« Pimprenelle » ou « Peronnelle »: assez de clichés sur les femmes politiques

C’est une information bien calibrée pour le « buzz » : selon L’Opinion, François Hollande, affublerait en privé sa ministre de l’Education du surnom de « Pimprenelle », allusion au personnage féminin et à l’atmosphère léthargique de « Bonne nuit les petits ». La référence, gentillette, fait sourire…sauf qu’il en existe une version beaucoup plus acide. Le surnom de Najat Vallaud Belkacem à l’Elysée ne serait pas « Pimprenelle » mais « péronnelle », un terme qui selon le Larousse désigne une femme « bavarde et sotte ». Un terme bien entendu sans équivalent masculin.

Machisme rhétorique

Impossible à vérifier, cette supposée méchanceté présidentielle pose problème et mérite d’être relevée, quelle que soit l’appréciation portée sur l’action ou le style de la ministre. Ce n’est pas le sujet. Comme l’emploi du prénom pour les seules femmes politiques, le surnom grinçant voire l’assimilation à des animaux de bassecour – souvenons-vous de ce député UMP, Philippe Le Ray caquetant pour moquer sa collège Véronique Massonneau – est une pratique qui visiblement perdure, y compris au sommet de l’Etat. A coup de petites phrases et d’indiscrétions, l’affichage d’un gouvernement paritaire, progressiste, ouvert à une nouvelle génération de femmes jeunes  et ambitieuses, prend un sacré coup dans l’aile. Parité affichée mais machisme rhétorique, progressisme revendiqué mais vocabulaire rétrograde et sexiste.

Pour illustrer ce paradoxe, le documentaire d’Yves Jeuland « Un temps de président », livre plusieurs scènes très explicites sur l’atmosphère bien masculine de l’Elysée. Ce film qui ne met en scène que des hommes essentiellement préoccupés des retombées médiatiques de leur action, livre une séquence glaçante entre le président, la ministre de la Culture Fleur Pellerin fraichement nommée, et Manuel Valls. Encadrée par deux hommes, la jeune femme reçoit avec le sourire les recommandations condescendantes du président et de son Premier ministre : « Vois Jack, il a des idées » « Va au spectacle »…. La scène ne montre pas les bonnes blagues que se sont peut-être échangé les deux hommes après cette discussion, ou le délicieux surnom dont est désormais affublée Fleur Pellerin. Pimprenelle? Péronnelle?

 

NB: Sur ce sujet, nous avons co-écrit avec Louise Tourret une enquête sur les nouvelles formes d’exercice de la maternité en politique et au travail. « Mères, libérez-vou!s », Plon, 2014.

Be Sociable, Share!

7 réflexions au sujet de « « Pimprenelle » ou « Peronnelle »: assez de clichés sur les femmes politiques »

  1. Ping : "Pimprenelle" ou "Peronnelle": assez de clichés sur les femmes politiques | Info News

  2. Ping : “Pimprenelle” ou “Peronnelle”: assez de clichés sur les femmes politiques – TCHEKESA NEWS – Breaking News Updates | Latest News Headlines | Photos News Videos

  3. « Impossible à vérifier ». Les journalistes buzzent aujourd’hui de plus en plus sur du « peut-être » et perdent la base du journalisme. Même pour défendre une cause juste ce n’est pas justifié, et ils sont ravis de faire un « bon papier ». C’est très grave, c’est mentir. Je suis choqué chaque semaine et chaque jour par la multiplication de ce procédé, à la télévision comme en pressé écrite. Et je ne défend pas Hollande, mes idées sont à droite!

  4. « Impossible à vérifier ». Les journalistes buzzent aujourd’hui de plus en plus sur du « peut-être » et perdent la base du journalisme. Même pour défendre une cause juste ce n’est pas justifié, et ils sont ravis de faire un « bon papier ». C’est très grave, c’est mentir. Je suis choqué chaque semaine et chaque jour par la multiplication de ce procédé, à la télévision comme en pressé écrite. Et je ne défend pas Hollande, mes idées sont à droite

    • Bonjour Pierre, J’essaie d’être honnête sur la façon dont ce type d’anecdotes nous arrive aux oreilles. Je comprends parfaitement votre réaction. Merci pour ce commentaire en tous les cas.

  5. Pourtant il n’y a qu’à voir comment Ségolène a été traiter pendant l’élection présidentielle. Aucun homme n’aurait toléré ce qu’elle a pris dans la figure.

  6. Je trouve cet article aberrant…
    Lorsque François Hollande surnomme Najat Vallaud Belckacem « Pymprenelle » il fait référence au feuilleton culte chez les enfants de l’époque « Bonne nuit les petits ».
    Par ailleurs je trouve inintéressant de raconter ce genre d’anecdotes. Sincèrement tout le monde s’en fiche qu’il l’appel « Pymprenelle », il y a des choses bien plus grave dans le monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *