MOOC : quelques questions de stratégie

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photography-3d-confused-man-image24019587Quand on se lance dans un MOOC, il faut dès le début avoir une vision sur le long terme, une approche un peu stratégique. Le succès d’un MOOC n’est pas toujours lié aux sommes que l’on investit, loin de là. Vous voulez voir un exemple de MOOC qui a cartonné : le cours de philosophie de Duke sur l’argumentation, Think again. La plupart des vidéos ont été faites avec une simple webcam, par des profs qui ne se prennent pas trop au sérieux : plus de 200.000 inscrits.  Et inversement, vous avez des cours qui ont nécessité de gros investissements mine de rien, et qui dépassent à peine la barre des 1000/2000 inscrits. Dans cette vidéo issue du MOOC.AZ, je vous propose de revenir brièvement sur des questions élémentaires de stratégie.


Bien sûr, il y a un effet de la marque de l’établissement, de la plate-forme, Coursera, qui draine quand même pas mal de trafic. Mais ça en général, ce sont des paramètres sur lesquels les équipes pédagogiques ont assez peu de contrôle. Il faut donc se concentrer sur les éléments que l’on peut maîtriser, à commencer par le choix du sujet. Ce n’est pas parce qu’un cours a du succès auprès des étudiants qu’il en aura nécessairement une fois mis sur la Toile. Il faut donc commencer par se demander : Est-ce que la demande est là ? Est-ce que vous arriverez à attirer une audience suffisamment importante avec le sujet que vous avez choisi ? Est-ce que vous pensez que sur le long terme vous arriverez à créer une dynamique ?

Ce n’est pas toujours facile à deviner. D’abord, c’est une question de bon sens. Est-ce que votre public cible, car normalement vous l’avez bien identifié, est du genre à aller sur le net pour se former sur le sujet que vous proposez ? Prenons un exemple au hasard. Un MOOC sur la chasse au phoque. Même si la demande était très importante, est-ce que les gens qui sont intéressés par le sujet ont accès à internet ou qui ont la culture de l’autoformation sur internet. Ce sont des caricatures bien sûr, mais c’est juste pour illustrer le concept. Et dès que c’est possible, il faut se baser sur des données pour prendre ses décisions. Alors, où est-ce qu’on peut trouver des données sur les utilisateurs de MOOC ? C’est là tout le problème. Déjà dans les rapports publiés par les plates-formes comme edX, Coursera et compagnie. Ensuite, dans les rapports publiés par les équipes pédagogiques des MOOC. Prenons par exemple, le rapport de Harvard et du MIT sur les cours qu’ils ont organisé sur edX. On voit par exemple que parmi les cours qui ont le plus marché, vous avez le CS50, le CS1 ou le CS2, des cours d’informatique de Harvard, ou le cours sur la justice JusticeX de Michael Sandell.

Après, votre objectif n’est pas forcément de dépasser les 50.000 inscrits, vous visez peut-être un public particulier et c’est la seule chose qui compte pour vous. Dans ce cas, il faut plonger dans des rapports plus détaillés, regarder les statistiques cours par cours. Là-aussi vous aurez des indications intéressantes. Idéalement, si vous parvenez à identifier les motivations des participants pour s’inscrire, c’est une information précieuse. Et si vous n’arrivez pas à trouver des données de MOOC, vous pouvez chercher des données sur des dispositifs qui s’en rapprochent. Par exemple, si vous voulez lancer des MOOC de langues, il faut que vous alliez regarder du côté des communautés d’apprentissage comme Busuu ou Livemocha. Et si vraiment vous ne parvenez pas à trouver du tout de données, vous vous basez sur votre bon sens.

Autre question qu’il faut se poser, c’est la question de l’obsolescence de votre cours. Est-ce qu’il faudra investir régulièrement pour mettre à jour vos ressources numériques? Cela peut être très coûteux, en particulier pour de la vidéo. Si au bout de six mois, les ressources que vous avez produites n’ont plus aucune valeur et qu’il faut tout recommencer, alors le format MOOC “vidéo” n’est peut-être pas le plus adapté. Ou alors il va falloir que vous traitiez le sujet de manière à minimiser la question de l’obsolescence. Car dès le début,  il faut penser à ce que va devenir le MOOC dans le long terme.

Après avoir réfléchi à la question de la demande, quand vous avez les idées claires sur votre sujet, il faut penser à la question du positionnement du MOOC dans son écosystème. Y-a-t’il des projets concurrents ? ou en tout cas suffisamment similaires pour être en partie concurrents ? C’est ce que l’on peut appeler “l’étude d’antériorité”. L’idée est de faire l’état de l’art de ce qui se fait dans le domaine sur lequel vous vous positionnez. Alors il faut aller regarder du côté des MOOC bien sûr, mais aussi d’autres dispositifs d’autoformation, regarder du côté des communautés en ligne, etc etc. D’une part pour identifier vos concurrents ou vos partenaires potentiels, d’autre part pour chercher de l’inspiration, car il y a sûrement des idées à prendre ailleurs. Il faut connaître vos forces et vos faiblesses, comme celles des projets similaires.

Pour conclure, quand on se lance dans un MOOC, il faut avoir un minimum de vision stratégique. Est-ce que votre MOOC peut avoir un impact ? Est-ce qu’il y a une vraie demande pour l’offre de cours que vous proposez ? Quel est le devenir du MOOC sur le long terme ? Quels sont les projets concurrents, similaires, ou les éventuels partenaires ? Quelles sont vos forces et vos faiblesses ? Enfin, dernière question très importante que vous devez vous poser, celle de la propriété intellectuelle. A qui va appartenir votre MOOC, et sous quelle licence va-t-il être diffusé ?

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>