MOOC : scénariser les interactions

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-image-3d-man-sitting-laptop-word-forum-image29348536Un MOOC, sans interaction, ce n’est pas vraiment un MOOC, c’est un Open Courseware. Interaction avec l’équipe pédagogique d’une part, et interactions entre participants d’autre part, nous allons voir dans cette vidéo pourquoi cet ingrédient est si important. Quelles sont les différentes formes et les différents rôles de l’interaction au sein des MOOC ?


Tout d’abord, interagir avec les participants est obligatoire pour piloter correctement la formation, pour s’assurer que tout se déroule bien et faire des modifications si nécessaire. Ensuite, il s’agit de diminuer l’isolement des participants, qui est une des principales critiques qui avaient été faites contre le e-learning. Car créer des liens, entre participants d’une part, et avec l’équipe pédagogique d’autre part, c’est une fin en soi. Cela permet de créer une véritable communauté, qui pourra perdurer même après le cours. L’équipe pédagogique va donc devoir dans un premier temps  définir et mettre en place différents espaces d’interaction, qu’elle devra ensuite animer et modérer durant toute la durée du MOOC.

La première étape consiste donc à définir les différents espaces d’interaction et leurs règles de fonctionnement. Alors, il y aura des espaces plutôt réservés pour les interactions asynchrones, la majorité des interactions, d’autres plutôt pour les interactions synchrones. Le principal espace d’interaction, bien sûr, c’est  le forum de discussion. En général, vous disposez d’un wiki dans la plupart des LMS. Ensuite, on trouve très régulièrement des groupes associés au MOOC dans les réseaux sociaux comme Facebook, Google +, LinkedIn, etc. Par ailleurs, il arrive que l’équipe pédagogique utilise un blog pour permettre aux participants de suivre l’actualité du cours.

Enfin, on peut également mettre en place des espaces d’interaction synchrone; c’est-à-dire, en temps réel. Il y a d’abord les classes virtuelles ou des chats, ou même des outils qui permettent des événements en direct, comme ce que l’on appelle les Hang Out on Air. Cela permet d’interagir en temps réel et permet de donner un sentiment de proximité plus grand avec les participants, qu’il s’agit véritablement d’un événement synchrone.

Mais il faut aussi trouver un compromis et penser en terme de retours sur investissement. Chaque nouvel espace que vous créez, c’est un espace supplémentaire que vous devrez animer et modérer, et cela demande du temps. Quand vous scénarisez votre cours, il faut prendre en compte les contraintes temporelles. Cela dit, même si vous ne créez pas de groupe dans les réseaux sociaux, il arrive que les participants le fassent eux-mêmes de manière spontanées; dans ce cas l’équipe n’a pas de pouvoir de modération a priori, ce qui peut être génant. Mais il y a de toutes façons un certains nombres d’espaces d’interaction qui échappent au contrôle de l’équipe. D’abord, les espaces personnels des participants comme les blogs, ensuite des réseaux sociaux comme Twitter.

Ensuite, il faut bien comprendre que les différents espaces que vous allez mettre en place n’ont pas tous les mêmes fonctions, et il faut bien délimiter leurs rôles respectifs. Les questions portant sur le cours, ou les questions logistiques ou techniques sont en général centralisées sur les forums. C’est sûr le forum que les participants pourront s’entraider, éventuellement échanger sur le contenu, etc. Tandis que les réseaux sociaux sont en général davantage utilisés pour des conversations informelles, et pour permettre aux participants de se connecter plus facilement.

Attention à ne pas trop mélanger les usages, car si vous utilisez plusieurs espaces différents pour remplir les mêmes fonctions, on vous reprochera probablement de disperser l’information. Pour animer ces espaces, il faudra imaginer des activités, que ce soient des débats, des activités collaboratives permettant de susciter des interactions, mais aussi des mécanismes incitatifs pour encourager ces interactions. Pour ce qui est des interactions, les MOOC connectivistes sont une source d’inspiration incontournable, vu que l’interaction, c’est leur spécialité. Si vous voulez voir un exemple concret, vous pouvez aller voir l’un des premiers exemples de cMOOC français, le MOOC ITyPA, pour Internet, Tout y est pour Apprendre.

L’idée des cMOOC est de mutualiser l’expertise des participants en les faisant échanger, contribuer, explorer un sujet, en général, proposé par l’équipe pédagogique. Cela peut se concrétiser par un certain nombre d’activités.

  • des discussions ou des débats, avec notamment la rédaction de contributions sur les blogs personnels des participants, ou dans les forums du cours. A l’échelle du MOOC ou en petits groupes

  • de la veille collaborative, en postant dans les réseaux sociaux et/ou les forums des ressources trouvées sur Internet.

  • de l’agrégation curation,c’est à dire compiler de grandes quantités de ressources, puis de faire émerger les plus intéressantes par un système de sélection, comme des votes.

Enfin on peut mettre en place des processus de co-création, travailler dans des espaces partagés comme des wiki  ou des documents communs pour mettre en place des travaux collectifs (glossaires, dossiers ou autres). Après, tout l’art c’est de réussir à faire en sorte que la sauce prenne. Comment allez vous inciter les gens à participer. Tout d’abord, il faut trouver des activités qui les intéressent. Ensuite, il faut peut être mettre en place des mécanismes incitatifs. Certaines équipes décident d’être très interventionnistes, d’interagir beaucoup, et c’est leur manière de faire prendre la sauce, mais on pourrait dire que c’est au détriment des interactions entre participants.

Dans certains MOOC, les équipes donnent des points en fonction de la participation dans les forums, mais il faut avoir la fonctionnalité. Enfin, on voit parfois des forums avec un système de badges, qui permet de récompenser les participants les plus actifs, selon la quantité et la qualité de leurs interventions. Pour résumer, vous allez devoir définir la fonction et la nature des interactions que vous souhaitez mettre en place dans votre MOOC, choisir les espaces d’interactions appropriés, en définir les rôles et les règles de fonctionnement. Mettre au point des activités qui se dérouleront sur ces espaces, et trouver des stratégies pour inciter les gens à participer et à interagir, pour faire prendre la mayonnaise. Et bien sûr, trouvez un compromis, car l’équipe pédagogique n’a que 24 heures par jour, beaucoup de choses à gérer. Il faudra donc faire des choix.

PS : FUN recrute au sein de la cellule d’appui ! Diffusez l’info

Be Sociable, Share!

6 Comments

Filed under Non classé

6 Responses to MOOC : scénariser les interactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *