Les fonds d’investissement à la conquête de l’école

Apax, Providence,  Laureate. Voilà une dizaine d’années que l’enseignement supérieur apprend à compter avec les fonds d’investissement. Qu’ils soient européens ou anglosaxons, ces fonds ont investi massivement dans l’enseignement supérieur privé français, avec des montants d’acquisition spectaculaires. Les motivations de ces fonds et la conséquence de leurs investissements étaient au programme de la Conférence Educpros du 23 février. Pourquoi l’éducation supérieure est-elle aussi attractive pour ces acteurs ? Du seul point de vue financier, les formations supérieures offrent en effet des taux de rentabilité très sûrs avec des droits d’inscription à 10 000 euros par an en moyenne, renouvelés sur 5 ans. Le secteur connait de plus une très forte croissance et a, à lui seul, absorbé 80% de la hausse des effectifs étudiants français en 10 ans. Selon les témoignages des participants, les taux de rentabilité recherchés sont élevés, avec une augmentation de 15 à 20% de l’Ebitda. Les critères d’investissement de ces fonds –certains ont accepté de témoigner dans un univers d’ordinaire très discret – reposent sur la solidité de l’équipe en place, les projets de développement des écoles et leur vision en terme d’innovation.

Mais la surprise est venue de leur nouveau terrain d’investissement : l’enseignement primaire et secondaire. Le mouvement est encore timide, l’enseignement privé hors contrat ne scolarisant « que » 56 000 élèves à ce jour, mais bien réel. Le fonds américain Providence vient ainsi de faire l’acquisition de l’Ecole Internationale Bilingue (EIB) implantée sur trois sites parisiens. « L’éducation comme la santé est un secteur où la disposition des familles à payer a beaucoup augmenté », analyse la financière Martine Depas, partenaire et experte en éducation à la Financière de Courcelles. « A la différence du supérieur, marché désormais mature, le marché du secondaire est aiguillé par la demande ». Comment expliquer cet appétit des fonds pour l’enseignement primaire et secondaire ? Ceux-ci tablent sur une perception très dégradée de l’enseignement public par les parents et sur la saturation de l’enseignement privé sous contrat, majoritairement catholique, qui ne peut absorber les demandes des familles. Ils anticipent donc un « marché » pour un enseignement totalement privé, souvent  cher, où les pédagogies alternatives type « Montessori »,  le bilinguisme ou le numérique sont utilisés comme un produit d’appel pour les parents.

Une dérégulation progressive de l’éducation

Dans ce contexte, les récentes prises de position de l’Enseignement catholique prennent un tout autre retentissement. Son secrétaire général, Pascal Balmand, s’apprête à diffuser dans le cadre de la campagne présidentielle, une demande visant à « repenser » la règle du 80/20 qui définit le mode d’attribution des moyens de L’Etat à l’enseignement privé sous contrat. Cette rège du 80/20 a été concédée par la loi de finances de 1985 à l’enseignement catholique : 20% des moyens publics lui sont ainsi attribués pour effectuer sa mission. L’enseignement catholique fait aujourd’hui valoir qu’il peine à répondre à la demande, notamment des publics défavorisés. L’idée serait donc d’obtenir des moyens supplémentaires pour des besoins spécifiques, notamment dans les quartiers prioritaires ou les zones rurales. Mais cette démarche peut aussi se lire à l’aune du succès grandissant d’initiatives purement privées telles que la fondation d’Anne Coffinier, Créer son école, à l’œuvre derrière les écoles Espérance banlieues, qui bénéficient d’une couverture médiatique enthousiaste.

Le mouvement de privatisation et de financiarisation de l’enseignement primaire et secondaire constitue un signal alarmant sur l’état de l’école. A ce titre, la « guerre scolaire » que chaque gouvernement s’emploie à ne pas ranimer depuis les années 80, a peut-être changé de visage. L’antagonisme entre public et privé sous contrat est peut-être désormais moins pertinent que celui qui oppose un système d’enseignement régulé et une dérégulation progressive de l’éducation. Un sujet qu’il est urgent de porter sur le devant de la scène.

 

 

« Et si on tuait le mammouth ? » : comprendre l’immobilisme pour enfin en sortir

« Et si on déniaisait le prochain ministre? » : tel aurait pu être le titre de l’ouvrage de Soazig Le Nevé et Bernard Toulemonde, publié aux éditions de l’Aube. Quel que soit son appartenance politique, le futur locataire de la Rue de Grenelle trouvera dans ce livre une peinture crue et sans tabou de l’Education nationale : les renoncements des différents ministres de Lionel Jospin à Najat Vallaud Belkacem et les coulisses peu reluisantes des politiques éducatives, les compromissions avec les syndicats, les assauts des lobbys en tous genre, la gabegie financière au détriment d’une amélioration du niveau des élèves, les incessants effets de yoyo d’une politique sans changement en profondeur des modes de gouvernance du système…pour le plus grand bien de l’enseignement privé. Ainsi déniaisé, le ou la prochaine ministre aura soit à cœur de s’attaquer une bonne fois pour toutes au « mammouth » pour l’intérêt des élèves, …ou de prendre ses jambes à son cou tant la tâche s’avère difficile.

Réhabilitation de Claude Allègre

Le livre se propose en effet non pas de réformer mais de tuer le « mammouth », une expression inventée par l’un des auteurs, Bernard Toulemonde, ancien recteur, et popularisée par le ministre Claude Allègre (dont il fut le directeur de l’enseignement scolaire). Le mammouth désigne ainsi avec humour la masse inamovible de la machine Education nationale et de son administration. A ce titre, il faut alors voir comme un excellent signe les attaques dont l’ouvrage fait l’objet depuis quelques jours sur les réseaux sociaux ou sur le site militant du Café pédagogique ! Car le mammouth tremble…Le livre a en effet de quoi déranger certains syndicalistes quand il relate quelques épisodes bien connus des observateurs de l’école.

Pour ne prendre qu’un exemple, les auteurs s’attachent à montrer, d’un ministre à l’autre, les dégâts de la « revalorisation sans contrepartie ». Ils racontent la « faute originelle » de Lionel Jospin qui à l’orée des années 90, sous la pression de la FEN a augmenté les profs en renonçant in extremis à réformer le métier enseignant. « Estomaqué, le ministre du Budget Michel Charasse ne signe les décrets qu’en glissant un « Avec regrets » à côté de son nom », relatent les auteurs.

La FSU trahit toujours!

Et à chaque ministre, le scenario se répète : le système de cogestion dont pâtit l’Education nationale aboutit immanquablement à un allongement des vacances scolaires ou un raccourcissement du temps scolaire (je le précise pour Jean-Rémi Girard du Snalc qui attire mon attention sur ce point) et à une revalorisation des salaires sans modification de la gestion du temps de travail des enseignants. Résultat : les syndicats sont satisfaits, le ministre croit être tiré d’affaire et promis à un bel avenir politique et patatra…le voilà trahi par la FSU qui tout en fréquentant assidument les couloirs des cabinets, pousse élèves et profs dans la rue jusqu’à faire sauter le malheureux ministre. Et on recommence.

Le passage qui fait le compte des jours de vacances concédés par les différents ministres est ainsi particulièrement savoureux. « Faute d’argent pour augmenter les salaires, on donne des congés supplémentaires aux enseignants, autant de jours de travail en moins pour les élèves ! (…) Avec la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon en 2013, on assiste à un joli tour de passe-passe. Le ministre étale les 24 heures de classe de la semaine sur cinq jours au lieu de quatre, et sans tambour ni trompette, il transforme l’appellation  « aide personnalisée » en « activités pédagogiques complémentaires » dont on réduit le volume annuel de 60 à 36 heures (une heure par semaine) soit l’équivalent de 14 000 postes perdus ! ».

Privilèges secrets

Le livre rappelle aussi la politique de privilèges accordée à bas bruit à certaines catégories de personnels. « A Paris, on bat des records de privilèges indus aux frais du contribuable. Les directeurs d’école bénéficient tous d’une décharge totale de service alors que leurs collègues de France et de Navarre n’y ont droit qu’à partir de 14 classes ! De même tous les instituteurs y sont assistés (remplacés ?) par des maîtres rémunérés par la Ville de Paris pendant six heures par semaine, soit le quart de leurs heures de classe ».

Le diagnostic porté sur l’école est sans appel : « En vérité tous les ingrédients de l’immobilisme sont là pour que rien ne change : un pouvoir politique, en la personne du ministre, très faible, qui intègre vite son impuissance à modifier le cours des choses ; des syndicats puissants qui, dans leur majorité, sont arc-boutés sur leurs privilèges hérités du passé et refusent tout changement, des enseignants qui cherchent à bien faire, mais qui sont mal formés, mal gérés, englués dans un système bureaucratique qui fait tout pour les désespérer. Et pendant ce temps-là, si il y a une chose qui ne change pas, c’est qu’on continue quand même à déverser des milliards d’euros ».

Des solutions et une méthode

L’ouvrage ne se contente pas de décrire les dysfonctionnements du système et d’en analyser les causes, il propose des solutions : l’autonomie des établissements, régionalisation du recrutement des profs, statut des écoles primaires, publication des résultats des établissements scolaires et publication de leurs résultats, définition des heures de service en heures de présence dans les établissements, lancement d’un plan de création de bureaux et salles de travail, transfert aux régions volontaires des formations professionnelles et agricoles, notamment.

Les solutions sont doublées d’une méthode d’action : surtout pas de grande loi mais un cap clairement fixé et « une volonté de fer » pour des « décisions ultrarapides  dans les quelques semaines qui suivent les élections », « confiance au terrain mais point trop aux syndicats (la preuve est faite, peu tiennent parole) ».

Outre le caractère extrêmement bien documenté de l’ouvrage, sa force tient à son humour. Les auteurs savent rendre limpides voire amusantes le décryptage des rapports annuels de performances ou les plus arides documents budgétaires. On sent à la fois l’expertise et la technicité de la journaliste Soazig Le Nevé mais aussi la clairvoyance de « vieux renard de l’Education nat » de Bernard Toulemonde (qui me pardonnera cette expression), grand serviteur de l’Etat mais lucide sur toutes les absurdités dont il a été témoin et soucieux de les rendre publiques.

C’est donc et il faut le souligner, un livre courageux qui a le mérite de montrer au grand jour ce que tous ceux qui ont travaillé à l’Education savent et parfois, taisent. Indispensable.

 

Education : ce qui a changé en 2016

Quels sont les faits qui ont marqué l’actualité éducative de 2016, au point de changer le quotidien des élèves, des étudiants, des professionnels de l’éducation ? L’exercice n’est pas simple, forcément frustrant à bien des égards, mais à relire l’année qui vient de s’écouler, en ayant pris soin d’évacuer les polémiques médiatico-politiques ou les séquences de com, quelle actions publiques ou décision politiques marqueront durablement l’année en matière éducative ? Le résultat, à mon sens, est plutôt modeste. Quelques décisions fortes se dégagent, qu’on les juge justifiées ou non, et marquent un vrai tournant pour l’école ou l’enseignement supérieur. Revue des mots de l’année en éducation.

SELECTION

Le 4 octobre marque un tournant dans l’Enseignement supérieur : c’est la date de l’accord entre la CPU, les organisations étudiantes et les syndicats, sur la sélection en master. Un accord qualifié d’historique, et à raison, et qui a trouvé sa concrétisation dans une proposition de loi adoptée juste avant Noël. Le 4 octobre signe surtout la fin des ennuis judiciaires pour nombre d’universités, dont les pratiques sélectives avaient été jugées illégales par le Conseil d’Etat en février. Mais au-delà, cet accord montre au grand jour la réalité des universités françaises, autonomes certes, incitées à rivaliser avec les grandes universités mondiales, et officiellement sélectives.

Dans cette affaire, le vocabulaire employé joue un grand rôle et donne malgré tout le sentiment que chacun des acteurs, les universités, les organisations étudiantes, les syndicats de personnels voient dans cet accord ce qu’il a envie d’y voir : « sélection » pour les uns, « droit à la poursuite d’études » pour les autres.

Autre difficulté posée par ce texte : la gestion du droit à la poursuite d’étude pour les étudiants est confiée…aux recteurs! Dans ce scenario, les recteurs imposeraient aux universités d’accueillir des étudiants recalés à l’entrée en master ? Une décision en totale totalement contradiction avec le principe de l’autonomie des universités.

Enfin le ministère travaille à la création d’une plateforme qui doit permettre aux étudiants d’enregistrer leur candidature. Nouveau monstre administratif ou vrai service rendu aux étudiants ? Réponse (en théorie) pour mars 2017…

ALGORITHME

L’algorithme : voilà le responsable. Ces lignes de code informatique, rendues publiques cette année par le ministère, cristallisent toute la frustration et l’appréhension générées dans les familles par APB, le portail national « admission post bac » qui organise l’accès des lycéens au supérieur. Comment sont acceptés les vœux formulés par les lycéens ? En fonction de quels critères ? Voici les questions auxquelles est censée répondre la publication de l’algorithme d’APB, réclamée cette année par l’association « Droit des lycéens ».

Mais c’est sans doute trop demander à un algorithme. La question posée est double c’est à la fois celle de la transparence des processus de sélection qui pèsent sur l’avenir des enfants et stresse les familles. APB pointe aussi avec beaucoup de force les contradictions de l’enseignement supérieur: un sésame d’accès, le bac, qui perd de sa sélectivité et envoie des masses de lycéens dans un système supérieur hyper sélectif, y compris dans les universités, décryptable par les initiés, et donc de plus en plus inégalitaire. Une question que n’a pas épuisé la publication partielle du code source d’APB.

BILANGUES

Que l’on soit « pro » ou « anti » réforme du collège, il est difficile de comprendre que la majorité des classes bilangues soient vouées à disparaître dans la réforme menée au pas de charge par la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Enterrer les classes bilangues au motif que celles-ci ne profitent qu’aux seuls élèves socialement favorisés est une erreur d’appréciation et une méconnaissance de la réalité de ces classes. Mais que dire alors du maintien partiel de ces dispositifs dans les écoles privées sous contrat et dans certaines académies, selon le choix des recteurs ? Pour le coup, le procédé est largement inégalitaire. Ainsi à Paris, la majorité des dispositifs bilangues seront maintenus à la prochaine rentrée, quand dans d’autres académies comme Lille, Lyon, Grenoble ou encore Rouen enregistrent d’importants reculs de ces classes. Où est l’égalité, objectif affiché de cette réforme, dans cette décision ? Comment justifier que des académies déjà favorisées comme Paris continuent à bénéficier de ces classes à bons élèves quand celles-ci sont supprimées dans les REP ? Comme le résume Frédérique Rolet du Snes, citée par Le Monde : « Au nom de l’égalité, on a voulu très vite – trop vite ? – trouver des coupables aux dysfonctionnements d’un système inégalitaire. Mais le calcul politique était mauvais : ces sections n’ont pas toujours, en matière de ségrégation, le mauvais rôle qu’on veut leur faire jouer. En ZEP, les supprimer peut être contre-productif et faire fuir les bons élèves vers le privé. » Et c’est ce qui n’a pas manqué d’arriver : le taux de pression sur l’enseignement privé en Ile-de-France n’a jamais été aussi fort.

IDEX

C’est un véritable coup de tonnerre qui s’est abattu fin avril sur les universités, un coup d’arrêt brutal porté à de très importants financements. Je parle ici des IDEX, les initiatives d’excellence, des pôles universitaires dotés, sur projet, de sommes allant de 700 à 950 millions d’euros. L’objectif ? Faire émerger des universités de rang et de rayonnement international….

Deux projets ont été stoppés cette année : Toulouse et Sorbonne Paris Cité, le jury ayant estimé que « l’objectif Idex est impossible à atteindre sans une dynamique toute nouvelle et des mesures de rupture. » La décision a jeté un froid dans l’Enseignement supérieur et la question se pose maintenant du devenir de ces pôles qu’il a fallu plus de cinq ans pour mettre sur pied.

La poursuite de ce mode de financement de l’Enseignement supérieur se pose pour la mandature à venir. Est-il cohérent de voir des millions alloués via ces appels à projets, quand il a fallu la mobilisation de nombreux chercheurs pour éviter une coupe de 134 millions d’euros dans le budget de la recherche ? Il y a ici un déséquilibre qui interroge et qui à terme risque de fragiliser les universités françaises.

Numérique à l’école : derrière la com, une filière en ébullition

Plusieurs centaines d' »acteurs du numérique éducatif » réunis sous les ors de la Salle des fêtes de l’Elysée, Audrey Pulvar en maîtresse d’école, une salle des classes du « futur » reconstituée sur scène, des pitchs de profs vantant leurs expériences pédagogiques, l’entraîneur Raymond Domenech et le chanteur Marc Lavoine en « guests » …et un discours de François Hollande en bonus : vendredi, l’Elysée n’a pas lesiné sur le budget com pour mettre en scène l’action du quinquennat en matière de numérique à l’école.

Car c’était bien de cela qu’il s’agissait : communication (les profs ont même été coachés pour l’occasion) et mise en image de l’action publique sur le numérique. Lancé en 2015, le plan numérique à l’école se veut assez ambitieux, malgré la relative modestie des moyens investis….Mais cela n’a pas suffi à faire taire les critiques. Les résultats de l’appel d’offres sur les ressources pédagogiques ont laissé amers bon nombre de start-up qui avaient cru pouvoir mettre un pied dans la forteresse Education nationale. C’était sans compter le lobbying -payant- des éditeurs scolaires traditionnels.Le partenariat signé par le ministère de l’Education nationale avec le géant informatique Microsoft a de même fait grincer des dents, jusqu’au sein du Conseil national du numérique.

41 millions d’euros levés en 2016

En attendant, la France compte aujourd’hui 300 à 350 start-up de la edtech qui pour la plupart peinent à trouver un modèle économique durable, quand d’autres se tournent vers la formation et le marché des entreprises, avec une croissance plus rapide à la clé. Il n’en reste pas moins que cette filière de la french edtech est en pleine phase d’accélération : selon l’étude de Victor Wacrenier, fondateur d’Appscho, en 2015, 8 millions d’euros ont été levés par les start-up de la edtech, contre 41 millions d’euros un an plus tard…Lancé par Marie-Christine Levet, fondatrice de Lycos et pionnière de l’internet, un fond d’investissement dédié, « Educapital », devrait voir le jour en 2017. Enfin un Observatoire français de la Edtech est également en cours de constitution. Deux initiatives évoquées lors de la conférence « Edup » organisée par Educpros le 15 décembre et qui contribueront à la visibilité et donc à la viabilité de cette filière.

Au fond, le seul intérêt d’un raout élyséen comme celui du 16 décembre est de réunir dans un même lieu tous les acteurs du numérique à l’école. L’occasion de constater que depuis les débuts du cartable numérique dans les années 2000, le paysage a clairement changé : plus divers, plus ouvert sur le monde économique, plus politique, il compte aujourd’hui des enseignants -et pas seulement des profs de techno ou des prophètes isolés-, des éditeurs, des start up et pas seulement des éditeurs d’ENT, des institutions, des collectivités, des associations, des media, des influenceurs…En bref tous les ingrédients sont réunis pour concrétiser le « rêve » exprimé avec bonhomie par le Président de la République dans son discours: « faire que tous les enfants puissent avoir accès à des outils numériques », mais surtout transformer la pédagogie, donner à chacun la chance d’apprendre mieux, plus durablement, et de se former tout au long de son parcours, enfin, faire émerger, au niveau mondial, un ou plusieurs champions français du numérique éducatif. Nous en avons vraiment les moyens et c’est le point positif à retenir du goûter de Noël du 16 décembre.

 

François Fillon et le déclin de l’Inspection générale

L’attaque est passée quasi inaperçue. A la manœuvre François Fillon, désigné à une large majorité candidat de la droite et du centre pour l’élection présidentielle. A plusieurs reprises durant l’ultime débat télévisé qui l’oppose à Alain Juppé, l’ancien ministre de l’Education s’en prend à l’Inspection générale, responsable d’une supposée mainmise idéologique sur les programmes.

L’ère de la défiance

En dénonçant une politisation de l’administration, François Fillon fait…de la politique et acte le retour de la droite sur les questions scolaires. L’angle choisi, outre l’uniforme et les 500 000 fonctionnaires en moins, est celui de la pédagogie et des programmes. Mais au-delà de la polémique usée sur l’enseignement de l’histoire et la présence ou non de Clovis Charlemagne et consorts dans les manuels, ce qui frappe ici c’est la mise en accusation publique, dans le cadre d’un débat hypermédiatisée, de l’administration de l’Education nationale. La charge de François Fillon exprime une défiance qui manifestement trouve echo dans l’opinion, vis-à-vis d’un corps qui constituait autrefois le « Saint des Saints » de l’Education nationale, détenteur d’une forme de prestige et d’incontestabilité.

Plus qu’un angle d’attaque politique, cette petite phrase traduit une réalité des politiques publiques aujourd’hui, tout particulièrement vraie dans l’Education nationale : une défiance croissante entre le politique (les cabinets ministériels et les ministres, qui passent) et l’administration (les inspections, les directions, l’administration déconcentrée, qui restent d’une mandature à l’autre). Une administration plus idéologue qu’efficace, rendue responsable de la débâcle de l’école. Ce n’est autre que la thèse de la journaliste politique Carole Barjon, qui dans un livre à succès, accuse nommément des hauts-fonctionnaires responsables de l’assassinat de l’école.

Un gouvernement « caché » de l’école

L’idée qui prévaut à ce diagnostic est celle d’un gouvernement « caché » de l’école par ses instances administratives et son administration, cœur battant de la gauche. Et cela accroche. « Cette assertion est-elle le fruit d’une opinion généralisée ou est-elle là pour conditionner une opinion ? », s’interroge pour sa part Jean-Yves Daniel, doyen honoraire de l’Inspection générale, Nommé par Vincent Peillon, il milite au PS et a largement contribué au programme de la gauche durant la présidentielle de 2012. Il défend pourtant le « devoir de réserve » de l’inspection, son rôle d’évaluation indépendante des politiques mises en œuvres, quand le CSP est lui en charge des contenus des programmes. Et de rappeler qu’il a mis en œuvre à son arrivée une « charte de déontologie » signée par tous les inspecteurs généraux. Soit. Pas de politique donc à l’Inspection générale ? Il n’en reste pas moins qu’une bonne partie des inspecteurs généraux est nommée au « tour extérieur », c’est-à-dire en fonction de critères et de fidélités politiques. Les recasés des cabinets ministériels y attendent tranquillement la prochaine alternance pour reprendre du service.

Quelle que soit l’issue de cette année présidentielle, l’Inspection générale ne tiendra pas longtemps son rôle en réalité intenable d’évaluation totalement dépendante du pouvoir en place. Le système a sans doute fait son temps, et pour ce qui est de l’évaluation des politiques éducatives, la montée en puissance médiatique du Cnesco et des évaluations internationales comme PISA, Pirls ou Timms a de fait réduit l’espace et l’influence de l’Inspection générale.

 

 

Jean-Michel Blanquer, ministre de « L’Ecole de demain » ?

Il est des livres qui accusent et qui détruisent l’école, il y en a d’autres qui proposent et espèrent. Le dernier livre de Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’ESSEC et ancien numéro 2 du ministère de l’Education nationale est de ceux-là. L’Ecole de Demain (Odile Jacob) trace une voie originale de transformation du système éducatif qui se veut résolument optimiste, confiante dans la capacité de chaque être humain à apprendre et à se dépasser, balayant tranquillement les clivages et querelles idéologiques sur l’école.

Et c’est précisément dans ce positionnement dépassionné que les propositions esquissées par Jean-Michel Blanquer font mouche. Il ne s’agit pas ici de régler des comptes avec la majorité en place, ni de dénigrer de façon systématique l’action éducative de la gauche pour un haut fonctionnaire ayant servi sous la droite, au nom d’une forme de libéralisme à calquer sur l’école. Ce qui est intéressant dans la démarche du directeur de l’Essec c’est le caractère méthodique de sa pensée et de sa façon de concevoir l’action publique. Le livre est ainsi découpé en plan d’action pour l’école primaire, le collège et le lycée. Les propositions d’action à chacun de ces niveaux découlent d’une analyse de la situation, d’une mise à l’épreuve des comparaisons internationales puis de la science d’où l’auteur tire, en dernier lieu, une dizaine de mesures clé.

Une autre manière de concevoir l’action publique

Cela vous paraît sans doute très logique. Justement non. Aucune politique publique sur l’école ne se conçoit aujourd’hui de cette manière, avec cette démarche intellectuelle en trois temps : où en sommes-nous? qu’est ce qui marche ailleurs? que dit la recherche ? La finalité de l’action publique en matière éducative n’est pas d’essayer à tout prix de faire rentrer l’école d’aujourd’hui dans les concepts de sa famille politique, mais bien d’inscrire l’école dans la modernité en prenant en compte notre histoire et nos spécificités et en mettant l’épanouissement de l’enfant et l’éducation à la liberté au cœur du projet.

Parmi les propositions à retenir, en commençant par le collège : l’autonomie de l’usage des horaires laissés aux établissements, le renforcement du pilotage pédagogique et managérial du collège et du lycée autour du chef d’établissement, l’évolution de l’inspection vers des audits d’établissements rendus publics et le « sas » d’intégration d’un mois à l’entrée en collège pour bien en comprendre les usages. Pour l’école primaire, l’accent est mis sur les savoirs fondamentaux avec 20 heures de cours dédiés en français et en mathématiques. L’ouvrage recommande la construction de ressources pédagogiques et l’évolution des pratiques en fonction des résultats de la recherche, et prône l’évalution « transparente » des écoles en fonction des performances et des acquis des élèves. En outre, pour lutter contre la déperdition des apprentissages pendant les vacances scolaires, l’Education nationale mettrait en place des stages de remise à niveau pendant l’été. Au lycée, enfin, on retiendra le contrôle continu au baccalauréat pour la majeure partie des épreuves, à l’exception de « quatre matières fondamentales », et le transfert des lycées professionnels aux régions pour les connecter aux besoins économiques des bassins d’emploi. Pour les enseignants, les mesures proposées accompagnent logiquement le développement de l’autonomie des établissements : annualisation du temps de travail, travail en équipe, recrutements sur profil, allongement à 5 ans de la durée de présence dans un poste et formation continue renforcée via le digital. 

Jean-Michel Blanquer propose dans un dernier chapitre d’accélérer la déconcentration des structures de gouvernance de l’Education nationale, en misant sur l’expérimentation locale, la contractualisation entre les établissements et l’académie, et en rapprochant les tutelles pédagogique (les inspections pédagogiques) et administrative (les IEN) à l’échelle d’une nouvelle entité la « circonscription scolaire », en charge de l’école fondamentale (école-collège).

Une personnalité écoutée par tous les candidats à la primaire

Ces propositions font la synthèse de manière argumentée et méthodique de tout ce que les administrateurs l’Education nationale, qu’ils soient toujours en poste ou qu’ils l’aient été, défendent…parfois à bas bruit. La question qui se pose aujourd’hui est celle de leur faisabilité et on peut sans doute regretter que Jean-Michel Blanquer qui connait très bien ces difficultés ne propose pas, du moins dans ce livre, sa vision des leviers de changement à actionner au coeur de la machine « Grenelle »: comment négocier ces propositions avec les organisations syndicales? Comment faire adhérer l’opinion et les professeurs à ce renversement de culture ? Comment résister à la pression du politique et aux impératifs de plus en plus prégnants de communication qui pèsent sur les cabinets ministériels et dévoient l’action publique?

Enfin, le devenir de ces propositions sera à regarder avec attention. Jean-Michel Blanquer a été consulté et écouté par tous les candidats à la primaire des Républicains, sans se rallier à l’un d’entre eux. Le gagnant en fera-t-il son ministre en préférant un profil d’expert aguerri à un profil de pur politique ? La question est ouverte.

 

 

 

 

Carte scolaire : de 2012 à 2016, le revirement de l’Etat

Serpent de mer des politiques éducatives, le débat sur la carte scolaire refait surface, en cette dernière rentrée avant la présidentielle. Une tribune publiée dans le Monde par l’économiste Thomas Piketty pointe à travers une spectaculaire infographie la ségrégation sociale pratiquée dans les collèges parisiens. L’information n’est hélas pas nouvelle : Thomas Piketty en convient, mais il déplore surtout l’inaction du gouvernement socialiste sur ce terrain en pointant une forme de défaite idéologique de la gauche.

La réponse de la ministre de l’Education dans le même quotidien du soir lui donne entièrement raison. En indiquant qu’on ne peut pas imposer la mixité sociale dans les établissements scolaires, la ministre opère un virage à 180 degrés par rapport à toutes les positions affichées par son parti depuis 2012, et notamment François Hollande.

Mars 2012. La carte scolaire fait son entrée dans la campagne du futur président. Devant les parents de la FCPE, François Hollande assure vouloir « revoir le mécanisme de la carte scolaire pour que tous les enfants aient les conditions qui leur permettent de réussir pleinement leur scolarité ». Son staff de campagne décrypte. Pour Bruno Julliard, alors secrétaire national du PS à l’éducation « chaque établissement devra respecter des objectifs de mixité, y compris le privé ». Les principaux et proviseurs seront « responsabilisés »: leurs moyens financiers seront modulés en fonction du parcours scolaire des élèves qu’ils accueillent, pour éviter qu’ils ne retiennent que les meilleurs.

Ca c’était en 2012. Quatre ans plus tard, en assurant que le ministère ne peut imposer de réforme de la carte scolaire, Najat Vallaud-Belkacem acte la défaite de l’Etat sur ce chantier, pourtant l’un des marqueurs forts entre une politique éducative dite de « droite » et de « gauche ». Paradoxalement, le discours tenu rejoint presque mot pour mot celui de l’un de ses prédécesseur, Xavier Darcos, partisan en 2007 de la suppression de la carte scolaire (pour se contenter finalement d’un assouplissement. Seuls les arguments diffèrent : la liberté des familles contre la liberté des territoires.

Au-delà d’un revirement de pensée qui interroge, ce discours pointe une autre évolution : ce ne sont pas les chefs d’établissement ou le ministère qui sont placés au centre du jeu dans l’expérimentation mise en place par la ministre, mais les collectivités. Et ceci montre à quel point le paysage éducatif s’est transformé en moins de 10 ans : l’échelle territoriale est devenue le niveau de référence des politiques scolaires, qu’il s’agisse de la réforme de la carte scolaire, des cartes de formation, de la vie quotidienne des élèves, des bâtiments, du financement du numérique… Et maintenant de l’organisation de la mixité. Certains penseront que l’Etat se défausse de ses responsabilités sur les territoires, d’autres qu’une méthode expérimentale partant du terrain est la seule qui ait une chance de fonctionner. En l’absence de bilan de la réforme de la carte scolaire de Najat Vallaud Belkacem, on ne peut que s’étonner d’un revirement total d’objectif et de discours entre le début et la fin du quinquennat.

Non, le numérique à l’école ne revient pas à faire pousser des tomates

C’est la petite musique de cette rentrée : haro sur le numérique à l’école. Un ingénieur et essayiste, Philippe Bihouix, diagnostique le « désastre de l’école numérique », en assurant dans une interview à Libération – il est visiblement sérieux- qu’ « avec l’école numérique, nous allons élever nos enfants hors-sol comme des tomates ». J’ai beau savoir que le jardinage est devenu tendance, je ne peux que m’étrangler à la lecture de cette affirmation. Mieux : selon cet essayiste, le numérique serait nuisible à l’apprentissage des fondamentaux et menacerait le métier enseignant. Au-delà de la visée purement polémiste de ces propos, il me semble que combattre le numérique à l’école est un combat perdu. Cela revient à nier une réalité : l’évolution des modes d’apprentissage et de l’accès au savoir qu’internet a, depuis 20 ans maintenant, bousculés.

Stop aux fantasmes

Je me permets une comparaison. Journaliste, j’ai entendu ce même discours de scepticisme appliqué au journalisme numérique. Avant de bouleverser l’éducation, internet est passé par les medias, et les a entièrement transformés, réinventant les modèles économiques et les modes de distribution de l’information. Ce qui paraît une évidence aujourd’hui (publier des articles sur le web, lire son journal sur mobile) ne l’était absolument pas il y a dix ans. Internet et le numérique menaçaient la pérennité du métier de journaliste. Internet ne permettait pas de diffuser des  informations de qualité. Internet empêchait de former des citoyens éclairés. S’opposer au développement du numérique éducatif est aussi vain que de nier la transformation de notre environnement médiatique. Il n’y a qu’à regarder nos enfants : parfaitement à l’aise avec le digital, n’envisageant même pas qu’il ait pu exister une époque sans internet ! Ne pas prendre en compte l’évolution de leur environnement quotidien dans la manière d’apprendre et de faire la classe, est une erreur : cela relève du fantasme français selon lequel l’école doit rester figée dans un formol nostalgique fleurant bon la Troisième République et le hussard noir. Heureusement, la réalité là encore contredit cette vision idéologique d’une école coupée de la modernité au nom du souvenir qu’en ont gardé quelques éditorialistes, politiques ou essayistes. La réalité donc, c’est que depuis plus d’une décennie, les enseignants préparent leurs cours avec le web, utilisent les supports numériques en classe (tableaux blancs, tablettes etc) et réfléchissent au quotidien à la transformation de leurs pratiques pédagogiques au contact des outils numériques. La réalité c’est que les enfants, les « digital native » ont besoin d’être accompagnés et éduqués à internet et que l’apprentissage du discernement est aussi le rôle de l’école. La réalité c’est qu’accompagner le développement du numérique à l’école ne signifie évidemment pas faire d’internet la solution à tous les maux de l’école, mais très humblement, connecter l’école avec son environnement, ouvrir l’accès au savoir à tous, innover dans les modes d’apprentissage et surtout, surtout placer le professeur et l’élève au centre de cette transformation.

Pauvreté des propositions politiques sur le numérique éducatif

Les femmes et hommes politiques ont eux aussi une responsabilité pour dépasser le niveau zéro de la réflexion sur le numérique : pourquoi la ministre Najat Vallaud-Belkacem n’a-t-elle pas fait la promotion du plan numérique à l’école dans sa conférence de presse de rentrée ? Pourquoi le ministère ne parle-t-il jamais d’EFRAN , ces projets de recherche financés par le PIA (les investissements d’avenir) qui évaluent l’impact de la mise en œuvre d’innovations pédagogiques numériques partout en France ? Pourquoi aucun des candidats aux primaires ne propose le début d’une vision sur l’école numérique ?

Il est temps d’admettre que l’école est un corps vivant en prise avec le monde qui l’entoure, et pas un instrument idéologique au service de coups médiatiques ou d’ambitions personnelles. Il est temps de dépasser un discours de pure opinion (pour ou contre) sur le numérique pour avancer des faits et des résultats sur les compétences des élèves (c’est l’enjeu des projets de recherche). Il est temps de se mettre au niveau de nos voisins, et notamment des anglosaxons, qui ont depuis longtemps dépassé l’ère du doute et de la polémique pour développer une véritable filière Edtech, structurée et profitable. S’il y a un combat à mener en cette rentrée, c’est celui-là.

Comment APB a hacké le bac

En ce début d’été, la concomitance de deux polémiques, l’une sur la nécessité de « toiletter le bac », selon les termes de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, l’autre sur le « scandale APB » selon les mots de l’économiste Thomas Piketty pointe un paradoxe : la dimension sélective du baccalauréat a peu à peu été entièrement absorbée par le logiciel d’admission dans le supérieur « APB », si bien que le bac est en passe de devenir un objet de dévotion républicaine surannée, en voie de muséification. En témoigne ces quelques mots lâchés par la ministre à la fin d’une interview aux Echos consacrée au budget 2017:

« Il faudra faire un jour le toilettage du bac, avec sans doute moins d’options, moins d’épreuves et un calendrier plus équilibré ».

Autant dire que cette déclaration représente une prise de risque assez proche de zéro puisque depuis une dizaine d’année tous les rapports de la Cour des Comptes, des Inspections générales ou plus récemment de Terra Nova s’accordent sur la diminution du nombre d’option au bac. Ensuite, évoquer une réforme du bac à quelques mois d’une élection présidentielle revient surtout à laisser un dossier « To Do » sur le bureau de son successeur. La ministre prend en outre soin de souligner que cet éventuel toilettage serait à mener « dans quelques années ». Il est donc très étonnant de voir que cette seule déclaration a suffi à exciter les esprits : défenseurs de l’école républicaine, victimes de #college2016, lobbys disciplinaires, hommes politiques déplorant la baisse de niveau générale… Comme si le simple fait d’évoquer une réforme du bac représentait la transgression ultime pour un ministre en exercice, une sorte de crime culturel comparable à une rénovation ratée du Louvre ou au démontage de la Tour Eiffel. Ainsi, à force de repousser cette sacrée réforme du bac, les ministres successifs de Luc Chatel à Xavier Darcos puis à présent Najat Valaud-Belkacem ont allègrement (sans jeu de mot) contribué à sa muséification. Le bac qui connait un taux de réussite record en cette session 2016, est un totem national -ce qu’on savait-, mais il risque de n’être plus que cela, en complet décalage par rapport aux certifications internationales et aux compétences exigées dans un Enseignement supérieur mondialisé.

Briseuse de rêves

Dans le même temps, l’entrée dans le supérieur se joue désormais bien avant le bac, et dans le plus grand secret. Un logiciel, APB, censé organiser et rationnaliser les flux d’entrée dans l’Enseignement supérieur est devenu depuis plusieurs mois la cible de critiques des lycéens et des familles. Opacité, manque de transparence : la machine APB est perçue comme une briseuse de rêves, l’incarnation d’une logique de sélection voire d’un arbitraire de plus en plus mal tolérés par une partie des lycéens…au point qu’un prix Nobel d’économie se mêle de l’affaire et dénonce « l’attitude scandaleuse du gouvernement » et « l’opacité publique » du système.

On est donc à la croisée des chemins : faute d’avoir réformé le bac et repensé le continuum bac +3/bac -3, les gouvernements successifs ont peu à peu délégué le problème de la sélection à l’entrée dans le Supérieur à … une machine. Résultat : le système craque.

Numérique à l’école : la révolution « Efran » en marche

Quelque chose est en train de bouger dans l’Education nationale. Ce n’est ni une réforme, ni un mouvement enseignant, encore moins un nouveau locataire Rue de Grenelle. C’est une initiative encore discrète mais qui pourrait bien modifier la manière de conduire l’action publique en éducation. Le sujet, voire le prétexte de cette transformation, est le numérique et son impact sur les modes d’apprentissage des élèves, au cœur de l’appel à projets EFRAN. Doté de 30 millions d’euros, pris sur les investissements d’avenir, «  EFRAN » a pour objectif de rapprocher le monde de la recherche, les collectivités qui financent les équipements, les start up de la « edtech » et l’Education nationale. Autant dire des mondes qui aujourd’hui évoluent de manière parfaitement parallèle, avec des agendas et des modes de collaboration quasi inconciliables.

Une logique « bottom up »

Si tous les regards sont aujourd’hui tournés vers le plan numérique, poussé par l’arsenal de communication du ministère, Efran avance une proposition et un mode opératoire beaucoup plus neufs dans l’Education nationale : valoriser des dynamiques territoriales dans une logique « bottom up » et évaluer, de façon scientifique, l’impact réel des technologies éducatives.

Le jury, dont je fais partie, se réunit ces jours-ci pour examiner les dossiers déposés pour la deuxième vague de l’appel à projets. Les initiatives présentées explorent différentes possibilités offertes par le numérique lorsqu’il s’applique à la pédagogie : learning analytics (problématique des « traces » d’apprentissage laissés par les élèves) , outils facilitant l’évaluation par compétences ou l’éducation inclusive, gamification, apprentissage du code, logiciels favorisant la discussion et la pensée critique, réalité virtuelle…

L’évaluation, condition de l’action publique

Portés par des collectivités, expérimentés dans des écoles, collèges ou lycées, évalués par des équipes de recherche, ces projets reposent le plus souvent sur des partenariats avec des entreprises et des start up de la filière « edtech ». On est ici très loin de l’achat massif de tablettes ou d’ordinateurs portables et de la simple injonction à l’équipement auxquels se résument depuis les années 2000, les plans numériques successifs. « L’objectif d’Efran consistait à essayer de mettre un peu d’ordre méthodologique dans des orientations pilotées quelquefois par des raisons politiques. Il était pour cela important que les acteurs concernés puissent travailler dans des écosystèmes territoriaux. Les financements qui arrivent dans le dispositif éducatif sont ceux des collectivités territoriales, qui financent avec un souci de retour rapide sur investissement et parfois aussi d’impact électoral. Notre position n’est pas celle-là : Efran doit voir apparaître des dispositifs territoriaux efficaces, associant recherche, éducation nationale et entreprises, et qui deviennent des repères pour les politiques publiques futures », souligne Jean-Marc Monteil,ancien recteur et en charge d’une mission intermnistérielle sur le numérique à l’école.

Enfin l’évaluation scientifique et le suivi sur le long terme des projets retenus constituent un axe essentiel d’Efran. C’est sur cette évaluation et sa diffusion auprès du « terrain » que repose la promesse de transformation de l’ensemble du système. Il n’est pas ici question de l’évaluation « couperet » des inspections générales, ou de la seule mesure de performance budgétaire pratiquée par l’Inspection des finances. L’évaluation menée par un comité indépendant devra mesurer l’amélioration des résultats des élèves, la capacité des enseignants à s’emparer des technologies, les modes de gouvernance des projets et leur ancrage territorial. Donc : l’Etat investit de l’argent dans des projets de terrain, portés et élaborés par des acteurs locaux, les évalue avant de les généraliser. Une démarche scientifique, rigoureusement opposée à celle qui a prévalu lors de la mise en place des dernières réformes de l’Education nationale, des rythmes scolaires à la réforme du collège pour ne citer que les plus récentes. Une autre façon de faire de la politique.