MOOC: comment choisir sa plate-forme?

A moins que vous n’enseigniez dans un établissements prestigieux, vous pouvez d’ores et déjà faire une croix sur Coursera ou edX. Vous aurez beau être le meilleur pédagogue du monde, cela n’y changera pas grand chose car les plates-formes américaines sont avant tout dans une logique de marketing. Coursera et à plus forte raison edX cherchent à se construire une image de marque, et la pédagogie n’est pas leur première préoccupation (tout au moins pour Coursera). Ceci dit, cela n’engage à rien de contacter ces plates-formes: Daphne Koller, la fondatrice de Coursera, s’est fait une spécialité d’apprendre à refuser poliment ce genre de demande. Des établissements français réputés se sont déjà heurtés à des refus catégoriques. Si cela peut servir de consolation, Coursera a de grands défauts, comme le fait de devenir propriétaire des contenus postés au même titre que l’enseignant. Il n’y a donc aucune honte à chercher des solutions alternatives. Oui mais lesquelles? Nous lançons ici quelques pistes de réflexion ….

Le choix de la plate-forme est un élément déterminant car il va imposer un certain nombre de contraintes liées à ses fonctionnalités. Ce choix dépend des objectifs, des besoins et des moyens de l’équipe organisatrice. La question ne se pose pas de la même façon pour un établissement réputé qui cherche à s’imposer sur la scène internationale et pour une équipe réduite cherchant à mettre au point une expérience pédagogique. Les plates-formes permettant d’héberger des xMOOC se multiplient: Futurelearn au Royaume-Uni, Open2study en Australie, NPTEL en Inde. Cependant, elles sont en général réservées aux établissements d’enseignement supérieur de leurs pays d’origine. Il ne reste donc au final que peu d’alternatives.

Passer par une entreprise spécialisée Blackboard, Udemy ou Instructure sont désormais des grands noms du e-learning. Udemy permet depuis 2011 de mettre des cours en ligne, payant ou gratuits, et de recruter des participatns. Dès l’hiver 2012, Blackboard ouvre son Leaning Management System (LMS) Course Sites  pour la création de MOOC. Un Learning Management System est un outil permettant d’organiser des cours en ligne et de diffuser du contenu pédagogique; la plupart ont été conçus pour accueillir des nombres limités d’étudiants. Parmi les cours qui ont eu lieu sur la plate-forme de Blackboard, on peut citer le Introduction to Pharmaceutical Manufacturing Technologies du Dublin Institute of Technologies, ou le Pre-Algebra, du Cuyahoga Community College. Bien que le service soit en théorie gratuit, on peut compter sur les doigts de la main les MOOC qui ont été organisés sur cette plate-forme. La dernière solution est Instructure, qui a lancé en janvier le réseau Canvas.net, un catalogue de cours organisé sur son LMS Canvas. C’est cette solution que nous avons choisi pour le MOOC Gestion de Projet. Ces LMS n’ont à l’origine pas été conçus pour accueillir des milliers de participants. Nous avons naturellement rencontré quelques problèmes d’ordre technique, mais les équipes d’Instructure étaient relativement réactives; elles sont actuellement sur le pied de guerre pour adapter leur plate-forme aux nouveaux besoins du marché.

Passer par une solution open source spécialisée Les solutions open source sont des plates-formes dont le code est téléchargeable, et qu’il est donc possible d’installer sur un serveur local. Parmi les solutions existantes, on peut citer entre autres openmooc. Développée par des étudiants espagnols, elle est utilisée par la UNED, l’université à distance espagnole, et en France par le cours sur les réseaux cellulaires de Telecom Bretagne. Elle présente quelques avantages, comme le système de vote pour les posts et de karma pour les participants, mais de vraies carences en termes d’ergonomie d’une part et de graphismes d’autre part. Parmi les autres solutions open source, il ne faut pas oublier l’éphémère Class2go, qui a été développé à Stanford et a hébergé trois MOOC à l’automne 2012 avant d’annoncer sa fusion avec edX. En dehors de Stanford, elle n’a été utilisée à ce jour que par l’University of Western Australia pour une demi-douzaine de cours. Nous ignorons dans quelle mesure sa fusion prochaine avec edX va affecter son devenir. La solution Class2go va t-elle entièrement disparaître et être totalement absorbée? Probablement. Enfin, la reine des solutions open source est bien sûr edX elle-même. Une partie du code a déjà été libérée, mais rien qui permette de monter un cours pour le moment: seuls les développeurs sont concernés. Selon certaines annonces, le code sera disponible en juin. Toute la communauté MOOC est sur le pied de guerre, car si le code libéré est à la hauteur des espérances et si les licences associées le permettent, cela signifie que le MIT et Harvard livrent à l’ensemble de la communauté mondiale la Ferrari des plates-formes, clefs en main. En attendant, gardons la tête froide, car tant que le code n’a pas été libéré et la politique d’edX clairement définie, rien n’est joué.

Passer par un Learning Management System classique Nombreux sont les établissements d’enseignement supérieur qui utilisent déjà des LMS ou LCMS depuis quelques années. Le principal est Moodle, mais celui-ci est davantage utilisé pour diffuser du contenu pédagogique que pour faire de l’enseignement à distance à proprement parler.  Ces établissements sont naturellement enclins à utiliser des solutions qu’elles maîtrisent déjà: Moodle, Sakai, Claroline, Iversity, etc. Le cours Introduction to Communication Science de l’Universiteit van Amsterdam a accueilli plusieurs milliers d’étudiants sur Sakai sans rencontrer de souci majeur. Par ailleurs, le LMS Canvas a hébergé notre MOOC, Gestion de Projet sans avoir été conçu à l’origine pour une telle audience. Soulignons ici que nous avons connu quelques problèmes techniques durant le cours, quelque soit le choix final, il est prudent de s’assurer d’une manière ou d’une autre que le LMS pourra supporter la charge avant de se lancer dans l’aventure.

Nous sommes restés jusqu’à présent dans une approche LMS très orientée xMOOC. Mais d’autres solutions sont envisageables, parfois un blog comme WordPress, Drupal ou un Google Group peuvent suffire. Comme nous le soulignions au début de ce billet, tout dépend des besoins de l’équipe pédagogique. Maintenant que nous avons exposé un éventail de solutions possibles, il s’agit de définir clairement les critères de choix. En voici une liste non exhaustive:

1.        les fonctionnalités nécessaires au bon déroulement du cours

2.    la visibilité apportée par la plate-forme en termes de flux de participants

3.        la question de l’hébergement de la plate-forme

4.        les questions de propriété intellectuelle

L’importance relative de ces différents paramètres dépend des moyens et des motivations qui poussent une équipe ou un établissement à se lancer dans l’aventure. Pour un établissement réputé comme Polytechnique, la priorité est donnée à une plate-forme reconnue, avec une équipe technique de qualité et une plate-forme simple d’utilisation. Le choix de Coursera s’est donc imposé tout naturellement. Pour le MOOC Gestion de Projet, réalisé dans l’esprit des ressources éducatives libres (Creative Commons), la question de la propriété intellectuelle était presque aussi importante que les fonctionnalités offertes par la plate-forme. Compte tenu de la multiplicité des critères à prendre en compte, il n’y a pas de solution parfaite pour le moment, il est donc nécessaire de raisonner au cas par cas. Propriété intellectuelle, coût d’hébergement, fonctionnalités, beaucoup de questionssont à creuser. Le billet commençant à devenir un peu long, je vous donne rendez-vous  dans les prochains articles pour la suite de l’aventure…

15 Comments

Filed under Non classé

15 Responses to MOOC: comment choisir sa plate-forme?

  1. Vincent Datin

    Matthieu, je te cite « un éventail de solutions possibles, il s’agit de définir clairement les critères de choix. En voici une liste non exhaustive… »
    Petite suggestion, cela mériterait justement un autre article plus exhaustif

  2. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | MOOC Fr...

  3. matthieu-cisel

    Je trouvais le billet un peu long, mais les quatre prochains billets portent sur un approfondissement de la question: hébergement, propriété intellectuelle, fonctionnalités, visibilité… J’ai préféré rester assez généraliste sur le premier billet

  4. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | Les nou...

  5. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | La r&ea...

  6. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | La r&ea...

  7. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | La r&ea...

  8. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | Les Moo...

  9. Pingback: L'impact des MOOC, ces cours en ligne ouverts &...

  10. Pingback: MOOC: la réunion de cadrage | La révolution MOOC

  11. Pingback: MOOC: comment choisir sa plate-forme? | Bo&icir...

  12. Pour ceux intéressés par créer ou regarder des MOOCs sur n’importe que sujet, je conseille vivement de regarder le site web http://www.leornian.net . Sur ce site, on peut créer des cours en vidéo sur un peu n’importe quel sujet, ce qui fait qu’il n’y a pas que des cours universitaires.

  13. Bonjour,
    De mon point de vue la question centrale de l’efficacité de la formation n’est pas réglée. La plupart des sites de formation en ligne Mooc, Elearning système ont un taux d’abandon énorme même pour les sites payants.
    Je pense donc qu’il y a encore de la place pour les éditeurs de plateforme, libre ou pas. Nous sommes un peu à l’époque du « sky-blog » des réseaux sociaux.
    L’engagement de l’apprenant est capital dans le processus cognitif. L’ensemble des systèmes a encore des UI douteuses et des interfaces austères.
    Vivement que les UX designer s’attaque aux Mooc.

  14. cottinet

    bonjour,

    j’hésite entre Canvas et Open Edx.
    Le premier suit la norme SCORM.
    Le second a une large communauté.
    Selon vous, quelle est la meilleure plateforme d’un point de vue technique, et pourquoi ?
    Merci Beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>