Combien d’ingénieurs en formation en France ?

Alors que nous sommes abreuvés régulièrement de classements et autres rankings, qui cherchent à donner une image accessible au grand public du monde compliqué des écoles d’ingénieurs, les questions les plus simples restent sans réponse précise. L’une d’entre elles, je serai tenté de dire la plus facile, est celle qui vise à donner le nombre d’étudiants en formation dans un cursus d’ingénieur.

Pourtant, force est de constater que les chiffres rendus publics sont largement erronés. Par exemple, le nombre d’étudiants en formation d’ingénieurs donné dans Repères et Références Statistiques (RERS) 2009, disponible en téléchargement sur le site du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, est de 104 218 étudiants. Ce chiffre est repris par de nombreuses organisations, dont la Conférence des Directeurs d’Ecoles Françaises d’Ingénieurs, la CDEFI. Pourtant, ce chiffre est manifestement faux.

Déjà, comme cela est indiqué dans RERS 2009, ce chiffre ne comprend pas les formations d’ingénieurs en partenariat, c’est-à-dire les FIP, soit un effectif approximatif de 2000 étudiants. Mais ce qui est plus grave est ce qui n’est pas dit, qui relève non pas d’omissions mais plutôt d’erreurs de méthode. Par exemple, l’INSA de Lyon se voit affecté des étudiants en formation d’ingénieurs tout au long du cursus, soit 5 années, pour aboutir à un total de 4473 étudiants. A l’inverse, l’Université de Technologie de Compiègne se voit affecté des étudiants seulement pour les 3 dernières années du cycle, les deux premières années étant qualifiées de cycle préparatoire, donc non comptabilisées dans les effectifs ingénieurs. Ce qui veut dire 616 étudiants non comptabilisés pour cette seule école !

De ce fait, plus de 6500 étudiants inscrits en cycle dit préparatoire doivent être ajoutés aux chiffres officiels. Ce qui signifie, compte tenu des FIP évoquées précédemment, que le chiffre officiel de 104 218 doit plutôt s’approcher de 112 000. Nous ne sommes plus là dans l’épaisseur du trait. Pourtant, le système SISE permet petit à petit de recenser l’intégralité des effectifs dans les écoles d’ingénieurs. Encore faut-il construire les champs en cohérence avec la réalité des écoles davantage que celle conséquente d’une vision purement administrative. Mais cela est une autre histoire !

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , ,

Article du on lundi, novembre 30th, 2009 at 11:43 dans la rubrique défaut. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire