Après les attentats, l’école entre espoir et responsabilité

Pourquoi quand frappent la violence, la mort et la destruction, l’école devient-elle un rempart? Cette réalité, celle de la puissance pacificatrice de l’éducation, criante dans les pays en guerre, est aujourd’hui devenue la nôtre. Paradoxalement, cette unanimité des regards tournés ce matin vers nos salles de classe, ce mélange de bienveillance et d’inquiétude que nous ressentons au moment de lâcher la main de nos enfants, est un message d’espoir qui porte quelque chose d’extrêmement positif sur l’école française.

Ce matin, la Nation se raccroche à son école comme à un totem de la démocratie. Nous comprenons plus intensément que jamais combien l’école et l’éducation sont au cœur de notre projet d’existence collective. Aucun service public n’est à ce point chargé de cette puissance d’incarnation d’un devenir commun: il n’y a qu’à constater combien les enseignants se sont mobilisés tout le week-end pour être prêts à répondre à leurs élèves ce lundi, et la tonalité très professionnelle de leurs échanges sur les réseaux sociaux, faisant oublier les querelles sur les méthodes de lecture ou la réforme du collège.

Nous sommes tous des éducateurs

C’est en cette école-là que je veux croire. « L’école en soi soigne » indiquait la psychologue et enseignante Agnès Florin. Elle est un réconfort, un refuge et la meilleure arme contre l’obscurantisme. Ces formules, qui n’en sont pas, ont un sens ce lundi. Certes, les enseignants peuvent être fiers de leur mission, mais soyons plus que jamais derrière eux et ne les laissons pas seuls avec cette lourde responsabilité. Nous sommes tous, à différent niveaux, porteurs de cette mission d’éducateur et de passeur.

La jeunesse, formée, enjouée et multiculturelle, a été clairement prise pour cible ce week-end:  des étudiants, des profs et des universitaires ont été assassinés. In memoriam, continuons à éduquer avec une haute exigence pour tous, continuons à nous métisser et à nous ouvrir sur le monde, continuons à apprendre et à transmettre.

…..

Vous pouvez réécouter l’émission Rue des écoles de France Culture, consacrée le 15 novembre à l’évocation en classes des attentats de Paris. Les Cahiers pédagogiques et le site du ministère de l’Education sont aussi d’utiles ressources pour enseigner après les attentats. Enfin sur le réseau social Twitter, de très nombreux enseignants ont partagé leurs cours et leurs idées.