Non, les politiques publiques ne sont pas solubles dans la com

En écoutant Najat Vallaud-Belkacem, invitée cette semaine de l’émission Rue des écoles sur France Culture, dérouler posément ses arguments, sur ce ton
légèrement monocorde qui est sa signature, j’ai été frappée par un de ses propos, à propos de la polémique sur la réforme du collège :

« Ce qu’il y a de nouveau dans ce qu’on a vécu depuis deux mois, c’est le mélange d’approximation et de couverture médiatique des débats qui n’a pas forcément  été à la hauteur des débats possibles autour de la réforme du collège. On a l’impression que le principal débat c’était les classes bilangues : ce n’était pas le principal sujet. »

En somme donc, l’opposition à la réforme du collège repose sur un malentendu. Les médias, relais du projet ministériel, en se focalisant sur les points de crispation
– les classes bilangues ou l’affaiblissement du latin et du grec – n’ont pas été « à la hauteur » du débat. Cet argument est en réalité troublant, parce qu’un peu pervers.

Au fond, la remarque de la ministre pointe un problème de communication. Le projet de réforme n’a pas « imprimé » comme prévu dans l’opinion, car au final,
ce ne sont que quelques-unes des mesures de cette réforme qui ont été mises en avant. La rhétorique ministérielle autour du projet de la réforme du collège (égalitarisme, autonomies des établissements, interdisciplinarité) s’est ainsi retrouvé parasitée par la communication, plus forte, des lobbys disciplinaires d’abord, très vite relayés et dépassés par lcertains éditorialistes, l’opposition puis jusqu’à l’Académie française.

Un échec patent de communication

C’est en réalité un échec patent de communication : dans le timing (collusion entre réforme des programmes et réforme du collège ce qui a décuplé la grogne),
dans la forme (des messages principaux inaudibles et une claire sous-estimation des risques que représentaient la suppression des classes bilangues et l’affaiblissement du latin et du grec), dans la gestion de crise (la seule communication de crise a consisté à publier le décret au lendemain d’un mouvement de grève…on a déjà fait plus subtil).

Ce qui me gêne ici c’est cette idée somme toute facile que les médias pour « bien » faire leur travail devraient coller au tempo et aux argumentaires diffusés par la
puissance publique. S’écarter de cette ligne est ici taxé d’approximation ou de médiocrité. J’aurais aimé que la ministre, plutôt que de pointer la responsabilité
des médias, s’interroge sur la manière dont sa communication a échoué à relayer le cœur de son projet, qui dans ses fondamentaux, n’est pas si mauvais.

Najat Vallaud-Belkacem a peut-être éprouvé ici les limites de la communication politique et de la pensée magique.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *