Future of work & Compétences de demain

Derniers Posts

L’inclusion numérique nous concerne tous : les raisons de notre engagement

Il y a 3 ans naissait Kokoroe. A cette époque, la mouvance #SocialTech était embryonnaire et certains nous jugeaient comme étant de sympathiques utopistes.

A 30 ans, nous avons quitté nos jobs pour nous lancer dans un projet porteur de sens pour nous et pour la société. Raphaëlle a quitté son poste de consultante, Elise a quitté sa robe d’avocate, et j’ai quitté mon poste en banque.

Notre trio de « Drôles de dames » a rapidement fait figure d’OVNI dans un univers de la Tech, à l’époque plus connu pour accueillir des hommes ingénieurs que pour ouvrir ses voies à la diversité.

Mais à trois, nous partagions une conviction, le digital peut constituer un puissant levier qui peut être au service de causes sociales et sociétales.

La trajectoire de Kokoroe n’a pas été linéaire, elle ressemble à une aventure pleine de grands moments, d’euphorie, de remises en questions et d’adrénaline : accélération au sein de Microsoft Ventures, incubation chez Willa,  levée de fonds auprès de business angels, pivot, premiers clients…

Ce parcours est le fruit d’un engagement volontariste constant. Kokoroe forme aujourd’hui plusieurs centaines de milliers de citoyens et d’entreprises aux compétences de demain. Des milliers de français issus de tous les horizons de la société : entrepreneurs, freelances, collaborateurs, apprentis, seniors…

Cette année, nous franchissons une nouvelle étape. Nous annonçons la signature officielle d’un partenariat avec Pôle Emploi afin de former les 3,4 millions de demandeurs d’emploi aux compétences de demain. Celles-ci sont business, technologiques, humaines et ne doivent pas être détenues entre les mains d’une petite minorité.

Le décrochage numérique constitue un enjeu de société. Selon le Conseil National du Numérique, 40% de la population française déclare aujourd’hui ne pas être à l’aise avec l’environnement et l’usage du numérique et 13 millions de personnes en sont exclues, soit 20% de la population. Ces chiffres sont alarmants.

Filles et petites filles de professeurs, Raphaëlle et Elise n’ont eu de cesse que de porter les couleurs d’une formation professionnelle inclusive et accessible à chacun.

Entrepreneurs, RH, leaders, associations, acteurs du changement… Nous avons tous une responsabilité collective, celle de gagner la bataille des compétences.  Le numérique ne doit pas constituer un facteur d’exclusion, mais un levier d’inclusion.

Auteur : Béatrice GHERARA

Transformation numérique : le défi sera humain

 

L’oracle l’avait prédit…

« Le logiciel dévore le monde » : C’est en ces termes que Marc Andreessen, légendaire investisseur et gourou de la tech, qualifiait, en 2011, les changements que subissaient de nombreuses entreprises… Et effectivement, quelques années plus tard, force est de constater qu’aucun secteur n’est à l’abri de la « disruption ». Banque, Hôtellerie, Restauration, personne n’est épargné !

La trilogie : nouveaux usages, internet et new kids on the block

 Pourquoi ? Les vieux modèles d’affaires ne sont plus adaptés aux évolutions de marché brutales, rendues possibles par l’alliance des nouveaux usages des consommateurs et de la technologie. En toile de fond, des acteurs d’un nouveau genre ont émergé : les startups ! Agiles et décomplexées, ces dernières bouleversent les règles du jeu et déstabilisent l’ordre établi. Elles s’appuient sur des méthodes de développement rapides et établissent un lien direct avec l’utilisateur en se passant régulièrement des intermédiaires.

En une poignée d’années, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) sont ainsi devenus incontournables. Rappelons qu’à eux seuls, ils génèrent l’équivalent du PIB du Danemark, 35ème puissance économique dans le monde… Mais, ils demeurent la face émergée de l’iceberg. Israël, Singapour, Paris, Londres… une kyrielle de startups issues des quatre coins du globe viennent également réinventer de nouveaux business models.

A chacun sa stratégie !

 Face à ces profondes mutations, chacun avance ses pions. Au cours de ces dernières années, les buzzwords se sont multipliés, les initiatives se sont succédées et les premières leçons ont été esquissées. Non, la seule nomination d’un Chief Digital Officer ou la création d’un incubateur à grands renforts de babyfoots et autres gadgets « cool » ne suffisent pas – à eux seuls – à insuffler l’innovation au sein d’un groupe. Ils constituent des leviers souvent pertinents, mais insuffisants… au risque de tomber dans l’écueil trop fréquent de la parodie des codes startups.

La bataille se gagnera sur le front des compétences

 Il ne s’agit pas de « copier – coller » de façon frénétique les pratiques des uns ou des autres, de distribuer des smartphones par flopées ou de sanctuariser les open-spaces …  Avant de changer les outils, les modes de travail et les pratiques, il s’agit de changer les esprits !

L’enjeu réel consiste en effet à se mettre le plus rapidement possible en ordre de marche pour changer profondément les esprits et les postures. Les défis sont multiples :

  • Préparer les équipes à s’affranchir des barrières organisationnelles
  • Encourager un état d’esprit ouvert, collaboratif où le « Test and learn » et le droit à l’échec ont leur place
  • Lever les verrous des rigidités de structure et adopter une agilité indispensable

Les transformations profondes et l’accélération des innovations conduisent les compétences à se reconfigurer…. Et pour actionner ces leviers, il y a urgence à former chacun aux softs skills, ces compétences comportementales, cognitives et relationnelles. Les premiers pas de cette transformation digitale nous ont livré leurs premières leçons : les principaux défis ne relèveront pas de la technologie mais de l’humain !

 

Compétences de demain : Apprendre à réapprendre, la compétence clé

BIENVENUE DANS LE BIG BANG DIGITAL

Développeur d’application mobile, community manager, data-scientist… longue est la liste des nouveaux métiers qui sont nés cette dernière dizaine d’années ! La cause ? L’accélération du rythme des innovations ! Un exemple ? Il a fallu 30 ans à la radio pour atteindre 60% de couverture en France, 20 ans à la télévision et 10 ans à internet… Dans ce contexte de big bang digital, l’obsolescence de la connaissance s’accélère avec un impératif : il est à présent crucial d’actualiser ses savoirs et de développer les compétences de demain ; celles-ci ne sont plus figées dans le marbre ou garanties à vie par un sacro-saint diplôme. Le temps où l’école nous délivrait un diplôme tel un précieux sésame garantissant notre employabilité à vie est révolu.

IL ETAIT UNE FOIS L’ÈRE DE LA CONNAISSANCE…

« Les illettrés du XXIe siècle ne seront pas ceux qui ne savent pas lire ou écrire, mais ceux qui ne savent pas réapprendre » affirme le futurologue Alvin Toffler. Dans ce contexte de transformation digitale, il appartient à chacun d’exercer sa capacité à apprendre à réapprendre. Objectif : se former tout au long de sa vie, exercer sa curiosité en toutes occasions et s’éveiller à de nouvelles méthodes, innovations ou disciplines. Demain, la capacité à acquérir un nouveau savoir vaudra plus que le savoir déjà appris.

3 CLES : ENVIE, REGULARITE ET DIVERSITE

Et bonne nouvelle ! La connaissance n’a jamais été autant accessible. Google, Youtube, Wikipedia, nous disposons de multiples sources d’informations nous permettant de nous éveiller et de nous développer. Commençons par quelques réflexes simples :

  • L’envie : Rappelons-le, l’apprentissage commence par l’envie. Qu’il s’agisse d’une envie de découverte, de la recherche d’un nouveau défi ou d’un désir d’accomplissement, apprenez à identifier votre motivation intérieure. Celle-ci agira comme un puissant levier dans votre processus d’apprentissage. Cela peut être la perspective d’un nouveau poste, l’envie d’accéder à un diplôme ou l’envie de conquérir une nouvelle compétence…. La motivation est le premier point de départ !
  • La régularité. Misez sur cet ingrédient indispensable et trop souvent négligé. Pour cela, pensez à ancrer une routine et à fixer des plages horaires régulières dans votre agenda. Oui, cela peut sembler scolaire, mais on est rapidement rattrapé par les urgences opérationnelles ou le rythme effréné d’un quotidien professionnel bien rempli. Alors pour ne pas mettre au placard ses bonnes résolutions, on ancre un réflexe, on programme un rappel sur son smartphone ou on bloque un créneau dans son agenda !
  • La diversité.  Vidéos, podcasts, articles de fond, présentations… une multitude de ressources sont à présents à portée de clics et vous permettent de mixer les formats en fonction de vos préférences et surtout de vos usages… Il est possible de s’initier à la Blockchain grâce à un podcast d’une vingtaine de minutes lors de son trajet matinal dans le bus, de poursuivre avec un article de fond issu de la Harvard Business Review à l’heure du déjeuner et pourquoi pas une conférence TED de qualité à l’occasion du weekend… Variez un maximum les sources d’inspiration et d’influence…

QUEL EST L’AGE IDEAL POUR APPRENDRE ?

Apprendre, c’est en réalité l’activité de toute une vie. Dès le plus jeune âge, notre cerveau mobilise une grande partie de ses facultés pour que nous puissions acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire. Selon Marie Lacroix, Dr. en Neurosciences et diplômée à l’UPMC, l’entretien de notre cerveau joue un rôle clé pour le maintien de sa plasticité entre 30 et 60 ans. Cette capacité est affaiblie si et seulement si nous cessons d’apprendre et de maintenir un état de curiosité à la nouveauté… Notre cerveau est donc un muscle que nous devons continuer de faire travailler tout au long de notre vie… A bon entendeur !

QUEL EST LE BON ETAT D’ESPRIT ?

Pour développer cette nouvelle posture et s’inscrire une dynamique de « life-long learning », un élément vous est indispensable et devra vous accompagner tout au long de cette démarche : l’humilité. En effet, remettre en question des savoirs qui nous sont utiles depuis des années demande de faire preuve d’humilité. Sans celle-ci, vous resterez arrimé à vos certitudes. C’est l’humilité qui vous permettra de développer une posture propice à l’ouverture et l’acquisition de nouvelles connaissances..

BONUS : LES 3 CHIFFRES A CONNAITRE

  • 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui. Source : Dell et Institut du Futur, 2017
  • Les étudiants d’aujourd’hui seront passés par 8 à 10 emplois lorsqu’ils auront 38 ans. Source : Bureau du Travail américain
  • 10 000, c’est l’équivalent en nombre de livres de 700 pages à votre disposition sur Wikipedia en 2018. Source : Wikipedia, 2018.

Et pour vous, quelle sera la compétence clé en 2030?  N’hésitez pas à laisser vos commentaires 🙂

 

#Future of Learn : les 5 sujets à maîtriser en 2018

house-cards-chapter-60_width1024
50 % des métiers d’aujourd’hui disparaitront d’ici 2025, selon l’université d’Oxford. En cause ? La révolution numérique qui ouvre un champ fertile de nouveaux métiers…  CreaTech, Data-scientist, Growth hacker… autant de nouveaux jobs qui ont vu le jour ces dernières années au gré des innovations. Plus que jamais, il est devenu indispensable de se former tout au long de sa vie pour ne pas perdre le fil et rester compétitif ! Alors quelles sont les nouvelles innovations incontournables en ce début d’année ? Le choix a été difficile et de moult discussions et débats enflammées se sont déroulées au sein de Kokoroe. Nous avons fait le choix d’en retenir 5 : 5 innovations qui, compte tenu de leurs multiples impacts, vont révolutionner nos activités, nos modes de travail et nos cultures.

 #1 : La Blockchain sous les spotlights

En première position sur notre podium, la fameuse blockchain ! Trop longtemps assimilée à la seule technologie du bitcoin, la blockchain n’en finit pas de faire le buzz. Encore frileux à l’idée d’aborder le concept ? Imaginez un registre infalsifiable, hébergé sur internet qui permet de stocker et d’échanger l’information en toute sécurité. La nouveauté ? Chacun peut librement la consulter et la modifier. Ces applications sont si nombreuses que certains spécialistes parlent de quatrième révolution industrielle… Celle-ci peut en effet être utilisée pour stocker un très vaste éventail d’informations (données monétaires, titres de propriété, contrats juridiques…) et effectuer des transactions plus vite et à moindres coûts… Alors finis les intermédiaires ? Banques, notaires, avocats… de nombreuses professions vont suivre attentivement ces évolutions…

#2 : Le big bang de l’intelligence Artificielle

Algorithmes sur-vitaminés, avalanches de chatbots et boom de data-scientists, le secteur est en pleine explosion et bouleverse nos usages quotidiens. Vous n’y aviez jamais pensé mais l’assistant vocal Siri s’appuie sur l’apprentissage de vos habitudes pour vous fournir des informations de plus en plus pertinentes. Et quel est l’impact dans notre monde professionnel ? Il est multiple : trouver le parfait candidat à un poste sans passer par un recruteur, accélérer certaines tâches fastidieuses en comptabilité, prédire le succès d’une campagne marketing. Selon le très sérieux Wall Street journal, 21 millions d’emplois pourrait être crées grâce à l’intelligence artificielle !

#3 : L’ère de l’open Innovation

Fini de miser exclusivement sur une R&D Interne ! Meetups, projets collaboratifs, partenariats startups, l’open innovation a le vent en poupe…et au delà des multiples initiatives à l’œuvre, elle intègre globalement une culture plus ouverte. Le mantra : la collaboration et la co-création ! Sous l’impulsion de la transformation digitale, cette méthode va progressivement de plus en plus bouleverser nos méthodes de travail… L’open innovation nécessitera pour les entreprises de repenser leur design organisationnel, d’adopter de nouveaux réflexes, de nouveaux processus de prises de décisions et d’apprendre à travailler avec des acteurs d’un nouveau genre : les startups !

#4 : L’IoT alias l’Internet of Things pour les intimes

Voitures connectées, brosses à dents, montres, réfrigérateurs ou maison 3.0… L’IoT – l’Internet of Things – explose sous l’avalanche d’objets connectés. De la voiture en passant par la maison 3.0, le marché comptera 30 milliards d’objets connectés d’ici 2020. Pourquoi s’y intéresser ? Parce que l’IOT aura un impact considérable sur la transformation digitale des entreprises. 90 % d’entres elles affirment ainsi en faire un focus stratégique pour leur organisation…et 61% reconnaissent manquer de compétences !

#5: Le Growth Hacking ou l’art de l’acquisition New Age

Hotmail, Dropbox, Twitter, Youtube en ont fait leur recette de succès. Cette discipline importée des Etats-unis, consiste à accroitre sa base d’utilisateurs à moindre frais. Au delà d’une simple technique marketing, le growth hacking se définit surtout comme un état d’esprit : maitriser son acquisition, identifier les bons leviers de croissance, fonctionner en itération rapide et détecter les hacks potentiels susceptibles de générer de la croissance. Historiquement, cette discipline a été conçue par et pour les startups… et celle-ci commence à faire son apparition au sein de grands groupes qui, portés par un contexte favorable de transformation digitale, commencent à opérer quelques hacks.

Et pour vous, quelles sont les innovations qui vont révolutionner nos modes de travail ?