Le niveau d’exigence des MOOC aurait-il chuté au fil des années ?

offre 10Je vous fais aujourd’hui un dernier petit billet portant sur l’analyse des MOOC à l’échelle internationale. Je me suis cette fois-ci penché sur des informations que les concepteurs mettent sur les pages de présentation des cours : nombre de semaines que dure la formation, nombre d’heures de travail par semaine, pour voir comment le niveau d’exigence, mesuré ici uniquement en termes de charge de travail imposée aux participants. Une analyse des annuaires de MOOC suggère que le niveau d’exigence des MOOC a pas mal chuté depuis quelques années – est-ce que c’est bien, ou est-ce que c’est mal, ce n’est pas à moi de le dire – et qu’il y a des différences significatives entre plates-formes. On fait par exemple en France des MOOC plus « light » que les universités américaines ….

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

MOOC : analyse qualitative de l’offre de quelques plates-formes et de stratégies nationales

DiplomaNous avons vu hier que les plates-formes américaines dominaient largement l’offre de MOOC. De là à dire que les universités américaines dominent l’offre de MOOC mondiale, il n’y a qu’un pas. On va s’intéresser aujourd’hui à la domination des universités anglo-saxonnes, à l’investissement quantitatif des établissements partenaires des plates-formes et à l’éclectisme disciplinaire qui y règne. En somme, tout ce que vous aviez toujours voulu savoir sur les MOOC (sans vraiment savoir à qui demander).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Le phénomène MOOC à l’échelle internationale : les forces en présence

http://www.dreamstime.com/stock-photo-3d-small-people-complicated-question-image19385560Ami lecteur, cela fait quelques années que je te promets de belles données issues de mes travaux de recherche. Je me suis abstenu jusqu’à présent pour des raisons on ne peut plus pragmatiques. Publier des données dans un blog peut poser des problèmes si on veut les republier par la suite dans une revue scientifique. C’est bien dommage, car j’ai de beaux résultats sous le coude. Néanmoins, je sens que je vais faire quelques exceptions, car nombre de mes résultats n’auront plus qu’un intérêt historique si j’attends trop longtemps. Donc voilà, aujourd’hui je commence à vous présenter quelques belles figures. Pour inaugurer cette série de billets, je vous propose une analyse rapide de l’offre de MOOC basée sur des annuaires en vogue à l’échelle internationale (et dont je connais les gérants) : Class Central et MOOC List. Nous tâcherons de répondre tout au long de ce bref tour d’horizon aux questions suivantes. Quelles plates-formes, quels pays dominent l’offre mondiale de MOOC ? Quelles sont les principales différences entre plates-formes, sur le plan de la diversité des disciplines qu’elles promeuvent, sur le plan des partenariats qu’elles mettent en place ? Comment l’offre a-t-elle évolué au fil du temps ? Si vous êtes intéressés par ces questions, et que vous aimez les analyses quantitatives, vous trouverez ici votre bonheur.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

L’Open Education, au fait, qu’est-ce que ça veut dire maintenant?

L’Open Education, ou l’Open Ed, c’est tout un programme. Vous êtes probablement nombreux à être familiers avec ce terme, mais savez-vous ce qu’il recouvre, connaissez-vous ses origines ? Saviez-vous que le terme prend ses origines dans les premières expériences d’écoles libres britanniques, dont les libres enfants de Summerhill sont l’un des exemples les plus connus. Peut-on dire que les MOOC font partie de l’Open Ed ? Je vous propose aujourd’hui de revenir dans un billet un peu plus long que d’habitude sur ces questions

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Coursera aurait-elle tué le concept de MOOC après l’avoir popularisé ? (et offre de thèse)

DiplomaLe certificat, ou l’attestation de réussite, appelez-la comme vous voudrez, joue un rôle central dans le MOOC. La disparition progressive du certificat gratuit, plausible si le changement de modèle adopté par Udacity puis Coursera (Koller, 2015) s’étend aux autres acteurs, marque vraisemblablement la fin d’une ère. Pour les participants, c’est la disparition d’un outil aux multiples fonctions. Certains (surtout des enseignants) voient probablement dans la disparition du certificat une évolution souhaitable, car celui-ci est parfois utilisé comme une source de légitimité dans un contexte professionnel alors même que les concepteurs le considèrent avant tout comme une récompense symbolique, qui n’a pas vocation à valider des acquis. Ils oublient que la recherche de légitimité ne représente qu’une des multiples formes d’intérêt que les participants lui  portent.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Mon problème avec la typologie xMOOC/cMOOC

http://www.dreamstime.com/stock-photo-3d-small-people-complicated-question-image19385560Toute personne qui s’intéresse un tant soit peu aux MOOC est obligée de tomber à un moment ou à un autre sur la typologie xMOOC/cMOOC qui s’est imposée dès 2012. Cette typologie peut avoir son utilité – je l’emploie moi-même au quotidien – mais on entend parfois des choses qui ne sont selon moi pas tout à fait vraies. Typiquement, les xMOOC relèveraient d’un vilain conservatisme behavioriste (ce qui en plus d’être faux, fait saigner mes oreilles de behavioriste convaincu, car n’oubliez pas, le vrai behaviorisme, c’est beau, c’est bien, c’est bon, c’est la vie), tandis que les cMOOC ou MOOC connectivistes seraient les hérauts du constructivisme, seule pédagogie à respecter le libre-arbitre et les bébés phoques. Cela permettra de faire une pause dans la série des billets sur l’hybridation. Par ailleurs et vous m’en excuserez, je sens que j’ai pu déconcerté quelques lecteurs avec mon style plus académique de ces derniers jours, style que je vais maintenir ici. Que voulez-vous, je suis bientôt docteur (si tout se passe bien), alors il faut que je joue un peu au docteur de temps à autre.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Quels publics les concepteurs de MOOC visent-ils ?

DiplomaNous nous sommes intéressés hier au problème de l’hybridation des MOOC sous l’angle de l’ampleur quantitative du phénomène. Nous allons aujourd’hui introduire un sujet qui me paraît sous-investi : la question du public visé par les concepteurs de MOOC, avec en filigrane un postulat relativement simple, si on vise le grand public à travers un MOOC, si c’est avant tout un objet de communication, est-ce que cela peut être utilisé dans le cadre d’un enseignement ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Hybridation des MOOC dans le supérieur : quelle est l’ampleur du phénomène ?

DiplomaComme vous l’avez peut-être remarqué, cette semaine est consacrée aux questions d’hybridation des MOOC. Nous avons introduit la question dans le billet d’hier, nous allons la aujourd’hui nous intéresser à la question de la quantification du phénomène. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Bref, vous l’aurez compris, ces réflexions sont issues de ma thèse, et je les partage avec vous pour que puissiez me faire des retours si l’envie vous en prend. Après de longs mois de relative inactivité (pas toujours évident de rédiger des billets de blog en écrivant un manuscrit de thèse), ce blog va reprendre pour quelques mois un rythme de publication intensif ….

Continue reading

1 Comment

Filed under Non classé

Comment aborder la question de l’hybridation des MOOC ?

http://www.dreamstime.com/stock-photo-holder-master-s-degree-image11200570Quatre ans après le début de l’engouement médiatique qui a entouré l’essor du phénomène MOOC, on ne peut qu’être frappé par l’écart abyssal qui s’est creusé entre d’une part les prédictions relatives à l’impact que les MOOC étaient supposés avoir sur le système éducatif et d’autre part la réalité de cet impact. Certains redoutaient un nouveau pas vers l’automatisation et l’industrialisation de l’enseignement supérieur, les nouvelles « usines à diplôme » que décrit Noble (1998). D’autres voyaient dans l’intégration des MOOC dans les cursus le début de la fin du métier d’enseignant tel qu’on le connaît (Lucas 2013, Godwin-Jones 2014, Mirrlees & Alvi 2014, O’Connor 2014, Vardi 2012). Si le débat public a pris moins d’ampleur en France, les questions qui se posèrent dans l’Hexagone furent sensiblement les mêmes que celles qui se posèrent à l’échelle planétaire : discussion sur le caractère innovant des MOOC (Boullier 2014, Charlier 2014, Mangenot, 2014), sur leurs modèles pédagogiques et économiques (Depover, 2014), sur l’impact qu’ils auraient sur l’enseignement supérieur (Landry, 2014).

D’aucuns prédisaient un schisme à moyen terme entre établissements producteurs de MOOC, et établissement consommateurs qui intégreraient les formations des premiers dans leur offre de cours (Barber, Donnelly, & Rizvi, 2013). Au final et comme l’on pouvait raisonnablement s’y attendre, rien de tout cela n’est arrivé ; aucun élément tangible ne semble indiquer que les MOOC aient été à l’origine d’un bouleversement majeur de l’enseignement supérieur. Cela signifie-t-il qu’ils aient échoué à pénétrer le monde de l’enseignement supérieur ? Difficile à dire, car si l’on a une idée approximative de l’investissement consenti pour leur conception, si l’on connaît approximativement les statistiques d’inscrits et de certifiés, on ne sait en revanche que bien peu de choses quant à l’utilisation de MOOC au sein de la formation initiale.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

MOOC : l’hybridation ou la mort ?

DiplomaJ’aimerais aujourd’hui revenir sur la question de l’hybridation des MOOC, principalement sous l’angle de la politique de formation. On aura beau souligner l’essor des besoins de formation en France et dans la francophonie, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Un MOOC diffusé en français ne peut atteindre l’audience d’un MOOC diffusé en anglais si celui-ci est diffusé sur une plate-forme qui disposant d’une large audience anglophone. C’est une simple question de nombre d’internautes anglophones et de nombre d’internautes francophones. Il est rare qu’un MOOC français ne délivre davantage que quelques centaines de certificats ; par ailleurs, les formations sont souvent organisées une ou deux fois tout au plus, ce qui est bien peu pour amortir l’investissement consenti dans la création de la formation. Dans ces conditions et au vu du coût qu’implique la création d’un MOOC, il est crucial d’approfondir la réflexion sur les thématiques choisies, notamment dans l’optique d’une hybridation du MOOC avec la formation initiale.

Continue reading

2 Comments

Filed under Non classé