu’il est “encore temps” de revenir sur son idée. Pourtant, la position du ministère se résumera par cette citation :

M. Cédric Villani, député, premier vice-président de l’Office.
Il est dommage que la représentante du ministère ait dû nous quitter. En effet, huit des neuf intervenants de cette première table ronde [NDLA : tous sauf la CPU] ont exprimé plutôt des inquiétudes à l’égard de l’avenir, toutes s’adressant au ministère. Il est donc regrettable que ce dernier n’ait pas pu être présent jusqu’à l’issue des débats, afin de pouvoir répondre à ces sollicitations. Cela ne saurait, toutefois, nous empêcher d’avoir des échanges sereins et constructifs.

Si l’abandon de la hiérarchisation des vœux empêche toute mesure de la baisse de la satisfaction des bacheliers, à ce stade, le ministère n’a toujours pas donné de justification à l’abandon d’APB.

Parcoursup : Quelle place pour le lycée d’origine dans le tri des dossiers ?

Lors d’un précédent billet “Parcoursup : petit manuel de tri des candidatures à l’usage des enseignants du supérieur”, j’expliquais l’inutilité des pièces complémentaires, C.V. et “projets de formation motivés” (lettre de motivation), pour évaluer les chances de réussite et le mérite des candidats. Cette inutilité conduit mécaniquement à la suprématie des notes obtenues au lycée dans le tri des candidatures. J’avais laissé de côté la question de la prise en compte du lycée d’origine du candidat. Cette question est d’ailleurs soigneusement laissée de côté par la totalité des acteurs, malgré l’avalanche d’informations sur Parcoursup. C’est donc l’objet de ce billet.

Regarder le lycée, pour évaluer quoi ?

Pour évaluer les chances de réussite

En premier lieu, il faut être conscient des différence entre lycées (voir plus loin) : l’expérience montre, même en restant prudent, qu’une moyenne de 10 dans un lycée d’élite est une bien meilleure garantie de réussite qu’une moyenne de 14 dans un lycée défavorisé. Si l’objectif est de recruter des étudiants qui vont réussir, il est donc indispensable de prendre en compte le lycée d’origine dans le tri des candidatures.

Pour évaluer le “mérite”

Le mérite est une notion molle dont on ne fait généralement rien. Mais supposons qu’un élève ayant 14 dans un lycée défavorisé est plus méritant qu’un élève ayant 10 dans un lycée d’élite. Si l’objectif est de prendre en compte le mérite des étudiants, il convient de ne surtout pas prendre en compte le lycée d’origine dans le tri des candidatures.

Plus concrètement

Trier les lycées avant les candidatures

Si 14 dans un lycée ne vaut pas 10 dans l’autre, il faudrait définir officiellement le nombre de points de bonification par lycée, et l’appliquer collectivement : +4 à la moyenne pour tel lycée, +0 pour tel autre. Dans l’idéal, c’est même les rectorats qui devraient fournir cette information, puisqu’ils sont les mieux à même de connaître les lycées et d’éviter les divergences d’interprétation. Un tri officiel des lycées serait donc indispensable : une véritable consécration de la sélection sociale dans le système éducatif.

Ajoutons que compte tenu des différences, un tri des candidatures par lycée plutôt que par moyenne serait tout aussi efficace lorsqu’il s’agit de trier les bacheliers, ce que l’actuelle réforme du Bac va encore renforcer. Ne parlons même pas des pièces complémentaires qui ne compteraient plus pour grand chose dans le classement malgré les efforts de rédaction et d’examen.

Le tour de force de faire pire que le tirage au sort

Comme ni le ministère, ni les rectorat, ni les présidences d’université ne prendront leurs responsabilité en cette matière. Ce choix retombera sur les équipes pédagogiques. On voit qu’une fois sorti des discours faciles sur l’orientation bienveillante, les équipes pédagogiques vont se retrouver tiraillées entre évaluer les chances de réussite et le mérite des candidats.

En l’absence de bonne décision et de cadrage, un même dossier sera donc bonifié ou pas selon que l’examinateur connait le lycée ou pas, pense que le lycée est bon ou pas, qu’il a décidé par lui-même de prendre en compte ce critère ou pas, etc.. Et cette évaluation ira jusque dans les appréciations : “turbulent” dans un lycée REP a-t-il la même signification que dans un lycée d’élite ? Et jusque dans les classes : 11 avec dans une classe qui a 6 de moyenne a-t-il la même signification que 11 avec 12 de moyenne ? Est-ce l’enseignant qui note plus sec, ou la classe qui est de moins bon niveau ? Faut-il classer les profs comme on devrait classer les lycées ? C’est sans fin…

En conséquence, la prise en compte du lycée se fera de façon totalement aléatoire dans le tri des dossiers de candidature Parcoursup. Il s’agit là d’une injustice infiniment plus grande et hypocrite que celle du tirage au sort.

Pour les parents : Quel lycée choisir ?

Durant la journées portes ouvertes dans mon IUT, des parents se sont émus que leur enfant, en “filière *” (d’élite) dans un lycée d’élite, avait une moyenne nécessairement inférieure à ce qu’elle aurait été dans une filière normale ou un lycée normal. Leur enfant se retrouvait donc pénalisé dans le tri des candidatures. Tout est dit :

  • mettez votre enfant dans un lycée moyen ou défavorisé, et il sera peut-être pénalisé par ce choix ;
  • mettez votre enfant dans un lycée ou une filière d’élite, et il sera peut-être aussi pénalisé par ce choix.

C’était l’enjeu de la réunion du CNESR de ce jour : rendre transparents les “algorithmes locaux”. Ces amendements seront brutalement refusés. Les parents n’auront donc aucun moyen de prévoir, y compris avec une connaissance fine du système. En conséquence, pour les parents non plus il n’existe pas de bonne solution : quel que soit votre choix, il pourra s’avérer pénalisant pour votre enfant dans le tri des dossiers Parcoursup.

Pour aller plus loin

Un peu de document…

Pour finir, le rapport “1985-2017 : Quand les classes favorisées ont fait sécession.” de la Fondation Jean Jaurès donne un bon aperçu de l’évolution des inégalités entre établissements scolaires. On peut y découvrir ce graphe très parlant sur la part des élèves de PCS (professions et catégories socioprofessionnelles) défavorisées par collège à Paris :

graph04

Un peu de sémantique…

Le référé de la Cour des Comptes “Égalité des chances et répartition des moyens dans l’enseignement scolaire” montre qu’on peut sans rougir utiliser le terme “défavorisé” pour désigner des établissements scolaires : ces derniers sont objectivement défavorisés dans la répartition des moyens. Ces inégalités sont donc issues de décisions politiques conscientes.

Un peu théorie

Le rapport “Comment l’école amplifie les inégalités scolaires et migratoires” publié par le CNESCO et écrit par Mathieu Ichou de l’INED donne des bases explicatives et théoriques intéressantes. On y apprendra par exemple la différence entre inégalités verticales (le niveau d’étude) et horizontales (la qualité des diplômes à niveau égal). On y trouve cette citation fort éclairante :

Cependant, lorsque ce niveau d’éducation devient presque universel, les familles socio-économiquement favorisées cherchent alors les différences qualitatives qui existent à ce niveau, et utilisent leurs avantages pour que leurs enfants atteignent un niveau d’éducation quantitativement similaire mais qualitativement meilleur » (Lucas, 2001, p. 1652).

Quant à l’impérieuse nécessité de garder tous les bacheliers en Licence, mais surtout de décliner ces Licences avec des “oui si” (dont le choix pourra se faire sur la base du lycée d’origine, et qui pourront imposer l’allongement de la Licence en 4 ou 5 ans, alors que d’autres pourront l’obtenir en 2), on sera éclairés par cette citation :

L’École exclut comme toujours, mais elle exclut désormais de manière continue, à tous les niveaux du cursus [. . . ], et elle garde en son sein ceux qu’elle exclut, se contentant de les reléguer dans des filières plus ou moins dévalorisées. » (Bourdieu et Champagne, 1992, p.71, p.72, p.73)

La boîte de Pandore est ouverte, et elle n’est pas prête d’être refermée.