Grandes Ecoles et PME : si loin les unes des autres !

Partons d’un constat, souvent décrit, et qui se vérifie sur le terrain : les jeunes issus des grandes écoles s’orientent peu vers les PME. Plus l’école est prestigieuse, moins ses diplômés s’orientent vers les PME. Le choix de la PME est souvent un choix par défaut.

Traditionnellement, les grands groupes absorbent l’essentiel des promotions des grandes écoles, notamment d’ingénieurs. Un premier job dans un grand groupe, dont la marque est reconnue, et qui offre des perspectives internationales, est presque un passage obligé pour une majorité de nos diplômés.

Cette tendance s’est trouvée renforcée ces dernières années par l’ouverture spectaculaire des débouchés pour les ingénieurs ; au-delà des grands de l’industrie qui recrutaient les jeunes ingénieurs, on a vu arriver sur les campus des groupes représentant des secteurs nouveaux : le conseil, banque dans les années 1990 ; et aujourd’hui la grande distribution, le luxe, le secteur du transport et de la logistique ; et également des métiers nouveaux, tels que la Supply Chain, les Achats, le Marketing produit, les métiers de l’Innovation …

Autant de séductions nouvelles, qui renforcent l’attrait des grands groupes sur nos jeunes.

Le phénomène s’est accentué durant les 10 dernières années, car les métiers du campus management se sont spectaculairement professionnalisés ; des équipes dédiées se sont mises en place, capables de segmenter le marché de leurs partenaires académiques, de fixer des priorités, de monter des actions d’envergure, de mobiliser les réseaux d’anciens pour assurer une présence forte sur les campus.

Les PME ne peuvent concurrencer les grands groupes sur le terrain de la Marque Employeur, faute de temps, et de ressources. Un dirigeant de PME ne peut venir 10 fois sur le campus de Centrale Paris pour parler de son entreprise ; un grand groupe aura en revanche la capacité d’assurer une telle intensité de présence. Alors comment lutter ?

Et la création d’entreprise alors ? Les start-ups ne sont elles pas des PME ?

Si, bien sûr. Depuis 10 ans, de nombreuses écoles ont mis l’accent sur la création d’entreprise : ouverture d’incubateurs, mise en place de filières d’accompagnement à la création, sensibilisation massive des jeunes.

Tout cela avec un réel succès : la création d’entreprise est désormais perçue comme une option à part entière à l’issue de l’Ecole, valorisante ; la prise de risque limite moins les créations, car en cas d’insuccès dans la création, il sera toujours temps de revenir dans un grand groupe ; l’expérience de la création apparaîtra plutôt comme un plus dans le CV ! Près de 10% des Centraliens en 3ème année se lancent dans un projet de création d’entreprise aujourd’hui.

Les jeunes vont dans les PME …. à condition que ce soit la leur !

C’est au niveau des PME établies, grosses PME ou ETI, que le bât blesse ; sauf cas particulier, le jeune diplômé ne sera pas patron en premier job, encore moins propriétaire. Il devra se contenter d’un statut de collaborateur salarié, qui lui semble beaucoup moins attractif. La valeur ajoutée par rapport à un poste similaire dans un grand groupe n’apparaît pas.

La situation est aggravée par les représentations culturelles, qui séparent jeunes diplômés et PME. Pour mieux les appréhender, Centrale Paris a mené une grande enquête en 2011 sur les perceptions comparées des PME et des jeunes.

Chez nos élèves, beaucoup de préjugés sur un démarrage de carrière en PME. En vrac :

elles offrent peu d’évolution de carrière ;

ce sont des voies de garage, dans ce sens qu’il est difficile de rejoindre un grand groupe après un passage en PME ;

l’acquisition de compétences est de moins bonne qualité, la PME étant supposée être en retard sur le plan des modes de management, voire de la technologie.

les salaires, et surtout les avantages (distributions d’actions, intéressement…) sont moins attractifs.

En face, du côté des PME interrogées, beaucoup de préjugés aussi sur nos jeunes :

ils sont trop théoriques, ne sauront pas s’adapter à un quotidien très opérationnel, où il faut « accepter de tout faire ».

ils sont trop chers, décalés sur le plan salarial

ils sont culturellement difficiles à assimiler ; voire peuvent être perçus comme arrogants par leurs collègues

et surtout ils ne resteront pas ; car la PME ne pourra pas leur proposer de plan de carrière.

Au total : nos jeunes diplômés peuvent être perçus comme des collaborateurs coûteux à former, difficilement intégrables, et qui ne resteront pas longtemps dans l’entreprise.

Et pourtant, la demande des PME en jeunes diplômés est forte ; Centrale Paris a organisé, dans la foulée de l’enquête de 2011, un ensemble de rencontres avec des dirigeants de PME, pour tester auprès d’eux des pistes favorisant le rapprochement entre ces deux mondes. Le succès a dépassé nos espérances, l’intérêt et la qualité des échanges ont été très au-delà de nos anticipations.

Nous avons également organisé un forum des PME, en mars 2012, durant lequel une vingtaine de PME ont pu rencontrer dans un cadre informel, des étudiants de Centrale Paris qui avaient au préalable manifesté leur intérêt pour ce type d’entreprise. Ce fut un beau succès, marqué notamment par une ambiance très distincte de celle des grands forums des métiers, classiques dans les grandes écoles. Les échanges ont été beaucoup plus longs, approfondis ; les élèves moins nombreux, mais motivés ; les discussions allaient très au-delà de la description simple de l’entreprise ou des stages, mais touchaient aux métiers de l’entreprise, ses technologies, ses produits.

Les entreprises avaient mandaté des dirigeants ou experts seniors sur les stands ; avaient organisé des démonstrations de leurs technologies … Bref, c’était passionnant.

Ces initiatives, aussi limitées soient-elles, nous montrent que la situation actuelle n’est pas satisfaisante. Il y a là un impératif d’action. Il en va de l’intérêt des entreprises, et aussi de plus en plus de celui de nos jeunes ; et par conséquent de l’intérêt collectif.

Mais alors comment faire ?

Ce sera l’objet d’un prochain billet …

Be Sociable, Share!

Tags:

This entry was posted on lundi, septembre 3rd, 2012 at 22:28 and is filed under Non classé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Grandes Ecoles et PME : si loin les unes des autres !”

  1. Ghesquiere Rémi Says:

    Bonjour,

    Je me présente, je suis étudiant en 1ère année du Génie Informatique de l’UTC. Je suis également le président de l’association Comutec, organisant un forum de rencontre entre les entreprises et les étudiants des écoles d’ingénieurs de Picardie.
    Voulant moi-même travailler dans une PME plus tard (plus grande autonomie, hiérarchie plus simple et, surtout, une vision élargie du travail d’ingénieur), j’ai pensé organiser un forum orienté vers les PME comme le votre. Malheureusement, mes notes et mon implication associative me laissaient trop peu de temps pour m’en occuper.

    Je serais néanmoins curieux d’avoir plus d’informations concernant votre initiative avec l’école Centrale de Paris.

    En attendant votre prochain article,
    Cordialement,

  2. Gilles Gleyze Says:

    avec plaisir !
    merci pour ce commentaire

  3. Gilles Gleyze Says:

    avec plaisir !
    merci pour votre commentaire

  4. Laurent Polet Says:

    Merci pour cet excellent billet, reflet exact de la réalité dans l’attractivité des PME auprès des élèves des grandes écoles, et de l’enseignement supérieur en général.
    Pour autant les PME offrent des responsabilités souvent plus larges et plus rapidement, aussi répondent elles mieux parfois à ce besoin générationnel d’autonomie forte dans le travail.
    Le fait est que la réticence ici évoquée envers les PME provient aussi du manque de connaissance du monde de l’entreprise par les jeunes en général, carence qui trouve sa racine dans toute la scolarité. Pour cette raison, par l’effet « de marque », les grandes entreprises rassurent…
    Au regard du potentiel que représentent les PME dans les enjeux de notre économie, la question posée par ce billet lève donc un défi majeur de notre système éducatif !
    Merci
    Cordialement

  5. Jannie Says:

    Do you mind if I quote a couple of your articles as long as
    I provide credit and sources back to your site? My website is in the very same niche as yours and my
    users would definitely benefit from some of the information you present here.
    Please let me know if this ok with you. Thank you!

    Have a look at my web-site; food for skin [Jannie]

  6. Gilles Gleyze Says:

    Hello Jannie
    no problem for you to quote me in your web site as you propose. Let’s share information !
    gilles

  7. Advance Auto Parts Coupon Codes Says:

    Wonderful blog! I found it while browsing on Yahoo News.
    Do you have any tips on how to get listed in Yahoo News?
    I’ve been trying for a while but I never seem to get there!
    Thanks

    Also visit my web site … Advance Auto Parts Coupon Codes

  8. Nancy Says:

    Why play this game. App Annie also reports that the game
    is basically a strategic one, where the design is almost
    entirely geared towards forcing players to spend money.

    You will be creating more and more gems. It is a combat strategy that allows people to compete with other players or NPCs with a turn-based style of play.
    If you do not want it to be stolen minecraft free download at all.

Leave a Reply