Où héberger son MOOC?

On entend parfois dire qu’il est coûteux de faire héberger son MOOC par une plate-forme comme Coursera. Il n’en est rien; non seulement l’hébergement sur Coursera est gratuit, mais il peut constituer une source de revenus pour l’établissement à l’origine du cours si un système de certification payant est mis en place. En attendant, rares sont les ‘heureux’ élus qui peuvent aller sur Coursera; il faut donc trouver des solutions alternatives. Faut-il faire héberger le cours sur les serveurs de son établissement et collaborer avec la DSI ? Faut-il passer par une entreprise ?   Quelques pistes de réflexion…

Début 2013, l’hébergement est gratuit tant sur Coursera que sur des plates-formes périphériques comme Canvas d’Instructure; par gratuit, nous entendons gratuit pour l’équipe pédagogique, car le coût est supporté par les entreprises comme Coursera ou Instructure, qui financent tant les serveurs que les équipes techniques associées. Coursera paie par exemple l’hébergement des données sur Amazon.  Faire héberger gratuitement son MOOC par une entreprise spécialisée présente plusieurs avantages. Une fois l’accord signé entre l’hébergeur et l’établissement, la mise en place du cours peut être très rapide, et permet d’éviter les démarches administratives inhérentes à l’utilisation des serveurs et à l’attribution de personnel dédié au MOOC au sein de l’établissement organisateur.

Le coût supporté par l’hébergeur peut correspondre à plusieurs milliers d’euros, une économie non négligeable pour des équipes pédagogiques disposant d’un budget réduit. Les entreprises comme Instructure ou Coursera acceptent pour le moment de supporter ce coût car elles sont dans une logique d’investissement. Il va de soi que cette situation ne perdurera pas longtemps. Le principal inconvénient de cette approche réside dans le fait que l’hébergeur est dans une certaine mesure en position d’imposer un certain nombre de conditions: nombre maximum de participants, devenir des données, date de fermeture des inscriptions, etc. Tout dépend de la politique de l’hébergeur. C’est à l’équipe pédagogique qu’il appartient de déterminer quel degré de contrôle sur le cours elle souhaite avoir.

Cette question du contrôle est fondamentale. Il est certain qu’en hébergeant le MOOC sur ses propres serveurs, on s’affranchit d’un certain nombre de problèmes liés à la gestion du cours, à la propriété intellectuelle ou au devenir des données. En revanche se pose la question de la compétence de l’équipe technique, car les plates-formes MOOC ne sont pas triviales d’utilisation, en particulier si elles sont open source. Le crash technique constitue l’un des pires scénarios possibles. Se pose également la question de la disponibilité de l’équipe technique. La plupart des participants d’un MOOC travaillant le soir et le week-end, c’est le samedi ou le dimanche que les problèmes techniques sont le plus problématiques. La loi de Murphy ne faisant pas d’exception pour les MOOC, ce sont souvent durant les week-end que les problèmes apparaissent. L’équipe technique doit pouvoir réagir le week-end si besoin est. Cela pose le problème de la flexibilité. Difficile d’imposer à la DSI d’un établissement de renoncer à ses week-ends pendant deux mois, vous en conviendrez. Il faut donc trouver un compromis entre contrôle, compétence et flexibilité.

Pour résumer, si l’on passe par une entreprise spécialisée partie à la conquête du marché, il est possible de faire des économies sur l’hébergement, mais on perd alors en contrôle sur le cours. Si l’on passe par la DSI de l’établissement, il faut s’assurer que la plate-forme utilisée pour héberger le MOOC est parfaitement maîtrisée, de telle sorte que l’équipe technique puisse intervenir rapidement. Reste le problème de la disponibilité le week-end et en soirée. La dernière solution est de passer par une entreprise de prestations de services qui posséderait à la fois la compétence technique dans le domaine des plates-formes de MOOC, capable de réagir à tout moment en cas de besoin, et qui laisse à l’établissement organisateur tout contrôle sur la gestion du cours et  le devenir des données. La situation idéale en quelque sorte. Encore faut il qu’une telle entreprise existe….

Be Sociable, Share!

20 Comments

Filed under Non classé

20 Responses to Où héberger son MOOC?

  1. Pingback: Où héberger son MOOC? | La r&eacu...

  2. Pingback: Où héberger son MOOC? | MOOC Fran...

  3. Pingback: Où héberger son MOOC? | Coop&eacu...

  4. Pingback: Où héberger son MOOC? | La r&eacu...

  5. Pingback: Où héberger son MOOC? | epedagogi...

  6. Pingback: Où héberger son MOOC? | La r&eacu...

  7. Pingback: Où héberger son MOOC? | Online ed...

  8. Eric Payan

    Avez vous entendu parler de la loi du 6 Janvier 1978 qui a donné naissance à la CNIL ?
    Et oui, une plateforme pédagogique comporte des données nominatives (liste d’élèves, notes …) et avant d’imaginer utiliser utiliser une plateforme dont le siège est aux Etat Unis pour héberger des données nominatives de votre établissement, je vous conseil de contacter le Correspondant Informatique et Liberté (CIL) de votre établissement ou à défaut directement la CNIL.

    Comme disait l’autre : si c’est gratuit c’est que tu es le produit !

    • matthieu-cisel

      Vous devancez le billet portant sur les questions de propriété intellectuelle et de devenir des données, qui devrait être publié la semaine prochaine. L’Ecole Polytechnique est sur Coursera, preuve s’il en est que la CNIL n’est pas le principal problème. Le problème est avant tout d’ordre éthique. Lorsqu’un enseignant poste son cours sur Coursera, la plate-forme devient propriétaire de ses contenus au même titre que lui, i.e., elle peut les vendre si cela lui chante sans demander l’autorisation du professeur qui a produit la ressource. Pour les participants, il en va de même. Pour les données sur les participants, c’est avant tout ce qu’on en fait et la manière dont elles sont partagées qui détermine si l’on se trouve ou non dans le cadre de la loi. Dans le cas des MOOC que nous organisons et organiserons, toutes les données seront anonymisées avant d’être exploitées. Nous resterons donc strictement dans le cadre légal.

  9. Pingback: Où héberger son MOOC? | Nouvelles...

  10. Pingback: Signets du jour (weekly) | ticechampagnole

  11. Pingback: L’organisation d’un MOOC : un travail d’équipe | La révolution MOOC

  12. Pingback: Où héberger son MOOC? | La r&eacu...

  13. Pingback: MOOC: qui va faire du business? | La révolution MOOC

  14. Une alternative envisagée par certains (universitaires français) le CERIMES.

  15. Pingback: MOOC: la réunion de cadrage | La révolution MOOC

  16. dinamoon

    Bonjour,
    quelles solutions sont possibles pour des associations à caractère militant ayant projet de faire un Mooc et de l’héberger à des coûts abordables?
    Vu la baisse des subvention où la difficulté d’en obtenir, doit elle passer par le mécénat avec des entreprises? Y a t il d’autres solutions?

    Merci d’avance

  17. Salut
    Je voudrais savoir si Canvas était utilisé en France et si oui ,est -ce aue tu sais quel academie l’utilise. Merci
    Lou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *