MOOC et enseignement des langues: des pistes à explorer

Au cours du dernier billet, nous avons fait un tour d’horizon des différents MOOC de langues qui se sont déroulés au printemps 2013. Nous sommes encore très loin d’avoir exploré le potentiel offert par ce nouveau format d’enseignement. Comment véritablement mettre à profit la présence de milliers de participants ? Quelles sont les technologies les plus adaptées à l’enseignement des langues ? Mémorisation du vocabulaire, des règles de grammaire, mise en place de chat rooms, de la gamification.  Nous vous proposons ici quelques pistes de réflexion  …

Evaluation automatisée, répétition espacée et gamification

La mémorisation du vocabulaire de base anglais et des règles fondamentales de la grammaire allemande ont été au coeur des objectifs pédagogiques des différents MOOC que nous avons décrit dans le précédent billet. Deux éléments supplémentaires pourraient enrichir les modalités d’évaluation de l’acquisition du vocabulaire et de la grammaire; d’une part s’intéresser à la dimension cognitive de l’apprentissage, en particulier au processus de mémorisation, et d’autre part prendre en compte la psychologie sociale en introduisant des éléments de ludification. Une évaluation ponctuelle ne permet pas de déterminer si un mot ou une règle ont été intégrés dans la mémoire à long terme, dans la mesure où l’évaluation peut être réalisée juste après la leçon, au moment où le concept, mot ou règle de grammaire, se trouve dans la mémoire à court terme (Nation 2001). Le principe de la répétition espacée est d’évaluer la maîtrise d’un concept à intervalles croissants: l’item n’est considéré comme mémorisé que lorsque plusieurs évaluations successives, espacées en général de plusieurs jours, ont été réalisées avec succès. Cette approche a donné naissance aux systèmes d’apprentissage basés sur la répétition espacée, ou Spaced Repetition Systems (SRS) pour les anglo-saxons (Nation 2001). Les plus récents, comme Memrise, reposent exclusivement sur l’évaluation automatisée, à la différence de SRS comme Anki qui reposent sur l’auto-évaluation. Les Questions à Choix Multiples et les questions fermées y représentent l’essentiel des exercices proposés. Outre la répétition espacée, les SRS comme Memrise intègrent les principes élémentaires de la ludification.

La ludification, ou gamification pour les anglo-saxons, est un phénomène en plein essor depuis la fin des années 2000 et reçoit une attention croissante pour leur application dans le cadre de MOOC (Caron et al. 2013). Elle consiste à introduire des éléments de jeu dans le processus d’apprentissage. Chaque bonne réponse permet de gagner des points. Les scores obtenus peuvent alors être comparés à ceux d’autres personnes apprenant la même liste de vocabulaire. Le principal obstacle pour l’utilisation de ce SRS vient du faire que Memrise a été conçu à l’origine pour la mémorisation de listes de vocabulaire. L’équipe pédagogique peut concevoir des listes de vocabulaire mais ne maîtrise en revanche pas la scénarisation pédagogique: séquence et nature des exercices proposés, ce qui rend difficile leur application pour l’évaluation de la maîtrise de notions de grammaire ou de conjugaison par exemple. Les SRS qui offrent davantage de flexibilité dans la mise au point des tests, comme Qstream, n’intègrent en revanche pas les éléments de la ludification, ce qui limite leur intérêt dans le cadre d’un MOOC. En termes de flexibilité et de ludification, il n’existe pas à ce jour de SRS possédant à lui seul l’ensemble des critères requis pour une utilisation optimale dans le cadre d’un MOOC. L’emploi de ces technologies est donc en grande partie tributaire de l’évolution des outils, mais reste une piste intéressante à explorer dans le cadre de MOOC de langues.

Scénariser et ludifier l’évaluation par les pairs

L’évaluation par les pairs représente l’une des méthodes les plus utilisées pour évaluer les productions écrites des utilisateurs dans les MOOC de Coursera ou dans les communautés d’apprenants web 2.0 comme Livemocha et Busuu (Potolia 2011). Ces communautés, riches de plusieurs millions d’utilisateurs, sont suffisamment importantes pour comporter des utilisateurs de langue native dans de nombreuses langues. Les MOOC, quant à eux, rassemblent au mieux quelques milliers à quelques dizaines de milliers de participants qui ne sont a priori pas suffisamment compétents dans la langue-cible pour évaluer des productions écrites. C’est la raison pour laquelle certains organisateurs préfèrent faire appel à des évaluateurs formés pour noter les copies. Cette méthode est difficile à passer à l’échelle si le MOOC prend de l’ampleur et accueille des dizaines de milliers de participants. Par ailleurs, l’évaluation des productions des pairs n’a pas uniquement une fonction diagnostique, mais aussi une fonction formative, dans la mesure où être capable d’évaluer une copie représente un objectif pédagogique en soi . L’enjeu consiste à trouver les mécanismes à même d’inciter les participants à corriger avec soin les productions de leurs pairs, comme c’est le cas dans certains MOOC de Coursera comme Writing in the Science (Rosselle 2013). Une des options consiste à récompenser par des points et/ou des badges les évaluations de qualité qui corrigent et commentent les erreurs éventuellement détectées. La capacité à évaluer est alors elle même évaluée, le processus pouvant être ludifié. Cette approche est pertinente tant pour les productions écrites que pour les productions orales, il reste à identifier et mettre en place les mécanismes adéquats à chaque type de production.

Alors que la plupart des domaines académiques sont investis par le phénomène MOOC, les langues, pourtant l’un des principaux marchés de l’apprentissage en ligne, restent à la marge. Le premier cours de langues au format MOOC a été lancé par une entreprise qui cherchait à faire la promotion de sa plate-forme d’apprentissage, les suivants par l’université à distance espagnole. Les MOOC n’intègrent pas encore la dimension collective de l’apprentissage au maximum de son potentiel, et demeurent dans une large mesure un apprentissage simultané de milliers de personnes. Cette dimension collective ne concerne pas uniquement la pratique de la langue, mais également l’évaluation qui fait partie intégrante de l’apprentissage. La ludification, employée pour stimuler les interactions, pourrait par exemple s’appliquer à l’évaluation automatisée comme à l’évaluation par les pairs. La recherche sur les communautés d’apprentissage (Loiseau et al.2011, Potolia et al. 2011) en ligne a déjà une longue histoire derrière elle tandis que la celle sur les MOOC en est à ses balbutiements. Il reste encore beaucoup de chemin à faire …

Caron, P-A, Heutte, J. (2013) MOOC et gamification : vers une ingénierie de formation a utotélique ? Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain, Conférence EIAH’2013, Toulouse. A paraître, disponible à l’URL http://ateliermooceiah2013.files.wordpress.com/2013/05/caron.pdf

Loiseau M., Potolia  A.,  Zourou K. (2011).  Communautés web 2.0 d’apprenants de langue avec parcours d’apprentissage : rôles, pédagogie et rapports au contenu.  Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain, Conférence EIAH’2011, Belgique.

Nation. P. (2013) Learning Vocabulary in Another Language, Cambridge University Press Disponible à l’URL http://www.corpus4u.org/forum/upload/forum/2005110612351651.pdf (Consultée le 9 mai 2013)

Potolia A. , Loiseau M. , Zourou K. (2011) Quelles(s) pédagogies voi(en)t le jour dans les (grandes) communautés Web 2.0 d’apprenants de langues? Web social et communautés autour des langues étrangères: la part de l’informel et du formel. Actes du colloque Epal 2011.

Rosselle, M. (2013) Les MOOC : des dispositifs d’enseignement-apprentissage à personnaliser. Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain, Conférence EIAH’2013, Toulouse. A paraître, disponible à http://ateliermooceiah2013.files.wordpress.com/2013/05/rosselle.pdf

9 Comments

Filed under Non classé

9 Responses to MOOC et enseignement des langues: des pistes à explorer

  1. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes &a...

  2. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes &a...

  3. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes &a...

  4. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes &a...

  5. Pingback: FR: MOOC et enseignement des langues: des piste...

  6. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes &a...

  7. Anna Vetter

    Bonjour Matthieu,

    Je suis d’accord avec toi concernant la difficulté que tu évoques quant à l’évaluation massive des productions dans un MOOC de langue. Cela dit, l’apprentissage des langues (contrairement à d’autres disciplines) est un domaine dans lequel on convient qu’idéalement, l’évaluation s’actualise dans la communication : c’est en produisant des énoncés inscrits dans une volonté d’échanger que l’apprenant évalue l’efficacité de son intention (qui n’est pas linguistique), de son action. Et partant, l’efficacité de sa pratique de la langue. Ici la langue est un moyen au service de l’intention, de l’objectif de la personne (un peu comme ce que l’on dit des TICE : un moyen, non une finalité). Aussi, l’on peut admettre que l’énoncé ne soit pas linguistiquement 100% correct si les personnes se comprennent et avancent dans leur idée.
    Du coup, dans le cadre d’un MOOC, on pourrait prévoir cette forme d’auto-évaluation dans laquelle l’apprenant juge la qualité et l’efficacité de son interaction avec un tiers qui n’est pas un enseignant de langue.

    • matthieu-cisel

      Bonjour Anna,

      je pense aussi que l’auto-évaluation joue un rôle très important dans les MOOC, sans dout davantage que dans les autres disciplines. Reste à voir comment l’articuler avec les autres formes d’évaluations. Je reste dans ma démarche très proche de l’approche structuro-globale (j’ai été élevé à coups de Bled :-) ), d’où l’importance de travailler avec des professionnels issus de l’approche communicative….

  8. Pingback: MOOC et enseignement des langues: des pistes à explorer | La révolution MOOC | Blog d'Anna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>